24 HEURES DU MANS : PESCAROLO DRESSE LE BILAN DES ESSAIS PRELIMINAIRES…

 

 

Journée test sur le grand circuit ce dimanche dernier, la première sortie sur le bitume le plus célèbre au monde pour la Dome façon Pescarolo et surtout la fameuse  et miraculée 03, la nouvelle auto du team, qui n’a jamais roulé sur ce tracé.

Bilan plutôt satisfaisant, bien sûr, des défauts sont apparus et ont donc fait perdre du temps mais globalement, pas mal.

LES HUNAUDIERES QUI VIBRENT…

Deux mois et demi de retard!

C’est ce dont souffre le programme Pescarolo 03 et ce du fait du retrait du financier principal, le Team Luxury, dans des conditions rocambolesques et même ubuesques que nous avons narrées ici-même, ce retrait a donc obligé Pescarolo Team, à trouver, in extrémis, un budget de remplacement.  

Une fois fait, ensuite, il a fallu construire la voiture, en un temps record…

Le Team a bossé nuit et jour.

Mais il est vrai comme le rappelait Gilles Gaignault, que la bande à Pesca,  » N’est composé que de passionnés et de grands fidèles !  »

Et, du coup, les séances de tests ont été réduites à la portion congrue. Un peu  de roulage sur l’aérodrome de Chateauroux  à Déols et une journée à Magny Cours, mardi dernier.

Une demi-douzaine d’heures, au total!

Et même si Magny Cours possède une belle ligne droite, rien à voir avec celle des Hunaudières, où le moteur fonctionne longtemps à pleine charge, en dehors des chicanes construites pour des questions de sécurité en 1999,  à l’époque de Jean Marie Balestre, alors Président de la FIA.

Or, un V8, à fond, avec des régimes moteur de onze ou douze mille tours, cela vibre énormément.

Et quand ces vibrations entrent en résonance avec le reste de l’auto, il ya forcément des dégâts.

Des années durant, les équipes qui utilisaient le fameux V8 Cosworth, avaient du mal à voir le… lever du jour, les moteurs cassant, annuellement, à cause des vibrations, au cœur de la nuit !!!

Du coup, ce dimanche sur la 03, on a perdu quatre heures à mécaniquer.

Henri explique:

« Quand la poulie d’entraînement d’alternateur, côté moteur, a lâché, il a fallu désaccoupler moteur et boîte… Ce qui prend un temps fou. Et plus tard, c’est un raccord hydraulique d’embrayage qui a cassé, rebelote, on re-démonte tout! ».

Le bon point, est que le problème…. ne se reproduira plus pendant les 24 heures.

Seulement, quand on règle les problèmes moteurs au stand, on ne s’occupe pas de l’aérodynamique, qui ne peut se régler qu’en roulant, et en roulant vite!

Cela se fera donc pendant les essais libres des 24 heures, mercredi prochain.  

Henri poursuit:

« Mais pour le reste, il faut emmagasiner des heures de roulage, car on en découvre tout le temps… Il faut faire du kilomètre et du kilomètre! Le Team Pescarolo engagera donc de nombreux tests sur le circuit Bugatti, proche de nos ateliers ».

Collard, Boullion et Hall ont quand même réussi à se familiariser avec l’auto. sans pouvoir faire un vrai temps de référence d’ailleurs, en raison des arrêts et du trafic .

Henri Pescarolo… enchaine :

« On s’y attendait… Une voiture qui découvre pour la première fois Le Mans et sa ligne droite des Hunaudières est soumise à des contraintes inédites. Cette séance aura eu le mérite de mettre à jour les problèmes de jeunesse de la Pescarolo 03. Il est dommage en revanche que le trafic ait empêché Emmanuel Collard de boucler un tour rapide pour démontrer tout notre potentiel».

Et le fait est que si l’on s’en tient strictement aux chronos, dans ces conditions le douzième temps de la Pescarolo 03 sur cette journée de test, serait assez décourageant.

Mais l’objet de cette séance n’était pas là, ou alors il eût fallu que tout aille à la perfection, chose inenvisageable, même dans une autre écurie où l’on disposerait de milliards d’€.

Vu la situation, vu les conditions, le bilan ce cette journée des tests préliminaires est donc, très positif en fait.

DOME : RAPIDE ET AMÉLIORÉE

*

La Dome, elle, n’est pas vraiment une nouvelle voiture.

Au Mans, où elle a déjà couru, sa vitesse de pointe était impressionnante et elle l’est toujours.

C’est sur l’aérodynamique que l’on a vraiment bossé, mais il a fallu aussi régler les pépins mécaniques découverts lors de la course des récentes Six Heures de Spa.

Sébastien Bourdais, qui courait  ce week-end à Détroit en Indycar – ou il a malheureusement abandonné –  n’a pas participé à ces tests, seuls Seiji Ara et Nicolas Minassian, ont donc roulé au volant de la voiture.

Mais là encore, il a fallu mécaniquer.

Ils n’ont pas été les seuls, pratiquement tous les Teams de pointe ont été victimes de pépins. Y compris l’ogre Audi qui possède pourtant une sacrée expérience en terre mancelle !

La Dome a donc, elle aussi, été bloquée au stand et pendant un paquet de temps.

Qui plus est, l’accident de Guillaume Moreau, a écourté la séance.

Ce qu’en dit Henri:

« Nicolas Minassian, parti en pneus neufs pour sa derniére tentative, a été contraint de rejoindre définitivement le stand avant de pouvoir réaliser un chrono significatif suite à l’annulation de la fin de la séance par un drapeau rouge ».

Et le grand conclut :

«  Quoiqu’il en soit, cette journée n’aura pas été inutile et nous ferons le maximum afin que les deux voitures soient le plus compétitives possibles les 16 et 17 juin ».

Bon, ce n’est pas Byzance mais être en piste, en tous cas pour la 03, est déjà un miracle.

Le reste…

C’est le destin!

 

Nicolas Minassian, premier des pilotes Pesca, croisé, nous confiait :

« D’abord ma grande satisfaction de revenir une nouvelle fois au Mans après l’arrêt brutal et tout à fait inattendu du programme 908. Ensuite, l’immense bonheur de courir pour une équipe comme le Team d’Henri. C’est un honneur de rouler pour Pescarolo, une très grande écurie dirigée par un très grand MONSIEUR . Un homme bien et un sacré ambassadeur du Mans à travers le monde ».

 

 

Mais, Emmanuel Collard se montrait relativement confiant :

« L’auto est bien née. Je l’ai trouvé saine et compétitive d’entrée. ».

Et le très expérimenté Manu de nous souffler :

«  Le Mans reste Le Mans. Une course ou tout peut toujours arriver. De grandes joies comme d’immenses déceptions. C’est ce qui fait la magie des 24 Heures ».

 

 

Quant à la recrue de dernière heure, je jeune Britannique Stuart Hall, lui, il nous lâchait :

« C’est un immense plaisir et un grand honneur de courir dans une équipe comme le Team Pescarolo».

 

Jean Louis BERNARDELLI

Photos : Thierry COULIBALY et autonewsinfo

 

Résultats journée tests Le Mans:

1. Capello-Kristensen-McNish (ITA-DAN-GBR/Audi R18 e-tron quattro) 3’25″927. 2. Lotterer-Faessler-Tréluyer (SUI-ALL-FRA/Audi R18 e-tron quattro) 3’26″468. 3. Géne-Dumas-Duval (ESP-FRA-FRA/Audi R18 ultra) 3’26″561.4.. Wurz-Lapierre-Nakajima (AUT-FRA-JAP/Toyota TS 030 Hybrid) 3’27″204. 5. Davidson-Buemi-Sarrazin (GB-SUI-FRA/Toyota TS 030 Hybrid) 3’29″710. 6. Jarvis-Bonanomi-Gené (GB-ITA-ESP/Audi R18 ultra) 3’29″919. 7. Belicchi-Primat-Bleekemolen (ITA-SUI-NLD/Lola-Toyota) 3’35″357. 8. Leventis-Watts-Kane (GB-GB-GB/Honda HPD) 3’35″487. 9. Prost-Jani-Heidfeld (FRA-SUI-ALL/Lola-Toyota) 3’37″122.10. Brabham-Chandhok-Dumbrek (GB-IND-GB/Honda HPD) 3’37″358.11. Minassian-Ara-Bourdais (FRA-JAP-FRA/ Dome-Judd) 3’39″865.12. Collard-Boullion-Hall (FRA-FRA-GB/Pescarolo-Judd) 3’40″385.

Sport

About Author

jeanlouis