V8 AUSTRALIA : ALEX PREMAT  » BIENTOT LE TOP 10 « 

MARK WINTERBOTTOM REMPORTE LA 1ére MANCHE A HAMILTON

 

Le week-end dernier se disputait en Supercars V8 Australien, la troisième manche du Championnat sur le circuit urbain d’Hamilton.

Comme c’est le cas depuis l’ouverture de la saison 2012, les Holden ‘officielles ‘ et les Ford ‘usine ‘ ont largement dominé les deux courses.

A Hamilton, nouveau succés pour la Ford de Mark Winterbottom à l’issue des 59 tours de la seconde course devant la Holden de Jamie Whincup, classée seconde à 0″725 et la Ford de son équipier Will Davison, 3éme à 13″952.

 

 

C’est Will Davison, qui avait triomphé dans la premiére devant les Holden de Jamie Whincup à 2″528 et de Garth Tander à 4″518.

Alex Premat a abandonné dans la 1ére course au 36éme des 59 tours. Dans la seconde, il finit 24 éme à 1 tour, précédant son équipier Michael Caruso, au sein du GRM (Gary Rodgers Motorsport) . Caruso, classé huitième de la 1ére course

BIENTÔT LE TOP 10 !

 

Premier pilote français à s’expatrier aux Antipodes pour une saison complète en Supercars V8, l’ex-pilote Audi en DTM affrontait les rues de Hamilton en Nouvelle-Zélande, ce dernier week-end.

Un déplacement difficile mais plein d’enseignements pour le futur…

Alexandre Prémat, est arrivé en Australie, à la fin du mois de février et, depuis, avec l’écurie GRM – Garry Rogers Motorsport – basée à Dandenong, près de Melbourne, il se livre à un apprentissage accéléré de la V8 Supercars, la discipline phare du sport automobile australien.

Laquelle aux antipodes, déchaîne les passions au même titre que le football australien ou le cricket.

Pour Alex, la première manche à Adélaïde lors du 1er week-end de mars fut un saut dans l’inconnu :

Nouvelle voiture, nouvelle piste, nouveaux adversaires.

Il s’en sortait avec plus que les honneurs avant de faire un grand pas en avant lors du Tasmania Challenge, deuxième manche de la série disputée les 1er et 2 avril derniers.

Onzième temps en qualification et 13e en course, il effectuait un spectaculaire bond en avant dans la hiérarchie pour le plus grand plaisir du patron Garry Roger.

 

 » Sur les deux premières courses, j’ai amené beaucoup d’information à l’écurie. Nous progressons à grands pas « 

C’est ce qu’Alex, confiait,  en débarquant dans la ville de Hamilton, située à 130 km de la capitale Auckland  en Nouvelle Zélande, pour disputer la 3éme manche du Championnat V8.

Une épreuve redoutée du petit monde du Supercars, à cause des pièges que renferme ce tracé urbain de 3,4 km. Et, notamment, la fameuse chicane du virage n°4, extrêmement redoutée !

Deux qualifications et deux courses de 59 tours (200,6 km) étaient inscrits sur ce nouveau « menu découverte » pour le Français.

Alors que les essais libres se déroulaient pour le mieux, Alex éprouvait quelques difficultés pour enchaîner un tour parfait lors de la première séance de qualification. La faute à cette fameuse chicane du virage n°4 qu’il est possible de chevaucher, mais pas trop !

Pour l’avoir trop mordue, suite à un problème de capteur qui allait l’handicaper tout au long du week-end, Alex voyait son 13e chrono annulé en fin de séance et chutait hélas à la 23e place sur la grille.

En course, il effectuait une superbe remontée qui lui permettait de revenir bien vite à la porte du Top 10.

« Malheureusement, rapporte-t-il, à 20 tours du but, j’ai touché le mur à l’extérieur du virage 7. Juste un petit contact, mais assez fort pour casser la direction. Par chance, les mécaniciens faisaient un boulot fantastique pour me permettre de disputer la deuxième course ! »

Une joie de courte durée puisqu’il revivait une nouvelle fois le même cauchemar. Comme lors de la première qualification, un problème de capteur le gênait et son meilleur chrono était encore invalidé pour cause de chicane court-circuitée.

Contraint de s’élancer de nouveau depuis le fond de grille, il effectuait la même brillante remontée avant, cette fois, de se voir infliger un « stop-and-go » pour avoir trop empiété sur le vibreur de la maudite chicane.

Au final, il coupait la ligne à la 24e place.

« C’est décevant mais c’est le prix à payer quand on découvre une nouvelle discipline avec ses pièges et ses ficelles, soulignait-il dimanche soir sans se montrer trop abattu. Le positif, malgré les problèmes de capteur que nous avons rencontré tout au long du week-end, est que nous sommes désormais dans le rythme. Lors de la deuxième course, je signe le 7e meilleur temps ! Ca montre que les progrès sont là. Je suis certain que l’on va bientôt se battre dans le top dix ! »

Un objectif qu’Alexandre pourrait bien atteindre dès la prochaine course de Perth, prévue du 4 au 6 mai prochains.

Dans deux semaines, l’objectif sera le Top 10 !

Gilles GAIGNAULT

Photos : Teams

Sport V8 Supercars

About Author

gilles