SUPERCUP 2012 : KEVIN ESTRE DEJA DANS LE BON RYTHME !

Kévin dans le bon rythme

La Porsche Mobil 1 Supercup 2012, a débuté en lever de rideau d’un Grand Prix de Bahrein pour le moins plutôt controversé.

Pour un espoir comme Kévin Estre, qui joue sa carrière de pilote professionnel à chaque départ, la question de participer ou non ne se posait évidemment pas, d’autant plus qu’exceptionnellement, deux courses au lieu d’une figuraient au programme du week-end.

20% des points, ont donc déjà été attribués sur le circuit de Sakhir. Le jeune Isérois a terminé 9ème samedi et 4ème dimanche face à une opposition forte et surtout… bien entraînée.

Après un début d’année marqué par de tonitruants débuts en endurance, le pilote ‘ icsport management ‘ a retrouvé son Team Hermes Attempto Racing, pour le premier rendez-vous de la Porsche Supercup.

Les règles du jeu sont simples :

17 Porsche 911 GT3 Cup (450 chevaux pour 1200 kg) toutes identiques sont aux mains de pilotes venus de Grande Bretagne, d’Allemagne, de Pologne, d’Italie, d’Autriche, de Slovaquie, du Danemark, des Pays-Bas et de France.

Pour la plupart, ils ont brillé en monoplace et espèrent devenir pilote officiel pour un constructeur.

Et, pourquoi pas pour Porsche qui a annoncé son grand retour aux 24 Heures du Mans à l’horizon 2014 ?

Kévin est l’unique Français engagé et il a remporté le titre de meilleur débutant l’an passé. Il a eu fort à faire à Bahrein, face à des adversaires qui, pour la plupart, ont pu effectuer des tests préparatoires à Sakhir. Certains avaient déjà couru sur ce circuit lors de sa dernière inscription au calendrier de la Supercup, en 2010.

Enfin, une des équipes engagées, Lechner Racing, évolue même à domicile puisqu’elle organise la Porsche Cup locale.

Kévin ne s’est pas désuni pour autant et a quitté le Moyen-Orient à la 5ème place du classement provisoire de la Supercup, ex æquo aux points avec le 4ème.

« Avec l’équipe, nous avons commencé par apprendre le tracé qui est relativement atypique. La dégradation des pneus, le freinage et les réglages du châssis en général nous ont donné du fil à retordre. Nous avons utilisé un des quatre trains de pneus autorisés aux essais libres pour définir le set-up, puis deux pour les qualifications. J’ai pris mes repères avec le premier avant de signer deux chronos quasiment identiques (2’04’’781 et 783) avec le deuxième train. »

Le meilleur et le deuxième meilleur temps de chaque pilote, déterminent respectivement les deux grilles de départ. Kévin est 9ème et 7ème et à l’inverse de l’opinion majoritaire, il décide de conserver son dernier train de pneus neufs pour la deuxième course.

Samedi, il est donc moins performant que ses concurrents directs mais ne lâche rien et se classe 9ème après bien des péripéties.

« En partant 7ème dimanche, j’avais une bonne carte à jouer. J’ai gagné deux places au départ avant de doubler Giermaziak, non sans un léger contact entre nos deux voitures. Puis je me suis rapproché de Rast, le pilote Lechner Racing vainqueur de la course 1, mais pas assez près pour tenter une attaque. Mes pneus se sont alors dégradés et Giermaziak est revenu. Je me suis débrouillé pour conserver de justesse ma 4ème place. »

Quatre semaines, quatre épreuves !

Kévin et son équipe se préparent à enchaîner les deux premières manches de la Porsche Carrera Cup allemande. Ils seront à Hockenheim ce week-end puis au Lausitzring à la fin de la semaine suivante.

Dans la foulée, la Porsche Supercup reprendra son cours en prélude au Grand Prix d’Espagne, le 13 mai prochain.

Christian COLINET

Photo : Team

Porsche Cup PORSCHE Supercup

About Author

gilles