12 HEURES DE SEBRING : LA GROSSE CONFIANCE DE FRANCK MAILLEUX POUR 2012

 

Franck Mailleux n’a pas pu aller au terme des 12 Heures de Sebring le week-end dernier, une sortie de route inévitable, ayant hélas éliminé sa Signatech-Nissan Oreca 03, numéro 23, alors piloté par son jeune équipier Olivier Lombard, victime simultanément avec la Ferrari F458, du très expérimenté Brésilien Jaime Melo, d’une flaque d’huile, non signalée, dès le premier quart de la course lors du 85ème tour.

Franck, qui avait pris un excellent départ se trouvait en deuxième position de la catégorie LMP2 avant de passer le relais à Olivier Lombard. *

Mais malheureusement cette brutale plaque d’huile sur la piste que les commissaires n’avaient pas  e le temps de signaler, lui faisait réaliser un tête à queue, tout comme la Ferrari GT de l’écurie Luxury Racing, qui le suivait et ne pouvait éviter de venir le percuter et causer d’irréparables dommages aux deux bolides.

La course s’arrêtait là, après un très encourageant début de week-end pour cette manche d’ouverture du nouveau « World Endurance Championship ». L’équipe Championne ILMC en titre, ne terminerait pas cette manche inaugurale du tout nouveau Championnat du monde et n’inscrivait donc aucun point.

Après la course, Franck Mailleux, faisait le point sur ce premier rendez-vous d’une longue saison 2012 et sur ses premières impressions concernant l’évolution de la Signatch-Nissan Oreca 03.

  
 
Quels sentiments dominent  après cet abandon à Sebring ?
“C’est toujours décevant d’abandonner, encore plus quand vous n’y êtes pour rien et que vous ne pouvez rien faire pour renverser la situation. Quitter Sebring et la première manche du championnat du monde d’endurance sans inscrire de points est très dur. Nous avions pourtant jusque-là réalisé une bonne semaine. Avec Olivier Lombard et Jordan Tresson, mes nouveaux équipiers, nous devions nous rôder et tout se passait bien. La voiture était performante et l’ambiance était fantastique, pour le 60ème anniversaire de la course de Sebring. Il y a donc pas mal de regrets.”
 
Que s’est-il véritablement passé lors de l’incident ?
“Olivier était dans son deuxième relais, tout se passait bien, mais il a fait un tête à queue sur une flaque d’huile. Cela n’aurait pas dû avoir de conséquences car il n’a rien touché et n’avait pas endommagé l’auto. Mais la Ferrari GT qui le suivait a fait exactement pareil… et est venu s’encastrer dans notre voiture. Heureusement personne n’a été blessé, mais il n’y avait rien à faire pour remettre la voiture en état. Du point de vue d’Olivier, il était impossible d’éviter la mésaventure. Mais c’est vraiment dommage, car la course se déroulait très bien.”

 


 
Vous pensez que Signatech-Nissan aurait décroché quel résultat à Sebring ?
“Sebring reste une course très difficile en raison de la nature du circuit, et parce qu’elle réunit les concurrents du WEC et de l’American Le Mans Series. Donc un important plateau de 63 voitures en piste ! Le niveau de compétition ètait franchement extrêmement  relevé. Chacune des deux séries comptant une multitude de concurrents de très haut niveau parmi les 63 participants. Donc, il n’ y a aucun moment de répit car il y a sans cesse de l’action en piste, ce qui peut être assez amusant au volant. Les performances de l’Oreca 03, du moteur Nissan et des pneus Dunlop étaient de haut niveau pour cette première course de l’année, nous étions rapides et fiables. Parti quatrième des LMP2, j’étais remonté à la deuxième position de la catégorie et même au moment de l’accident tout se passait bien. Je visais le podium depuis le début du week-end, je crois que nous l’aurions atteint.”

Votre préparation pour les Six heures de Spa, en mai, est-elle affectée ?
“ Le bon point, c’est que nous savons que la base de la voiture est bonne et compétitive face aux autres LMP2 engagées en WEC. Cela nous rend donc optimistes pour les autres courses, à commencer par Spa, qui est une piste que j’adore. Le Team et Nissan, continuent à nous offrir un package technique de premier plan, et nous les pilotes nous savons ce que l’on attend de nous. J’espère que nous éviterons les soucis à Spa, et que des éléments extérieurs ne nous pénaliseront pas comme à Sebring. Pour l’équipe, pour moi-même et mon sponsor Sojasun, il sera important de véritablement bien relancer la saison 2012 !”  

Au vu des performances de Sebring, l’équipage de la Signatech-Nissan Numéro 23, devrait pouvoir sincèrement viser le podium dans les Ardennes.

A partir de Spa, l’équipe de Philippe Sinault, engagera d’ailleurs une seconde voiture. Laquelle sera confiée à Pierre Ragues le Caennais qui retrouve ainsi l’écurie Signatech, avec laquelle il a roulé deux saisons, en 2009 et 2010

L’identité de ses deux équipiers sera dévoilée avant la fin du mois de mars.

 

Gilles GAIGNAULT

Photos : Vision sport  – Rolex  Stephan Cooper

 

12H Sebring WEC Championnat du monde

About Author

gilles