GRAND PRIX DE FRANCE DE F1. DOUILLET EN VISITE CHEZ … BERNIE

 Douillet et Ecclestone ont évoqué le Grand Prix de France F1

Le ministre des Sports a effectué aujourd’hui un aller-retour Paris-Londres en Eurostar afin de rencontrer Bernie Ecclestone, le patron de Formula One management – autrement dit des Grands Prix de Formule 1 –, pour évoquer la renaissance du Grand Prix de France au circuit Paul-Ricard.

Le Ministre des sports, David Douillet, était notamment accompagné de Nicolas Deschaux, président de la FFSA (Fédération française du sport automobile) lors de cette rencontre londonienne avec Bernie Ecclestone, l’homme sans lequel la F1 n’aurait jamais atteint les sommets qu’elle a connus.

Et de Gilles Dufeigneux, l’homme en charge du dossier GP de France F1, à l’Hôtel Matignon

Au menu de leurs discussions figurait bien évidemment le projet de la renaissance du Grand Prix de France F1 au circuit Paul-Ricard. Car celui-ci a disparu depuis le catastrophique rendez-vous de 2008 dans la Nièvre, à Magny-Cours. Le site Provençal restant désormais le seul capable d’accueillir l’événement dans l’Hexagone.

En collaboration avec les services du Premier ministre

Joint par téléphone, Gérald Darmanin, directeur de Cabinet du ministre, nous a précisé :

« M. Ecclestone souhaitait rencontrer M. Douillet lors de sa visite à Londres sur le chantier des Jeux Olympiques, mais ce n’était techniquement pas possible. C’est donc maintenant chose faite, en collaboration avec les services du premier Ministre. »

Et de préciser :

« Le GIP (Groupement d’intérêt public) est en cours de constitution, avec des collectivités et des entrepreneurs privés. Le projet d’alternance avec le Grand Prix de Belgique fait partie de la stratégie du dossier, même si le jeu paraît actuellement un peu compliqué pour nos voisins. »

Tout en lâchant:

« La France ne retrouvera pas la F1 à n’importe quel prix ! »

Et d’enchainer:

« Le Grand Prix de France F1 est considéré comme un élément de la richesse de notre pays au même titre que les grand équipements et les grands projets. Nous avons l’ambition de mener à bien un projet dont le modèle économique ne sera pas à fonds perdus. Cela, même si nous savons que la F1 est un vecteur important pour l’industrie automobile française et pour les passionnés de sports mécaniques qui ne sont pas insensibles au retour de plusieurs pilotes tricolores! »

Et de conclure :

« Le projet du Grand Prix F1 est avancé, mais le dossier n’est pas encore définitivement ficelé. La décision finale ne devrait pas intervenir avant le mois d’avril. »

Charles-Bernard ADREANI (La Provence)

Photos : CBA – Patrick Martinoli – Bernard Assset

AU PAUL RICARD ???

OU A… MAGNY COURS ???

Sport

About Author

gilles