DAKAR 2012 : FORMIDABLE DOUBLE DES PILOTES FRANCAIS A LIMA AVEC DESPRES ET PETERHANEL

 

 

Les Mini, les Iveco, les frères Patronelli…

Si, en théorie, les écarts entre les leaders des courses auto, camion et quad laissaient peu de place au suspense, n’oublions pas que le Dakar n’est vraiment terminé que sur le podium d’arrivée.

L’histoire nous rappelle qu’un rallye-raid de cette trempe ne fait pas de cadeau à ceux qui vendent trop vite la combinaison de leurs adversaires, surtout avant le drapeau à damiers.

Que dire de la situation en moto ?

Elle semblait sous le contrôle de Cyril Despres, mais c’est là que les écarts entre les leaders étaient les plus faibles…

Et Marc Coma est un grand champion qui pouvait avoir gardé des atouts dans sa manche… même si son retard était tel que la victoire semblait bien promise à son équipier de KTM !!!

Sur la courte spéciale qui achevait de départager les concurrents, les pistes et dunettes devaient être savourées, mais pas négligées…

Les enjeux chronométriques restant maintenant dérisoires et le plaisir de l’aboutissement prenait bien le dessus en ce dimanche d’arrivée dan la capitale Péruvienne.

Au cœur de la capitale, la belle ville de Lima, les héros de l’édition 2012, ont pu compter sur une célébration à la hauteur de leurs émotions.

Ceux qui venaient à bout de l’aventure, prenaient alors la mesure de tous les coups durs vécus en cours de route, depuis le départ de Mar del Plata en Argentine, le 1er janvier dernier.

Le défi est relevé !

Leur restent des images, des sensations, et l’empreinte d’une expérience de vie hors-norme.

Une formidable histoire, un défi exceptionnel vécu au travers de paysages grandioses et assurément inoubliables

Du grand, très GRAND Dakar.

Les premiers concurrents moto sont en ville, et arrivent dans le centre historique de Lima, qui accueille ce dimanche le podium final de ce Dakar 2012, érigé sur la Plaza de Armas.

Pour un ultime parcours, à la manière des rescapés du Tour de France, qui défilent sur les Champ Élysées. Et ce en présence du Président de la République du Pérou, Ollanta Moisés Humala Tasso, invité d’honneur sur le podium, monté face au Palais, par Étienne Lavigne, patron du Dakar

La foule attendait avec ferveur les vainqueurs de l’épreuve dans les quatre catégories. Le premier à être célébré fut le motard Français Cyril Despres qui devance au final son équipier Espagnol Marc Coma, et le pilote Portugais Helder Rodrigues.

C’est ensuite Alejandro Patronelli qui a été accueilli au terme d’une épreuve vécue « en famille » puisque son frère Marcos, vainqueur en 2010 termine deuxième, devant Tomas Maffei, un podium quad, cent pour cent… Argentin!

Alejandro Patronelli remportant le Dakar dans la catégorie des quads. Déjà vainqueur de l’édition 2011, le pilote Yamaha  devance son frère Marcos et Tomas Maffei qui complète un podium 100% argentin.

‘’L’étape a été bien. Je ne peux pas croire que le Dakar soit  terminé. Ça a été parfois compliqué, mais on a bien fini. C’est une deuxième victoire. C’est très dur de l’emporter deux fois de suite. L’an dernier, j’avais beaucoup souffert à cause de ma main mais cette année, c’était impeccable, de bout en bout.  Aucun problème. Grâce à Dieu.  Merci à tous ceux qui m’ont encouragé.’’

Puis ce fut au tour des autos de se présenter avec le doublé des Mini Stéphane Peterhansel décrochant sa dixième victoire dans l’épreuve, devant Nani Roma et le Sud-Africain Giniel de Villiers (Toyota).

Enfin les camions êtaient à leur tour, mis en vedette, le Team Iveco obtenant, lui aussi un doublé avec De Rooy et Stacey devant le Kamaz du Kazakh Artur Ardavichus.

DESPRES VAINQUEUR !!!

Au guidon de sa KTM équipée des indispensables pneumatiques Michelin, Cyril Desprès a remporté ce dimanche 15 janvier à Lima au Pérou, son 4ème Rallye Dakar devant son équipier, l’Espagnol Marc Coma et le Portugais de l’équipe Yamaha, Helder Rodrigues qui complète le podium.

Curieusement, ce podium 2012 est rigoureusement identique à celui de… 2011 ! Mais dans le désordre pour ce qui concerne les deux 1er !

Jordi Villadoms et Stefan Svitko complètent le Top-5 au guidon de leur KTM privées. Et le lauréat de l’ultime spéciale ce matin tôt, le Norvégien Ullevalseter qui finit 6ème.

Le jeune Espagnol Joan Barreda qui pilotait lui une Husqvarna et grosse révélation de ce 33ème  Dakar se classe lui finalement, 11ème.

C’est donc le Norvégien Pal Anders Ullevalseter, jusqu’alors curieusement bien pale et discret cette année, qui ‘offre en ce dernier jour, le meilleur temps ayant couvert le 29 km de ce dernier rendez-vous de l’édition du Dakar 2012, en 22’26 » devant l’Espagnol Marc Coma qui a conclu l’épreuve à 1’08 » du temps de référence.

Cyril Desprès, obtient le dixième temps à 3’51 » du temps idéal. Desprès clôture l’épreuve à 2’43 » de son principal adversaire.

Cet écart signifiait que Cyril Desprès remporte ce Dakar 2012 dans la catégorie Moto. Son 4ème succès après ceux déjà obtenus en 2005, 2007 et 2009

Cyril Desprès, très, très heureux à l’arrivée de ce Dakar 2012, particulièrement éprouvant cette année à cause en partie de chaleurs écrasantes et suffocantes. Souvent plus de 40°  entre Mar del Plata, en Argentine, et Lima au Pérou.

‘’ Le rallye a été dur physiquement et nerveusement car la bataille avec Marc s’est prolongée jusqu’à l’avant-dernière étape. Chaque petite erreur pouvait coûter cher. Comme en 2009 sur les spéciales argentines qui avaient été très usantes pour les pneus et les mousses, on ne savait pas trop à quoi s’attendre sur les étapes péruviennes. En fait, le terrain est souple avec beaucoup de sable, donc engendre peu d’usure.’’

Et Cyril d’enchainer :

‘’ Le Dakar devient de plus en plus technique, les bagarres toujours plus serrées et il faut que le matériel soit au top, y compris les pneumatiques. Sur cette épreuve, je veux un pneu qui me donne confiance, qui encaisse bien les chocs pour éviter la chute toujours pénalisante sur une telle course. J’étais très heureux du choix proposé par Michelin au départ avec le Marathon, le Desert et le Desert Race. J’ai roulé avec chacun d’eux. Le pneu Marathon est le choix sécurité, il est un peu moins performant, mais très endurant. Je l’ai utilisé deux fois en Argentine. Mais pour la longue étape-marathon, j’ai fait le pari du pneu Desert Race arrière avec la Bib-Mousse et je ne le regrette pas. L’ensemble est performant et confortable, capable d’encaisser des chocs violents qui peuvent endommager les jantes. J’ai pu attaquer jusqu’à l’arrivée sans me soucier de son usure ni de celle de la mousse. Aujourd’hui, je pense que les 450cc permettent de rouler sur toutes les étapes avec ce pneu référence qui est également disponible pour tous les concurrents. ‘’

A ses côtès, son dauphin, le grand et toujours très sympathique Marc Coma, poursuit:

 ‘’ Je finis deuxième d’un rallye qui n’était pas facile. J’ai donné 100 % tous les jours. Je dois féliciter Cyril, c’est lui le champion. Mais je vais beaucoup travailler pour essayer de gagner à nouveau l’année prochaine.  Si c’est chacun son tour, normalement ce sera pour moi ! Mais d’abord il faut travailler.  ‘’

 

 

Un peu plus tard, Cyril précisait :

‘’ J’essaie de soigner tout le temps les détails. Cela me fait plaisir de bien faire mes devoirs, et dans mon métier, quand cela se passe bien ça se termine par une victoire. Aujourd’hui, on a gagné et c’est juste énorme. C’est définitivement le Dakar le plus dur auquel j’ai participé : physiquement éprouvant, mais surtout mentalement. Se remettre en question chaque matin et se bagarrer, c’est très dur dans la tête. Ce n’est pas comme un marathon de 42 km, c’est tous les matins qu’il faut repartir au charbon. Toutes les victoires sont jolies, mais-celle-là est particulière parce que le contexte a été délicat jusqu’à la fin, au dernier moment. C’est impossible d’imaginer ce scénario, dans lequel on se bat à coups de secondes. J’ai fait 90 ou 85 rallyes dans ma va vie, et c’est celui où j’ai le plus bagarré. Aujourd’hui je suis marqué. Stéphane Peterhansel, il n’en existe qu’un sur la planète. Je ne sais pas si je suis doué dans une voiture, je n’ai jamais essayé. Ce qui est clair c’est qu’il a un bon copilote, Jean-Paul Cotteret, et que moi j’ai un bon équipier, Ruben Faria.’’

 PETERHANSEL GAGNE SON 10ème DAKAR !!!

 

L’américain Robby Gordon s’adjuge le meilleur temps de la dernière spéciale du Dakar 2012, devant les deux pilotes Mini, Ricardo Leal Dos Santos et Krzysztof Holowczyc.

Les leaders du classement général ont globalement assuré leur spéciale et se sont contenté de rallier l’arrivée et le podium qui accueillera donc à partir de 13 H , heure locale (18h en France) au centre-ville de Lima, le dorénavant décuple vainqueur du Dakar, Stéphane Peterhansel devant son équipier Nani Roma et le Sud Africain Giniel de Villiers sur Toyota.

Peter qui signe sa toute 1ère victoire sur le continent sud -américain, ayant jusqu’à ce jour triomphé dans ses neuf précédents Dakar, sur la terre d’Afrique, là ou est nè en 1978, le Paris-Dakar, devenu depuis, le Dakar, un label.

Le pilote offre de surcroit son tout premier triomphe au Team X-raid de Sven Quandt et par conséquent à Mini.

Il s’agit de sa 4ème victoire en auto après celles obtenues en 2004, 2005 et 2007

Auparavant, brillant motard, Cyril avait aussi déjà glané … Un, deux, trois, quatre, cinq et même six succès dans la catégorie des motos (1991-1992-1993-1995-1997-1998) et toujours au guidon de Yamaha que lui confiait JCO, alias Jean Claude Olivier, le PDG de Yamaha Motor France

Avec ce dixième triomphe dans le Rallye raid, le plus compliqué et difficile du monde, ce dimanche 15 janvier 2012, PETERHANSEL, entre dans le  »PANTHÉON »  et le  » GOTHA  » des SEIGNEURS  de la compétition automobile.

Rejoignant dans l’histoire, les LÉGENDAIRES,  Juan Manuel Fangio, Michael Schumacher et autre Sébastien Loeb

‘’INCROYABLE’’

 

Tel fut la toute 1ère phrase lâchée par Stéphane à l’arrivée au pied du podium installé au cœur de la ville historique de Lima très style Victorien et baroque. Superbe en tout cas !

‘’Quand on pense comme c’est compliqué de gagner un Dakar, c’est incroyable que j’aie réussi à en gagner 10. Cela faisait tellement longtemps.‘’

Et il enchaine :

‘’ Cinq ans, oui 5 ans que j’attendais de gagner à nouveau. Et le faire en Amérique du sud, c’est un soulagement énorme, une de mes plus belles victoires. En plus au bout d’une course qui a été très serrée pendant la première semaine, et de la pression tout au long. Surtout, apporter une victoire au Team X Raid, c’est vraiment génial parce que Sven Quandt, l’attendait depuis longtemps. Je ne sais pas ce que je vais faire de mieux ! Battre ce record cela va être compliqué… pour les autres. C’est stressant, excitant et passionnant cette course, et il y a tellement de plaisir à la fin. ‘’

 

Il poursuit :

‘’Pour l’instant je vais faire la fête avec toute l’équipe, et après on verra. La plus belle sera toujours la première en moto, mais celle-ci a tout de même une saveur particulière. On commençait à douteur, à se dire qu’on vieillit, qu’on est moins performants ou qu’on n’est pas faits pour l’Amérique du sud… et finalement ça nous a souri. ‘’

Avant de lâcher une surprise :

‘’Mais, j’ai quand même gardé un bandana bleu de mon époque moto. Je n’ai rien dit à personne mais il est resté dans ma poche pendant toute la course. C’est l’histoire du bandana bleu qui est de retour.’’

 

GÉRARD DE ROOY ET IVECO TERRASSENT L’OGRE KAMAZ

Dans la catégorie des camions, qui l’eut cru et prédit il y a, tout juste, deux semaines, lors de l’envol du Dakar à Mar del Plata, la victoire revient, à l’un des Iveco de l’impressionnant Team De Rooy !

Lequel est parvenu à terrassé l’ogre, ‘’ imbattable ‘’ depuis des années, le Team Russe Kamaz !
Cette année, l’équipe Kamaz, n’a été que l’ombre de ce qu’elle fut du temps de la splendeur et de l’outrageante domination du ‘’ TSAR ‘’  Chagin.

Ce dernier devenu Team-manager au côté de Semen Yakoubov, le patron de Kamaz,  n’a pu que constater l’inattendu et surprenante supériorité des Iveco.

Il est vrai qu’il a perdu sur mise hors course au cours d’une étape dans le désert Atacama au Chili, son meilleur jockey,  Nicolaev, accusé ‘avec raison’, de comportement antisportif sur la piste et ce vis-à-vis, des autos !!!

JAN DE ROOY AVEC HANS STACEY

C’est donc un Gérard De Rooy, qui était par conséquent, ému jusqu’aux larmes, qui nous indiquait :

‘’ C’est fantastique. Je n’arrive pas à croire que cela arrive dès cette année. Ce qui a marché, c’est le travail d’équipe. Je suis un peu ému, mais je garde mes lunettes de soleil. Toute la course a été fantastique. Quand j’ai commencé cette histoire, j’avais 22 ans. Et maintenant cela fait plus de 10 ans, et ça nous arrive juste 25 ans après que mon père ait gagné le Dakar. J’étais très nerveux avant le départ ce matin, mais c’était  vraiment sympa. Je suis fier de toute l’équipe, et de mes deux compagnons dans la cabine aussi.’’

(A suivre)

Gilles GAIGNAULT

Photos : Red Bull- X raid – Michelin – ASO – DPPI- Maindru -Team de Rooy-autonewsinfo

UN CHAUD ET BEL ACCUEIL AU PEROU ET A LIMA LA CAPITALE

 

 

Sport

About Author

gilles