24 HEURES DU MANS : STUART HALL REMPLACE JULIEN JOUSSE SUR LA PESCAROLO 03

 

 

autonewsinfo, s’en était fait l’écho des dimanche soir ! Et en exclusivité …

Gilles Gaignault, avait eu vent et connaissance par des bons réseaux … aux États-Unis de l’information, annonçant le remplacement du jeune espoir Français, l’azuréen Julien Jousse, par le Britannique Stuart Hall !!!

Contactée, la famille Pescarolo, ne souhaitait faire aucun commentaire …

Par correction, autonewsinfo à la demande des Pescarolo, nous demandant expressément d’attendre avant de lâcher l’info, a alors gardé sa BONNE information, finalement sortie ce matin

 

 

Notre … tuyau était donc EXCELLENT !!!

Explications de ‘ l’affaire ‘ qui laisse malheureusement Julien Jousse, sur le bord de piste.

Henri, a été joint ce mardi soir par Jean Louis Bernardelli, à Magny Cours, pendant les essais de nuit de la Pescarolo 03.

 

Julien, justement, Henri m’en parle tout de suite.

Pour me dire que c’est un des pilotes les plus brillants de sa génération, qu’il n’a jamais failli, qu’il s’est donné à 100% au projet. Son choix n’a rien à voir avec les qualités de pilote de l’un ou de l’autre.

Simplement, Roald Goethe, propriétaire de l’auto, qui a tout payé sur cette voiture Pescarolo 03, jusqu’à l’engagement, et qui est propriétaire de l’auto, a demandé à Henri, de prendre son petit protégé Stuart Hall, un pilote anglais, dans son équipe.

Aini va la vie, ils sont nombreux les pilotes depuis des lustres et des générations à tout, oui TOUT devoir à un sponsor, voire comme ‘st le cas ici, un mécène

Henri nous confie :

«  Je pouvais refuser, mais après notre affaire foireuse avec Luxury, Roald Goethe nous a financé la seule possibilité de courir. Si je refusais son pilote, c’en était fini de la 03, fini du Mans, fini pour tout le monde »…

Mais comment, en est on arrivé là?

LES MR1 ASTON MARTIN

 

Henri, reprend.

«  Roald était propriétaire des deux MR1, celles d’Aston Martin, que je voulais acheter pour fabriquer la Pescarolo 03. L’opération était possible financièrement, J’achetais les deux pour avoir des pièces de rechange, grâce à l’argent promis par Luxury racing. Comme finalement cela s’est révélé être un plan foireux et que Luxury nous laisse tomber, nous n’avons plus les moyens d’acheter aucune des deux autos. C’est alors que Roald a décidé de financer le projet d’une auto. Qui reste évidemment sa propriété.  Il a vraiment tout payé. C’est un collectionneur, il possède plein d’autos célèbres au Mans, qui sont toutes aux couleurs Gulf, nous serons la première auto à ne pas porter ses couleurs. Ensuite, il m’a demandé de faire rouler son pilote anglais, Stuart Hall. Stuart, on le connaît bien, il ya eu des fabuleuses bagarres entre lui et nos voitures. Alors, j’ai dû prendre une décision. Et c’est vrai, j’ai privilégié les deux pilotes qui construisent le team avec moi depuis 10 ans. Tu n’imagines pas le drame que cela a été pour moi. Heureusement, je suis sûr que Julien va vite retrouver un volant. C’est vraiment un très bon. »

Je connais bien Henri, depuis des dizaines d’années.

C’est pour cela que nous avons retenu ce qui était un vrai SCOOP, par amitié pour lui.

Durant cette conversation au téléphone, j’ai effectivement entendu un homme brisé par une décision cruelle qu’il a dû prendre. 

 

Et il a une réelle admiration pour Julien Jousse, ce jeune pilote dont il a dû se séparer. 

Bon, un verre est à demi vide ou à demi plein.

Vide parce que le remplacement de Julien, est douloureux pour tout le monde.

Plein parce que cette fameuse Pescarolo 03, condamnée à mort, dans un premier temps par des financiers ‘limite véreux’, est aujourd’hui en piste, à Magny Cours et sera bien présente au Mans.    

Quant à la demande de Roald Goethe, si elle paraît cruelle, il faut aussi se dire que c’est sa voiture, qu’il ya a mis un paquet d’oseille, et que demander à faire courir son pilote, estsomme toute, très logique.

Générosité et passion d’un côté, envie de faire partager cette belle histoire par un de ses amis pilotes, la logique, même terrible, reste logique.

Et cette logique est d’autant plus terrible, qu’elle est financière.

Elle pourrit la F1 depuis des années.

Elle y oblige des pilotes débutants (et parfois capés…) à apporter de l’argent.

Elle donne tout pouvoir aux financiers devant les sportifs.

Bon, il ya aussi de la passion chez Roald Goethe.

Et de la tristesse chez Pesca.

Passion et tristesse, c’est encore de l’humain, que la finance ne peut pas acheter.

Il est sûr que les vrais fautifs sont ceux qui ont promis monts et merveilles, à Henri il ya quelques mois.

A cause d’eux, le projet Pescarolo 03, était touché-coulé.

Henri a fait comme il a pu pour remettre la voiture à flot.

Un vrai sauvetage.

Julien est jeune, bourré de talent. L’avenir s’ouvre à lui depuis ses débuts chez Luc Alphand ou un certain Philippe Poincloux, lui avait fait entièrement confiance, pour le lancer justement au Mans, au volant de l’une des deux Corvette, du Team LAA (Luc Alphand Aventures)

Maintenant, pour Pescarolo,  peut-être, enfin place aux chronos!

 

Jean Louis BERNARDELLI et  Gilles GAIGNAULT

Photos : Patrick Martinoli – GULF Team.

JULIEN JOUSSE avec les REPORTERS D’AUTONEWSINFO, Gilles et JEAN LOUIS

Sport

About Author

gilles