GRAND PRIX DE FRANCE DE F1 : TOUJOURS POSSIBLE !!! AVEC ALTERNANCE MAGNY COURS PAUL RICARD

Grand Prix F1: Hollande favorable à l’alternance Paul-Ricard – Magny-Cours !!!

L’idée n’est finalement pas aussi saugrenue que cela.

En tout cas le Président fraichement élu, François Hollande, a désormais en sa possession les clefs de contact…

Le problème avec le Grand Prix de France F1, c’est que depuis l’été 2008 un épais rideau de fumée politique cachait la plupart des réalités du dossier.

Et tant, le Paul-Ricard que Nevers-Magny-Cours, la région provençale et bourguignonne, en ont fait les frais !

Comme nous l’évoquions tout récemment encore, le dossier de la renaissance du Grand Prix de France F1 au circuit Paul-Ricard – qui fut porté à bout de bras par le futur ex-Premier ministre, François Fillon – est au point mort, depuis la non réélection de Nicolas Sarkozy à la Présidence de la république.

Mais, le dicton est bien connu,  chaque jour réserve son lot de surprises.

Hier matin, notre confrère Gilles Gaignault -fondateur du site autonewsinfo.com – nous précisait (photo) :

« Serge Saulnier, (ndlr : ex-Peugeot Sport) directeur du circuit de Magny-Cours depuis trois ans, m’a confié avoir rencontré François Hollande la semaine passée, entre les deux tours de l’élection présidentielle, lorsqu’il était allé, le 1er mai, participer à Nevers à la commémoration de la disparition de Pierre Bérégovoy ».

Mitterrand et les deniers publics

 

 

François Mitterrand ayant tout fait – avec les deniers publics – pour que Magny-Cours devienne l’un des phares des sports mécaniques français dans les années 90, il est dans l’ordre des choses que le Président élu socialiste, suive la même route.

Le Conseil général de la Nièvre et la Région Bourgogne étant, de longue date, habitués à fournir le nerf de la guerre au circuit nivernais.

Lequel devrait pourtant engager de conséquents frais de rénovation afin d’être capable de renouer avec la Formule 1, partie loin de France depuis le catastrophique Grand Prix 2008…

Qui le fit marquer du sceau de l’infamie par Bernie Ecclestone, le deus ex machina des Grands Prix.

Aujourd’hui politiquement écartelé entre Provençaux et Bourguignons, le Président Hollande, détient les clefs de contact d’une audacieuse solution capable de permettre à la France de retrouver chaque année son Grand Prix F1.

Pour cela, il lui suffit de prôner une alternance entre le Paul-Ricard – avec un financement du GIP (Groupement d’intérêt public) officiellement né  avec la publication au JO le samedi 5 mai et mené par le Conseil général et la Chambre de Commerce du Var ainsi que la Ville de Toulon -, et  le circuit Nivernais de Magny-Cours.

Le Sud et le Nord du sport automobile, seraient alors réconciliés, la droite varoise et la gauche nivernaise aussi.

Et on quitterait la configuration rallye d’une situation qui se traduit actuellement par les notes suivantes : droite à fond sur gauche serré…

Qu’il serait dommage de voir ponctuées par une vilaine sortie de route …. et définitive !

François Hollande : « Oui à la F1, non à une exclusivité ! »

 

En tout cas, entre les deux tours de l’élection Présidentielle, le nouveau Président de la République avait un peu revu ses positions des semaines et des mois passés au sujet de la F1 – nous n’allons pas nous en plaindre -, puisque, le 1er mai, il avait notamment déclaré à nos confrères de la rédaction de Nevers du JDC (Journal du Centre).

« Sur le principe d’un retour d’un Grand prix de France, j’y suis favorable. C’est un sport qui attire un nombreux public, qui a des conséquences économiques. Il y a aussi un débat sur l’enjeu écologique de ce type de compétition.

Gare aux idées biscornues des Eva Joly et autres Cécile Duflot, devenues plus politiques… qu’écologiques !

Et de préciser :

« Le gouvernement (ndlr : le gouvernement Fillon) a visiblement fait son choix. Je considère qu’il y avait peut-être mieux à faire que d’opposer Le Castellet à Magny-Cours. Il convient plutôt de voir comment nous pourrions avoir en alternance un circuit de F1 qui soit pleinement utilisé. « On a la chance d’avoir deux grands circuits, dans deux régions différentes, qui peuvent attirer un public nombreux.

Avant d’ajouter :

« Oui à un retour de la Formule 1 en France, et non à une exclusivité qui serait donnée à un seul circuit. »

Hélas, cette déclaration empreinte de bon sens n’avait jusqu’à ce jour, pas du tout été relayée à l’extérieur de…  la Nièvre.

Les précisions de Vincent Darbeau à Nevers

En ce début d’après-midi, notre confrère Vincent Darbeau, en charge des sports mécaniques au Journal du Centre à Nevers et donc du dossier Magny-Cours, nous apporte aussi un intéressant éclairage.

 « Dès le mois de février, le Conseil général de la Nièvre (ndlr : propriétaire du circuit de Nevers-Magny-Cours) a ouvert la porte à une alternance entre les deux circuits français (ndlr : nous sommes heureux de l’apprendre), et François Hollande, lors de sa visite à Nevers, le 1er mai, a lui aussi évoqué cette position dans les colonnes du JDC. Alternance qui n’avait jusque-là, jamais été envisagée dans le Sud, je crois… »

Et il enchaine :

« Ensuite, la position de Bernie sur le circuit de Magny-Cours est effectivement souvent relayée. Sauf que l’intéressé n’a jamais directement parlé de Magny-Cours… – dont l’accès par autoroute est terminé, direct de Paris au circuit. Concernant les travaux, ils consistent seulement en un agrandissement des box et une couverture de la tribune principale. »

Avant de finalement conclure :

« Enfin, pour le financement, le seul apport de l’État au Grand Prix de France à Magny-Cours était une subvention de 300 000 à 400 000 € versée à la FFSA (ndlr : alors promoteur du GP). Le déficit étant couvert par les collectivités locales. Dans le montage du Castellet (ndlr : circuit Paul-Ricard), l’État ne verse rien, mais est caution, ce qui l’obligerait à payer un déficit certain, probablement au moins 10 millions d’euros. »

Dernière minute.

Bernie Ecclestone a déjà annoncé le montant du prix du plateau qu’il demanderait à chacun des circuits : 22 millions d’euros.

Autant d’informations à méditer…

Charles-Bernard ADREANI  (cbadreani@laprovence-presse.fr)

Photos : Gilles GAIGNAULT- Bernard ASSET-Bernard BAKALIAN-Raymond PAPANTI- Valérie MAUREL -Stephane JEANBAPTISTE

 A VOTRE BON CHOIX…

Sport

About Author

gilles