DAKAR 2012 : LE POINT A COPIAPO A MI PARCOURS

Il est Lima moins sept !

Effectivement dans une semaine, le Dakar 2012 arrivera à son terme à Lima, la capitale Péruvienne.

Pays que la caravane va découvrir pour la toute 1ère fois de son histoire, en Amérique du sud.

Continent, qu’elle fréquente maintenant depuis quatre ans mais jusqu’alors, seuls l’Argentine et le Chili, étaient visités.

A Copiapo donc, 125 motos, 21 quads, 123 autos et 71 camions sont toujours en course alors que le rallye observe une journée de repos, dans un bivouac que quelques concurrents continuaient de rejoindre et ce après avoir passé la nuit précédente dans les dunes.

A mi-course, les quatre titres en jeu, n’ont pas été clairement préemptés, mais la liste des prétendants s’est déjà considérablement réduite.

Motos : Despres et Coma en classe supérieure

Heureusement qu’ils sont deux !

Le constat de la supériorité d’un champion sur sa discipline suscite soit une forme de lassitude, soit de l’admiration.

Le rallye raid, a la chance d’avoir depuis plusieurs années, deux phénomènes qui dominent sans ambiguïté le plus grand rendez-vous de l’année :

Cyril Despres et Marc Coma.

Sur les six dernières éditions, les deux pilotes les plus rapides et les plus complets, se sont partagé équitablement les titres.

Trois victoires chacun !

Et, cette année et après 4563 kilomètres parcourus, dont 1632 en spéciale, ils semblent à nouveau en route pour l’emporter et être en mesure de se départager à Lima, à condition que leur explication, ne tourne pas au sabordage du binôme.

Despres le Français, dispose pour le moment d’une avance de 7’48 » sur Marc Coma, le Catalan, son rival-coéquipier au sein du clan KTM.

Mais cette marge ne constitue en aucun cas un matelas pour le Français, qui a tout juste l’avantage de pouvoir marquer Coma en limitant la prise de risques.

Le tenant du titre, est lui au contraire, contraint à multiplier les initiatives, pour tenter de sauvegarder des chances de s’imposer

C’est justement un registre dans lequel, il excelle…

Dans les rangs des contradicteurs de Despres et Coma, où l’on admet unanimement et sans complexes, que l’on concoure désormais et une foi de plus, pour une place sur le podium, la première semaine, a été particulièrement sélective.

Des talents attendus au sommet ont disparu prématurément : Jakub Przygonski sur casse moteur dans l’étape 3, où Quinn Cody a laissé une clavicule sur chute.

Francisco « Chaleco » Lopez, le héros Chilien et unique vainqueur de spéciale, hormis le duo Despres-Coma, s’est quant à lui déchiré les ligaments croisés du genou droit, en débutant… la première étape chilienne, qu’il a tout de même tenu à terminer.

Il n’ira pas plus loin que Copiapo, ayant lui-même annoncé et la mort dans l’âme, samedi soir, son retrait forcé !.

Quelques autres ambitieux qui avaient quelques espoirs et de l’ambition, ont eux aussi subi de sévères dégringolades, comme Frans Verhoeven (26ème à 3h16 de Despres) ou – photo – Alain Duclos (105ème à 16h30).

Même le Norvégien Pal Ulevalseter, si brillant les années précédentes, n’est curieusement pas dans le rythme cette année !

Finalement, épargné par les pépins de tous ordres, Helder Rodrigues, roule avec sa Yamaha (photo), en position de premier poursuivant des deux favoris mais à… 49’39 » tout de même.

Et vise de les accompagner sur le podium final à Lima

Seul un autre pilote Portugais, Paulo Gonçalves, reste en-dessous de l’heure de retard par rapport au leader.

C’est dire si Despres et Coma ont encore une fois, la mainmise sur la course !

Au classement des ‘’P’tits nouveaux‘’ ceux qui roulent pour la première fois au Dakar, le Brésilien Felipe Zanol (16ème) domine pour l’instant le tricolore (photo), Johnny Aubert (24ème), tandis que parmi les motards engagés sans assistance, Hugo Payen est comme l’année dernière le plus rapide (82ème).

Enfin, sur les deux femmes inscrites en 2012, seule Laia Sanz (51ème) peut encore espérer voir Lima, avec en plus la possibilité d’améliorer son classement de l’année dernière (45ème)

Chapeau à elle et RESPECT

Autos : Mini tient son rang,… sous la menace Hummer

A mi-parcours, 42’54 » séparent les six premiers du classement général, dominé par Stéphane Peterhansel, 11’22 » devant Krzysztof Holowczyc, auteur de son 1er scratch sur le Dakar à l’occasion de la 5ème étape.

Soit deux Mini aux deux premières places, et trois dans le top 5, Nani Roma pointant 4ème à 18’05 », mais aussi quatre Mini différentes victorieuses d’étapes, voilà qui pourrait exprimer une réelle domination du Team X-Raid.

Et pourtant, jusqu’ici la course, a, avant tout été marquée par les formidables performances des Hummer!

Ainsi, Robby Gordon pointe au 3ème rang, à 13’09 », tandis que le tenant du titre, Nasser Al-Attiyah, ne doit qu’au manque de fiabilité de sa machine, de ne pas pointer en tête !

Vainqueur de deux spéciales, le Qatari s’est en effet affirmé comme le pilote le plus véloce du peloton, et n’aura plus rien à perdre pour la seconde semaine.

Ou, il a promis d’attaquer encore et toujours pour revenir en tête !

Cela nous promet quelques belles passes d’armes…

Attention également au toujours aussi régulier Giniel De Villiers, et son Toyota pourtant encore en développement, en embuscade à la 5ème place à 34’07 ».
Ancien vainqueur lors du tout premier Dakar disputé en Amérique du sud en 2009, le Sud-africain n’a pas dit son dernier mot et aspire toujours à récidiver et à doubler la mise..

Une lutte à couteaux tirés concerne également les habituels duellistes de la catégorie production, Jun Mitsuhashi et Xavier Foj.

C’est le Japonais qui mène pour l’instant, mais seulement 23’01 » devant l’Espagnol. Finalement, seul Pascal Thomasse, leader du classement 2 roues motrices, peut envisager sereinement la 2ème semaine, avec déjà 1h26’15 d’avance sur Bernard Errandonea.

 

Quads : Maffei et les frères Patronelli en spécialistes

 

Trente inscrits.

Les trois précédents vainqueurs présents. Des outsiders nombreux et motivés.

La compétition entre quadistes, s’annonçait somptueuse grâce aussi à une nouvelle réglementation, limitant la puissance des véhicules à 700cc.

Pourtant, dès avant le premier tour de roue, un coup de théâtre secouait la grille. L’exclusion de sept participants lors des vérifications, pour non-conformité de leurs véhicules, créait un certain désarroi.

La course prit cependant tout de suite de l’ampleur avec un double rebondissement, sportif cette fois-ci.

Le dernier de l’exercice 2011, l’Uruguayen Sergio Lafuente, s’étant adjugé les deux premières spéciales, prouvant que le scénario, n’était en aucune façon écrit.
Il a fallu attendre la 3ème arrivée pour que les spécialistes argentins, reviennent aux affaires.

Maffei (7ème en 2011) et les frères Patronelli, ont dès lors squatté les victoires d’étapes.

Le général, reflète l’ardeur de ce combat, puisque la course a connu trois leaders différents avec Sergio Lafuente, Alejandro Patronelli et Tomas Maffei.
3ème, mais à 1h20′ de son frère, Marcos Patronelli, peut encore espérer figurer, tout comme l’étonnant rookie Argentin, Lucas Bonetto et le jeune Chilien Ignacio Casale.

 

Camions : De Rooy gagne mais ne fait pas le break

 

Le bras de fer est total dans la course camions où Gérard De Rooy, leader depuis Chilecito, n’a pas creusé d’écart significatif avec ses adversaires.

Titulaire d’un camion vintage particulièrement bien préparé et entouré d’une ‘’ flotte Iveco’’, entièrement dévouée à sa cause, le fils De Rooy, empile et à la manière du ‘’ Tsar ‘’ Chagin auparavant avec son Kamaz, les victoires d’étapes (San Juan, Chilecito, Fiambala, Copiapo) mais ne distance pas des outsiders tenaces.

Ales Loprais, le Tchèque, sur son Tatra, tout d’abord, qui vire à la journée de repos avec un faible déficit de 17’10 » sur le leader néerlandais.
Epaulé par le vainqueur 2007, Hans Stacey, calé sur la 3ème  marche du podium, De Rooy doit cependant surveiller aussi une meute de trois Kamaz, en embuscade entre la 4ème et la 6ème position.

Dans une course très ouverte et malgré l’exclusion du fer de lance tatar, Eduard Nikolaev, pour comportement anti-sportif lors de la 4ème étape, la situation de De Rooy, point de mire des pilotes Kamaz, Artur Ardavichus, Andrei Karginov et Ayrat Mardeev, regroupés au général entre 45′ et 1h13′, est celle du chasseur chassé.

Passionnant.

Mais qui l’eut cru dans cette catégorie, archi survolée et dominée par les camions Russes jusqu’à l’édition 2011 ?

Et qui cette fois-ci sont incroyablement surclassés, jour après jour, étape après étape, par l’armada Iveco !!!

Le Dakar après vingt-quatre heures de répit se remet en route ce lundi matin pour sa dernière semaine de course

Laquelle s’annonce palpitante…

Gilles GAIGNAULT
Photo : ASO- DPPI – X raid – Red Bull – Aprilia

 

Sport

About Author

gilles