LES AUTOS DU CŒUR : POUR NE LAISSER PERSONNE AU BORD DE LA ROUTE

LES AUTOS DU CŒUR : POUR NE LAISSER PERSONNE AU BORD DE LA ROUTE

Décidément les français ont du cœur ! En  effet  après les restaurants du cœur d’un Coluche visionnaire, ces sont les autos du cœur, qui en raison des  conditions  de vie  précaires  pour de plus en plus de nos concitoyens, connaissent  un développement considérable.

Ce concept « les autos du cœur » s’appuie sur la solidarité, la mobilité et le retour à l’emploi. Il  a vu le jour voici  8 ans à Amboise  quand Jacques BEAUGE, cadre de la distribution automobile en retraite décide, avec son épouse Martine, de mettre fin à un gaspillage débile, tout en servant une cause humanitaire noble.

Jacques Beaugé  nous explique  l’idée de départ de l’association :

« Si nous regardons bien la situation, chaque année  nous démolissons volontairement dans notre pays,  8 files parallèles de voitures  pare-choc contre pare-choc sur une distance de Lille à Marseille. C’est  donc un gaspillage considérable. Nous avons estimé  que des véhicules qui partent  parfois à la destruction  avec ABS ,  climatisation et airbag   à moins de 30000 kilomètres au compteur, ça serait mieux  quand même de les récupérer,  plutôt que de les laisser partir comme cela, alors  que des  mères de famille élèvent seules  2 ou 3 enfants, et roulent avec des  voitures qui  affichent 200 ou 300 000 kilomètres. De plus, lorsqu’elles sortent du contrôle technique  on leur dit : Madame votre  voiture est extrêmement dangereuse ! »

 

Les époux BEAUGE

Au début, le bureau de l’association  appuyé  par quelques bénévoles s’est installé  dans la chambre  d’amis de  la maison tourangelle sise à quelques mètres du château.

Lors de notre rencontre, nous avons  visité  les 6 bureaux  (non occupés durant ce pont du mois de mai) destinés aux 6 salariés chargés  de toute la gestion administrative et financière jalonnée par plus 70 appels téléphoniques par  jour !

Entre temps, les choses n’ont pas toujours été faciles, mais l’idée généreuse a pu être exploitée  de manière rationnelle sur des  principes clairs  et au bout de 5 ans, les autos du cœur  sont  devenues une association reconnue d’intérêt général ce qui autorise une défiscalisation des dons comme nous allons  le voir.

En France un réseau de 70  bénévoles s’est établi, et de nombreux partenaires (villes, conseils généraux, caisses d’allocations familiales grandes associations caritatives  comme la Croix Rouge, le Secours catholique,Emmaüs, le Secours populaire…) travaillent régulièrement avec les autos du cœur.

Alors concrètement comment les choses se passent-elles ?

Parlons d’abord des dons.

 

UNE PARTIE DES DONS

 

Les donateurs sont le plus souvent des particuliers, mais aussi  des Institutions publiques, des Mairies et des Entreprises.
Les bénévoles des autos du cœur  récupèrent les véhicules là où ils se trouvent.

La valeur de l’auto est arrêtée  par l’association  et c’est elle qui est habilité à délivrer le  reçu de défiscalisation (66% de la valeur). Nous avons appris que  certains bénévoles sont des retraités de la SNCF ce qui leur permet d’aller en train  gratuitement récupérer les voitures.

Amboise est  un centre important de regroupement des  voitures données et nous avons visité  les grands parcs  mis gracieusement à disposition par un concessionnaire, où l’on trouve  les  véhicules  prêts à la livraison et les autres   tout juste récupérés.

Il faut bien comprendre qu’une fois  récupérées les voitures  sont  expertisées  et adressées à des garagistes professionnels pour remise en état. Certaines sont malgré tout détruites  et rapportent quelques euros de récupération. Ensuite, les passages au contrôle technique, les régularisations administratives sont effectués par l’association.

Toutefois, il faut bien comprendre que ces opérations  peuvent avoir lieu aussi bien à Bordeaux, Toulouse, Brest, Toulon, Nancy, Marseille….et à l’occasion le Président Beaugé, nous glisse que les bénévoles sont toujours les bienvenus !

Amboise centralise le traitement administratif de l’ensemble des opérations, mais une voiture donnée à l’association à Annemasse restera sur le secteur, c’est-à-dire Annecy où l’association a une antenne.

UNE AUTRE PARTIE DES DONS

Venons en maintenant à l’attribution des véhicules.

Il est bien évident qu’en plus de la partie technique  pour assurer une  longévité optimale, tout est fait  pour rendre le véhicule  dans le meilleur état de propreté et lui redonner un look flatteur.

Les bénévoles, -parfois d’anciens bénéficiaires- y tiennent  beaucoup. Les autos du cœur affichent certains principes qui structurent bien son action. Les époux Beaugé n’ont pas varié depuis leur engagement dans cette aventure qui les mobilise totalement. Ils veulent pouvoir fournir un véhicule  pour toute personne  qui perdrait  son travail faute de pouvoir en disposer,  ou qui  ne pourrait pas répondre à une offre de travail faute de moyen de transport autonome.

D’autres cas familiaux particuliers peuvent être également pris en compte, mais  ce sont des demandes  établies par les services sociaux qui  servent de base  pour le dialogue avec les bénéficiaires puisqu’il faut  envisager une contribution  (en moyenne 800 à 1000 euros) pour prendre possession du véhicule.

Cette somme est souvent le fruit d’un regroupement de plusieurs aides ce qui  complexifie  la gestion de chaque demande. (microcrédit, participation association caritative, Caf, CCAS, Conseil général, Pôle insertion, ville…)

Quand on évoque la prise en mains du véhicule  par  les bénéficiaires, les  yeux de  Jacques Beaugé s’allument. Il nous confie :

« On rencontre des gens qui ne  peuvent pas retenir  leurs larmes. Certains enfants qui sont présents vont  oublier d’un coup  qu’ils étaient considérés comme déclassés faute de  voiture à la maison. Les  bénéficiaires  vont retrouver une  vie sociale, et reprendre pied. On se dit dans ce moment particulier de la remise  du véhicule que si ça sert à quelque chose, c’est tant mieux. »

Effectivement,  cette solidarité exercée sans tapage est de nature à permettre  aux 700 bénéficiaires (en 2011) de redonner  quelque espoir à ces familles qui  connaissent des périodes de détresse, mais  retrouvent une certaine dignité  en réglant cette  question vitale du transport.

Nous avons pu  visiter le stock de  voitures à Amboise  et noté  que  ce ne sont pas  forcément les  petits véhicules qui sont recherchés. Des Espace sont prisés  pour des familles  nombreuses  ou recomposées, tout comme certains  monospaces C4  Picasso  ou Scénic par exemple. Nous avons été  surpris par l’ampleur et la diversité  des modèles prêts à être affectés  ou  encore à préparer.

  Jacques et Martine BEAUGE

Nous avons éprouvé  une sincère  émotion quand Jacques et Martine BEAUGE,  en toute simplicité, nous  indiquaient  dans un large sourire être  occupés à temps  complet  comme des professionnels, mais être prêts à élargir  le champ d’action de l’association  en Espagne  par exemple,  où socialement  les choses ne vont pas  bien.

Leur plaisir intime, profond et sincère c’est de lutter  contre la marginalisation, l’isolement, c’est réduire la fracture sociale, c’est redonner espoir. Avec  une telle générosité et un  tel engagement on ne peut que leur souhaiter d’avoir les moyens  pour faire face  à  une  année 2012 annoncée comme record, puisque l’on s’achemine vers  1000 à 1200 véhicules affectés.

Le stock moyen étant de 250 véhicules, des dons sont nécessaires et des bénévoles attendus, pour que cette formidable action de solidarité soit à la hauteur des besoins considérables dans  notre société malmenée économiquement et socialement.

 

Texte et Photos : Alain MONNOT
Site à consulter : www.lesautosducoeur.fr

Evenements Sport

About Author

gilles