NEIGE ET GLACE : APOTHEOSE NOW !

 

Jean Pierre Vandewauver et Joseph Paisse déboulent magnifiquement sur une épreuve de folie. Une féerie de neige et de glace, jamais peut-être de sa longue histoire ce Rallye n’avait à ce point mérité son nom.

Neige partout, pure et dure, températures (très !) hivernales, au sens jurasso-doubiste du terme (pas loin de moins trente…), un vainqueur ultra-légitime.

Patrick Zaniroli, qui a repris le Neige et Glace en 1964, a vraiment réussi son coup !

LE PÉRIL JAUNE…

L’épreuve ‘magique’ est terminée.

Pourquoi péril jaune ?

Parce que c’est la couleur officielle de la Belgique en sports mécaniques, comme le bleu, l’est pour la France, le rouge pour l’Italie, le vert pour l’Angleterre…

Et le podium est en plus, un… triplé belge !

Les jaunes au pouvoir, c’est assez prévisible dans la mesure où leur épreuve la plus célèbre, les Boucles de Spa, démarre dans dix jours et les meilleurs équipages de ce Royaume des sports, sont venus s’entraîner ici…

Le vainqueur est Jean Pierre Vandewauver, associé à Joseph Paisse, à bord de la Porsche 914, No 8.

Couleur orange, pas loin du jaune…

Jean Pierre est Champion de Belgique des Rallyes en 1998  (mille et neuf-cent nonante-huit), il a 58 ans et ce Neige et Glace 2012, était, tenez-vous bien,  son …. mille- et-unième Rallye !!!

Beau vainqueur d’une superbe épreuve, menée d’ailleurs de bout en bout…

JURA- DOUBS DOUX…

MAGIQUE...

Une vraie féerie.

Ce mercredi matin, il a neigé sur le massif du Jura, le très grand froid permet aux cristaux d’être fins comme le talc et légers, comme le tulle.

C’est un duvet que l’on découvre au matin du troisième jour, qui crisse délicieusement sous les semelles.

Et qui masque le sol, comme un drap de lin.

Les dernières spéciales du Rallye, se font en boucles, autour du Lac de Saint Point.

Il neige encore quand on quitte le parc fermé, avec Tom et Richard, les photographes et le cameraman du Rallye, Mikko, (un Finlandais s’il vous plaît, voilà un Rallye qui peut légitimement se pousser du col…).

Nous roulons en reco dans les spéciales, pour trouver les bons angles de vue.

Comme chaque jour, notre Dacia Duster, équipé de pneus contact Bridgestone Blizzak, fait merveille.

Sur neige dure, dans l’épaisse, ou comme ce matin sur la fine couche, à peine posée sur la glace, l’auto tient comme une araignée sur sa toile…

Paysage d’Alice au pays des Merveilles, lumière de studio de Walt Disney.

Puis, le soleil apparaît à travers le grésil, énorme, jaune et rond, diffus quand même dans le brouillard, puis éclatant comme les dernières mesures d’une symphonie de Beethoven.

 

Nous sommes rodés, une fois trouvé le spot, l’attente est courte.

Heureusement d’ailleurs, car en sous-bois, alors que la neige, et donc les nuages, avaient fait remonter la température à moins douze, avec le ciel qui se dégage, on est allègrement reparti vers les moins 20-25

Les autos sont lâchées dans l’ordre du classement de la veille.

Même ici, on balaie, comme en Championnat du Monde, et les premiers passent dans de jolis volutes de neige saupoudrée, les suivants ont une route plus nette et des traces de trajectoires.

Impériale, la Porsche 914 des leaders Vandewauver-Paisse, c’est étonnant comme cette auto, magnifiquement réglée il est vrai, réagit de façon ultra-saine.

Elle glisse sans une hésitation, reste sur une trajo tendue, moteur qui remplit incroyablement  bien, pilote ayant construit sa voiture… Belle image en tous cas.

Et puis passe le grand barbu, le plus célèbre des circuits Français…

PESCAROLO-THIRIONET

 

Magistral.

Henri Pescarolo, est simplement heureux.

Bon, jamais satisfait, comme tout perfectionniste qui se respecte.

« On a passé le premier jour à apprendre à se servir des appareils de navigation… Sinon, on pouvait finir dans les cinq…Et l’an prochain, on revient pour le podium ! »

La Porsche Noire No 7, finit … septième.

Le chiffre divin de toutes les civilisations connues…

 LA GALERIE DES GLACES EST NEIGE…

UNE MORRIS COOPER "S" VRAIMENT HISTORIQUE!

Quelques très beaux clins d’œil, lors des passages de nos voitures cultes.

Ci-dessus, la Morris Cooper « S » de Xavier Del Mol, est celle qui a été présentée au Salon de Paris en …1964.

Pas un des modèles de l’année,  vraiment celle qui était sur le stand !

Et voilà ci-dessous l’Alpine 1300 de Bernard Peynet…

 

Il l’a achetée en 1975 et ne l’a plus quittée.

Ils vont donc bientôt fêter leurs noces de Mercure, joli clin d’œil à la température de l’endroit…

Un petit tour en Italie de légende…

Voici l’Alfa Romeo Giulia Super de Pierre et Brigitte Flament, toute de noir vêtue,  se lançant devant nous dans une sorte de danse initiatique du pilotage finlandais, en descente en plus.

 

Un festival de jolis travers.

Car, si dans le langage des non initiés un travers est une attitude regrettable et parfois sanctionnée, en sports mécaniques, c’est un don…

Voici encore la Porsche 911 Type G de Lionel Hansen et Laurent Meur, au pilotage d’une rare élégance, ce qui va très bien avec la voiture…

 

HANSEN-MEUR

 

La 911 peut aussi autoriser un pilotage très enthousiaste, Pierre Guy Morani nous le montre avec brio, chaque jour.

 

MORANI-BAUD

 

Passe aussi  ce qui est peut-être une des plus jolies voitures de ce plateau, la Lancia Fulvia Zagato de Jean Pierre Dreyfus et Jean Paul Massé.

 

DREYFUS-MASSE

 

Son proprio, nous a dit à quel point, il tient à son bijou.

Et pourtant, il le fait rouler ici alors que, on le voit sur pas mal de voitures, il ya un paquet d’occasions de bigner les côtés, d’arracher les trains ou de boomer pleine face, les très costauds sapins du Jura…

Le plaisir et le danger sont un joli cocktail…

C’est le dernier jour de ce Neige et Glace qui restera dans les mémoires.

On a eu la visite de gens qui ont participé aux grandes classiques de la région, ils étaient émus comme des enfants devant les jouets de Noël…

Dernier jour, alors on se donne à cette drogue (encore…) légale qu’est le plaisir !!!

Le GRAND Bonheur, avec un GRAND… B

 

Plaisir ?

 » Lulu  » alias Lucien Guitteny, en est le symbole.

Venu ici avec sa Simca P 60 Monthléry, ce pilote qui a participé neuf fois aux 24 heures du Mans et a gagné tout dernièrement, la Ronde Hivernale de Serre Chevalier, a illuminé le rallye.

 

LUCIEN LE MAGICIEN

 

Et puis, il faut bien finir, passer en triomphe sous l’arche d’arrivée… Et penser très fort à l’an prochain…

Alors ?

PODIUM TOUT JAUNE…

LA KADETT DE LAUSBERG ET PIROTTE

 

Bon, triomphe…. Belge, on l’a dit.

Jean Pierre Vandewauver, apporte à la Belgique, une nouvelle victoire dans cette épreuve, gagnée à 100% par les voisins d’Outre-Quievrain, depuis sa résurrection sous forme de Rallye de régularité.

« Ce fut un rallye fabuleux. Cette victoire me tient particulièrement à cœur parce qu’il s’agit d’un véritable travail d’équipe auquel je tiens vraiment à associer mon navigateur Joseph Paisse car même s’il fallait piloter, le travail du navigateur est vraiment essentiel sur ce type d’épreuve. Je voudrais également remercier l’organisation pour trois jours d’un rallye vraiment parfait à tout point de vue. Le parcours était splendide, sous un ciel bleu, les routes enneigées et glacées et, surtout, une grande convivialité entre tous les équipages. C’est certain : nous reviendrons défendre notre victoire l’an prochain ! »

Son navigateur, est Joseph Paisse…

Le second équipage, a couru sur l’Opel Kadett GTE, No 52.

Il est en photo ci-dessus.

Place d’honneur accrochée le dernier jour, on verra comment le destin, l’a un peu aidé.

Il s’agit d’André Lausberg et Cédric Pirotte.

« Quelle belle surprise ! Ce matin, nous étions encore 4e et nous sommes parvenus à remonter deux places en l’espace d’une journée. Chapeau à mon copilote Cédric Pirotte qui a vraiment effectué un boulot génial. J’adore l’ambiance de ce rallye et ses spéciales extrêmement sportives. C’est vraiment ce que nous sommes venus trouver ici. »

Nous sommes décidément chez des gentlemen pilotes, mais il est certain que le rôle du navigateur, est toujours essentiel…

Pour terminer le podium jaune, voici le troisième équipage.

 

L'OPEL NO 3 EST TROISIÈME...

L’Opel Ascona, No 3, est emmenée par deux flamands, Dirk Van Rompuy et Kristof Vermant.

En fait, ils ont été seconds pendant les deux premiers jours et ce mercredi, en liaison, une roue s’est ….fait la malle.

29 minutes pour remettre l’auto sur ses quatre pattes, pas mal.

Surtout dans la neige…

Heureusement, c’était en liaison, juste avant la dernière spéciale du jour.

Une deuxième place ratée, est moins grave, qu’une exclusion !

Le mot de la fin à Patrick Zaniroli, qui a donc relancé le Neige et Glace il ya neuf ans, une épreuve qui fête en conséquence ce mercredi sa 58ème édition.

 

PATRICK ZANIROLI

 

 « Je suis un organisateur heureux. Après une édition 2011 sans neige, ni glace, le Haut Doubs et le Jura ont prouvé qu’elles étaient bel et bien des régions toutes indiquées pour l’organisation de notre rallye. Nous avons sans doute vécu la plus belle édition du Rallye Neige et Glace en version régularité. Les 80 équipages présents au départ sont enchantés et devraient faire grimper encore le nombre des inscriptions pour l’année prochaine. »

Une découverte au passage.

Sur ce rallye, pour le suivi chronos et GPS des concurrents, Patrick a bossé avec les gens de Tripy. Une nouveauté d’enfer.

Lecteur aventurier ou simple amateur de belles balades, pour repérer un itinéraire, pour le tracer, pour l’éditer sur papier sous forme de road- book,  ce concept est totalement révolutionnaire.

C’est un logiciel éditeur d’itinéraires, un matériel de loisir grand tourisme dont l’intérêt principal est la création de bons plans sur route et en TT à destination des passionnés des sports mécaniques (motos, quads, 4X4, voitures anciennes).

Infos sur www.tripy.eu.

Un truc vraiment démentiel!

Voilà. Le Neige et Glace c’était génial et c’est fini.

Pardon… ça recommence!

Vivement l’an prochain !

Jean Louis BERNARDELLI

Photos : Tom ZANIROLI et Richard BORD

 

VIDÉOS DES ÉTAPES ET RÉSULTATS COMPLETS 

zaniroli.com

Neige et Glace Sport

About Author

jeanlouis