WRC RALLYE DU MEXIQUE : LES DS3 DE LOEB ET HIRVONEN SOLIDEMENT INSTALLES EN TETE

 

Disputée dans les montagnes de la région de Guanajuato, la première journée du Rallye du Mexique a été profitable aux équipages du Team
Citroën. Sébastien Loeb et Daniel Elena occupent la tête du classement général, avec 11’’2 d’avance sur leurs équipiers Mikko Hirvonen et Jarmo Lehtinen. L’écart est fait avec les autres concurrents, qui pointent à plus d’une minute.

Sébastien Loeb au volant de sa D3 Citroën, a pris le commandement du Rallye du Mexique, 3ème manche du Championnat du monde et ce à l’issue des dix premières spéciales de la première journée, jeudi (ES1) et vendredi (ES2 à ES12) et qui se déroulaient dans  la région de Leon au nord de Mexico.

 

L’octuple Champion du monde, devance Finlandais Mikko Hirvonen, son propre co-équipier, de 11″ 2 et de plus d’une minute  (1’11’’9) la Ford du Norvégien Mads Ostberg . Latvala et Solberg , les deux pilote officiels Ford et qui ont connu des problèmes avec leurs voitures, sont respectivement 4ème  à 1’27’’9 et 5ème, à 1’35’’4.

Les Ford de l’Estonien Ott Tanak et du Russe  Evgeny Novikov, pointant au 6ème  et 7ème rang à 1’36’’7  et à  2’02’’. Le TOP 10, étant complété par Chris Atkinson, Al Attiayh et la MINI d’Armindo Araujo, à 2’33’’7, 2’48’’8 et 3’30’’2.

La petite Skoda de Sébastien Ogier (photo) pointant elle au 11ème position à 4’15’’2

 

 

Octuple et inamovible Champion du monde depuis …. 2004 et vainqueur sortant au Mexique, épreuve qu’il a déjà gagné à 5 reprises consécutives ces dernières années, Sébastien Loeb,  a comme on l’a lu plus haut? bien entamé cette 3ème étape du Championnat WRC millésime 2012

En effet, Sébastien Loeb  et sa DS3 Citroën sont bien les leaders du classement général provisoire du Rallye du Mexique et ce après la première étape, qui s’est couru vendredi au nord de Mexico, dans la région de Lèon.

Loeb devance son coéquipier Mikko Hirvonen  et Mads Ostberg, Jari-Matti  Latvala  et Petter Solberg, le 1er leader jeudi soir et qui a rapidement crevé vendredi matin !

 

Salués par la foule massée dans les rues de Guanajuato jeudi soir, les équipages participant au Rallye du Mexique se sont élancés dans la
première spéciale sitôt descendus du podium. Après cette mise en bouche sur les pavés de la cité colorée, les choses sérieuses ont commencé ce vendredi matin avec les premières épreuves sur terre.

Le programme de la matinée comprenait quatre secteurs chronométrés. Les concurrents s’attaquaient d’abord à El Cubilete, une montagne culminant à près de 2700 mètres d’altitude. Mikko Hirvonen signait le scratch et s’emparait du commandement. La réaction de la concurrence ne tardait pas et Jari-Matti Latvala prenait la tête pour deux spéciales. Mikko retrouvait la première place à l’issue de l’ES5, qui précédait le retour au parc d’assistance de León.

« La course est partie sur un gros rythme, c’était une matinée très difficile avec des portions techniques et glissantes. Je suis satisfait de mes performances, la voiture marche très bien mais j’ai tout de même du mal à trouver le bon rythme. Si j’attaque trop, les temps sont moins bons. C’est un peu étrange mais je dois m’y faire ! »

Auteur de deux scratches consécutifs dans les ES4 et 5, Sébastien Loeb pointait à six petits dixièmes de son équipier :

« Les chronos ont été serrés tout au long de la matinée et il va falloir continuer à attaquer cet après-midi. »

Poursuivant sur sa lancée, Seb prenait le meilleur sur Mikko dans l’ES6. Egalement plus rapide que son équipier dans les deux secteurs suivants, l’octuple Champion du Monde comptait 4’’5 d’avance à l’issue de la dernière spéciale sur terre du jour. Le second passage dans Ortega (ES9) était en effet annulé après que des concurrents – dont Thierry Neuville – aient subi des jets de pierres.

La journée se concluait par non moins de trois ‘super spéciales’ disputées du côté de León. Les deux Citroën DS3 WRC officielles, bouclaient la première étape séparées de 11’’2.

« Après un démarrage un peu difficile dans l’ES2, j’ai ensuite trouvé le bon rythme », confiait Sébastien Loeb.

Et il poursuivait :

« Mikko semble avoir compris le mode d’emploi de la DS3 WRC et j’ai vraiment dû cravacher pour creuser ce minuscule écart. Le bilan de la journée est très bon, puisque le deux Citroën sont largement en tête. A la régulière, je ne crois pas que nous puissions être rattrapés, mais il reste plus de 250 kilomètres chronométrés à disputer ! »

 

 

Mikko, lui expliquait.

« Seb a été le plus fort cet après-midi, mais je suis satisfait de cette deuxième place »

Et qui enchainait :

« J’ai également été marqué par les performances de Jari-Matti. S’il continue sur sa lancée, je pense qu’il peut revenir très près en fin de rallye. Cela signifie que nous n’allons pas vraiment pouvoir gérer notre avance. La journée de demain s’annonce encore plus difficile, avec deux passages dans une spéciale de 42 kilomètres extrêmement sinueuse. »

 

Yves Matton, Directeur de Citroën Racing, soulignant :

« Notre objectif est de placer nos voitures aux deux premières positions. Nos équipages vont continuer à rouler librement, car nous estimons que le rythme de Jari-Matti Latvala pourrait lui permettre de menacer au moins une de nos voitures. Pour l’instant, la seule consigne donnée est de rallier l’arrivée sans commettre d’erreur. »

 

Le malheur des uns… faisant c’est bien connu …  le bonheur des autres, cette première étape Mexicaine a donc finalement souri aux pilotes de l’écurie Citroën,  Sébastien Loeb et Mikko Hirvonen. Les deux pilotes des DS3 occupant effectivement le commandement du classement général  provisoire après les douze  premières spéciales

Seulement séparé de cinq secondes, les deux pilotes de la firme Française peuvent voir venir sans prendre trop de risques car ils disposent d’une bonne marge de sécurité, comptant plus d’une minute d’avance sur tous leurs rivaux de chez Ford :  Otsberg-Latvala-Solberg !

Malgré sa quatrième place à l’issue de cette 1ère journée, Jari-Matti Latvala, bien placé en embuscade au 4ème rang, pourrait en fin de course, se révéler le meilleur sur les pistes du pays des Aztèques et Toltèques.

 

 

Leader après les ES3 et ES4 matinales, le Finlandais de Ford, a ensuite remporté les trois spéciales disputées l’après-midi, l’ES9 ayant été annulée après du caillaissage et des jets de pierre sur le parcours

Mais malgré tout pour le Finlandais la partie ne sera pas facile car il accuse déjà un sérieux retard, lequel se monte à 1’ 27’’9 de retard sur … Sébastien Loeb !

Pas évident de reprendre autant de temps à l’inamovible Champion du monde et Maitre absolu de la discipline.

INDÉTRÔNABLE quand le pilote Alsacien a décidé d’attaquer et de lâcher la cavalerie de sa monture…

 

LATVALA ET SOLBERG : DES PILOTES FORD… SOURIANTS

 

Pour Latvala, la cause de ce retard est du à une suspension avant qui s’est cassée lors de la cinquième spéciale, et ce alors qu’il était encore en train de survoler cette ES.

Fort heureusement pour lui ‘ Dame Chance ‘ veillait … car dans son malheur et sa malchance, cet ennui lui est  arrivé juste … avant le parc d’assistance !!!

Son bolide réparé, ‘ l’artiste ‘ Finlandais qu’est  Jari-Matti Latvala, a ensuite offert un festival,  lequel lui a permis de combler au fil des ES et donc  petit à petit son retard.

Tant et si bien que lui et l’équipe Ford peuvent encore et toujours espérer et croire à la victoire

Mais soyons sérieux, il faudrait un miracle et que conjointement les deux pilotes Citroën en viennent tous les deux à commettre des bêtises et des fautes…

Car vu leur avance impressionnante, on le voit mal justement partir à la faute !!!

La course avait pourtant très bien débuté pour Jari-Matti Latvala. Le Finlandais menait au classement quand il a heurté un rocher dans l’ES5 et endommagé la suspension avant de sa voiture.

« Environ douze kilomètres après le départ de la spéciale, dans un passage en sixième et à l’aveugle, j’avais noté en reconnaissance la présence d’un rocher qui m’interdisait de couper à la corde. Mais il y avait une autre pierre qui ne se trouvait pas là pendant les reconnaissances. J’ai essayé d’élargir ma trajectoire mais à la vitesse ou nous allions, je n’ai pas pu faire autrement que de la toucher. »

Le pilote est ensuite reparti à l’attaque dans l’après-midi en signant une remarquable série de trois meilleurs temps consécutifs.

«  La matinée s’est finie de façon décevante après avoir très bien commencé. Mais je me suis bien battu pour remonter au classement. Notre voiture est performante et j’espère être en mesure de mettre la pression sur nos rivaux demain. Je serais satisfait si je parvenais à remonter dans les trois premiers. »

 

 

Petter Solberg avait entamé le rallye en remportant la première courte spéciale disputée la veille. Mais le lendemain matin, le Norvégien a perdu d’entrée 50 secondes sur une crevaison arrière gauche puis encore 30 secondes sur une crevaison arrière droite dans la spéciale suivante.

« La première crevaison s’est produite après un contact contre un talus dans un passage en sixième. L’impact a été plus fort dans la spéciale suivante où j’ai heurté un rocher dans un passage en seconde. N’ayant plus de roue de secours, j’ai été prudent dans les deux épreuves suivantes. Je voudrais finir sur le podium. Bien qu’il faille une faute de nos adversaires pour y parvenir, je vais continuer d’attaquer et nous verrons si nous parvenons à mettre la pression sur eux. »

 

 

Néanmoins Sébastien Loeb a été véritablement impressionné par les chronos de son rival de Ford  :

« Il était vraiment le plus rapide ».

Et il précisait tout de même :

« Je ne dirai pas que j’ai peur de Latvala, mais il reste encore des centaines de kilomètres à parcourir et il est vraiment très rapide. »

Alors ?

Wait and see …

 

 

Mais vu les temps qu’à signé,  le pilote Alsacien, franchement on voit mal comment Latvala, même irrésistible  pourrait rattraper le gouffre (1’27’’9 ) qui le sépare  et dépasser Sébastien Loeb  .

Mais nous sommes au Mexique et donc jamais à l’abri d’une mauvaise surprise comme … une crevaison, par exemple.

Ennui qui est  bien arrivé au tout premier leader justement partenaire de Latvala chez Ford, le Norvégien  Petter Solberg  et ce dès la première spéciale de ce vendredi, lui faisant perdre près d’une minute sur l’Alsacien au général.

Comme quoi tout peut à chaque instant survenir !

Comme les caillasseries et jets de pierres

Dont la principale victime a été le jeune Belge de Citroën, Thierry Neuville

 

 

Franchement quel dommage pour lui car la recrue de la firme aux chevrons, occupait alors une sensationnelle quatrième place du général à la mi-journée.

Au cours de la première spéciale au menu de l’après-midi, a D3 a heurté une pierre, laquelle se trouvait curieusement au beau milieu de la piste. Le Belge a ensuite été contraint à l’abandon dans cette ES6

A l’arrivée il témoignait :

‘’ Lors de la spéciale précédente, un spectateur nous a jeté une pierre alors que je roulais à fond de 6ème vitesse. Cela a tapé très fort sur le pare-brise et cet incident inattendu  m’a brutalement éloigné de mon rythme. Un kilomètre plus loin, j’ai découvert  un chien au milieu de la route. J’étais complètement perdu. »

 

 

C’est Mads Ostberg  qui, arrivé, a prévenu le  organisateurs que Thierry Neuville avait des pépins avec l’une de ses roues.

Il lâchait :

« C’est un rallye étrange. Avec le manque d’oxygène, nous devenons tous stones et d’étranges choses se produisent ‘’

Le Rallye se poursuit ce week-end. Ce samedi huit spéciales figurent au programme. Et encore quatre dimanche

De quoi nous offrir encore un sacré spectacle !

 

Gilles GAIGNAULT

Photos : Jo LILLINI

LE CLASSEMENT GÉNÉRAL PROVISOIRE

1 Loeb – Elena (Citroën DS3 WRC), en  1h24’46’’4
2 Hirvonen – Lehtinen (Citroën DS3 WRC) à 11’’2
3 Østberg – Andersson (Ford Fiesta RS WRC) à 1’11’’9
4 Latvala – Anttila (Ford Fiesta RS WRC) à 1’27’’9
5 Tänak – (Ford Fiesta RS WRC) à 1’35’’4
6 Solberg – Patterson (Ford Fiesta RS WRC) à 1’36’’7
7 Novikov – Giraudet (Ford Fiesta RS WRC) à 2’02’’0
8 Atkinson – Prévot (Ford Fiesta RS WRC) à 2’33’’7
9 Al-Attiyah – Bernacchini (Citroën DS3 WRC) à 2’48’’6
10 Araújo – Ramalho (Mini JCW WRC) à 3’30’’2

 

PETTER SOLBERG, LE PREMIER LEADER

Sport WRC

About Author

gilles