WRC : AU PORTUGAL, LOEB HORS COURSE, LES PILOTES FORD PARTENT POURTANT A LA FAUTE…HIRVONEN DEVANT

 

Au Rallye du Portugal, c’est une véritable hécatombe !!!

Après Sébastien Loeb (Citroën DS3) jeudi soir, Jari-Matti Latvala et Petter Solberg (Ford Focus) ont à leur tour été victimes des routes boueuses ce  vendredi.

Du coup, le Finlandais, nouvelle recrue  de Citroen et ancien pilote de l’équipe officielle Ford, Mikko Hirvonen au volant de la seconde Citroën DS3 ‘ usine ‘termine cette 1ère étape en leader, devant deux Ford ‘ privèes ‘ celle du Russe Evgeny Novikov et du Norvégien, Mads Ostsberg, tous deux au volant de Ford M-Sport.

 

 HIRVONEN PASSE À TRAVERS LES PIÈGES

Réduite de moitié avec l’annulation de la seconde boucle, la deuxième journée du Rallye du Portugal a été riche en émotions. Passant à travers les pièges de spéciales noyées dans la boue et le brouillard, Mikko Hirvonen et Jarmo Lehtinen se sont emparés de la tête du classement général à l’issue de l’ES5. Les Finlandais comptent plus d’une demi minute d’avance sur leurs plus proches poursuivants.

Apparue jeudi en fin d’après-midi, la pluie s’intensifiait en soirée. Tracées dans les montagnes surplombant la côte, les spéciales figurant au programme de cette seconde étape recevaient jusqu’à 40 millimètres d’eau au cours de la nuit. Les équipages ne craignaient donc plus la poussière, mais ils allaient devoir affronter un autre élément naturel : la boue !

Mikko Hirvonen et Jarmo Lehtinen quittaient le parc d’assistance à bord d’une DS3 WRC chaussée de pneus Michelin Latitude Cross à gomme tendre, plus efficaces pour ces conditions humides.

S’il est généralement handicapant d’ouvrir la route sur la terre, la position d’ouvreur peut devenir un immense avantage lorsque le sol est détrempé. Premier sur la route, Dani Sordo réalisait les temps de référence des trois spéciales de la matinée, tandis que les pilotes classés aux premières positions – dont Mikko – devaient affronter une trajectoire maculée de boue ‘pommadée’.

Malgré des chronos d’apparence modeste par rapport au meilleur temps, Mikko Hirvonen réalisait une prestation sans faute. Pendant que ses rivaux sortaient de la route, le Finlandais passait à travers les pièges et il s’emparait de la tête à l’issue de l’ES7.

 

Crédité d’une avance de plus d’une demi-minute sur Novikov et Østberg, le pilote du Citroën Team décrivait ce qu’il venait de vivre :

« Ce n’est pas la première fois que nous rencontrons des conditions aussi difficiles, mais ce que nous avons vécu ce matin reste assez exceptionnel. Il y avait évidemment beaucoup de boue, mais aussi énormément de brouillard. A certains endroits, la visibilité était si réduite qu’on ne voyait même pas la fin du virage ! Il y avait également de nombreux changements d’adhérence et il fallait rouler lentement, parfois sur le premier ou le deuxième rapport. Pour l’instant nous sommes en tête, il faut continuer comme cela. »

Bloqué par une voiture coincée dans un gué sur un secteur de liaison, le rallye ne repartait pas à l’heure prévue et l’ensemble des concurrents toujours en course restait dans l’expectative quant à la suite des évènements. Après avoir supprimé l’ES10, la direction de course annonçait finalement l’annulation de la seconde boucle pour des raisons de sécurité.

« J’aurais préféré continuer le rallye pour essayer d’augmenter mon avance, mais je pense que cette décision a été prise pour de bonnes raisons », estimait Mikko Hirvonen.

avant de prèciser :

« Je n’aurais pas non plus été à l’abri d’une erreur, la situation n’est donc pas mauvaise pour moi. »

 

« Ce rallye est décidément singulier », déclarait Yves Matton, Directeur de Citroën Racing.

Et il enchaînait :

« Hier soir, nous pensions faire une très mauvaise opération après la sortie de route de Sébastien Loeb. Dès lors, nos espoirs reposaient seulement sur les épaules de Mikko, qui s’en est parfaitement sorti aujourd’hui. Nous sommes maintenant dans une bonne position pour remporter le rallye, mais il faudra commencer par vaincre les éléments naturels. Il nous reste deux journées difficiles à négocier. »

Comme on l’imagine, la double faute conjuguée des deux officiels de chez Ford, a vraiment été très, très mal perçu et accueilli par Malcolm Wilson, leur patron

Lequel lâchait laconiquement et visiblement abattu :

« Le championnat était très mal parti pour nous et nous avions une superbe opportunité lorsque Sébastien est sorti de la route. Tout ce que nos gars avaient à faire, c’était d’être fiables. Ils savaient qu’ils pouvaient contrôler Mikko, tout ce qu’ils avaient à faire, c’était de rester sur la route. OK, c’est facile de dire ça quand on voit les conditions, mais certaines de nos voitures s’en sont sorties. Après que Jari soit sorti, Petter avait 20 secondes d’avance sur Mikko, il aurait pu mieux contrôler la situation. C’est un tel gâchis. On nous a offert cette occasion sur un plateau d’argent, et nous avons mis le plateau à la poubelle et avons enterré la poubelle.»

Côté pilotes, ces derniers expliquaient que les conditions de course étaient vraiment difficiles.

 

 

Ainsi Latvala qui confiait:

« La visibilité n’était pas bonne. Je rentrais dans un virage gauche quand j’ai aperçu un rocher placé sur la trajectoire et qui ne figurait pas sir mes notes Je n’ai pas pu l’éviter. La voiture a heurté la pierre du côté avant gauche et la suspension a été endommagée.  C’était très glissant, et avec le brouillard, toutes les vitres étaient bouchées. Ça fait partie des pires conditions que j’ai connues dans ma carrière.Nous sommes partis en tête-à-queue et nous avons glissé en bas d’un petit talus. Il y avait de la boue et du brouillard et c’était extrêmement glissant. Nous étions pleins d’espoirs ce matin. Nous étions premiers et deuxième du classement et nous avions une belle opportunité de réduire l’écart sur nos adversaires au championnat. »

Sa Ford étant réparable, Jari-Matti Latvala, qui est sorti dans la première spéciale, repartira donc avec une pénalité de 15 minutes tandis que Petter Solberg qui a subi la même mésaventure une épreuve plus loin, a reçu 10 minutes de pénalités.

Autant dire que la victoire s’est définitivement envolé pour eux

La seconde étape ce vendredi se déroulait  dans la région de l’Algarve, tout au sud du Portugal. Une pluie torrentielle avait transformé ce matin les pistes de terre en d’épouvantables bourbiers tandis qu’un épais brouillard rendait la situation encore plus difficile.

Les équipages devaient accomplir deux boucles identiques de trois spéciales. Les deux premières épreuves se sont déroulées comme prévu mais seulement 12 voitures ont pu disputer entièrement la troisième.

Les organisateurs ont ensuite  effectivement décidé d’annuler les trois dernières spéciales programmées dans l’après-midi.

A l’issue de la première étape la veille, Latvala était en tête du classement avec 2’’6 d’avance sur son équipier, Solberg.

Ses espoirs de victoire ont pris fin ce matin à 1,4 kilomètre de l’arrivée de la première épreuve chronométrée.

Solberg qui avait perdu une dizaine de secondes sur une légère sortie de route en tout début d’étape, s’était bien juré de ne pas prendre de risques. Mais il n’a pas pu éviter de se faire piéger dans l’épreuve suivante.

« Le brouillard rendait la visibilité quasi nulle. Je suis rentré dans un virage droite lent en freinant normalement mais la voiture est partie en glisse dans un petit fossé. J’ai endommagé l’embrayage en essayant de revenir sur la route. C’est vraiment très frustrant car je n’attaquais pas. Rester en course était mon seul objectif. Les conditions étaient incroyablement mauvaises. Maintenant, j’ai besoin de rallier l’arrivée du rallye, de voir si je peux revenir dans les points et essayer d’améliorer mon score en profitant du bonus de la Power Stage. »

Malcolm Wilson, directeur du Ford, résumait à nouveau zen fin de journée, l’immese déception ressentie par toute l’équipe.

« Après l’abandon de Sébastien Loeb, nous avions l’opportunité de remonter sur nos rivaux au championnat. Nous avons gâché cette chance. Jari-Matti est très affecté. Nous allons le supporter à 100% en restant derrière lui pour gagner de nouveau des rallyes. Nous savons que le pilote et la voiture ont le niveau de performance nécessaire et nous avons besoin de nous assurer que tous les éléments seront  réunis pour la prochaine manche, en Argentine. Notre déception aujourd’hui est énorme mais je pratique ce sport depuis assez longtemps pour savoir que nous pouvons nous battre pour redresser la situation.»

Reste que la route semble bien dégagée pour permettre à Mikko Hirvonen de remporter dimanche son premier rallye au volant d’une Citroen, sa nouvelle monture après plusieurs saisons passées dans le baquet d’une Ford

Et, aussi et surtout de s’emparer de la tête du classement provisoire du Championnat du monde

 

Christian COLINET

Photos : Jo LILLINI

LE CLASSEMENT GENERAL APRES LA SECONDE JOURNÉE

1. Hirvonen-Lehtinen (Citroën DS3) en 1h20’01’’7-2. Novikov-Giraudet (Ford Fiesta) à 36’’3 -3. Ostberg-Andersson (Ford Fiesta) à 41’’8 -4. Sandell-Andersson (Mini John Cooper) à 3’07’’2 -5. Prokop-Hruza (Ford Fiesta) à 3’25’’8, etc.

Sport WRC

About Author

gilles