MOTO ENDURANCE : 8 HEURES DE DOHA AU QATAR : SUR LA ROUTE DE SUZUKA.

 

La seconde épreuve du Championnat du Monde d’endurance moto après le récent Bol d’Or, se déroulera ce Samedi 09 Juin sur le circuit de Losail (5,380 kms) avec un départ à la fraîche (33°c) repoussé d’une heure, soit 17h00 (16 h00 en France) pour une lutte de huit heures qui promet d’être… chaude, à tous points de vue !

Habituellement disputées en Novembre et par une température moins caniculaire, la manche de Doha au Qatar, se retrouve cette année sur le chemin de la préparation des prochaines 8 heures de Suzuka qui se dérouleront le Dimanche 29 juillet.

Cette célèbre course revêt un intérêt tout particulier pour tous les constructeurs Japonais mais cette 35ème édition, marquera aussi les 50 ans de ce mythique circuit, inauguré en 1962 et construit par la firme Honda .

La menace d’une possible victoire de la BMW Allemande en terres Japonaises, aiguillonnerait-elle les Nippons ?

 

La présence au Qatar, des pilotes d’usine ‘stars’ comme Yukio Kagayama sur la Suzuki n°1 du SERT, de Ryuichi Kiyonari sur la Honda TT Legend n°77 ou de Noriyuki Haga, au guidon, lui, de la Yamaha du Yart n°7, est-elle simplement le fruit d’un heureux hasard ou cela signifie t-il une implication plus importante des marques en endurance ?

Ces questionnements qui nous taraudent, nous les avons posés au charismatique manager du SERT, Dominique Méliand resté en terres Sarthoises, pour mieux préparer les prochains déplacements de son équipe et de ses pilotes au Japon.

 

Tiens, tiens … non rien de curieux à cela car Dominique retrouvera ses hommes dès… Vendredi soir pour être bien là au pupitre de commandement ce samedi.

 » C’est difficile d’assurer une reprise des japonais vis à vis de l’endurance mais j’ose espérer que ce n’est pas le fruit du hasard et que cet engagement de Doha n’est qu’un début pour le futur de l’endurance. les Japonais ne feront pas de déclaration sur le bien ou le mal quant à l’engagement de BMW . Moi, je pense que c’est une très bonne chose et que stimuler les usines Japonaises par cette présence ne peut que nous apporter des choses bénéfiques. « 

 

Kagayama, tout juste arrivé du Japon où il dispute le Championnat Superbike, a pris, dès Mardi, ses marques au sein du SERT, pour lequel il a déjà réalisé une ‘pige’ au début de sa carrière.

Hervé Moineau, quadruple Champion du Monde, devenu depuis manager du Team Motor Events, détenteur de la Coupe du Monde Superstock, s’en souvient très précisément :

 » Nous avons couru les 8 heures de Suzuka 95 ensembles. Yukio, alors tout jeune pilote – il est né en 74 – avait remplacé Bruno Le Bihan (blessé en essais sur le circuit de l’usine à Riyuho) mais il fut victime d’un petit accrochage en course. Notre directeur du service compétition, Mitsuo Itoh, l’avait sermonné très vertement . J’avais pris sa défense car je disputais ma dernière saison (15 ans chez Suzuki) et je trouvais cela injuste car j’avais eu le temps de remarquer son très fort potentiel. Ceci se confirmera avec la belle carrière qu’il fit par la suite. « 

 

 

Nous demandons à Kagayama, tout occupé à la préparation de ses casques, pourquoi la Suzuki GSX-R 2012, n’est finalement pas si désavantagée de ne pas être encore équipée d’un système de contrôle de l’anti-patinage, adopté par toute la concurrence.

 » C’est un handicap bien sûr. Un bon pilote reste un bon pilote. L’expérience c’est toujours mieux mais avoir le traction- contrôle c’est mieux aussi. Cela demande aussi de l’adaptation d’être à l’écoute sonore de sa moto. La différence se fait toujours au niveau du pilotage.Je le répète car un bon pilote fera toujours la différence . »

Alors, comment interpréter toute cette présence de pilotes Japonais au Qatar ?

 » Je suis le pilote officiel de l’usine Suzuki au Japon et je suis là pour effectuer deux courses pour le SERT, Doha et Suzuka. Lorsque je courais pour Yoshimura, j’étais déjà pilote de la marque . Je n’avais pas de contrat avec Yoshimura, comme je n’en ai pas avec le SERT cette année. Je suis simplement le pilote détaché pour cette équipe très professionnelle, la mieux préparée certainement qui représente l’usine officiellement au niveau international en endurance. Je suis très heureux de pouvoir rouler pour Dominique et ses hommes comme je l’ai été aussi pour Yoshimura. Deux écuries de la légende Suzuki. »

 

 

Justement, posons la question au  » Chef  »  alias Dom Méliand:

Qu’attends-tu de Yukio ?

 » La tâche de Yukio n’est pas des plus faciles. En effet, il est sortant du Superbike, il a gagné à Doha en 2005 mais il a aussi les 8 heures de Suzuka 2010 dans son palmarès. J’ai envie d’avoir avec Yukio quelqu’un pour épauler pleinement Vincent Philippe et Anthony Delhalle. J’ai bien sûr envie de retrouver le chemin de la victoire tant à Doha qu’à Suzuka, mais j’ai surtout envie avec cet équipage de gravir à nouveau la plus haute marche du podium Mondial d’endurance. « 

 

 

Vincent Philippe, écarté de la lutte pour la victoire lors du dernier Bol d’Or, par une chute en cours d’épreuve et une clavicule cassé, revient sur le devant de la scène, comme en témoigne sa belle seconde place fin Mai, au Vigeant, en Championnat de France Superbike.

C’est le moment de faire le point sur son retour en endurance.

 » Ma réparation de ma clavicule ne ressemble à rien (rires) mais c’est très solide ! Non, non sérieusement je suis très content d’avoir retrouvé la bonne forme physique. J’ai repris très rapidement (10 jours) après mon opération mais ensuite j’ai vraiment eu un coup de fatigue. Là, je suis vraiment revenu comme avant et j’en suis très heureux .

 

 

La venue de Yukio pour vous épauler ?

 » C’est excellent pour le SERT. Il roule cette année sur Dunlop également au Japon et il va nous aider énormément pour les 8 heures de Suzuka. C’est un pilote d’expérience qui connaît parfaitement les Suzuki et qui a déjà gagné en Mondial Superbike au Qatar. Les autres équipes ont copié sur nous car tous les teams de pointe ont un Japonais ! « 

La venue de ces pilotes d’usine Japonais marque t-elle un retour en grâce de cette discipline ?

 » Là, je ne sais pas. C’est clair que les Japonais sont très intéressés par l’endurance. C’est très bon pour nous, le spectacle et pour faire parler du championnat. C’est une certaine considération et ça c’est bon pour tout le monde. Au SERT, nous avons toujours eu le soutien du Japon et nous les avons impliqués dans notre équipe avec Keichi Kitagawa qui nous a fait une énorme publicité chez lui et qui ramenait de très beaux trophées à la maison mère. « 

Le manque du traction – control sur la GSX-R est-il un handicap en endurance ?

 » C’est certain que ce système nous aiderait à être un peu plus serein sur la machine et à être toujours plus vite. Notre moto n’est pas vieillissante néanmoins car nous réalisons de très grandes performances avec. Je ne sais pas si les pilotes compensent mais nous donnons le maximum à chaque fois. La moto est un sport mécanique mais ce n’est pas encore , peut-être , comme en vitesse auto où la mécanique prend l’avantage sur le pilote. Nous arrivons à compenser, mais sans une bonne mécanique il n’y a pas de résultat . Notre équipe est très, très bonne et le package est excellent car en endurance, c’est un ensemble machine, pilotes, pneus , équipe. Ce package compense en quelque-sorte notre handicap technique dû à l’absence d’un système anti- patinage. »

 

Pour Kagayama, cette course ce Doha, avec Suzuka en point de mire, sera aussi bénéfique pour ses amis pilotes Japonais qui font occasionnellement de l’endurance. La condition physique de ces spécialistes de la course sous haute température fera t-elle la différence ?

Cela fait sourire les motoristes, qui semblent plus inquiets des effets d’une sonde moteur qui pourrait dépasser les 95°c .

L’effet cocotte- minute, cher à ce brave Denis Papin, éveille sûrement des souvenirs cuisants à certains. D’autres inventions célèbres pourraient trouver ici leurs limites. Ainsi, de la bande de caoutchouc noire qui enrobe les jantes et qui pourrait s’envoler sous les effets de la torture Quatari.

 

Vous l’aurez bien compris, Doha va participer cette année plus activement, à la préparation de la plus célèbre épreuve Japonaise d’endurance : les 8 heures de Suzuka.

Une célébration anniversaire double dans le plus bel écrin de l’industrie moto Japonaise en quête d’une certaine revanche sur l’adversité plutôt qu’une bataille sur la concurrence européenne que feinte d’évoquer d’ailleurs les représentants du Pays au soleil levant.

Nous aurons les premiers renseignements de cette lutte ouverte dès les premières journées de roulage ici, à Losail.

Mercredi 06 juin : Essais libres privés de 10H00 à 12H00 et de 15 H00 à 17H00 ( + 5 heures par rapport à la France )

Jeudi 07 Juin :Essais libres officiels de 19H00 à 20H30 et de 21H30 à 23H00

Vendredi 08 Juin : Essais chronos 1 de 18H20 à 20H10 et Essais chronos 2 de 22H10 à 00H00

Samedi 09 Juin: Warm-up : de 10H30 à 11h30

Départ : 17h00

 

Texte et photos : Michel Picard

 DOHA LA PERLE DU QATAR

Sport

About Author

gilles