ENDURANCE : RETROUVAILLES DES FRANGINS JOUSSE AUX 12 HEURES DE SEBRING

 

Ils ont tous deux débutés en karting – logique – puis en … monoplace !

Ils ? Les frères Jousse, pardi !

Julien, l’ainé né le 21 janvier 1986 et Maxime, le cadet né lui le 25 juin 1991.

Ayant tous deux débutè dans le monde de la vitesse, les voila maintenant tous deux enfin réunis ensembles toujours dans le  monde de la compétition automobile mais dorénavant dans un autre univers, celui de… l’endurance

En effet, Maxime  le plus jeune et Julien l’ainé des frères Jousse, vont enfin se retrouver en piste tous les deux au départ d’une même course, ce week-end et ce à l’occasion de la manche d’ouverture du nouveau Championnat du monde d’endurance.

Lequel a vu le jour cette année, créé conjointement par l’ACO (Automobile Club de l’Ouest ) et la FIA (Fédération Internationale de l’Automobile) et dont le Président, le Français Jean Todt, sera présent des vendredi en Floride, ayant préféré être là pour cette épreuve inaugurale, labellisée FIA, plutôt qu’à Melbourne, pour le lancement d’une énième saison de F1 !

Rencontré ce jeudi dans le paddock Floridien, les deux frangins Jousse, semblent franchement vraiment HEU-REUX de vivre leur passion désormais ensembles.

Et de se côtoyer sur les mêmes circuits, lors des mêmes courses

 

 

Laissons la parole à Maxime, le petit nouveau qui découvre le milieu de l’endurance, discipline que Julien fréquente maintenant depuis trois ans, ayant débuté au sein du Team de Luc Alphand (LAA) au début de la saison 2009 :

 » Je suis super content de participer à ce Championnat naissant et ce dans la mesure ou après plusieurs années en monoplaces et malgré mon jeune âge, je ne me voyais pas d’avenir et en tout cas, aucune chance sur… d’accéder un jour à la Formule 1, la catégorie reine. Par contre en endurance même à mon age, il est possible d’intégrer des équipes solides et d’expériences, capables de te permettre d’obtenir de bons résultats et de viser les podiums  »

Et le benjamin des frères Jousse, d’enchainer :

 » On s’était dit avec Julien, que ce serait géant et trop Top de se retrouver ensembles en endurance et de partager la même voiture.  On est cette année tous les deux dans ce championnat mondial. Un premier pas a été franchi  »

Mais pourquoi Maxime si jeune a t’il quitté et déserté la monoplace ?

 » Je le répète, la route qui mène vers les Grands Prix était sans issu. A partir du moment ou l’ascension vers la F1 devient impossible et du domaine du rêve et que ce n’est plus ton objectif, tu cherches autre chose de motivant. Et l’endurance l’est et ce d’autant plus que nait cette année le Championnat du monde. Il fallait immédiatement en profiter et monter dans le convoi  »

 

Évidemment, l’année ou trois pilotes Français retrouvent la F1, de telles paroles peuvent sembler curieuses. Cela mérite pour nos lecteurs des explications

Concernant Romain Grosjean, la compagnie pétrolière Française Total, aurait selon ce qui se raconte en coulisses, verser un coquet et solide chèque de… 10 millions d’€ au Team Lotus, pour recruter ce pilote. Lequel le mérite amplement vu sa trajectoire depuis une première tentative et expérience ratée !

Pour ce qui est de Jean-Éric Vergne, lui il a eu le bol inouï mais grâce à son immense talent, de séduite il y a de cela trois ans, le Docteur Helmuth Marko un ancien vainqueur des 24 Heures du Mans en 1971 et désormais  le patron de la filière Red Bull. Lequel le suit avec les yeux de Chimène et ne tarit pas d’éloges à son égard…

D’ailleurs, qu’on se le dise et que cela se sache, s’il ne se loupe pas cette saison, JEV est programmé pour remplacer Mark Webber en 2013 dans la plus prestigieusesdes equipes actuelles, Red Bull-Renault !!!

Quant à Charles Pic, lui c’est le soutien du tout puisant Groupe Lagardére, à travers sa filiale Lagardère Unlimited,  qui l’a placé chez Marussia en F1.

Cette première parenthèse étant refermé, revenons aux frères Jousse, reprenons et poursuivons notre entretien

 

 

Maxime reprend :

 » Cet hiver donc, j’étais très intéressé pour trouver un bon volant en endurance qui est vraiment la discipline en total et plein renouveau. Mon frère m’a tout naturellement vanté tous les avantages et véritablement donné l’envie d’y venir. Les courses que je suivais de loin, sont plus intéressantes et évidemment les 24 Heures ou je suis venu le suivre deux fois. Quelle course magique Le Mans. En plus, l’endurance c’est une voiture que tu partages à trois, donc il y a bien plus de volants de disponibles et le cout est aussi divisé comparé à la monoplace  »

A ce sujet , il n’est pas inutile de donner des chiffres

Un jeune qui signe pour une écurie de pointe en GP2, doit pouvoir garantir entre 1,5 et 2 milions d’€. Une équipe plus modeste, coute tout de même la bagatelle de 600.000 à 800.000 € !

En World Séries, il faut tabler sur 1 à 1, 2 million d’€ pour prétendre aux meilleurs vola,5ts …

Alors qu’en endurance, on trouve place dans un baquet en LMP2 dans les bonnes équipes pour une somme suivant la notoriété et le palmarès qui se situe entre 250…000 et 500.000 € !!!

Ces chiffres à eux seuls expliquent les raisons pour lesquelles ces dernières saisons, de plus en plus en plus de jeunes pilotes, se tournent vers l’endurance, qui plus est en plein renouveau

La seconde parenthèse étant fermé, Maxime poursuit:

 » La F1 restant inaccessible et les trois des nôtres qui ont le bonheur d’y gouter cette année  ayant été comme on dit programmés, il restait cette superbe opportunité de filer vers l’endurance. Et j’en suis franchement super heureux. Débuter et rouler ici à Sebring, l’un des circuits les plus mythiques, c’est géant. »

Son frère intervient :

 »Moi, lorsque j’ai débarqué chez Alphand pour conduire la Corvette en GT, je n’imaginais pas deux ans plus tard, gagner des courses et pourtant . l’an passé, avec Manu Collard et Christophe Tinseau, on a triomphé deux fois, remportant les 1000 Km du Paul Ricard et ceux d’Estoril au Portugal avec la Pescarolo. Et cerise sur le gâteau, on a gagné le titre et le Championnat LMS (Le Mans Séries)

Pourtant, lui, Julien avait bien entamé sa carrière en monoplace, finassant Vice-champion des WSR (World Séries Renault) en 2008 et ce derrière le Holandais Guido Van dr Garde. Un an plus tard, il roule encore parallélement à ses débuts chez LAA en endurance, en monoplace. Courant en F2, avec une belle victoire à Donington et même en Superleague, ou, au volant de la monoplace aux couleurs de l’AS Roma, il gagnera à Zolder.

 

En fin de saison, pourtant Julien choisissait de se consacrer définitivement et donc exclusivement à l’endurance. Et  deux ans plus tard, il ne le regrette absolument pas !

 »  C’est une évidence, je suis un pilote bien dans ma tête qui conduit pour une formidable équipe (Pescarolo). Avec des équipiers tres expérimentés (Collard et Bouillon)  et aussi bien évidemment ultra vite. C’est un atout et un avantage énorme. En tout cas en trois ans dans cemilieu de l’endurance, je m’y suis épanoui.

Julien précise :

 » Et c’est la raison pour laquelle, j’ai poussé et motivé Maxime pour qu’à son tour, il franchisses le pas et me rejoigne.  »

Sur que dans l’équipe GULF Racing basée à Dubaï et au volant des très performantes LOLA, le cadet des Jousse, va lui aussi à son tour faire son chemin. Pour ses débuts, il dispose avec Fabien Giroix, le patron-pilote du Team et aussi et surtout Stefan Johzansson, l’ancien brillant pilote de F1 chez McLaren et Ferrari, avant qu’il ne se tourne lui aussi vers l’endurance, remportant les 24 Heures du Mans en   , de deux coachs  » First Class’

Maxime conclut :

 »J’en suis bien conscient et compte bien profiter de leur immense expérience pour bien apprendre et me faire ma place dans ce monde nouveau que je découvre mais qui m’enchante déjà  »

Samedi, on suivra avec attention les deux frères. L’un dans sa Pescarolo Autovision, l’autre dans la Lola GULF

Il y a bien longtemps qu’on n’avait plus vu deux frangins au départ de la même course.

Cela remonte à l’époque des Fertè, Alain et Michel. Et puis, plus loin à celles des Fittipaldi… Et encore plus loin…. au temps des inoubliables – pour ma génération – Pedro et Ricardo Rodrigurez !!!

FORZA les Jousse…

Gilles GAIGNAULT

Photos : Patrick Martinoli – Thierry COULIBALY – autonewsinfo

 LES FRÈRES JOUSSE AVEC LEUR COACH… FRANCK TINE

About Author

gilles