WTCC A VALENCIA : MULLER ET MENU PROLONGENT LA SERIE DES SUCCES CHEVROLET

La deuxième manche du Championnat du monde des voitures de tourisme (WTCC) qui se déroulait en Espagne sur le circuit Ricardo Tormo de Valencia,  a été dominée par ces Chevrolet Cruze 1.6T d’un beau bleu, comme la couleur du ciel de Valencia en ce dimanche 1er avril.

Et aucune mauvaise blague n’est venu priver Yvan Muller et Alain Menu, d’un nouveau succès chacun, leur employeur étant encore invaincu à l’issue des quatre premières courses de cette saison 2012.

Mais il ne faut pas croire que la concurrence de la marque américaine? se contentera de jouer les faire-valoir !

Les meilleures Seat Leon WTCC ou BMW 320 TC,  ne sont pas loin en performance pure. Comme l’avait déjà prouvé, l’ancien Champion du monde,  Gabriele Tarquini, en signant une belle pôle position, chez lui à Monza, en Italie.

A Valencia, Muller l’en a empêché, de son aveu même en réussissant un tour des plus parfaits à chacune de ses deux tentatives en deuxième partie de qualification, réservée aux 12 premiers de la Q1.

Chez Chevrolet, au regard des positions obtenues aléatoirement par ses trois pilotes sur les deux grilles, c’est comme si l’on n’avait pas voulu grouper ses œufs dans le même panier. Comme le prouvait la 5ème place de Rob Huff et la 9ème d’Alain Menu.

Le Suisse, avouant une petite erreur dans son meilleur run, restait confiant pour la course 2, dont on sait que les dix premiers de la grille, sont l’inverse de la qualification.

La course 1, s’est résumée à une insolente domination de Muller.

Tarquini, a eu beau soigner son temps d’impulsion au départ lancé, passant même sur la ligne une poignée de centimètres avant le Français (c’est la position des voitures au moment du feu vert qui compte), mais Yvan virait en tête dans le premier gauche.

Il comptait 1“1 d’avance au premier tour, l’écart se creusant ensuite implacablement, alors que le pilote de la Seat Lukoil, devait adopter le mode défensif, face à la BMW de Tom Coronel, et aussi face aux Chevrolet de Huff et Menu, bien revenu, après s’être débarrassé de Engstler, Michelisz et Oriola.

La deuxième course, n’a pas été avare de spectacle et d’incidents, aux avant-postes notamment.

Gratifié de la pôle position par règlement, l’Italien Stefano D’Aste défendait chèrement sa peau pendant les premiers tours, et Menu, après avoir repassé Engstler, a dû déployer toutes les ficelles du métier et prendre quelques risques pour déborder la BMW du team allemand Wiechers-Sport.

Lorsque Tom Coronel, a lui aussi enfin trouvé l’ouverture à son tour, l’affaire pouvait se corser, étant donné que l’on craignait plus pour la dégradation des gommes antérieures de la Cruze,

Et ce dans la mesure ou les propulsions munichoises tenant en général mieux le choc, surtout sur ce type de tracé tortueux.

Le Hollandais rejoignait le Suisse et lui mettait alors la pression…

Une trace d’huile non signalée, et difficile à percevoir, ont rendu optimisé le suspense dans les derniers tours.

La Chevrolet, partie en luge un instant, voyait la 320 TC ROAL revenir au contact. Obligé de fermer la porte dans un virage serré dans l’ultime boucle, il était poussé en travers par Coronel. Menu récupérait in extremis la glissade dans l’herbe pour aller s’imposer.

« Vraiment une de mes plus belles victoires. » savourait le Genevois.

Qui poursuivait :

« Je savais qu’au début les BMW partiraient devant, mais j’ai doublé Engstler très tôt. Ma première attaque sur D’Aste était un peu optimiste; je l’ai touché et je lui ai laissé sa place. Quelques virages après, j’ai pris la tête. J’ai probablement été un peu trop timoré, en essayant de préserver les pneus. A l’issue d’un hors-piste dans une partie glissante du circuit, Coronel et les autres m’ont rattrapé. Je me suis bien battu avec Tom et un contact avec lui ne m’a pas fait perdre trop de temps. J’ai réussi à rester en tête jusqu’au drapeau. Il était temps, et cette fois, la chance était avec moi ! »

Quant à Yvan Muller, sa 8ème place, était quand même bonne à prendre :

« Nous avons apporté quelques changements pour la course 2, et je pense qu’ils n’étaient pas bons. Je roulais derrière Rob quand j’ai quitté la piste et j’ai perdu une place, mais j’ai récupéré quelques points intéressants pour le championnat. »

Avant la troisième manche de Marrakech qui rerouve cette année sa place au calendrier du WTCC,, Muller possède 88 points, Menu est maintenant son premier challenger (61 pts), devant Coronel (58 pts), Huff (57 pts) et Tarquini (44 pts).

Si D’Aste et Michelisz, suivent devant Oriola, le jeune Espagnol mène au Trophée Yokohama des Indépendants, devant l’Italien et le Hongrois.

 

Le  » rookie  » Italo-Belge Andrea mais parisien d’adoption, le jeune Andréa Barlesi et qui découvre cette saison,l’univers du WTCC, en provenance de l’endurance, n’a pas encore inscrit son premier point, mais il a terminé les deux courses, certes en queue de peloton, aux 23e et 17e rangs. Mais il a fini et accumulé de l’expérience…

Le kilométrage ainsi accumulé, lui aura permis de mieux comprendre le caractère de sa Sunred Leon 1.6T, différente en comportement du modèle TDi, dont il disposait à Monza.

Il faut parfois laisser le temps au temps…

Chico RAMIREZ

Photos : Chico RAMIREZ et Teams

WTCC

About Author

gilles