GP PRIX DE FRANCE MOTO : SUPERBE VICTOIRE POUR LE JEUNE ESPOIR FRANCAIS LOUIS ROSSI EN MOTO3

 

COCORICO !

Sous la pluie qui tombait sur le circuit Bugatti du Mans, le  » régional de l’étape Française, quatrième manche du Championnat du monde de motocyclisme 201, le Sarthois Louis Rossi, s’est imposé remportant ainsi le Grand Prix de France; son GP National

Comment ne pas rêver !

Cela faisait…quatre ans, oui, très exactement quatre ans, qu’un pilote tricolore, n’avait plus gagné le GP de France !! Et le succès de Mike di Miglio

C’est dire le véritable EXPLOIT, qu’a réalisé ce dimanche, le jeune Louis Rossi

 

 

Vainqueur sous une pluie battante du Grand Prix de France, Louis Rossi s’impose donc pour la toute première fois de sa carrière et succède à Mike di Meglio, dernier Français à avoir remporter l’épreuve Française du calendrier  mondial au Mans, il y a quatre ans.

Les deux Espagnols Alberto Moncayo et Alex Rins, complètent le podium d’une course, dont seuls quinze pilotes ont rallié l’arrivée.

Louis Rossi qui a rejoint cette année le Racing Team Germany, a brillamment remporté sa toute première victoire en Grand Prix ce dimanche au Mans, dans des conditions extrêmement difficiles et sur une piste qui a piégé la moitié des pilotes de la catégorie Moto3.

Parti de la quinzième position, le Français, dont le meilleur résultat avant ce Grand Prix était une neuvième place, a réalisé une bonne entame de course pour suivre le groupe de tête.

Lequel était composé du poleman Maverick Viñales (Blusens Avintia), d’Alberto Moncayo (Bankia Aspar), de Zulfahmi Khairuddin (AirAsia-SIC-Ajo), d’Héctor Faubel (Bankia Aspar) et de Luis Salom (RW Racing GP).

 

 

Après les premières chutes de Nicklas Ajo (TT Motion Events Racing) d’abord puis de Brad Binder (RW Racing GP) et ce dès le deuxième tour, un autre pilote tricolore Alexis Masbou (Caretta Technology), parti cinquième, Romano Fenati (Team Italia FMI) et Kenta Fujii (Technomag-CIP-TSR) se faisaient alors, à leur tour, également piéger par les conditions de piste et  devaient  malheureusement abandonner.

En tête à la mi-course (12éme tour), Faubel était le premier leader à chuter, peu avant que Salom, Oliveira et Viñales ne connaissent  eux aussi, également le même sort, en étant tour à tour, passés en première position.

La chute de Viñales, le leader, permettait à Louis Rossi, qui était revenu sur les talons du Catalan, de se retrouver en tête pour le dernier tiers de la course.

 

Contrairement à ses prédécesseurs, Le Manceau n’a pas craqué et a su éviter les nombreux pièges présents sur la piste pour s’assurer une première victoire en Grand Prix, la première victoire Française au Mans, depuis celle de Mike di Meglio, en 2008.

Les deuxième et troisième places sur le podium revenaient, à Alberto Moncayo (Bankia Aspar) et Alex Rins (Estrella Galicia 0’0), ce dernier montant sur le podium pour la toute première fois de sa carrière.

Sixième après sa chute, derrière Niccolò Antonelli (San Carlo Gresini) et Arthur Sissis (Red Bull KTM Ajo), Sandro Cortese (Red Bull KTM Ajo) conserve la première place du classement général provisoire, avec désormais douze points d’avance sur Viñales.

Jaspes Iwema (Moto FGR) pointait lui à la septième place, devant un autre tricolore, le jeune pilote également Sarthois, Alan Techer (Technomag-CIP-TSR) qui a pris une belle huitième place à domicile, pour son quatrième Grand Prix.

 

 

Comme on l’imagine, Rossi était ‘ aux anges ‘

Il nous revenait d’ailleurs à ce sujet, ses propos tenus la veille à l’issu de la séance des essais ou il avait décroché le quinzième temps en 1’58’’576, à 2’’711 de la pôle, 1’55’’865 de Viñales :

«  Il faut savoir garder les pieds sur terre et ne pas s’emballer. Il me faut d’abord être régulièrement dans le TOP 10 et ce franchement le plus souvent possible. Après il faudra viser et ambitionner de franchir un palier et donc de parvenir à intégrer le TOP 5. Puis enfin, mon but est d’ambitionner de  mieux faire, au fil des GP sans rien précipiter »

Comme prévu ce dimanche matin, il pleuvait encore et toujours sur la Sarthe.

Toutefois ce sale temps de chien à ne pas mettre le nez dehors, n’avait pas empêché  80.205 fans à envahir le circuit Bugatti, véritablement noir de monde. Tout comme la totalité des tribunes archi pleines à craquer !!!

Le public ayant répondu en masse malgré une météo épouvantable, les acteurs de la catégorie Moto3, entamaient alors le warm-up

Une nouvelle fois, Viñales, se montrait le plus vite sur une piste détrempée avec un chrono de 1’59’’143. Louis Rossi, signant lui le 10éme temps avec 2’00’’650

Roulant devant son public, il lâchait :

«  Il ne faut surtout pas se mettre trop la pression et tomber dans le piège de vouloir trop en faire, trop bien faire.  Pour moi ce GP est une course comme les autres. En fait, la seule différence, c’est qu’au fond, je suis beaucoup plus sollicité par les media ! »

D’ailleurs, à ce sujet, Louis Rossi à l’occasion de ce GP de France, a choisi de confier ses intérêts à Laurent Fellon, l’actuel manager de Johan Zarco.

Et ce dans le but de pouvoir se concentrer sur son métier de pilote

 

Deux heures plus tard, c’est en inattendu et fantastique vainqueur que Louis Rossi franchissait en grand vainqueur la ligne d’arrivée.

Redescendu du podium, l’heureux lauréat de ce GP de France 2012 en Moto3, nous confiait :

«  Quelle course incroyable.  Un GP de France horrible conclut par une victoire incroyable. »

Et, Louis de préciser :

«  Je n’ai pas cherché ni voulu me mettre  dans le peloton de tête. Je ne tenais pas à risquer d’être victime d’un pilote chutant devant moi. »

Il poursuivait :

«  J’ai cherché en priorité à faire une course intelligente. Et sincèrement je ne pensais pas que l’expérimenté Viñales allait chuter »

Avant de conclure :

« On n’est pas un grand pilote parce qu’on a gagné un GP sous la pluie. Pour le devenir il faut maintenant que je triomphe sur le sec. »

Et il enchainait et nous répétait :

« Ouah ! Ou, la-là, quelle épreuve incroyable. Quel GP INCREDIBLE !!!  »

Il n’est surement pas le seul à le penser…

 

QUELLE BAGARRE A 300 A L’HEURE, ENTRE DEUX GÉANTS !  STONER ET VALENTINO ROSSI

 

Quelques heures plus tard, un autre Rossi, le grand, l’immense Champion qu’est Valentino Rossi, terminait enfin sur le podium.

Se classant second derrière la Yamaha de Jorge Lorenzo, avec sa Ducati usine, après des GP et des GP difficiles… battant le Champion du monde en titre, l’ogre Australien Casey Stoner, leader de l’actuel Championnat, sous les vivas du public qui lui a offert une formidable Standing Ovation !

Et ce après d’innombrables Grands Prix galères !

Nous offrant un podium de MotoGP ROYAL, avec trois Champions du monde réunis : Lorenzo-Rossi-Stoner

Claude Michy, l’inoxydable mais ‘O’ combien brillant promoteur de ce GP de France, peut rejoindre sa chère Auvergne satisfait.

Le cru 2012 a été de toute beauté.

Un Grand Prix de France exceptionnel malgré des conditions dantesques.

Nous, on en a pris  » Plein les mirettes  » !!!

 

Gilles GAIGNAULT
Photos : Adrien CLEMENT – XTREM-PICS

 

ET MONSTER NOUS A GÂTÉS DE JOLIES HOTESSES

Sport

About Author

gilles