ENDURANCE 12 HEURES DE SEBRING : FRAICHEUR DE L’INEDIT POUR BENOIT TRELUYER

Fraîcheur de l’inédit !!!
Après bien des années d’attente et de formidables saisons, le monde de d’endurance va enfin retrouver  » SON  » Championnat du monde à partir de la semaine prochaine, ou les concurrents adeptes de cette belle discipline qu’est l’univers de l’endurance, vont se retrouver pour la manche inaugurale, laquelle se disputera à l’occasion des très réputées 12 Heures de Sebring, en Floride aux USA
Parmi la meute des pilotes qui vont croiser le fer sous le chaud soleil Floridien, 63 bolides sont en effet inscrits et trois pilotes se relaieront dans les baquets, il en est un qui avoue piaffer  de se retrouver en piste !
C’est effectivement avec beaucoup d’impatience que Benoît Tréluyer attend le coup d’envoi du Championnat du Monde d’Endurance, le 17 mars prochain aux États-Unis. Une renaissance synonyme de nouveau départ, pour le co-vainqueur des 24 Heures du Mans 2011…
Benoît ne tient plus en place !
Après deux mois d’inactivité, le pilote Audi Motorsport a les nerfs à vif. Il faut dire qu’il n’avait plus connu d’intersaison aussi longue depuis une bonne dizaine d’années.
Il nous confie avec soulagement :
« Je suis drôlement content d’avoir repris le volant pour deux journées de tests. J’ai pris un plaisir énorme et ma dose d’adrénaline. Rouler à nouveau était aussi important pour reprendre sereinement mes marques. »
Même s’il ne sait pas encore s’il disputera l’intégralité du Championnat du Monde d’Endurance (WEC) qui s’apprête à refaire du bruit après… vingt ans de profond silence, Benoit à nouveau installé dans le sublime Lubéron à Gordes, ne regrette pas d’avoir mis un terme à son programme en Super GT Japonais.
« La grosse nouveauté me concernant est que je me concentre cette année sur le programme Audi. Pour bien faire les choses, il fallait faire un choix et c’est le projet Audi que j’ai choisi. Non pas que j’étais lassé de courir au Japon où j’ai connu des moments fantastiques, mais je n’ai pas pu résister à l’appel de l’inédit. C’est très excitant d’être impliqué dans la renaissance d’un tel monument du sport automobile qu’est le Championnat du Monde d’Endurance. Je me souviens des Groupe C au début des années 90. Quelles voitures fantastiques ! Elles me faisaient rêver. Alors, être présent à la 1ère course de ce renouveau, ça veut vraiment dire quelque chose. J’ai un peu l’impression de revenir au tout début de ma carrière quand tout était nouveau pour moi, ou quand j’ai débarqué au Japon. Ça me manquait, cet aspect « découverte » ! » 
Pour le pilote Audi, l’exploration va donc débuter par les 12 Heures de Sebring, en Floride. Un grand classique du calendrier nord-américain, et un pan entier de l’histoire du sport automobile mondial.
« Sebring, je connais pour y avoir fait pas mal d’essais avec Audi depuis deux ans, mais je n’ai jamais disputé les 12 Heures. C’est un tracé assez sympa, assez atypique, sauf que cette fois, je ne serai plus seul en piste. Il y aura 62 autres voitures autour de moi ! C’est une entrée en matière plutôt copieuse, et il va falloir rester calme en début de course. Le trafic va être la clé, c’est certain. Ceux qui verront le drapeau à damier auront de grandes chances d’être sur le podium. Il y a aussi des virages critiques comme le 1 et le 17, soit le premier et le dernier où il est facile de faire des erreurs ! »
Autant dire que pour Benoît et ses équipiers André Lotterer et Marcel Fässler, Audi a reconstitué l’équipage vainqueur aux 24 Heures du Mans 2011, les séances libres programmées les lundi 12 et mardi 13 mars, vont être déterminantes pour aborder les premiers essais officiels du jeudi 15 mars avec sérénité
Le natif d’Alençon dans l’Orne, qui après la présentation du Team Audi à Munich, s’est envolé pour les États-Unis au début du mois de mars, enchaine :
« On roule avec des Audi R18 TDI de 2011, ce qui veut dire que l’on sort un peu du projet Audi R18 e-tron quattro (la toute nouvelle version hybride qui n’apparaitra en course que lors des six Heures de Spa) actuel. Il va falloir se réadapter à la voiture qui est un peu différente même si l’aspect extérieur est assez semblable. Elle se pilote autrement. Il va donc falloir retrouver nos automatismes »,
« Je suis venu en famille, pour me détendre un peu, s’amuse Benoît.
Qui poursuit :
« J’en ai même profité pour aller voir une épreuve de Super Cross – mes premiers amours – à St Louis. Ensuite, je suis descendu gentiment vers Miami… J’ai hâte de me replonger dans cette atmosphère un peu particulière des courses « made in USA » !
Une atmosphère que Benoît aimerait bien arroser d’un peu de champagne ….Français !
Et qui visiblement sacrément motivé va découvrir Sebring et l’ambiance de l’endurance version 2012, dorénavant labellisée Championnat du monde

Gilles GAIGNAULT

Photos : Teams – DPPI

Horaires (+ 6 heures pour la France) des 12 Heures de Sebring

Jeudi 15 mars :
10h00 – 11h00 : Essais Libres 1
14h50 – 15h50 : Essais Libres 2
19h35 – 21h20 : Essais Libres 3 (nuit)
Vendredi 16 mars :
09h35 – 10h55 : Essais Libres 4
15h55 – 16h10 : Qualifications LMP1/LMP2
Samedi 17 mars :
08h00 – 08h25 : Warm-Up
10h30 : 12 Heures de Sebring (60e édition)

About Author

gilles