ELECTRIQUE: LE SCOOTER FRANÇAIS FAIT VOLT FACE…

Il ya quelques jours et à l’invitation de François Loos, Président de l’Ademe, Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’énergie, les journalistes ont été conviés à un test grandeur nature à Paris, dans les rues de la ville, sur différents véhicules électriques innovants.

J’ai donc testé un scooter e-Vivacity de Peugeot et une nouveauté absolue, le S’PLR, électrique et repliable…

S’PLR: DRAGSTER PLIABLE…

Le véhicule testé est un proto, auquel nous pardonnerons donc quelques « clang » qui eussent été insupportables sur un produit sorti d’usine.

La partie-cycle est fabriquée en Asie, tout ce qui concerne batterie et propulsion est… Made in France, j’ai envie de dire… enfin!

Fabrice Marion, patron de XOR MOTORS, qui fabrique donc ce produit à Gardanne dan le sud de la France, prend la précaution d’installer le scooter dans l’axe du départ avant de me laisser monter dessus.

Avec raison.

Quand on met du gaz, c’est un… vrai dragster!

Le concepteur me dit que l’on bat un 400 thermique aux cent-mètres départ arrêté, on ne doit pas être loin.

Impressionnant!

Avec la contrepartie inverse, en cas de slalom serré, genre pour tourner autour du bus qui bloque une place entière à lui tout seul, l’engin manque un peu de souplesse.

Laissant Gilles Gaignault discuter avec le boss, je vais donc faire mon tour de ville du côté des Invalides.

C’est le premier jour humain dans Paris depuis des mois, un petit côté printanier qui va bien avec un scooter.

Donc je l’ai dit, fusée.

C’est important.

On sait  que les moteurs électriques sont très performants à l’accélération, c’est important aussi pour la sécurité.

J’ai évoqué ci-dessus l’autobus, qui a au moins un avantage, il ne vous fonce pas dessus… enfin en principe.

Le taxi oui.

Le mec (ou la nana) qui a le portable collé à l’oreille aussi.

On ajoute les deux ou trois connards qui croient épater leurs potes en zigzagant comme des antilopes affolées et qui sont incontournables dans toute traversée de Paris.

On ajoute encore le mec qui envoie du lourd pour passer à l’orange bien mûr, qui brûle bien entendu le feu et…

Bref, dans ces cas là, la conduite du scooter s’approche de la corrida.

Il faut esquiver.

Et l’accélération, ici, est un vrai élément de sécurité, à condition de savoir un tout petit peu piloter.

Bref, bien sur ce point.

Mais ce n’est pas tout.

Le scooter est repliable.

ENGIN CONTORSIONNISTE…

La photo ci-dessus montre l’engin replié sur lui-même…

Impressionnant!

Avec des conséquences intelligentes.

La batterie est démontable, munie d’une poignée,  et on la traîne comme une valise à roulettes.

Du coup  on peut facilement recharger là où l’on est, boulot, déjeuner chez des potes, rendez-vous en ville, ou chez soi sans avoir besoin d’un garage.

Et en plus, c’est quand même l’antivol absolu car le mec qui va piquer un scooter électrique sans batteries, faut vraiment l’enfermer…

Bon, une fois ôtée la batterie, le truc se replie de façon très astucieuse, le boss fait ça tout seul, faut juste attraper le coup de main.

Démonstration…

L’argumentaire va jusqu’à dire que l’on peut prendre le TGV avec. Et qu’il est le scoot le plus rapide entre… Paris et Marseille! C’est de l’humour !

Le scooter plié et mis sous bâche est moins grand que la taille de bagage max acceptée en TGV.

Ce qui est effectivement génial, because arrivé à la gare, tu t’en fous de trouver un taxi, et après, c’est sympa d’avoir le scoot en vacances.

Sauf que le joujou pèse près de soixante kilos.

Certes, certains TGV sont de plein pied mais à l’arrivée en province, il y aura des escaliers dans les gares…

Bref, faut être deux au départ et à l’arrivée.

 Ou être très costaud.

En revanche, c’est génial pour le mettre dans le coffre d’une auto ou DANS  un camping-car au lieu de SUR un camping-car.

Parce qu’au lieu de le mettre  à l’arrière et de se le faire tirer quand on va faire les courses, on le glisse dans les soutes du camping-car, l’essence ne risque pas de couler, il n’y en a pas…

Bref, un vrai concept original.

C’est un biplace.

Il ya un coffre marrant à l’arrière pour ranger un casque.

Le prix, 3100 euros.

Pour ce prix là chez les Japonais, on est en milieu de gamme 125.

Donc c’est compétitif.

Sauf que ce prix là est sans batterie.

La batterie, elle coûte 50 euros par mois ou si l’on veut l’acheter, 3000 euros, le prix du scooter.

Grosse erreur?

Et non.

Nouveau concept.

LITHIUM-POLYMÈRE,LA RÉVOLUTION EST EN MARCHE…

S’PLR ET SA BATTERIE

Les batteries sont fabriquées selon le principe lithium-polymère.

L’avantage est que l’électrolyte est un gel, qui ne fuira donc pas si la batterie est fissurée par un choc, et il n’y aura pas de déclenchement d’incendie.

Ce qui est un danger quand l’électrolyte est liquide.

Pas ici.

XOR est le premier fabricant à proposer cette solution.

FABRICE MARION DÉFEND SON CONCEPT AVEC PASSION ET CONVICTION

Donc sécurité.

Par ailleurs, le choix a délibérément été fait d’utiliser une grosse batterie.

Parce que l’autonomie est supérieure (130 km à 45km/h, 75 km à 90km/h), parce qu’une grosse batterie donne de belles performances, on a évoqué le côté dragster de l’engin, parce qu’elle dure plus longtemps puisqu’on lui tire moins sur la gueule.

Ce qui permet de garantir ces batteries à vie.

 Voilà le concept.

On rappelle en effet que sur la plupart des véhicules électriques proposés aujourd’hui, on conseille de changer de batterie tous les deux ans.

Bien vu.

Et effectivement révolutionnaire.

Et un bel avenir pour cet engin ‘MADE IN FRANCE ‘

Infos sur www.xor-motors.com

PEUGEOT: CLASSIQUE ET CHIC

 

 C’est un autre produit fabriqué en France.

Que nous présente Stéphane Bolle-Reddat, du département Direction de la Recherche et de l’Ingénierie Avancée chez PSA

Décidément, cela devient très à la mode et tant mieux.

Le e-VIVACITY de PEUGEOT, n’est évidemment pas aussi sportif que le S’PLR de XOR.

Il a quand même largement la nervosité d’un 125 thermique, ce qui est suffisant pour éviter les automobilistes nerveux ou irresponsables.

Il est en revanche d’une souplesse absolue, il permet de conduire fluide.

C’est un très bon point.

Car la circulation dans Paris n’est pas toujours un combat de rue! Quoique…

Il possède deux coffres, pour deux casques ou un casque et le matos d’hiver, combinaison, sur-blouson etc…

VUE… DU COFFRE AVANT!

Le tableau de bord est assez bien fichu, avec des témoins de charge de batterie faciles à comprendre, et des détails sympas comme la température extérieure.

Ce qui est un vrai plus pour quelqu’un qui utilise son deux-roues toute l’année.

Les batteries sont des lithium-ion, légères (16 kg), avec évidemment une autonomie classique, 60 km à 45 km/h.

Ces batteries ne sont pas séparables du scooter.

C’est ici que je suis moins enthousiaste. parce que cela signifie obligation d’avoir un garage chez soi, et au boulot un autre avec des prises de courant.

Ce qui est rare comme situation.

Sinon, c’est la borne. idyllique en photo…

Mais en réalité, il y en a encore très peu.

Il y en a une près de chez moi, à Paris, les mecs sont les uns sur les autres sur le trottoir et se piquent les branchements, il n’y a que quatre prises sur la borne.

Bref, t’arrives le matin, et ta batterie est vide…

Bien sûr, le scooter est vendu avec la prise et un peu de câble mais voilà, les infrastructures ne suivent pas.

Cela dit, on y vient.

Bon, retour aux bonnes choses.

TABLEAU DE BORD SUPER BIEN FICHU

Sur cet e-Vivacity, une prise 12 volts dans le coffre. ce qui permet de recharger votre portable en roulant.

Ce qui tombe bien, vous n’avez pas le droit de vous en servir….

Autre bon point, une marche arrière.

C’est indispensable sur une Gold Wing, c’est donc au moins une bonne idée sur un petit engin.

Oui, je sais, les mecs costauds se sortent de toutes les pentes mais pour les frêles jolies filles en Louboutin à 2000€,  c’est moins fastoche…

Encore un truc bien, un anti-démarrage par transpondeur…

Et aussi un système de récupération d’énergie, la batterie se charge quand on décélère.

Bien vu.

Ce scooter classique coûte un peu moins de 4000 euros.

Avec une assistance 24 H sur 24. (Pour les branchés, on dit H24…)

 Le coût à l’usage est estimé à 16 euros par an en énergie.

Pas vérifié, je doute.

Ce ne sera pas cher, c’est sûr, mais à ce point…

C’est comme les pubs pour les tickets d’avion à dix euros, les consos des voitures à essence annoncées par les constructeurs ou le « ça fait pas mal » des dentistes.

Je doute.

Ce qui est sûr en revanche, c’est que l’e-Vivacity est un objet attachant.

Infos sur:  peugeotscooters.com et e-vivacity.com

Jean Louis BERNARDELLI

Photos: Adrien CLEMENT et CONSTRUCTEURS

Moto

About Author

jeanlouis