LA SOCIETE ADAPT SE DIVERSIFIE : DU FAISCEAU ELECTRIQUE AU SCOOTER….ELECTRIQUE

 LE MODÈLE S3

 

 

Présente  au Salon du 2 roues de la Porte de Versailles en décembre dernier, à nouveau visible aux récentes JPMS (journées professionnelles de la moto) de Lyon, la Société ADAPT, a bien confirmé une orientation nouvelle à ses activités, à savoir la commercialisation en France, des scooters électriques, de la marque allemande GOVECS.

La mise en place du réseau de distribution qui sera opérationnel début mars, donne l’occasion à autonewsinfo  de présenter et la démarche et les produits qui ne manquent pas d’originalité.

 

 

Bruno GARIN (photo) de  formation technique, après  un temps passé dans une société traitant des systèmes électriques et de transmission, crée sa propre société voilà 18 ans et se spécialise dans l’importation de composants pour la fabrication de faisceaux électriques.

A ce titre,  il collabore fortement avec une société allemande COROPLAST très réputée dans ce secteur, et qui pèse 100 millions d’euros/an !

En liaison avec les constructeurs pour faire évoluer les produits (par exemple, le câble de  recharge des véhicules électriques Renault) et surtout en tant que fournisseur de quasiment tous les équipementiers de niveau 1, pour les faisceaux électriques de première monte, ADAPT est sorti renforcé de la crise en 2009 et, a saisi à l’occasion d’une rencontre pour ajouter une  autre corde à son arc :

L’importation et la distribution de scooters électriques.

C’est lors d’un Salon : E. CARTEC que Bruno GARIN entre en relation avec Thomas GRUBEL. Créateur d’une marque de deux roues E-MAX, voici quelques années, celui-ci vient de faire évoluer considérablement le concept et grâce à des investisseurs allemands solides, a lancé, en Pologne, la production de 3 modèles entièrement nouveaux, sous la marque GOVECS.

Une visite de l’usine à Wroclaw plus tard, l’affaire était conclue, ADAPT se lançait dans un autre métier  et se mettait en ordre de marche  pour vendre en France ces scooters GOVECS   (déjà couronnés par des prix : E-scooter of the Year 2011 et E- Cartec en Allemagne pour la mobilité électrique) , que nous détaillons maintenant.

Les trois modèles utilisent un cadre unique à centre de gravité très bas.

 

 

Tous,  mettent en œuvre  une  chaîne cinématique originale par courroie à partir d’un moteur «  brushless » c’est-à-dire sans balai, et procurant de par sa conception même  un  meilleur rendement énergétique.

Deux types de batteries  ont été spécifiquement développées  pour l’occasion. Pour le  premier  niveau de gamme, le GO S1.2, c’est le plomb et un gel de silicone qui est retenu.

Si le coût est  faible, le poids (55 kilos) constitue un  léger handicap. C’est pour cela que les  deux autres modèles ont recours à un produit spécialement développé en lithium –polymère, abaissant le poids de la batterie à… 32 kilos !

Seules les batteries sont produites hors d’Europe (Samsung et Panasonic) et elles permettent selon les usages et les modèles des autonomies variables : 50 à 60 kilomètres pour le modèle de premier niveau, 60 à 100 kilomètres pour le S 2.4 et 50 à 70 kilomètres pour le S 3.4.

Les temps de recharge, sur  une prise de  courant domestique, (batterie  fixe, en attendant la sortie  d’un kit  batterie extractible) sont de 4 à 5 heures, mais  80% de la charge sont obtenus en 2 heures. Les batteries  au gel de silicone  supportent 500 cycles de recharge  alors  que  celles au lithium en autorisent 1000 !

De toute manière  toutes les machines –batteries comprises- sont garanties 2 ans.

 

 

La puissance des  moteurs est  de 3Kw nominal pour  les S1.2 et S2.4 alors que passe à 7 Kw  pour le S3.4 homologué comme  un équivalent 125 cc. Le freinage hydraulique à disques ventilés est dit régénératif,  c’est-à-dire  que l’énergie cinétique  générée au freinage est récupérée en courant.

Il  semblerait que les essais effectués mettent en avant  outre  l’absence de  bruit  et d’émission de CO2, la grande maniabilité et l’excellente tenue de route des machines, en raison, notamment du centre  de gravité  abaissé, grâce à la batterie implantée sous le plancher .

Trois couleurs sont proposées : gris, blanc et bleu.

Pour l’heure, ADAPT se concentre sur la constitution de son réseau de distributeurs. Sans doute en raison de la qualité du produit et d’un effet balancier qui conduit actuellement les européens à ne pas se jeter trop vite dans les bras des chinois ou des coréens, la Société de Sainte Geneviève des bois, rencontre trois types de professionnels fort intéressés pour vendre  ses GOVECS électriques.

 

 

On note en premier lieu, les boutiques déjà spécialisées dans les Vélos à assistance électrique, ensuite les détaillants deux roues classiques qui diffusant des machines thermiques, souhaitent élargir leur offre, en ajoutant le vecteur électrique.

Enfin, certaines personnes souhaitent s’engager pour démarrer une activité avec GOVECS, séduits qu’ils sont par la conception, la finition et le sérieux du produit.

Dans tous  les cas, il est certain que les mauvaises expériences vécues  ar les uns ou les autres  en ce qui concerne le SAV, ont laissé des traces et que la marque allemande de ce côté là aussi, dispose d’atouts, pour rassurer.

ADAPT, n’aura jamais autant mérité son nom. Le recrutement  d’un commercial  spécifique « au produit scooter »,  va permettre l’adaptation de la société à cette activité  nouvelle qui  occupe déjà beaucoup notre interlocuteur.

Les espoirs de réussite de dynamisation du réseau en construction sont grands et fondés.

Depuis 2 ans, aux Pays Bas et en Allemagne, les ventes marchent très bien.

 

 

Pour le moment, aucun objectif chiffré n’est arrêté. On se veut patient et structuré. Chaque chose en son temps, nous dit en quelque sorte, Bruno GARIN, tout à fait optimiste quant au succès commercial de son entreprise :

« La découverte du produit  par  les médias spécialisé se poursuit. Un partenariat est en cours avec la Mutuelle des Motards. Il faut prendre  le temps de faire connaître la marque, son sérieux et la qualité des produits et de  mettre en place un réseau en ordre de marche,   fin mars. »

La maison mère a quant à elle  des  ambitions affichées. Outre une production  envisagée de  plus de 3500 machines, elle travaille sur des modèles diversifiés (équivalent 50 cc avec kit batterie extractible et Grand Tourisme).

Elle entend bien asseoir ce concept tout électrique, en misant avec aisance sur un ensemble de paramètres alliant design, technologie, praticabilité, sécurité, silence, performance et … autonomie.

affichage vitesse et autonomie

 

Les prix annoncés de 3490 à 6830 euros rafraichiront  –peut être en période de «  serrage de ceinture »-, les ardeurs des acheteurs potentiellement intéressés  par ces produits de belle facture ! (sans jeu de mots)

 

Toutefois, rouler électrique peut être un  choix  de conviction autant que de  raison et, ne plus  avoir  besoin de passer à la pompe, constitue  également une bonne  motivation. Ces trois déterminants conjugués à un haut niveau technologique reconnu, doivent permettre  à GOVECS de se diffuser largement en France.

Le réseau constitué  facilement par ADAPT est un bon indicateur de l’estime et de la confiance  que ces nouveaux produits suscitent chez les professionnels.

Ils n’auront, pas grand mal, –n’en doutons pas – à convaincre une nombreuse clientèle urbaine.

 

Texte : Alain MONNOT

Photos : ADAPT-COVECS et AVEM

Sport

About Author

gilles