SALON DE GENEVE 2012 : DES VOITURES POUR TOUS… MEME POUR LES HANDICAPES

 

Genève, est un des sites d’exposition privilégié des constructeurs… car annuellement, son Salon est un formidable ‘Show Room’

Leurs modèles présentés sont fait pour satisfaire le plus grand nombre. C’est aussi le royaume des carrossiers dontl’imagination et la créativité fait progresser le design des voitures.

C’est enfin l’occasion pour quelques-uns d’anticiper pour faciliter la mobilité de tous.

Depuis quelques années, on se polarise sur la mobilité décarbonnée. Réduire la pollution en ville est effectivement un objectif majeur. On parle de près de 40 000 morts prématurés en France dus à la pollution urbaine générée en très grande partie par l’automobile.

Les véhicules électriques et plug-in hybrides apportent une partie de la réponse à ces problèmes. Le lancement des auto-partages, le développement du covoiturage, les améliorations des transports en commun élargissent également la perspective d’une mobilité différente et
écologique.

 

Mais pour offrir à tous la possibilité de se déplacer il ne faut pas oublier la gestion des handicaps humains. En effet près de 10 % de la population subit un handicap à sa propre mobilité !

A Genève nous avons rencontré deux approches différentes pour permettre aux personnes à mobilité réduite de pouvoir goûter aux joies de l’automobile.

Karsan : un véhicule conçu pour intégrer la mobilité réduite

 

Karsan est une entreprise turque, qui a produit pendant près de 50 ans des voitures sous licences pour son marché local. Son usine de production est située à Bursa, au sein d’un pôle automobile où se sont également installés Renault et Fiat. Pour mieux se développer Karsan a
en outre créé son propre centre de recherche.

C’est pour répondre à l’appel d’offre de la ville de New York pour les Taxis de demain, que Karsan imaginé un véhicule intégrant dès sa conception la problématique d’accès pour les personnes à mobilité réduite. Et par ce terme, les ingénieurs de la firme veulent englober les
fauteuils roulants bien sur (les premiers auxquels on pense), mais aussi les personnes utilisant des béquilles, les obèses, les femmes enceintes ou encore les mamans avec des enfants en poussettes.

 

 

Faisant partie des trois finalistes, mais hélas non retenu finalement, cette étude a permis à Karsan de véritablement ouvrir les yeux sur ces besoins non couverts par les grands constructeurs.

Ils se sont donc attelé à faire progresser leur projet pour en faire un véritable véhicule polyvalent, pouvant se décliner du taxi au véhicule familial. Ils ont lancé une large enquête mondiale pour être exhaustifs sur les différents cas d’usages et les contraintes qui en
découlent.

C’est donc sous la forme d’un gros monospace que se présente le véhicule. D’une modularité totale, il peut s’organiser en fonction du besoin : accueil d’un ou deux fauteuil roulant -avec les sécurités d’immobilisation à bord nécessaires-, ou un large espace entre les sièges arrières et avant pour installer une poussette, ou encore deux rangées de sièges pour recevoir plus de personnes, le tout en conservant un espace suffisant pour les bagages.

 

 

Pour accéder à bord, les portes arrière de chaque coté s’ouvrent à 90° et disposent de rampes électriques éclairées, qui assurent le lien sans marche avec les trottoirs.

L’objectif est de produire dès 2014 ce véhicule à un coût certes plus élevé qu’un monospace classique, mais beaucoup moins cher que les  50.000 environ d’un monospace classique? incluant des transformation pour l’accès des fauteuils roulants.

Coté motorisation, la plateforme a été conçue pour accepter les trois types de motorisations plébiscitées aujourd’hui selon les usages envisagés, à savoir un groupe essence + GNV (gaz naturel), un diesel et enfin un ensemble moteur électrique + batteries

 

Fritz-Haueter AG : l’art de la transformation

 

L’approche de la mobilité réduite chez Haueter, une entreprise suisse, est à l’opposée. A l’image d’autres spécialistes de la mobilité réduite, les ingénieurs adaptent des véhicules existants pour permettre l’accès à un fauteuil roulant. A Genève Haueter présentait une telle
modification pour VW Caddy et Fiat Doblo, appelée U-CAN.

La transformation consiste à abaisser le plancher  dans sa partie centrale depuis le hayon arrière, d’en motoriser l’ouverture, d’installer une rampe électrifiée et d’asservir la suspension pour abaisser le véhicule afin de faciliter l’accès au fauteuil roulant. Une télécommande
permet de piloter tout cela à distance. Des sièges rabattables autour et derrière le fauteuil roulant permettent de conserver jusqu’à 5 places assises.

Une deuxième version, baptisée I-CAN, permet en outre d’approcher le fauteuil roulant en position de conduite. Il faut alors ajouter un système électronique de commande, soit sur le volant, soit par Joystick permettant de conduire sans volant.

Enfin, sur la base d’un range Rover Evoque, un autre système d’accès à bord a été envisage : le siège conducteur pivote et descend au niveau du fauteuil roulant et un bras articulé situé dans le coffre, répondant au nom de robot R11, récupère le fauteuil pour le mettre dans le
coffre.

La prise en compte des handicaps ne se déploie pas assez rapidement. Heureusement que certains y travaillent pour permettre à toutes ces personnes de se déplacer relativement facilement.

Hélas, les séries étant faibles, les coûts ne baissent pas…

Patrick MARTINOLI  (Texte et photos)

 

Constructeurs Salons Sport

About Author

gilles