DAKAR 2012 : DESPRÈS FONCE VERS SA 4 ème VICTOIRE ET PETER FILE VERS SA …10 ème !

 

 

Les dunes sont Reines dans cette partie du Pérou.

Elles nous ont garanti jusqu’au bout l’indécision sur les titres à gagner ou pour les places à attribuer sur le podium de ce 33ème Dakar !.

De même, rien n’était acquis pour les rouleurs les moins pressés, qui commencent avec envie à envisager le soulagement de l’arrivée.

Il leur a toutefois cependant fallu encore négocier un nombre considérable de cordons de dunes, éviter les confusions entre des vallées semblables mais divergentes, et lutter contre une fatigue bien installée après les milliers de kilomètres parcourus et ce encore une fois sous une chaleur accablante et suffocante !!!

C’est ici que chacun a pu se rappeler ce que signifiait le terme d’endurance extrême…

A la sortie de cette avant-dernière étape et alors qu’il ne reste plus avant d’en finir, à Lima, qu’une mini spéciale de 29 km, va- t’on assister à un superbe doublé Français ?

 

En moto, l’Espagnol Marc Coma (photo), a peut-être perdu le Dakar 2012 dans les dunes de cette spéciale ce samedi ! Et Cyril lui l’a probablement gagné …

Il perd énormément de temps très exactement …. 13’25 » face au Portugais Helder Rodrigues, le vainqueur du jour, mais surtout, il concède la bagatelle de… 12’38 », face à Cyril Despres qui marque ici des points importants à 24 heures de l’arrivée de la course.

Coma a fait un écart de trajectoire vers le kilomètre 207, et c’est a priori l’explication principale de son retard. Lequel lui fait très probablement perdre ce Dakar 2012

Cyril Despres récupère donc la tête du général, mais surtout s’offre la possibilité de « gérer » sa dernière étape, avec désormais 11’03 d’avance sur le Catalan, qui devrait changer de moteur ce soir et donc écoper ainsi de 45 minutes de pénalité supplémentaire.

L’idée de remporter son 4ème Dakar a-t-elle mise une incroyable pression sur le Catalan, contraint d’attaquer ? … Mais sans 2ème, ni 3ème vitesses, Marc a incroyablement finit par …craquer, en se perdant au km 207 !

Marc Coma, qui s’est trompé de route, a peut-être vécu des minutes sportivement dramatiques car son erreur lui coûte très cher.

Parti six minutes devant Cyril Despres, il pointait déjà au kilomètre 232 avec 6’52 » de retard sur le Français soit à l’arrivée rèpètons-le, une reprise de temps totale de 12’38 » en faveur de Despres.

Et au fil de la matinée, l’écart n’a donc  cessé de grossir… pour atteindre un gouffre dorénavant irrattrapable en 29 km, ce dimanche matin !

Marc Coma qui enfin parvenu au bivouac installé à Pisco, lâchait, laconiquement :

‘’ J’ai débuté sur un rythme très rapide, le plus rapide que je pouvais car je savais que ce serait difficile de garder la tête du rallye. Et au kilomètre 25, j’ai eu un problème mécanique qui m’a obligé à réduire la vitesse. C’est un problème de boite vitesse, j’ai cru que je n’allais pas pouvoir repartir. Alors je suis déjà content d’être là, et en seconde position, ce qui est déjà beaucoup.  J’ai lutté pendant tout le rallye, et j’ai donné tout ce que je pouvais à chaque moment. C’est comme ça. La déception, c’est de ne pas avoir pu combattre jusqu’au bout.’’

 

Au général provisoire et à la veille de l’arrivée à Lima, Despres (photo) partira demain dimanche, dans la très courte spéciale (29km) avec maintenant une confortable avance de 11’03 » sur son équipier Catalan.

Helder Rodrigues, reste troisième devant Jordi Viladoms, et il y a environ 30 minutes entre les deux hommes. pour hi aussi l’affaire semble entendue et le podium assurè !

Helder chef de file des pilotes Yamaha qui nous déclarait :

‘’ Gagner une étape, c’est toujours très bon, et finir sur le podium du général, c’est bien aussi. J’aurais peut-être pu faire mieux sur certaines étapes, mais j’ai eu quelques petits problèmes, et ça n’a pas été possible de gagner. Mais aujourd’hui j’ai repris un peu de temps à Cyril et à Marc, j’ai roulé très vite. C’est bien. L’année prochaine je pourrai peut-être aller un peu plus haut. C’est possible, si nous travaillons bien pendant toute l’année avec l’équipe. Je prendrai peut-être la nouvelle moto, je vais d’abord la tester et puis nous verrons.’’

Pour Despres, sauf catastrophe toujours possible en sport mécaniques, une 4ème victoire dans le Dakar se profile…

Rodrigues pour l’honneur, Despres pour la gagne…

Alors qu’Helder Rodrigues, le Portugais signe sa première victoire d’étape 2012, 47 » devant Cyril Despres, c’est surtout le Français qui fait la grande et belle opération de cette 12e spéciale. Profitant des erreurs d’un Marc Coma, ouvreur et sous pression, Despres relègue en effet, on l’a dit, son grand rival à 12’38 et, à la veille de l’arrivée à Lima, reprend donc la tête du général avec 11’03 d’avance sur le Catalan.

Profitant idéalement de sa 4ème place dans l’ordre des départs, et de la pression ainsi mise sur Marc Coma, contraint d’ouvrir aujourd’hui et par ailleurs victime de soucis de boite de vitesse, le Français Cyril Despres a effectivement réalisé lui, la grande performance du jour.

Rattrapant rapidement les trois concurrents devant lui, et emmenant dans sa roue, Helder Rodrigues, le Français de l’èquipe KTM, a en effet mis une incroyable pression sur le Catalan, malgré tout contraint d’attaquer et qui finit par « craquer » en se perdant au km 207.

Conséquences, alors que Rodrigues signe sa 1ère victoire 2012, la 5ème de sa carrière sur un Dakar, Despres s’offre lui le second chrono à 47 » du Portugais, mais surtout relègue Coma à 12’38…

Au général, et alors que 29 km chronométrés seulement restent à disputer sur la dernière spéciale de dimanche entre Pisco et Lima, Cyril Despres récupère donc la tête du général, mais surtout s’offre la possibilité de « gérer » sur la dernière étape, avec désormais 11’03 d’avance sur le Catalan.

 

Cyril serein mais … qui nous confiait :

‘’ Je ne suis pas du genre à me réjouir des problèmes de mes coéquipiers, encore moins quand c’est Marc Coma qui a un souci. Je suis parti le couteau entre les dents, et je savais qu’il ferait la même chose. Je n’ai pas pris de risques, mais j’ai essayé de tailler au plus droit quand les autres faisaient des courbes. Au ravitaillement à l’essence, j’ai vu que je reprenais cinq minutes à Marc. Ensuite je me suis perdu deux ou trois fois, jamais gravement mais il a fallu rester concentré. C’était très, très dur psychologiquement aujourd’hui. J’attends toujours le dernier jour pour en profiter. J’ai vu tellement de choses se passer dans des Dakar, et encore aujourd’hui. Je veux rester serein, et en profiter encore un peu.’’

Derrière, le vainqueur du jour, Helder Rodrigues assure sans doute définitivement sa 3e place sur le podium final, avec désormais 29’45 d’avance sur l’Espagnol Jordi Viladoms.

QUAD :  AU TOUR DE  MAFFEI

C’est avec 7’04 » d’avance que Tomas Maffei est pointé à l’arrivée de cette spéciale de 275 kilomètres, devant le quadeur Urugayen Sergio La Fuente, qui et parvenu à se glissé sur le podium de cette étape, à la deuxième place du classement de sa catégorie devant Alejandro Patronelli.

Maffei qui nous confie:

‘’ Il ne reste plus que l’étape de demain. Et nous sommes à Lima. L’un des objectifs est atteint. La position obtenue aujourd’hui est bonne, bien sûr. Je suis content. C’était une étape belle au bord de la mer avec aussi des dunes très hautes à gravir. C’est sûr que la navigation à deux, ou maintenir un rythme quand on est deux, ce n’est pas  pareil que quand on est seul…‘’

Les deux frères Argentins étaient en position d’assurer aujourd’hui et ils ont roulé ensemble pendant ce chrono après les problèmes rencontrés par Marcos dans le premier quart de l’épreuve.

Alejandro Patronelli devance son frère Marcos de 30 secondes.

Alejando qui racontait :

‘’ On se sent bien quand ça se termine. Il reste 29 kilomètres de spéciale et deux liaisons et je crois qu’on pourra penser à un autre Dakar gagné. Aujourd’hui, il y avait une étape à faire. Elle s’est bien passée. Je suis très ému et très content. Si la victoire est au rendez-vous demain, ce sera un grand moment pour notre famille, pour l’équipe, pour l’Argentine et pour Las Flores. Il faut encore prier pour qu’il ne se passe rien durant la dernière spéciale, ni non plus dans les deux liaisons. Les écarts sont faits. Tout est parfait.’’

Derrière Tomas Maffei, Sergio La Fuente et les Patronelli, Ignacio Casale finit cinquième, à 29’41 ».

Au général, les frangins Argentins sont toujours largement devant (Alejandro devant Marcos).
Maffei est 3ème à 2h15’39 » du leader.

 

PETER COMME CYRIL FILE VERS LE SUCCÈS, SA … 10ème VICTOIRE AU DAKAR !!!

 

Chez les autos, la journée a été mouvementée pour les leaders, avec notamment un gros ‘plantage’ dans les dunes pour Nani Roma et un tonneau par l’avant pour Robby Gordon.

Des conditions difficiles dans lesquelles une fois encore, le leader Stéphane Peterhansel (photo avec Etienne Lavigne, le patron du Dakar) a rèussi à faire la différence, remportant sa 3ème étape 2012, pour désormais compter 42’57 d’avance en tête du général.

Gordon en fait trop, Nani se tanque, « Peter » assure…

A l’attaque maximale sur les premiers kilomètres de la spéciale du jour, Robby Gordon voulait encore prouver son niveau de performance. Mais, à trop vouloir en faire, on part souvent à la faute, et ce fut son cas !

D’abord en laissant quelques minutes dans les dunes au km 182, dont l’Américain, vexé repartira encore plus fort !

Conséquence, 22 km plus loin, le Hummer s’envole sur une dune pour finir sa course en tonneau par l’avant. Gordon pourra repartir, mais perd plus de 36 minutes!…

‘’Je roulais à un bon rythme, mais je suis passé par-dessus une dune, et je me suis retrouvé le nez planté dans le sable. Nous étions bloqués, et j’y ai passé 40 à 45 minutes. Pendant ce temps Stéphane était passé devant nous, et nous sommes repartis très vite derrière lui. A un moment j’ai fait un tonneau, puis nous avons remis la voiture sur ses roues, et nous avons repris notre route. Incroyable ! Je voulais battre les Mini avec une large avance aujourd’hui. D’ailleurs à un moment nous avions 30 minutes d’avance sur eux. Au moins on s’est amusé.’’

Un passage compliqué au km 182 qui piègera également l’Espagnol Nani Roma. Planté pendant plus de 25 minutes, jusqu’à ce que son coéquipier portugais Ricardo Leal Dos Santos viennent l’en sortir

  ‘’Aujourd’hui, c’est une des étapes les plus difficiles que j’ai vécues de ma vie. Je me suis mis dans un entonnoir pour éviter un motard qui est tombé devant moi. Heureusement Ricardo Dos Santos m’a sorti, car nous sommes restés longtemps là-dedans. Nous sommes encore 22 minutes devant Giniel, mais il est resté lui aussi dans ce trou. Ensuite j’ai aussi perdu du temps sur un way point que j’ai cherché très longtemps, et qui m’a fait faire plus de 12 kilomètres. Mais c’est ma faute, j’étais un peu déconcentré. Bon, nous sommes là et c’est déjà pas mal. C’est le Dakar.’’

De Villiers premier à l’arrivée.. Mais Peterhansel  fait le scratch !

C’est sans un de ceux qui s’est le mieux sorti de cette spéciale difficile dans ses dernier kilomètres principalement. Le Sud-Africain aux commandes de son Toyota est le premier à l’arrivée mais c’est bien Stéphane Peterhansel qui signe le temps scratch provisoire en 3h09’57 », 8’29 » devant Giniel de Villiers.

‘’ Je suis heureux de terminer cette étape, elle était encore très difficile. Nous avons dû nous arrêter pour dégonfler plusieurs fois. Nous avons vu que Nani était coincé dans le sable, que Robby était bloqué également. Au final nous avons fait la route devant, c’était du bon boulot. Si nous finissons demain à cette position, c’est comme une victoire pour nous. La voiture a prouvé qu’elle était fiable, et en plus quelle était performante puisqu’elle se retrouve à ce niveau, sur le podium.’’

Le troisième est aussi un de ceux qui a le mieux négocié les dunes : Leonid Novitskiy arrête le chronomètre 12’55 » après le leader du classement général.

Derrière Stéphane Peterhansel, les arrivées se succèdent et permettent d’avoir une vue plus globale du classement

Giniel de Villiers (photo), est toujours deuxième à 8’29 », Leonid Novitskiy, conserve lui, la troisième place à 12’55 ».

C’est le Great Wall préparé par SMG  du Portugais Carlos Souza, qui hérite de la quatrième place provisoire, à 13’39 ».

Alvarez, termine cinquième à 14’57 », Leal dos Santos qui est venu en aide, à Nani Roma, planté et ensablé, perd 15’04 ».

Derrière, on retrouve justement la Mini de Nani Roma, qui a perdu gros dans les dunes : 22’57 »
Pour lui, le Dakar est définitivement perdu !

Robby Gordon, qui après s’être ensablé, avoir fait un tonneau par l’avant et subi une crevaison, lâche ce jour 36’01 » dans cette avant dernière spéciale de l’édition 2012 du Dakar.

Au général, direz-vous ?

Statu quo sur le podium, l’écart entre les leaders Peter et Roma, augmente à 42’57 » ce qui permet à De Villiers de se rapprocher à un peu plus d’une demi-heure de Roma. 1h15’09 de Peter

Stéphane maintenant facile leader mais qui prudent ne criait pas encore victoire !

‘’ Ce n’est pas une étape qu’on cherchait à gagner. On voulait surtout passer à côté des pièges, surtout après les ensablements d’hier. C’était l’étape la plus dure au niveau des franchissements de dunes, de tout le Dakar. Nous avons choisi une stratégie avec les pneus dégonflés dès le début de la spéciale. Dons il fallait vraiment être prudents sur certains endroits, mais on ‘en est bien sorti dans les dunes. Il y avait une grosse pression psychologique parce qu’on a vraiment failli perdre le Dakar hier. Une victoire se construit jour par jour, et je me sens encore dans la course. Il reste 30 kilomètres de spéciale, et il peut nous arriver un problème technique. Je ne respire pas encore pleinement ce soir. Le soulagement ce sera sur le podium.’’

Novitskiy profite des déboires de Gordon pour lui prendre la quatrième place.

A 2h12’56’ de la Mini de tête contre 2h20’05 » pour le Hummer !

SURSAUT D’HONNEUR DU CLAN KAMAZ !!!

 

Après un parcours impressionnant, hier, gâché bêtement par une erreur dans les dunes finales, le Rue Andrey Karginov coupe la ligne d’arrivée en premier aujourd’hui, et peut-être en vainqueur de cette journée.

Son temps total : 3h33’27 » pour 275 kilomètre.

Invité surprise sur le podium de cette avant-dernière étape, le Brésilien André de Azevedo, place son Tatra, à la deuxième place de la spéciale.

Restait à attendre l’arrivée des Iveco pour établir la hiérarchie véritable de samedi.

12ème  à partir en spéciale après ses soucis de la veille, le Russe Andrey Karginov s’offre sa seconde victoire d’étape, 20’14 devant le Brésilien André De Azevedo et 22’09 devant le Néerlandais Hans Stacey, suivi comme son ombre par ses deux coéquipiers, Miki Biasion et Gerard De Rooy.

C’est donc  bien le Kamaz du pilote Russe qui devance outre le Tatra, le clan Iveco à l’arrivée de la spéciale car il compte pas moins de 22’09 » d’avance sur le plus rapide de la formation, le Hollandais Hans Stacey.

Avec 23’28 » de retard, l’ancien double Champion du monde des Rallyes, le petit Italien Miki Biasion se classe troisième, et Gérard De Rooy est quatrième avec 25’23 » de retard sur le temps de référence.

Au général, cependant, pas de changement puisque Gerard De Rooy caracole toujours en tête avec  53’16 sur Stacey. 3ème à 1h48’25, le Kazakh Artur Ardavichus assure désormais sa course pour permettre à la marque Kamaz de placer au moins un de ses camions sur le podium final de cette édition 2012.

Vingt ans après son père, Jan, Gèrard De Rooy, va très certainement à son tour, lui aussi gagner le Dakar !!!

 ‘’Aujourd’hui ça a été la plus difficile pour moi. J’ai essayé de ne pas commettre d’erreurs, il y avait une pression plus importante que la normale. J’ai eu des problèmes avec mes pneus, et je ne pouvais plus regonfler. C’était donc très stressant car il fallait faire  très attention aux pierres. Je suis content d’être là. Cette année je n’ai eu aucun problème physique, aucune douleur au dos. Je suis très heureux, et je verrai bien ce que me réserve l’avenir.’’

 

 

Gilles GAIGNAULT

Photos : Red Bull – ASO – DPPI

Sport

About Author

gilles