ENDURANCE WEC : SIGNATECH-NISSAN : « UNE PREMIÈRE, AU GOUT AMER » A SPA

Pour sa grande première participation au Championnat du monde d’endurance, l’équipe G-Drive la seconde voiture désormais alignée par l’équipe SIGNATECH-NISSAN, avait rendez-vous dans les Ardennes Belges, pour les 6 Heures de Spa Francorchamps.

L’équipe était arrivée sur le circuit de SPA FRANCORCHAMPS, avec des ambitions légitimes de podium mais la perte d’une roue arrière, encore inexpliquée à ce jour, a ruiné tous leurs espoirs.

Pierre Ragues, alors au volant, était en train de positionner la voiture afin de permettre à ses coéquipiers de finir le travail et de se battre pour la victoire finale.

L’ORECA 03 NISSAN arborant le N°26, pilotée par Nelson Panciatici, Pierre Ragues et Roman Rusinov, termine finalement la course en 12ème position des LMP2.

 

Mais, revenons à la course.

Au cours de son premier relais, Pierre Ragues, partait à la faute et ce afin d’éviter un accrochage avec un concurrent, et perdait dans son second relais la roue arrière gauche. Revenu au stand, la voiture restait immobilisée, trente bonnes minutes, avant  que Roman Rusinov et Nelson Panciatici, 3ème meilleur temps  des pilotes des LMP2 en course, ne prennent à leur tour, la piste.

Roman Rusinov prenait ensuite le volant après un arrêt au stand d’une trentaine de minutes et après deux très beau relais, cédait son baquet à Nelson Panciatici.

Pour Philippe Sinault, si la frustration est de mise, il sait qu’au bout du tunnel il y a la lumière

Samedi soir, tard après la fin de la course, Philippe SINAULT, avec qui nous dinions, nous lâchait :

 » Week-end difficile… Avec les chronos réalisés en course et en essais libres 3 par Nelson, nous aurions pu faire quelque chose ici à Spa. Mais les dieux de la Belgique ne nous ont pas exaucés. L’équipage Panciatici-Ragues-Rusinov, a son équilibre. Spa était leur première sortie, et nous devions répéter avant le Mans… Pour une première, toute l’équipe s’est bien comportée et sans la perte de cette roue encore inexpliquée – peut-être le filtage d’une fusée – nous pouvions prétendre à un très beau résultat pour notre 1ere course ».

A ses côtés, ses trois pilotes, un à un nous racontait leur course

 

Ainsi Pierre Ragues, qui avait effectué les qualifications :

  » Sur la grille, nous partons 12ème LMP2, et j’étais dans un bon rythme lorsqu’en voulant laisser passer une Audi, je mords sur la bande blanche et je pars en tête à queue. Ensuite, je perds la roue arrière gauche et j’arrive à rallier le stand sur 3 roues, ce qui a eu pour conséquence d’endommager le bloc et le porte moyeu arrière gauche, entrainant une immobilisation dans le box de trente minutes. »

Roman Rusinov, le jeune Russe, particulièrement rapide enchainait :

 » On a fait tous les trois du bon travail, et l’équipe aussi. Je suis confiant pour la suite, car nous allons travailler en vue des 24 Heures du Mans dès mercredi avec des essais de nuit à Magny cours. Nous avons vu que la balance de l’auto était bonne, et que chacun de nous avait des possibilités pour une belle performance dans un mois dans la Sarthe. »

Nelson Panciatici, qui lui découvrait le monde de l’endurance, a été à la hauteur des espérances de son patron, Philippe Sinault, signant de belles performances et surtout le troisième meilleur chrono en course en LMP2.

Le jeune pilote G-DRIVE by SIGNATECH-NISSAN, effectuant l’ultime des trois relais, se lance alors dans la bataille, tout en gardant à l’esprit son objectif, qui est d’apprendre à gérer le trafic et de ramener la voiture intacte.

Ce qui ne l’empêchera pas de réaliser pourtant on le répète,  le 3ème meilleur temps des LMP2 à deux petits dixièmes du premier, avant de connaitre un problème de passage de vitesse.

Nelson qui nous confiait tard dans la nuit avant de regagner son hôtel:

« J’ai dépensé plus d’énergie à regarder les écrans de télévisions pour suivre mes coéquipiers que dans la voiture ! C’est incroyable comme on partage nos émotions. Ce week-end a été très enrichissant pour moi, j’appris beaucoup de choses et je commence à être compétitif. Notre ORECA a un bon équilibre, ce qui nous permet d’être rapides tout le long d’un relais. Je me sens bien dans l’équipe, dans les moments difficiles ils ne lâchent rien et je sais qu’avec Pierre et Roman on a la possibilité de faire de belles choses ensemble. La frustration de ne pas avoir pu nous battre jusqu’au bout pour un bon résultat est compensée par les perspectives d’avenir. Ce week-end on peut dire que j’ai réussi mon examen de passage ! J’ai hâte d’être aux essais des 24 Heures du Mans. »

 

  » GROSSE FRUSTRATION, MAIS … BONNE RÉPÉTITION « 

 

Pour le deuxième acte de la saison de ce WEC et le premier en Europe, la seconde voiture de SIGNATECH-NISSAN, l’ORECA 03 officielle NISSAN, la N°23, pilotée par Olivier Lombard, Franck Mailleux et Jordan Tresson, partie 14ème sur la grille de départ, concluait un week-end semé d’embuches en 13ème position.

On notera la superbe remontée de la 14ème à la 5ème place au cours des quatre premières heures de course d’Olivier Lombard et de Jordan Tresson, malheureusement partie en fumée suite à une erreur de « rookie » de Jordan qui jusque-là, s’était montré impressionnant.

Après des difficultés pour rallier les stands et une intervention technique dans le box, Franck Mailleux voyait donc son temps de conduite très réduit et se contentait de ramener la voiture à l’arrivée.

 

Philippe Sinault, nous explique:

 » Le week-end a été chaotique à tous les niveaux. C’est une grosse déception. Les essais libres n’étaient pas significatifs car nous bossions les set up. Olivier Lombard partait en 14ème position sur la grille, et effectuait une superbe remontée, malgré sa crevaison du 1er tour, et cédait la voiture à son équipier, en 5ème position. Jordan, maintenait son rythme, mais en passant sur la réserve pour rentrer aux stands, il désactivait le Traction Control et perdait le contrôle de la voiture. Il tapait alors le mur et endommageait le côté gauche, ce qui  faisait perdre plus de 48 minutes aux stands pour réparation des dommages. Franck, reprenait le volant mais plus rien n’était jouable. Sans toutes ses embuches, la Signatech-Nissan, N°23, pouvait  jouer le podium en LMP2. »

Un à un, les pilotes, nous racontaient ce que furent leur relais.

 

Le premier à s’exprimer, fut Olivier Lombard :

 » La course commençait mal pour moi car je devais rentrer au stand dès le premier tour en raison d’une crevaison. J’étais dans un bon rythme, l’auto n’était pas mal, et lorsque je laissais le volant à Jordan, nous étions 5ème. Sans sa bévue, le podium était possible. Maintenant il nous faut se focaliser sur les 24h du Mans. »

Jordan Tresson, qui revenait sur sa bêtise :

 » J’en suis malade ! J’ai fait une erreur de débutant. J’étais 5 ou 6, quand c’est arrivé. Je rentrais aux stands pour passer le relais à Franck, et en voulant mettre la réserve, j’enclenche le bouton du Traction control, je pars immédiatement dans l’herbe et je tape le mur. Bilan,  je ruine la course de l’équipe. J’aurai à cœur de me rattraper au Mans. « 

On précisera que jusqu’à cet incident malheureux, Jordan avant parfaitement piloté et qu’il faut comme nous le rappelait, Philippe Sinault, lui pardonner  cette petite erreur de jeunesse

Son partenaire, le plus expérimenté des trois pilotes, Franck Mailleux, reprenait :

 » C’est clair que nous sommes tous déçus… La course aurait pu bien finir. De toute façon je ne pouvais plus marquer plus de points étant donné que mon temps de conduite était inférieur à 75 minutes, comme le stipule le règlement. L’auto avait l’air équilibrée, au vu des performances d’Olivier et Jordan. Nous allons faire des tests d’ici le Mans qui vont nous permettre de travailler tous ensembles pour arriver fin prêt aux 24 Heures. »

Toute l’équipe SIGNATECH-NISSAN, sera présente dès ce mercredi sur le circuit de Magny-Cours, pour des essais de nuit afin de c

Gilles GAIGNAULT
Photos : Patrick MARTINOLI

FIA WEC Sport

About Author

gilles