LA RENAISSANCE DU BOL D’ARGENT : VICTOIRE DE LA YAMAHA DE CARILLO -TAUZIERE

 

LA RENAISSANCE DU BOL D’ARGENT

 

La 76 ème édition du Bol d’or marque aussi la renaissance du Bol d’argent. Cette formule considérée à sa création en 1978 et remporté par notre confrère du grand quotidien Le Provençal, devenu depuis La Provence, Charles Bernard Adréani associé à André Arimondo,  comme un marchepied pour accéder aux épreuves prestigieuses comme le Bol d’or, recueillait de nombreux engagés (120 pour 60 places sur la grille !) .

Ce Bol d’argent était ouvert à toutes les marques et l’on se souvient de bagarres homériques de jeunes loups dont émergea un jour par exemple un certain Dominique SARRON !

On a vécu également le Bol d’argent sur le circuit du Castelet où l’on était jusqu’en 1999 entre soi sur des YAMAHA.

Et puis  pour l’édition 2012, si la formule mono-marque est abandonnée, on ne retrouve pas le volume d’engagés d’antan puisque une trentaine de machines de route,  -un minimum préparées– se sont retrouvées pour 3 heures de course vendredi soir.

YAMAHA, SUZUKI, HONDA, BENELLI, TRIUMPH,  HUSQVARNA, KTM, allaient  donc en découdre avec au programme: ravitaillement et changement de pilotes.

Une course fort disputée  avec des niveaux de pilotage assez disparate cependant , mais suivie par un public fort  peu nombreux permit de  voir de jeunes talents se frotter à de vieilles gloires puisque Philippe MONNERET – victorieux des 24 H du MANS Moto – et son coéquipier du jour Hervé MOINEAU (quatre fois couronné Champion du monde d’endurance dans les années 80), avaient ré enfilé leurs cuirs et  ne laissaient pas  leur part  aux  chiens.

Pour donner une idée du niveau de ce Bol d’argent il est sans doute  bon de préciser  que une bonne  poignée de motos  ont tourné en moins de 1’55 », ce qui correspond aux performances du  dernier paquet des qualifiés du Bol d’Or.

La course  en tête fut assez limpide  avec une  assez nette  domination de la YAMAHA FZ8 du Moto Racing 13, portant le numéro 113, face à la SUZUKI GSR 750 de Cottard Motos N°76,

 

 

alors qu’ une autre YAMAHA- la N° 111- et une autre SUZUKI -la N° 53- guettaient un faux pas des adversaires. On peut dire que les ravitaillements plus ou moins préparés et réussis, contrastaient avec  ceux  habituellement pratiqués  lors du Bol d’or contribuèrent à animer le classement.

C’est ainsi que les champions MONNERET-MOINEAU  passèrent  en  peu de temps de la huitième à la douzième place finale en avouant s’être bien amusés.

 

 

Hervé MOINEAU qui normalement lime le bitume comme  moniteur de pilotage sur le circuit du Castellet dans le cadre de l’Ecole Easy Monneret, effectue  près de 8000 kilomètres par an, sur des motos  mais le Bol d’argent, ne lui disait pas trop.. mais comment refuser à Phi Phi ?

A l’issue de la course, écoutons Hervé qui n’oublie pas les fonctions de Team manager qu’il va devoir tenir  pour la Suzuki N° 50, qui nous déclare:

 » ça faisait 20 ans que je n’avais pas  mis  mes roues à Magny Cours (Championnat de France Superbike), bien évidemment il était  hors de question pour moi de prendre des risques car  j’ai d’autres responsabilités à assumer ce week-end et il y a un temps pour tout. En fait tout s’est fort  bien passé sans incident et qu’importe  notre place, nous nous sommes  bien amusés. Et  comme l’on dit chassez le naturel, il revient au galop  et il  ne faudrait  pas faire 2 ou 3 courses  comme  celle  ci pour retrouver un appétit et une envie de  faire à nouveau  une place… Tu sais  bien comme on est. En tout cas ce Bol d’argent ça me rajeunit… »

Bol d’argent Relais Moineau Monneret

 

Patrick PLISSON, autre ex-Champio,n assistait en bord de piste, à cette course et nous déclarait:

 » Pour ma part,  je trouve cette renaissance du Bol d’argent très sympa et pourtant je ne me  vois pas y participer. En effet,  je fais  sans doute les choses à l’envers des autres et après les circuits et la vitesse, c’est la route qui m’attire, avec des copains, nous faisons de grandes balades à travers des campagnes françaises magnifiques. Là, je vois que les anciens  ont gardé le sens de l’attaque et  le niveau général  est très bon, ça fait plaisir à voir… »

Pour le Vitrollais Alex Bouroudian, la boucle est bouclée  !

En 1978, il était le ravitailleur et le partenaire principal (Microlon) de la 1000  Honda CBX 6 cylindres, lauréate du premier Bol d’Argent, disputé pendant Six heures sur le circuit Paul-Ricard.

34 ans plus tard, avec Fabrice Van Der Donkt, patron de la Concession Moto Racing 113 de Vitrolles, Alex – toujours spécialisé dans les lubrifiants à base de téflon (by Du Pont de Nemours), désormais aux commandes de la marque Synflon – a fondu de bonheur en début de soirée, lorsque la Yamaha FZ8, 4 cylindres, 800cm3, N°113, a franchi en vainqueur la ligne d’arrivée du circuit de Magny-Cours, lors de la renaissance du Bol d’Argent.

A son guidon, la paire gagnante composée du Marseillais Franck Tauziède – commercial chez Smart à La Valentine – et Cyril Carrillo, un jeune pilote d’Ensuès-La Redonne, venu des Grands Prix de vitesse 125.

 

Bol d’argent Podium

 

Nous avons eu droit à un très beau podium avec Cyril CARILLO et Franck TAUZIERE sur la YAMAHA FZ 8 N° 113 qui l’emportent  avec 92 tours couverts.

Maxime BOURBON et Quentin  LEVRIER avec 91 tours  arrachent la seconde place sur leur SUZUKI GSR 750 avec 91 tours et devancent Cyril HUVIER et Christophe MICHEL sur une YAMAHA FZ8 de 1’01″930

Oui sans aucun doute cette course réactivée du Bol d’argent  est une excellente chose et  nous ne pouvons qu’espérer  une plus grande participation l’année prochaine.

 

Texte: Alain MONNOT

Photos: Michel PICARD et  Raymond PAPANTI

Moto - Endurance Sport

About Author

gilles