24 HEURES DU MANS 2012 : LA 80ème EDITION PROMET DEJA D’ETRE DISPUTEE…

24 HEURES DU MANS 2012

 

On l’attendait avec impatience cette précieuse liste des invités sélectionnés et retenus par le Comité de Sélection des prochaines 24 Heures du Mans, lesquelles se dérouleront, les 16 et 17 juin prochain.

Et, franchement nous n’avons pas été déçu ce jeudi après-midi au siège de TF1 à Boulogne aux portes de Paris, en découvrant la liste des 55 concurrents de cette 80ème édition de la célèbre épreuve mancelle. Eurosport filiale de TF1, couvrant en intégralité la retransmission des 24 Heures, édition 2012.

Croyez-nous, malgré l’inattendu et regrettable retrait de l’écurie Peugeot et de ses lionnes, les très performantes 908, le plateau retenu par l’ACO, est assurèment de toute 1ère qualité !

Et cette 80ème édition des 24 Heures du Mans promet déjà d’être passionnante…

Qu’on en juge !

L’imagination au pouvoir

C’est sous le signe de l’imagination et de la passion que se déroulera la 80e édition des 24 Heures du Mans. Avec l’arrivée en force de voitures à moteurs hybrides, la bonne santé des prototypes, un plateau GT de rêve et une voiture avant-gardiste, le rendez-vous majeur du nouveau Championnat du Monde d’Endurance de la FIA, s’annonce exaltant.

Les trois principaux constructeurs automobiles mondiaux se sont donnés rendez-vous au Mans en juin 2012. General Motors, redevenu le leader courant 2011, engage directement ses Corvette et tentera de gagner une nouvelle fois en GT .

VAG, désormais dauphin du groupe américain, défendra son titre grâce à Audi et Toyota, qui complète ce podium, revient aux 24 Heures du Mans après douze ans d’absence, et ce, avec un prototype révolutionnaire, car hybride

LE PRÉSIDENT PLASSART ET JEAN ERIC LELAY PATRON D’EUROSPORT

Les plus grandes marques automobiles aiment toujours autant Le Mans car, à ce trio, il faut ajouter des firmes de renom tels que Ferrari, Porsche, Lotus, Aston Martin, Honda (via son entité américaine Honda Performance Development), Nissan (en tant que motoriste) ou encore Morgan, marque de niche certes, mais si sympathique, et qui effectue, là aussi, son retour officiel.

Ces poids lourds de l’économie, devront aussi composer avec les équipes privées sans lesquelles Le Mans, ne serait pas Le Mans et qui une fois de plus vont se livrer à l’assaut de la piste en faisant fi des statistiques.

Le pouvoir d’attractivité de la plus grande épreuve d’endurance au monde permettra de vivre en 2012 une nouvelle édition – la 80ème ! – absolument palpitante car la liste des 56 engagés qui comporte 15 LM P1, 18 LM P2, 9 LM GTE Pro, 13 LM GTE Am et la voiture occupant le 56ème Stand, révélée en ce 2 février 2012, étant là pour le prouver !!!

BRAVO  à l’ACO, qui remet l’endurance au plus haut niveau mondial, ayant lancé conjointement avec la FIA (Fédération Internationale Automobile) le tout nouveau Championnat du monde de la discipline et également présenté ce jeudi, dont l’épreuve mancelle sera le sommet !


Jean-Claude Plassart, le dynamique Président de l’Automobile Club de l’Ouest, affichait, et on le comprend, un sourire radieux et qui en disait long…. :

« En 2012, les 24 Heures du Mans continueront de plus belle à être ce banc d’essais si cher aux innovateurs les plus téméraires et aux constructeurs visionnaires. Audi et Toyota vont ainsi croiser le fer avec des machines à motorisation hybride, le nouveau défi de cette 80ème édition. Les trois plus grandes marques automobiles au monde (GM, VAG et Toyota) seront toutes représentées officiellement parmi les 56 engagés. Preuve que les valeurs de l’endurance qui allient technologie, sportivité, passion, ouverture et popularité ne se sont jamais aussi bien portées. »

La procédure de sélection des concurrents retenus pour disputer les 24 Heures du Mans 2012, s’est échelonnée sur plusieurs grands rendez-vous.

• A la fin de la saison sportive 2011, qui s’acheva le 13 novembre au terme des 6 Heures de Zhuhaï en Chine, étaient connus les concurrents invités, compte-tenus de leurs résultats 2011 aux 24 Heures du Mans (4 invitations), au terme des saisons ALMS (4 invitations) et LMS (9 invitations), à la course de Petit Le Mans (4 invitations) et au classement Michelin Green X Challenge (4 invitations).
• Le 19 décembre 2011, s’ouvraient les engagements, toutes les écuries intéressées pouvant postuler auprès de l’Automobile Club de l’Ouest.
• Le 31 janvier 2012 à minuit constituait la date butoir des engagements pour les 24 Heures du Mans.
• Le 1er février 2012, la liste était finalisée. Elle comporte 56 voitures : 15 LM P1, 18 LM P2, 9 LM GTE Pro, 13 LM GTE Am et la machine occupant le 56ème Stand.

Ce 2 février 2012, cette liste est rendue publique.

Vincent Beaumesnil, Directeur Sport de l’ACO, nous la commente :

«Le plateau des 24 Heures du Mans 2012 est de nouveau d’un niveau exceptionnel. Parmi les 56 voitures retenues, toutes sont de haute qualité sportive et technique. Il faut souligner la prédominance des prototypes LM P1 et LM P2 cette année et plus particulièrement de ces derniers. Le règlement qui permet de maintenir les coûts dans cette catégorie a généré une vraie mobilisation tant pour les constructeurs que pour les équipes privées. Le Championnat du Monde d’Endurance de la FIA est aussi, à l’image de l’ILMC en 2011, un véritable moteur des engagements aux 24 Heures du Mans. Pour le disputer il faut d’abord et surtout s’aligner au Mans. L’homogénéité de ce plateau permet déjà de rêver à une 80e édition des 24 Heures du Mans plus exaltante que jamais. »

A noter que deux listes de réservistes, composées de neuf voitures, ont été dressées, l’une en LMP (cinq voitures) l’autre en LM GTE (quatre voitures). Les forfaits enregistrés feront l’objet de remplacements catégorie par catégorie, à savoir une GTE par une GTE, une LMP par une LMP.

LES GRANDES TENDANCES 2012

Les 24 Heures du Mans demeurent depuis 1923, comme étant le plus impitoyable des laboratoires pour les constructeurs automobiles. Ce constat est encore plus de mise cette année avec l’accent donné par deux grandes marques alignant chacun deux prototypes hybrides. Plus que jamais la course des 24 Heures du Mans évolue en symbiose avec son temps.

L’Hybride au centre des débats

Quatre prototypes de catégorie LM P1 prendront le départ des 80ème 24 Heures du Mans propulsés par des moteurs hybrides. Et ces quatre voitures, sont le fruit des travaux de deux des trois plus grands constructeurs automobiles mondiaux.

Entre Audi et Toyota, l’enjeu se résume simplement. Qui imposera pour la première fois une telle motorisation au terme des 24 Heures du Mans ?

Le géant japonais a relevé le gant du tenant du titre et alignera deux machines entièrement neuves baptisées TS 030 Hybride. Audi, qui reste sur deux victoires de suite dans la Sarthe, travaille aussi ardemment sur cette technologie et a demandé l’engagement de deux R18 ainsi propulsées.

Néanmoins, la marque allemande alignera également deux autres LM P1, R18, évolutions de la voiture victorieuse en 2011.

La bataille qui se profile entre Audi et Toyota, perpétue la grande tradition mancelle des duels impitoyables sur deux tours d’horloge.

L’histoire retiendra néanmoins que c’est l’écurie Suisse Hope Racing – dont le bolide n’est malheureusement que 3ème réserviste -qui engagea en 2011, le premier prototype hybride aux 24 Heures du Mans. La valeureuse équipe de Benoit Morand qui revient donc de nouveau cette année mais est encore inscrite sur la liste des suppléantes !

Des outsiders mieux armés que jamais par les géants japonais

Pour venir s’immiscer dans le grand duel qui se prépare, d’ambitieuses écuries ne manquent pas d’arguments. Et ces arguments sont en partie délivrés par les grands constructeurs nippons. La présence de deux toutes nouvelles Honda Performance Development ARX 03a engagées par les équipes JRM et Strakka Racing peut mettre le feu aux poudres dans le peloton de tête.

En 2011, lors de son baptême de la compétition, un exemplaire de cette voiture avait terminé deuxième des 12 Heures de Sebring, se battant de bout en bout parmi les meilleurs Diesel Peugeot et Audi.

Forts de pilotes d’expérience, à commencer par David Brabham, ancien vainqueur des 24 Heures du Mans, d’une grande connaissance de la discipline et d’un moteur au brio certain, ces deux prototypes ont le potentiel pour s’immiscer dans la lutte en tête.

Avec Toyota officiellement de retour après douze ans d’absence et qui soutient en plus l’équipe Rebellion en tant que motoriste mais avec des moteurs classiques, avec la présence de Mazda auprès des  Lola du Team US Dyson Racing, performante écurie américaine effectuant son retour avec, parmi ses pilotes Guy Smith, pilote vainqueur en 2003 avec une Bentley, avec l’implication toujours plus importante de Honda engageant deux machines redoutables et le soutien réaffirmé de Nissan auprès de Signatech en LM P2, les constructeurs japonais démontrent une fois de plus leur attachement aux 24 Heures du Mans.

Pescarolo voit double

On va retrouver l’équipe Pescarolo en piste !!!

De retour en 2011 avec une seule voiture, l’écurie d’Henri Pescarolo s’alignera cette année avec pas moins de…. deux prototypes dans la catégorie Reine.

Depuis 1996, à l’exception notable de 2009, cette équipe a toujours évolué aux avant-postes, que ce soit avec des châssis Courage comme les siens propres ou une 908 HDi FAP Peugeot. L’année dernière, un excellent résultat s’entrevoyait avant une sortie de route fatale suite à un orage soudain alors que la place de sixième tendait les bras à l’équipe renaissante.

Cette année, Pescarolo Team engage donc deux machines !

D’une part, une toute nouvelle Pescarolo 03-Judd  – à partir du châssis de l’Aston Martin 2011 et que va développer l’ingénieur Claude Gallopin – et aussi une …. Dome à moteur Judd pour le compte du constructeur japonais. Cette dernière est une évolution de celle vue au Mans en 2008.

 Outre Manu Collard, Jean-Christophe Boullion et Julien Jousse, on a  » bonne nouvelle  » officiellement appris le recrutement de deux pilotes Peugeot, Sébastien Bourdais et Nicolas Minassian !

Enfin, le OAK Racing de Jacques Nicolet, aligne de son côté une LM P1 sur base Pescarolo qui est une évolution de la voiture engagée l’année dernière. Une voiture qui effectua une fin de saison en trombe en 2011 et qui, bien pilotée, avance aussi des arguments impressionnants.

Les trois plus grands constructeurs mondiaux au départ

Grâce à ses catégories LM P et GTE, le règlement des 24 Heures permet aux plus grands constructeurs automobiles de trouver le parfait accord avec leurs velléités sportives et commerciales.

Ainsi Audi, Toyota et Morgan – de retour aussi avec OAK – privilégient directement la catégorie des prototypes alors que Corvette, Ferrari, Porsche et Aston Martin s’engagent officiellement et directement en LM GTE par le biais d’équipes satellites.

Au Mans cette année s’affronteront directement les trois plus importants constructeurs mondiaux à fin 2011 : GM, par le biais de Corvette, VAG, grâce à Audi et Toyota.

LM P2 : La catégorie la plus fournie

Avec dix-huit prototypes retenus en catégorie LM P2, ce plateau compte sept unités de plus qu’en 2011 !

Le règlement limitant les coûts (*) tout en garantissant une sportivité parfaite, a ouvert des perspectives à maintes écuries privées ou soutenues directement par des constructeurs à l’image de Signatech par Nissan. Cette dernière structure, victorieuse en ILMC en 2011, aligne de nouveau deux châssis Oreca 03.

Face à elles, le tenant du titre, le Greaves Motorsport avec non plus une mais deux Zytek Z11 à moteur Judd, Level 5 Motorsport redoutable en ILMC en 2011 ou encore de toutes nouvelles équipes :

Gulf Racing Middle East (engagée en LM GTE Am en 2011) avec deux Lola B12, Lotus qui engage aussi un châssis Lola mais avec un moteur maison, etc. Le LM P2 joue parfaitement son rôle de trait d’union entre les séries Le Mans et les 24 Heures puisque nombre de structures engagées (Greaves, Boutsen Ginion Racing, Level 5,…) le sont aussi en ELMS ou ALMS.

Les types de châssis différents sont au nombre de six, les motorisations de quatre.  Jamais cette catégorie ne s’était aussi bien portée.

(*) De manière à réduire les coûts, le prix de vente d’une voiture neuve complète, sans moteur, ne doit pas excéder 345 000 €.

Morgan is back

Cinquante ans après la victoire en 1962 d’une Morgan Plus 4 Super Sport dans la classe 1601 à 2000 cm3 (distance totale parcourue : 3 629,288 km à 151,220 km/h de moyenne), le constructeur britannique Morgan Motor Company est de retour officiellement dans la Sarthe grâce au partenariat passé avec l’écurie française OAK Racing.

Les OAK-Pescarolo LM P2 2012, deviennent donc des Morgan LM P2. Ces Morgan LM P2 seront fabriquées par la partie constructeur de OAK Racing, Onroak Automotive, basée au Mans. Un partenariat qui ouvre l’opportunité pour les futures Morgan d’une avancée technologique avec la mise en oeuvre de matériaux comme le carbone et d’un aérodynamisme de pointe, des éléments prépondérants sur les LM P2. Deux exemplaires prendront part aux 24 Heures du Mans, propulsées par des moteurs Judd.

LM GTE : le succès continue

Depuis 2011, les catégories GT ne font plus qu’une au Mans avec les LM GTE, divisées en deux groupes : LM GTE Pro – les pilotes étant professionnels – et LM GTE Am (voitures de la saison précédente à bord desquelles un seul professionnel est toléré).

L’année dernière, la victoire au Mans est revenue à Corvette après une lutte homérique face à Ferrari et BMW. General Motors – redevenu récemment le plus grand constructeur mondial en terme de volumes de voitures produites – remet sa couronne en jeu avec deux Corvette C6 ZR1 officielles en GTE Pro et deux autres semi-officielles engagées par Larbre Compétition en LM GTE Am.

Ferrari, qui a dominé la saison ILMC en GTE Pro, grâce à sa nouvelle 458 Italia soutient de nouveau officiellement AF Corse dans son nouvel assaut sur Le Mans, l’équipe italienne engageant quatre exemplaires (deux en Pro, deux en AM).

Face à ces duettistes Aston Martin Racing s’engage officiellement avec deux Vantage (une en Pro, une en Am) après une année 2011 décevante avec sa LM P1.

Porsche bien sûr présente aussi des arguments sérieux avec ses équipes satellites et ses pilotes officiels pour faire de nouveau briller sa 911 RSR.

56ème Stand : DeltaWing confirmé

C’est bien le projet américain DeltaWing qui se voit offrir le 56ème garage de la ligne droite des stands du circuit du Mans. Alors que traditionnellement l’accroissement des performances en compétition passe par l’accroissement de la puissance des moteurs et des appuis aérodynamiques, le concept DeltaWing a pour objectif de réduire toutes les consommations (carburant, huile, pneus…) sans réduire la performance.

Cette machine, dotée d’un nez long et plongeant ainsi que d’une face avant très étroite, est équipée d’un moteur de 1,6 l turbocompressé, développant 300 chevaux à 8 000 tr/min. L’appui est généré uniquement par le fond d’une voiture prévue pour être très légère (475 kilos) et ce sans ailerons supplémentaires.

Cette voiture sera engagée hors classement mais devra répondre à toutes les garanties de sécurité et de performance exigées par l’Automobile Club de l’Ouest pour être acceptée à se présenter aux essais qualificatifs.

A noter que Green GT, un des trois projets candidats à cette place dite du ‘’56e stand’’, pourrait essayer sa voiture à hydrogène lors de la journée Test, le 3 juin 2012.

Les nouveautés 2012

Évolutions réglementaires, agenda, infrastructure. Rapide tour d’horizon des principales modifications prévues lors de la 80ème édition des 24 Heures du Mans.

Le règlement

A partir de cette saison 2012, la sécurité de l’ensemble des prototypes et les équivalences entre les différents types de motorisations des voitures LM P1 engagées aux 24 Heures du Mans, en Championnat du Monde d’Endurance de la FIA mais aussi dans les championnats American Le Mans Series et European Le Mans Series, sont réajustées.

Suivant l’engagement pris après les 24 Heures du Mans 2011, l’Automobile Club de l’Ouest et la FIA ont oeuvré pour faire évoluer le règlement technique selon trois axes de travail principaux :

1. Les équivalences entre motorisations Diesel et essence.
Dans ce cadre l’ACO et la FIA ont mené une étude de grande envergure pour analyser les performances des voitures et déterminer les mesures appropriées. Nombre d’outils ont été utilisés dans le cadre de ces travaux : des relevés effectués par l’intermédiaire de boucles de chronométrage installées spécialement à Spa-Francorchamps puis au Mans dont certaines étaient inconnues des concurrents des 1 000 Km de Spa-Francorchamps (7 mai 2011) et des 24 Heures du Mans (11 et 12 juin 2011) ; des informations délivrées par les nouveaux boîtiers d’acquisition de données (data loger) installés cette année sur les voitures ; l’ensemble des relevés chronométriques des différents circuits. De surcroît, les différents motoristes ont été sollicités pour délivrer sous le sceau du secret toutes les informations techniques utiles sur leur moteur. Enfin, toutes ces données et analyses ont été reprises, interprétées et validées de manière à procéder au calcul des nouvelles équivalences.

Résultats :
• L’ensemble des dispositifs de ravitaillement ont été tous ramenés à des valeurs identiques.
• Aucune modification ne sera apportée aux motorisations essence en 2012.
• Les performances des moteurs Diesel ont été réduites d’environ 7 % par le biais de restrictions sur les brides et la pression de suralimentation. Le diamètre des dites brides passe de 47,4 mm à 45,8 mm pour les moteurs qui en sont dotés d’une seule et de 33,5 mm à 32,4 mm pour les moteurs qui en possèdent deux. De plus, la pression de suralimentation des turbos est ramenée de 3 000 à 2 800 millibars.- Réduction de 5 litres de la capacité des réservoirs des LM P1 à motorisation Diesel, ceux-ci passant de 65 à 60 litres.
2. Sécurité A l’issue des accidents qui eurent lieu aux 24 Heures du Mans 2011, l’ACO et la FIA ont procédé à de nouvelles consultations et tests pour toujours améliorer la sécurité des voitures, préoccupation première du règlement FIA-ACO.

Les mesures suivantes seront adoptées à partir de la saison 2012 :
• Généralisation des appendices dorsaux sur les capots moteurs (surnommés aussi aileron de requin) de toutes les voitures de catégories LM P1 et LM P2 et des ouvertures seront pratiquées au-dessus des roues avant et arrière.
• De manière à améliorer la visibilité sur l’arrière (à l’exception des LM P1), les rétroviseurs sont agrandis et doivent être dotés d’un mode nuit ainsi que de réglages électriques qui doivent assurer que, en s’installant au volant, chaque pilote ait immédiatement des rétroviseurs parfaitement adaptés à ses besoins. Enfin, le système de caméra sur l’arrière est obligatoire sur les voitures de catégorie LM GTE et autorisé sur toutes les autres.
3. Motorisation hybride
La restitution d’énergie est autorisée sur les roues avant mais uniquement au-delà de 120 km/h. Des dispositifs de sécurité relatifs au freinage spécifique aux motorisations hybrides ont également été définis.

Direction de course

La direction de course des 24 Heures du Mans 2012 sera pour la douzième fois de suite assurée par Daniel Poissenot. Eduardo Freitas, directeur d’épreuve lors de toutes les courses du Championnat du Monde d’Endurance de la FIA, occupera ce même poste lors des 24 Heures du Mans.

La journée test

Après deux années d’interruption en 2009 et 2010, la Journée Test se déroula en 2011 le 24 avril, soit six semaines avant la 79e édition. Une date anticipée suite au nouveau règlement technique introduit alors.

Elle retrouve cette année une date plus proche de l’événement : le 3 juin 2012. Ce qui permettra aux écuries de s’installer au sein de l’enceinte du circuit du Mans et de ne plus avoir à démonter leurs imposants dispositifs avant l’épreuve majeure du Championnat du Monde d’Endurance de la FIA 2012. Cette journée n’est pas obligatoire sauf pour les pilotes, les écuries et/ou les voitures n’ayant jamais disputé les 24 Heures du Mans par le passé. Il s’agira uniquement d’essais libres.

Elle est ouverte à 76 voitures au maximum ce qui permettra à des équipes non engagées au Mans comme aux Formula Le Mans, voitures non autorisées aux 24 Heures du Mans, d’affronter la piste mythique pour le plaisir. Le Sébastien Loeb Racing devrait être présent dans cette catégorie avec, peut-être, l’octuple Champion du Monde des rallyes au volant.

Les vérifications techniques et administratives auront lieu le vendredi 1er juin de 9 heures à 18 heures puis le samedi 2 juin de 9 à 15 heures dans l’enceinte du circuit.

Les séances de roulage se dérouleront de 9 à 13 heures et de 14 à 18 heures.

Agenda de la semaine des 24 Heures Pesage :

Toujours le dimanche. Suite à l’immense succès populaire du pesage dominical, nouveauté initiée en 2010 et prolongée en 2011, les opérations de contrôle techniques et administratifs débuteront le dimanche 10 juin 2011 à 14 h 30 pour se terminer à 19 h 00. La deuxième journée de pesage se déroulera le lundi 11 juin 2011 de 10 à 18 h 00.

Séance d’autographes des pilotes
Mardi 12 juin à partir de 17 heures.

Soirées d’essais
Comme en 2011, les essais se dérouleront selon le planning suivant :
Mercredi 13 juin : essais libres de 16 h 00 à 20 h 00 . Essais qualificatifs de 22 h 00 à minuit. Jeudi 14 juin : essais qualificatifs de 19 h 00 à 21 h 00 puis de 22 h 00 à minuit.

Parade des pilotes
Plus de 24 Heures du Mans sans Parade des pilotes. Celle-ci aura lieu de nouveau dans le centre-ville du Mans le vendredi 15 juin, en fin d’après-midi, de 18 h 00 à 19 h 00.

Lever de rideau

Groupe C
Comme en 2010, une course réservée aux magnifiques prototypes de Groupe C permettra de voir en action des bolides qui se sont illustrés par le passé aux 24 Heures du Mans. Voilà deux ans, la victoire revint à Justin Law sur une Jaguar XJR9 devant Gareth Evans au volant d’une Nissan R88C au terme d’une manche palpitante.

Organisée de nouveau par Motor Racing Legends, en partenariat avec Group C Racing, l’édition 2012 devrait mettre en liste trente des voitures phares de l’endurance des années 80 : Sauber-Mercedes, Porsche 962, Jaguar XJR9, Spice, March-Chevrolet 84G, Ford C100…
Une épreuve qui connaît à chaque édition un franc-succès auprès du public des 24 Heures du Mans.
Aston Martin

Après Porsche en 2010 et Ferrari en 2011, c’est au tour d’Aston Martin, autre marque emblématique des 24 Heures du Mans, de venir se produire sur le grand circuit. La course qui sera disputée par les magnifiques machines de la société d’Abington verra s’affronter des GT1, GT2, GT3 et GT4 c’est-à-dire les Vantage GT4 et N24, les DBRS9 GT3 et les nouvelles Vantage GT3 qui seront homologuées à partir de 2012.

Essais qualificatifs le jeudi et le vendredi ; course de 45 minutes sur le circuit des 24 Heures du Mans le samedi 16 juin : le programme s’annonce copieux.

Départ de la 80e édition des 24 Heures du Mans : samedi 16 juin 2012 à 15 heures.

Environnement du circuit

Resurfaçage de la ligne droite des Hunaudières

Du 18 juillet au 5 août 2011, le revêtement de la ligne droite des Hunaudières a été refait sur une longueur de 5,4 km, entre les virages du Tertre Rouge et de Mulsanne à l’exception d’une courte portion au niveau de la bosse de Mulsanne. Les travaux ont été effectués par la société Colas après un appel d’offres lancé par le Syndicat Mixte du Circuit des 24 Heures du Mans sous la maîtrise d’oeuvre du Conseil Général de la Sarthe.

La couche de roulement, qui datait de 1988, a été rabotée sur 4 cm puis revêtue avec des enrobés tièdes, appelés enrobés 3E® (Environnementaux, Economes en Energie), fabriqués et appliqués à des températures inférieures de 40 à 45 °C à celles des enrobés traditionnels. Cette réduction des températures permet des économies d’énergie de 15 à 25 % et une réduction de 20 % des émissions de gaz à effet de serre.

Ces nouveaux enrobés ont été spécialement étudiés pour le circuit de manière à offrir une adhérence supérieure. De plus, le plan de la bande de roulement épouse le tracé du circuit à savoir qu’il n’y a pas de cassure au passage des chicanes comme auparavant.
Accompagnant ces travaux, les vibreurs des deux chicanes ont été entièrement refaits pour être parfaitement de niveau avec le nouveau revêtement.

Un bac à graviers à Arnage

Le célèbre virage d’Arnage se verra doté d’un nouveau dégagement. Il s’agit en l’occurrence d’un bac à graviers de près de 550 m², positionné à l’extérieur de la courbe. Mais, de manière à sauvegarder ce tracé unique qu’est le Circuit des 24 Heures du Mans, cette courbe en angle droit, lente et techniquement délicate à prendre, ne sera absolument pas modifiée.

HOMMAGE A MATRA

 

Pour commémorer le 40ème anniversaire de la 1ère de trois victoires Matra (1972-1973-1974), l’ACO organisera le samedi 16 juin, une parade avec …. 3 Matra

Lesquelles seront pilotèes par …. Henri Pescarolo, triple vainqueur des  24 Heures avec MATRA. Par Gérard Larrousse, double vainqueur lui et par – surprise – ….  un certain Damon Hill, le CHAMPION DU MONDE F1 1996, le fils du grand et regretté Graham Hill, victorieux de l’édition 1972 avec Henri Pescarolo.

Enfin, Fabrice Bourigault, le Directeur du marketing de l’ACO, n’a pas manqué de rappeler, la disparition d’un grand Champion des 24 Heures, François Migault, emporté dimanche dernier par un cancer et enterré hier mercredi en Sarthe, à Chemiré le Gaudin.

L’assistance a applaudi en souvenir de celui qui termina notamment second, au volant d’une Matra, des 24 Heures 1974 et ce associé, à Jean Pierre Jabouille. Et qui avait participé à 27 reprises à cette course magique et mythique.

Gilles GAIGNAULT

Photos : Patrick Martinoli – Ma Malka – Thierry Coulibaly – MATRA –  ACO – Jean Renè ROGER

Photos à suivre

 LA LISTE DES CONCURRENTS

LMP1

Audi Sport Team Joest – Audi R18 Hybrid
Audi Sport Team Joest – Audi R18 Hybrid
Audi Sport Team Joest – Audi R18
Audi Sport North America – Audi R18
Toyota Racing – Toyota TS 030 Hybrid
Toyota Racing – Toyota TS 030 Hybrid
Rebellion Racing – Lola B12/60 Coupé-Toyota
Rebellion Racing – Lola B12/60 Coupé-Toyota
OAK Racing – Oak Pescarolo-Judd
Pescarolo Team – Pescarolo 03-Judd
Pescarolo Team – Dome S102-Judd
Dyson Racing Team – Lola B12/60 Coupé-Mazda
Dyson Racing Team – Lola B12/60 Coupé-Mazda
Strakka Racing – HPD ARX 03a-Honda
JRM – HPD ARX 03a-Honda

LMP2

Signatech Nissan – Oreca 03-Nissan
Signatech Nissan – Oreca 03-Nissan
OAK Racing – Morgan-Judd
OAK Racing – Morgan-Judd
ADR Delta – Oreca 03-Nissan
Gulf Racing Middle East – Lola B12/80 Coupé-Nissan
Gulf Racing Middle East – Lola B12/80 Coupé-Nissan
Lotus – Lola B12/80 Coupé-Lotus
Level 5 Motorsports – HPD ARX 03a-Honda
Jota – Zytek Z115N-Nissan
Race Performance – Oreca 03-Judd
Greaves Motorsport – Zytek Z115N-Nissan
Greaves Motorsport – Zytek Z115N-Nissan
Extreme Limite Aric – Norma MP2000-Judd
Starworks Motorsport – HPD ARX 03b-Honda
Boutsen Ginion Racing – Oreca 03-Nissan
Thiriet by TDS Racing – Oreca 03-Nissan
Pecom Racing – Oreca 03-Nissan

LMP : Reserviste

Jetalliance Racing – Lola-Judd
Status Grand Prix – Lola-Judd
Murphy Prototypes – Oreca 03-Judd
Hope Racing – Oreca-Swiss Hy Tech 01 Hybrid
Lotus – Lola B12/80 Coupé-Lotus

LM GTE PRO

AF Corse – Ferrari 458 Italia
AF Corse – Ferrari 458 Italia
Luxury Racing – Ferrari 458 Italia
JMW Motorsport – Ferrari 458 Italia
Corvette Racing – Chevrolet Corvette C6 ZR1
Corvette Racing – Chevrolet Corvette C6 ZR1
Team Felbermayr Proton – Porsche 997
Flying Lizard Motorsports – Porsche 997
Aston Martin Racing – Aston Martin Vantage V8

LM GTE AM

Larbre Competition – Chevrolet Corvette C6 ZR1
Larbre Competition – Chevrolet Corvette C6 ZR1
JWA Avila – Porsche 997
Krohn Racing – Ferrari 458 Italia
Luxury Racing – Ferrari 458 Italia
AF Corse – Ferrari 458 Italia
AF Corse – Ferrari 458 Italia
Imsa Performace Matmut – Porsche 997
Prospeed Competition – Porsche 997
Flying Lizard Motorsports – Porsche 997
JMB Racing – Ferrari 458 Italia
Team Felbermayr Proton – Porsche 997
Aston Martin Racing – Aston Martin Vantage V8

LM GTE : Reserviste

Imsa Performance Matmut – Porsche 997
Lotus Cars Ltd – Lotus Evora GTE
Aston Martin Racing – Aston Martin Vantage V8
Proton Competition – Porsche 997

FIA WEC Sport

About Author

gilles