24 HEURES DU MANS : LA DELTA WING ROULE ET VITE !!!

 

SENSATION ce jeudi à Sebring

La DELTA WING propulsé par le moteur NISSAN et chaussé de pneumatiques MICHELIN, a pris la piste et son pilote du jour, l’Écossais Marino Franchitti, l’a enfin fait tourner et rouler vite et de surcroit en public pour que la communauté du monde de l’endurance soit enfin convaincu du bien fondé et aussi et surtout rassuré sur le sérieux de cet étonnant projet que d’aucuns critiquaient en laissant entendre et supposer que ce bolide du futur serait totalement incapable… de tourner et donc de rouler sur un circuit !

Preuve du contraire leur a été apporté ce jeudi 15 mars sur le coup de 12 Heures 30 – local time – il était 17 Heures 30 en France

 

Venu retrouver les media, l’heureux pilote, Marino Franchitti, lâchait avec un sourire qui en disait long sur ses pensées après ce test:

« Je suis vraiment fier pour tout le travail effectué et je remercie tous les protagonistes de ce programme, à commencer par les dirigeants de l’ACO qui ont cru au projet DeltaWing. L’auto marche parfaitement. Même si mais nous savons tous qu’il reste encore bien du travail à accomplir avant de pouvoir présenter cette Delta Wing sur la piste aux prochaines 24 Heures du Mans, en juin prochain.

 

 

Et Marino, concluait en précisant :

C’est surement un sacré challenge, mais tout le monde y croit. Et nous serons à l’heure au rendez-vous

L’homme à l’origine de ce projet audacieux et designer de la DeltaWing, Ben Bowlby, venait tout juste de débarquer en Floride après l’annonce la veille à Londres du partenariat avec Nissan. La DeltaWing ètant motorisée par un moteur Nissan 1.6 Litre de 300 chevaux.

 

 

Comme Franchitti, lui aussi affichait la mine des grands jours. Même s’il reconnaissait:

« J’ai compris les doutes de certains. Le long nez et les pneus étroits type petite voiture citadine à l’avant ne correspondent pas vraiment à l’idée qu’on se fait d’un prototype d’endurance »

 

 

Il est vrai que comparé aux gommes des surpuissantes Audi et comme nous l’expliquait Nick Shorock, le patron du Département compétition de Michelin,

 »  La différence est bien la : 36 cm pour le bolide Allemand d’Ingolstadt et seulement…10cm pour cette Delta Wing !

Assurément de quoi se poser des questions

Mais Ben Bowlby est tout sauf un charlot, un rigolo, un doux rêveur !

Le génial ingénieur Anglais possède des années d’expérience au plus haut niveau de la compétition ayant oeuvrè chez le constructeur Lola à Huntington près de Cambridge et ce successivement  sur différents types de bolides. De l’IndyCar à la NASCAR

 

 

Et, d’expliquer en détail que quel que soit le projet pour toute voiture de course,

« La réalisation tourne toujours autour de trois éléments : La répartition des masses, l’aérodynamique et la transmission aux pneumatiques »

Avant de rallier Sebring, cette étonnante DeltaWing avait tourné pour la toute première fois sur un circuit la semaine dernière en Californie, sur le circuit de Button Willow Raceway.

« Marino a roulé 206 miles (331 km) avant qu’une inattendue tempête de sable  vienne stopper la séance.»

En effet, une partie importante de la séance était consacrée aux pneumatiques. Les pneus avant étroits (10/58-15) jouent un rôle fondamental dans le concept global.

Nick Shorrock, Directeur de Michelin Compétition, nous rejoint et nous apporte quelques intéressantes précisions :

« Michelin s’est investi dès le début dans ce projet et est un partenaire très actif. Notre mission est de concevoir et de développer un pneu spécifique de cette dimension capable de supporter les charges et les exigences de cette voiture. Ce challenge correspond parfaitement à l’esprit d’innovation de Michelin. »

 

Il n’est pas exclu de voir la DeltaWing en course durant un meeting ALMS  (American Le Mans Séries) dès cette saison. En tant que pilote Nissan, le Français Erik Comas a lui aussi pu en prendre le volant, en Californie.

Pour mémoire, rappelons aux plus jeunes que le Drômois faisait partie du programme Nissan en Endurance dans les années 90 du temps des R390 et R391.

En attendant, la Delta Wing effectuera une seconde sortie de démonstration avant le départ des 12 Heures de Sebring. Après quoi, trois jours durant, au lendemain de la manche inaugurale du Championnat du monde d’endurance 2012, cette Delta Wing roulera ici sur la piste de Sebring à partir de lundi prochain et ce pour trois longues journées d’essais intensifs.

Ce jeudi bien évidemment les dirigeants de l’ACO (Automobile Club de l’Ouest) assistaient à la conférence de presse, les organisateurs des 24 Heures du Mans suivant avec une attention toute particulière les premiers pas de la DeltaWing.

 

 

Vincent Beaumesnil, Directeur des Sports,  se disait pleinement satisfait de ce qu’il venait de voir sur la piste Floridienne :

« Nous avons maintenant et avec certitude la preuve que le concept est sérieux. Lorsque l’on voit cette roue avant que l’on verrait plus sur une Citroën 2CV, on peut avoir des doutes, mais ils sont vite enlevés, compte tenu du sérieux du programme. Il reste encore beaucoup d’étapes à franchir, avant qu’elle puisse rouler au Mans. La qualité des gens impliqués dans le projet est incontestable et nous sommes confiants. Il faut maintenant que la DeltaWing réussisse le crash test obligatoire afin de répondre aux normes de sécurité en vigueur. Elle doit avoir un certain niveau de performance par rapport au reste du plateau, et il faut également des garanties quant à sa fiabilité. L’idée de ce 56ème stand est apparu il y a maintenant un an et demi. Nous voulions aller plus loin que ce qui était déjà en place. C’est un moyen de voir ce que peut être le futur. Le nouveau règlement 2014 sera présenté sous peu et c’est aussi un banc d’essai pour le futur. »

En conclusion, nous n’avons croisé que des professionnels de la course absolument étonné mais surtout franchement épaté par la qualité et l’état d’avancement de ce projet du futur déjà bien avancé

Mais d’ici le 15 juin et le départ des 24 Heures du Mans, il y a encore bien du boulot…

Mais la 1ère étape qui consistait à rouler vite et à rassurer à été franchi avec succès

 

 

Don Panoz, le patron du circuit d’Atlanta, inconditionnel des 24 Heures du MANS ou il fit autrefois rouler les fameuses Panoz ‘ Batmobile ‘ et avec qui nous avons déjeuner et qui fait partie de l’aventure, ètait vraiment, vraiment super heureux, ce jeudi après le roulage public.

Tout comme Duncan Dayton, le boss du Team Highcroft qui est lui aussi à l’origine du financement de l’opération. Et Darren Cox de Nissan, ne l’était pas moins lui satisfait !

Gilles GAIGNAULT

Photos : Michelin et autonewsinfo

LA SURPRISE A RAVI LES OBSERVATEURS

 

Sport

About Author

gilles