WTCC : SCORE PARFAIT POUR CHEVROLET. MULLER TOUJOURS LEADER MONDIAL

 

L’armada bleue des Cruze contrôle copieusement le championnat après les trois premières manches courues à Monza, Valencia et Marrakech.

Sur le rapide circuit bordé de murs, entrecoupé de chicanes spectaculaires et de gros freinages, le trio infernal du Team Chevrolet RML, n’a laissé que des miettes à ses adversaires.

Les deux triplés signés en course ont donné au constructeur américain son meilleur résultat depuis qu’il s’est engagé en WTCC.

Et au championnat, Yvan mène toujours nettement avec 24 points d’avance sur Alain Menu et 33 sur Rob Huff.

 

 

 

En examinant les chiffres du week-end marocain, on constate que le total de points cumulé par Menu, Muller et Huff frise la perfection absolue, car il ne manque qu’une unité pour atteindre le maximum possible de 126 points.

Les cinq premiers des qualifications étant désormais récompensés par un barème 5, 4, 3 2 et 1, le seul manquant à la razzia Chevrolet, est celui que le Français n’a pu faire sien en s’inclinant devant Tom Coronel pour le 3e chrono de la Q2.

Encore faut-il préciser qu’il était en voie de l’obtenir, lorsqu’il a été contraint de lever le pied pour respecter les drapeaux jaunes dans sa dernière tentative.

 

 

Les deux courses se sont déroulées de manières très différentes. La première a été dominée par Alain Menu, le Suisse transformant en deuxième succès de l’année une splendide pôle position qu’il avait déjà bien annoncée en réussissant le tour record en Q1.

Derrière lui, Rob Huff s’est installé sagement dans son sillage et l’on peut apprécier le nouvel esprit, assurément plus “collectif“ adopté par le plus jeune des trois pilotes de Cruze depuis les incidents de Monza. Un premier tour houleux ayant vu Coronel percuté par MacDowall, et le chouchou du public Bennani éliminé par la Focus de Nash, le safey car est intervenu l’espace d’un tour.

Sa seule intervention du dimanche, après laquelle Muller, débarrassé du prometteur Oriola, a assuré le premier triplé.

 

 

Bien plus incertaine se profilait la course 2, dont le départ arrêté pouvait avantager les propulsions BMW. Des Ford Focus, toutes deux qualifiées dans le “top ten“, celle de James Nash avait hérité de la 10e place des essais et donc de la pole, promise initialement à la Sunred Leon de Tiago Monteiro, mais donnée au pilote de la Ford AON après l’annulation des temps en Q2 de Gabriele Tarquini. La Seat de l’Italien ayant été malheureusement constatée sous le poids minimum.

Nash allait mener jusqu’au 5e tour au prix d’une belle résistance, lorsque Muller, déchaîné après s’être élancé de la 7e place, délogeait le Britannique. Huff suivait Yvan comme son ombre et l’imitait instantanément. Menu, parti 10e, devait attendre le tour suivant pour s’emparer de la 3e place, et resserrer l’escadrille bleue.

 

Tarquini ayant bu le calice jusqu’à la lie dans les deux courses, accablé par des problèmes électriques puis une casse de suspension, Pepe Oriola a consolé la maison Seat avec une belle 4e place en course 1 tout près des Chevrolet, puis 7e dans les roues de Nash dans la seconde. Le jeune espagnol est logique leader dans la catégorie Indépendant, mais l’Italien Stefano D’Aste, deux fois 5e, reste un sérieux prétendant.

Autre satisfaction, les premiers points marqués par Tom Chilton et James Nash et les Focus S2000 TC de l’équipe de Mike Earle. On espère qu’elles seront de plus en plus compétitives pour animer les débats.

 

Hormis Tarquini, qui n’a marqué aucun point et mérite la palme de la malchance, le plus déçu de l’étape marocaine est certainement Tiago Monteiro.

Faisant tout son possible avec sa Sunred Leon 1.6 TC sous-motorisée, le pilote Tuenti Racing a surpris par une 10e chrono d’essai synonyme de petit exploit. En course 1 ses affaires se sont vite gâtées à cause d’une transmission cassée. Le Portugais s’est consolé avec une 9e place en course 2.

Autre grandes désillusions, les courses des Cruze privées de bamboo-engineering, qui ont accumulées accrochages et contacts avec les murs, après le prometteur 6e chrono réussi par MacDowall.

 

 

Enfin, on mentionnera l’apprentissage assidu poursuivi par Andrea Barlesi, dont les performances de sa Sunred Leon limitent d’autant ses prétentions actuelles.

Le jeune Italo-belge, partant en fond de grille, a évité tous les pièges de ce circuit en ville pour terminer d’abord 13e de la course 1, puis 14e de la course 2, avec la satisfaction d’avoir réduit à deux secondes l’écart de son meilleur tour en course avec ceux des pilotes de tête.

Le prochain rendez-vous marquera la première visite du WTCC sur le nouveau circuit de Slovaquie, avant l’étape du Hungaroring la semaine suivante.

Sam Salvadon

Photos :  Teams – autonewsinfo

 

 

 

Sport WTCC

About Author

gilles