WRC. LOEB MENE LA BATAILLE AVEC LES PILOTES FORD A L’ACROPOLE

 

Les pilotes du Team Ford ont remporté sept des neuf spéciales de la première étape du Rallye Acropole. Mais vendredi soir à l’issue de la première journée, c’est pourtant le Champion du monde le Français Sébastien Loeb, au volant de sa DS3 Citroen, qui mène la course !

Jari-Matti Latvala, qui a retrouvé son baquet qu’il avait   dû momentanément abandonné à l’Espagnol Danin Sordo dernièrement au Rallye d’Argentine suite à sa blessure en ski de fond, n’a pas raté son retour, signant cinq meilleurs temps et se trouve en situation idéale en seconde position à seulement… 6’’5  du pilote Alsacien tandis que son équipier, Petter Solberg, occupe la troisième place, après avoir obtenu, lui, deux victoires en spéciales.

A l’occasion de ce ‘ come-back’ , Jari-Matti Latvala, n’a subi aucune gêne consécutive à sa blessure qui l’avait empêché de disputer la manche précédente en Argentine.

Bien au contraire car le Finlandais, est entré immédiatement dans le rythme. Il a connu pour seul souci, un tout droit et un moteur calé, qui lui a fait perdre une dizaine de secondes dans l’ES4.

Sinon, c’est bien lui qui aurait conclu au commandement cette première étape Grecque !

 

 

Jari-Matti, nous raconte :

« Mis à part cet incident, mon retour à la compétition s’est bien déroulé. Je n’ai pas souffert au  niveau de mon épaule même si j’ai senti que j’avais un peu moins de force dans le bras. N’ayant pas couru depuis un moment, j’étais inquiet avant le départ de retrouver une bonne cadence mais cette crainte s’est vite dissipée. Nous avons livré une belle bataille pour la première place. Quand j’ai manqué le carrefour et calé le moteur, je ne m’attendais pas à ce que le terrain soit si glissant. Au freinage, le moteur a calé et j’ai tiré tout droit. Au milieu de la boucle de spéciales, j’ai choisi d’emmener deux roues de secours. Une aurait peut-être suffit. Il y avait beaucoup de sections en montée où les 25 kilos supplémentaires ont eu une influence sur les performances. »

Petter Solberg, a abordé la journée de course, avec le souci de regagner le temps perdu, à cause d’un mauvais choix de pneus dans la première spéciale qui s’était disputée la veille.

 

Cinquième seulement au départ ce vendredi matin, le Norvégien, a remporté la dernière spéciale de la matinée, pour remonter à la troisième place.

Mais, il a ensuite perdu une dizaine de secondes et une place après un violent choc contre une pierre qui a endommagé la suspension et provoqué une crevaison.

Il lâche :

« Le rocher n’était pas indiqué sur mes notes. Le choc a été violent, la voiture a décollé et j’ai bien cru que ma course allait s’arrêter là ! L’équipe a réalisé un superbe travail pour remettre la voiture en état. Cela montre à quel point notre voiture est solide pour résister à un tel impact. »

Le patron de l’équipe Ford, Malcolm Wilson, expliquait :

« Cette journée, s’est bien mieux déroulée que les premières étapes de nos rallyes précédents. Je suis heureux de voir Jari-Matti, en aussi bonne forme pour son retour. Il y avait beaucoup de dégâts sous la voiture de Petter et l’équipe a accompli un remarquable travail pour lui permettre de poursuivre.  L’étape de demain sera de nouveau très longue et sans aucun doute la plus dure du rallye. »

 

LOEB PREND L’ASCENDANT AU MONT PARNASSE

 

En face, chez Citroen,  cette longue et dense journée du Rallye de l’Acropole a été rythmée par une bagarre incessante.
Lutte entre les  pilotes des équipes  Citroën et Ford, les quatre prétendants à la victoire.

Sans être intouchables, Sébastien Loeb et Daniel Elena ont finalement pris l’ascendant sur leurs adversaires.

Les octuples Champions du Monde comptent donc  6’’5 d’avance sur leur plus proche poursuivant.

Malgré le temps perdu lors de la dernière spéciale du jour, Mikko Hirvonen et Jarmo Lehtinen, peuvent encore placer la seconde DS3, sur le podium.

Après l’unique chrono disputé jeudi soir, les concurrents du Rallye de l’Acropole s’attaquaient à un morceau de bravoure ce vendredi.

Une très, très longue et dure journée de plus de 16 heures, longue de 706 km dont 169 de spéciales, soit près de 2h15 passées à attaquer sur les chemins de montagne encore détrempés par les orages tombés au cours de la nuit…

Dès 6h53, les premiers pilotes s’élançaient dans Aghia Marina.

Sans round d’observation, la lutte s’engageait entre les ténors du WRC : Loeb, Hirvonen, Latvala et Solberg.

Auteur de trois deuxièmes temps, le duo Sébastien Loeb, s’emparait du commandement à l’issue de l’ES4, tandis que Mikko cédait sa troisième place à Petter Solberg.

Après un rapide passage par l’assistance éloignée installée sur le port d’Itéa, la lutte se poursuivait avec la même intensité sur les contreforts du Mont Parnasse. Haussant le ton, Mikko Hirvonen puis Sébastien Loeb signaient alors les scratches dans Bauxites 1 (ES5) et Drossohori (ES6). Cette double performance permettait à Seb de porter son avance à 10’’, tandis que Mikko reprenait la troisième place à Solberg.

Une nouvelle halte à Itéa, permettait aux équipages de souffler avant l’assaut final.

Sébastien Loeb résistait à Latvala pour regagner Loutraki en leader. S’il n’a signé qu’un seul scratch aujourd’hui, l’octuple Champion du Monde a néanmoins collectionné huit deuxièmes temps, dont quatre à moins d’une seconde du plus rapide !

« Cette longue journée était délicate à négocier », soufflait Sébastien Loeb à son retour sur les rives de la mer de Corinthe.

Et il enchainait :

« Au-delà de la longueur, ce sont les conditions de route qui ont compliqué notre tâche. Certaines portions étaient totalement sèches, et d’autres maculées de boue. Nous avons effectué toute la journée avec les Michelin Latitude Cross ‘H1’ durs, qui ont plutôt bien fonctionné dans toutes les conditions. J’ai vraiment apprécié cette bagarre à coups de dixièmes avec Mikko, Jari-Matti et Petter tout au long de la journée, ça faisait longtemps ! »

Mikko Hirvonen, en revanche, perdait le contact dans Thiva 2 (ES9). Noyé dans la poussière d’un concurrent parti devant lui, il ne pouvait éviter une crevaison qui le contraignait à lâcher 24’’ d’un coup.

Quatrième à 31’’9 de Solberg, Mikko n’a toutefois pas dit son dernier mot à mi-rallye.

« C’est dommage de terminer la journée de la sorte, mais je ne suis pas abattu », assurait le Finlandais.

Lequel poursuivait :

« La journée a été longue, mais je me sens bien. Je vais continuer à attaquer pour revenir sur Petter et… on ne sait jamais ! La suite du rallye s’annonce très difficile, nous n’avons encore rien vu. »

Yves Matton, Directeur de Citroën Racing, concluait :

« Mis à part le temps perdu par Mikko dans l’ES6, il est plutôt réjouissant pour le sport de voir quatre pilotes s’affronter de la sorte. Le découpage de l’étape et les conditions de route ont créé une multitude de petits rebondissements, mais au bout du compte les écarts restent minimes. Nous sommes tous d’accord au sein de l’équipe pour dire que le rallye va se jouer demain, sur des spéciales bien plus cassantes et abrasives que celles d’aujourd’hui. »

 

 

Derrière les leaders, on pointe dans l’ordre, les Ford de Novikov-Giraudet à 3’55’’0 et de Prokop-Hruza à 4’46’’7.

Puis, Nasser Al Attiyah et sa DS3, à 4’56’’9 et Mads Østberg  sur Ford Fiesta RS à 5’14’’6.

L’acrobate Sébastien Ogier, réussit encore ‘ l’impossible’ !

Au volant de sa petite Skoda Fabia S 2000, le Gapençais intègre le TOP 10, occupant ce soir une formidable neuvième place à 5’27.’’2 de la tête.

Il précède son brillant partenaire, le Norvégien Andreas Mikkelsen, 10éme, lui, à 6’31’’0. Suivent, dans l’ordre, la DS3 du Belge Thierry Neuville, à 7’48’’7 et la MINI John Cooper d’Armindo Araujo, à 9’19’’.

 

Christian COLINET
Photos :  Jo LLLINI

 

 

Classement à l’issue de la première étape :

1. Loeb-Elena (Citroën DS3), en 2h14’01’’3 -2. Latvala-Anttila (Ford Fiesta RS) à 6’’5 -3. Solberg-Patterson (Ford Fiesta RS) à 17’’7  -4. Hirvonen-Lehtinen (Citroën DS3) à 49’’6 -5. Novikov-Giraudet (Ford Fiesta RS) à 3’55’’0 -6. Prokop-Hruza (Ford Fiesta RS) à 4’46’’7

 

Sport WRC

About Author

gilles