500 MILES D’INDIANAPOLIS : FIASCO TOTAL POUR ALESI STOPPE AU… DRAPEAU NOIR !

 

 

Si Dario Franchitti a remporté ses troisièmes 500 Miles, après ses triomphes de 2007 et 2010, si Simon Pagenaud et Sébastien Bourdais, terminent à de corrects seizième et vingtième places sur trente trois, quid du troisième larron ?

Et oui, comment se sont déroulées les toutes 1éres 500 Miles de JEAN ALESI  ?

Dans le plus total anonymat. PIRE même !

 

RETOUR AU STAND PRÉCIPITÉ…. MAIS OBLIGATOIRE !

 

 

Explications

Triste fin de l’aventure ce dimanche et épilogue malheureux  d’un véritable et long, trés long, trop long CALVAIRE.

Jean Alesi, ce dimanche, a été contraint de s’arrêter après seulement 9 tours lors des 500 miles d’Indianapolis. Les commissaires sportifs – les fameux Marshall – ont en effet exigé et demandé au pilote Français de regagner son stand car… il était jugé trop, trop lent !

Son bolide comptait alors déjà un tour de retard sur la tête de la course !!!

Cela devenait dangereux pour lui et la meute des 32 autres concurrents

STOPPE car jugé beaucoup trop lent et en dessous de la limite des 105 mph, de moyenne !

Pareil ordre, a été communiqué à la Suissesse Simona de Silvestro, qui elle aussi au volant d’une monoplace Lotus, complétement dépassée et larguée, devenait ce que l’on a coutume d’appeler, une… CHICANE mobile !

Une décision terrible qui conclut un véritable fiasco depuis un mois. Jean et Simona, ayant été constamment abonné, aux simples rôles de figurants…

 

Lorsque Jean avait annoncé son intention de s’engager dans cette épreuve mythique, tous ses alis dont le plus proche, Philippe Gache, grièvement accidenté dans cette épreuve en 1996, lui avait fortement déconseillé de se lancer dans cette folie…

Et ce avec insistance…

Mais, personne ne se doutait de la GALÈRE, qu’a finalement des semaines durant, vécu l’Avignonnais, humilié, lui qui fut tout de même vainqueur d’un Grand Prix de Formule 1, le GP du Canada à Montréal le   1995.

Et des années durant en haut de l’affiche, pilotant pour la plus prestigieuse, la plus réputée, la plus mythique des écuries de course automobile, la très célèbre Scuderia Ferrari !

On ose espérer que cette triste aventure, ne laissera pas de traces car franchement Jean a été la risée des équipes Yankees et son nom entaché par cet engagement incompréhensible avec Lotus.

 

Et ce d’autant plus que toutes, oui TOUTES les écuries Américaines (D&R, Herta et Dragon) qui avaient entamés la saison 2012 avec Lotus, s’étaient une à une, désengagés pour s’équiper des très fiables, performants et puissants moteurs Chevrolet et Honda

Cela aurait du alerter Jean qui s’est retrouvé dans un projet infernal, ingérable et ce au volant d’une monoplace, tout juste digne de s’aligner en Indylight, la petite discipline de la Formule Indy !

Qu’ajouter?

Le mal est fait…

Mais Jean Alesi pouvait éviter cette cata, ce fiasco qui nécessairement laissera des traces

 

Dimanche soir, il confiait :

« Nous avions des problèmes de performance moteur et avons dû rentrer aux stands. J’espère qu’on se verra l’an prochain. Il est temps de préparer les prochains Indy 500».

Jean étant homme de caractère, cela signifie qu’il ne souhaite pas en rester là. Et qu’il souhaite effacer ce retentissant et cuisant échec. Car, qu’on le veuille ou non, c’en est un…

Croisé à Agadir, ce lundi en fin de matinée ou il prépare le Rallye du Maroc Historique qu’organisent Yves Loubet et José Andréani, son pote, Philippe Gache, nous a confié :

 » Triste fin d’une aventure à laquelle Jean n’aurait jamais du être impliquée… « 

Il n’en dira pas plus par pudeur, respect et amitié fidèle pour Jean. Mais on sent que Gache s’attendait à ce désastre…

Et sur facebook, même ses fans, ne sont pas tendres, eux, non plus. C’est une avalanche de critiques…

 

Gilles GAIGNAULT

Photos : INDYCAR et Peter GRISWOLD

 


Indycar Sport

About Author

gilles