DAKAR 2012. LES CATALANS COMA ET ROMA, HEROS DU JOUR

A ce stade de la course, le nombre des prétendants à la victoire finale dimanche à Lima, se réduit déjà à une petite poignée dans chaque catégorie.

Mais malgré le kilométrage élevé ce jour, cette étape de reprise n’a cependant toutefois pas créer des écarts décisifs.

La plus longue spéciale du rallye a finalement servi à se remettre dans le rythme de la compétition.

Sur les pistes empierrées qui menaient à Antofagasta, il a plutôt été soutenu.

En moto, Marc Coma  au guidon de sa KTM ce lundi, lors de la 8ème étape longue de 477 km entre Copiapo et Antofagasta, s’est imposé avec 17’20 » d’avance sur son équipier Cyril Despres, leader au départ ce matin.

Du coup, le Catalan reprend les commandes du classement général provisoire, possédant ce lundi soir 9’32 » d’avance sur son adversaire Français. Cyril ayant été retardé  par un rio boueux au 11ème  kilomètre, incident qui lui a fait perdre une petite dizaine de minutes.

Ensuite, Coma a encore gagné du temps.

Cyril qui expliquait avant que ne tombe la décision de la direction de course:

‘’ Entre la voiture d’ouverture qui est passée il y a deux jours et aujourd’hui il y a eu un torrent de boue. Ce n’était donc pas signalé par le road-book, et j’ai été le premier à me faire piéger. Je ne pouvais pas l’éviter. Je vais attendre la décision de l’organisation, parce qu’après le passage d’Ullevalseter, Goncalves et quelques autres, ils ont contourné la course, sinon il y aurait eu 200 véhicules bloqués dans la boue. Alors je ne vois pas pourquoi je serais le seul à payer avec eux…’’

Marc Coma a effectivement survolé les débats  ce mardi devant les Portugais Ruben Faria  et Helder Rodrigues (photo) . Il compte respectivement 7’00 » et 9’46 » d’avance sur les deux hommes.

Helder, le pilote Yamaha qui racontait :

‘’ Tout le monde pensait que ce serait une journée tranquille, mais en fait c’était assez difficile. Il y avait beaucoup de navigation, et surtout une partie avec de la boue, dans un rio autour du kilomètre 11. Beaucoup de pilotes sont restés dedans, c’était incroyable. Mais je suis toujours 3ème  du général, et c’est très bien comme cela.’’

Cyril Despres a finalement passé en quatrième position,  la ligne d’arrivée

Mais en début de soirée au bivouac d’Antofagata au Chili, il était plus de 21 heures à Paris, Cyril Despres ètait repêché !

Les organisateurs du Dakar ayant en effet décidé de repêcher tous les pilotes qui ont été victimes du passage boueux au début de l’étape et qui avaient perdu de nombreuses minutes dans ce passage.

La direction de course a d’ailleurs modifié le parcours sur un chemin plus praticable dès la 7ème moto.

Malgré cette décision, Marc Coma conserve la tête du classement général avec 1’26 » d’avance sur son rival Français.

En 4h25’44 », l’Espagnol Nani Roma au volant de sa Mini signe le meilleur temps de la neuvième spéciale, et devance le Hummer de Robby Gordon, de 5″ au terme de 477 kilomètres de spéciale.

Le Polonais Krzysztof Holowczyc ègalement sur Mini  est troisième à 2’04 ». Stéphane Peterhansel doit se contenter de la quatrième place avec 5’38 » de retard sur son équipier.

Le Hummer du Qatari Nasser Al-Attiyah est cinquième et réalise  une bonne performance malgré ses problèmes de début de parcours car il ne concède que 8’09 » au vainqueur du jour.

Content qu’il était Nani :

‘’ C’était une étape rapide, où il ne fallait pas faire d’erreur. Dans la deuxième partie j’étais à fond. C’était ça pendant 15 à 20 kilomètres puis il y avait une courbe. Puis de nouveau à fond pendant 20 kilomètres. Je ne pouvais pas faire mieux ni aller plus vite. Je suis content de l’étape. Content de la victoire. Content aussi parce que nous n’avons pas de problème mécanique. La voiture va bien. Sur la dernière partie j’étais derrière Stéphane mais je n’ai pas pu le doubler.’’

Au classement général, Stéphane Peterhansel, conserve les commandes avec 7’36 » sur le Hummer de l’Américain. Et, 7’48’’ sur Holowczyc.

Nani Roma, quatrième n’a que 12’27 » de retard cumulé sur le leader. Quand à Nasser Al-Attiyah, il totalise maintenant, 45’25 » de retard sur Peterhansel.

Steph qui confiait :

‘’ Je perds beaucoup de temps. Dans les parties rocailleuses, j’ai roulé plutôt lentement parce que j’avais peur de crever. Et malgré cela, j’ai crevé à 30 kilomètres de l’arrivée. C’est une mauvaise spéciale, mais c’est comme ça. Gordon partait trois minutes devant nous, et à 180 kilomètres d’ici nous étions revenus à 30 secondes de lui. J’ai l’impression que quand il nous a vus, il en a rajouté une couche, et là on ne l’a plus jamais revu. Il peut viser la victoire, donc il a tout intérêt à essayer de gérer au mieux cette situation.’’

Ce lundi, le Dakar avait sur la route menant vers Antofagasta comme un petit gout de … catalan !

Avec les deux succès de Marc Coma et de Nani Roma !!!

Bien qu’ouvrant la piste, Marc Coma a évité le piège boueux dans lequel Cyril Despres, est lui tombé.

Conséquences, le Catalan signe sa 20ème victoire d’étape sur le Dakar, et surtout reprend la tête du général avec désormais 1’26 d’avance.

Ravi, le catalan :

‘’Une spéciale très longue. J’ai été chanceux de ne pas perdre trop de temps dans la partie boueuse. Ensuite j’ai vu que je pouvais creuser un écart, alors j’ai vraiment attaqué. Mais dans la dernière partie j’ai senti que j’avais des problèmes avec mon moteur, alors j’ai calmé un peu le jeu pour être certain d’arriver au bout. C’est ma 20ème  victoire de spéciale, alors c’est un beau chiffre. Mais ce qui compte ce n’est pas de gagner des spéciales, c’est de gagner la course. Et je sais qu’il reste encore une longue semaine de course pour y arriver.’’

Chez les voitures aussi, c’est un Catalan qui l’a emporté à Antofagasta :
Nani Roma, vainqueur de Robby Gordon pour… 5 infimes petites secondes !

L’américain se console, en reprenant plus de 5’30 à Stéphane Peterhansel, qui ne compte plus désormais que 7’36 d’avance en tête du général, sur le surpuissant Hummer.

‘’ Peut-être que Nani m’a battu, mais ça doit être très serré. Mais battre Peterhansel de sept minutes, c’est une grosse journée. Honnêtement, je n’ai pas beaucoup attaqué, à part sur la fin de l’étape. En tout cas je n’étais pas à un niveau maximum sur les 300 premiers kilomètres, seulement sur les 150 derniers. Je sentais que j’avais les autres derrière moi, et j’ai accéléré.’’

Despres offre la 20ème à Coma…

La 8ème spéciale, longue de 477km entre Copiapo et Antofagasta, avait pourtant mal commencé pour Marc Coma, premier à s’élancer en piste.

Victime d’une petite erreur de navigation dès les premiers kilomètres de course, le tenant du titre, lâchait d’entrée près d’une minute…

Mais c’est au km 11 que la course va basculer.

Toujours en tête sur la piste, le Catalan évite un rio boueux et poursuit sa route, tandis que derrière lui, Cyril Despres se fait piéger.

Le leader du général, y plante sa machine, entrainant avec lui Paulo Gonçalves, blotti dans sa roue…

Les deux hommes perdront près de 10 minutes et beaucoup d’énergie pour en sortir.

C’est ainsi un boulevard qui s’ouvre devant Coma, et le tenant du titre va largement en profiter !

Informé des malheurs de son rival, le Catalan « ouvre en grand », au risque de faire souffrir sa monture qui le forcera à ralentir le rythme en fin de parcours.

Reste, qu’au final, il remporte sa 20ème  victoire sur le Dakar, la 4ème  cette année, avec 7′ d’avance sur le Portugais Ruben Faria (photo ci dessous) et 7’10 devant le Portugais Helder Rodrigues.

Une situation qui entraînera cependant une correction à l’arrivée de la part des officiels moto :

L’organisateur ayant modifié le parcours du jour, après le passage de la 7ème  moto, afin de ne pas bloquer la caravane dans ce rio boueux, la direction de course a sagement décidé de décompter les temps d’arrêts de Coma, Despres, Gonçalves, Rodrigues, Farres Guell, Ullevalseter et Casteu.

Conséquences, au général, Marc Coma s’empare bel et bien du pouvoir au général, 1’26 devant Cyril Despres.

Derrière la lutte pour le podium est toujours en cours entre Helder Rodrigues, 3ème, 20’51 devant David Casteu, excellent depuis le départ de Mar del Plata et nouveau 4ème, à 1h9’52 » .

Paulo Gonçalves pointe lui désormais au 5ème  rang, 2’19 derrière le Français.

Roma frustre Gordon pour un « nani » écart…

Côté autos, Robby Gordon s’est encore livré au maximum aujourd’hui pour enfin accrocher sa 1ère victoire d’étape 2012.

Et il y a cru le yankee pendant 8 bonnes minutes, jusqu’à l’arrivée du toujours régulier Nani Roma, qui l’emporte finalement… pour 5 petites secondes !

Reste qu’au général, l’Américain fait la bonne opération, en reprenant respectivement 2’04 à Krzysztof Holowczyc et 5’33 à Stéphane Peterhansel, victime d’une crevaison à 30 km de l’arrivée.

Résultat, Gordon pointe désormais au 2ème  rang, 12 » devant le Polonais, mais surtout à …seulement 7’36 de Peter.

La journée a de nouveau été marquée par les malheurs de Nasser Al-Attiyah, encore victime de soucis techniques sur son Hummer.

Premier à s’élancer, le Qatari a en effet dû s’arrêter à plusieurs reprises dans la spéciale, pour résoudre notamment des problèmes de fixation de roues de secours, puis d’alternateur.

Malgré une fin de spéciale avalée à grande vitesse, le tenant du titre lâche encore 8’09 et pointe désormais à 45’25 de la tête de course.
Mais il y croit encore…

 

Le vainqueur du Dakar 2011 lâchait :

‘’ Nous avons eu un problème avec une courroie, dans le moteur. Nous l’avons réparée, et ensuite ça a été l’alternateur que nous avons dû réparer. Ensuite nous avons vraiment bien attaqué. Il y avait six voitures devant nous, et nous avons dépassé toutes les Mini, ainsi que la Toyota de De Villiers. C’était du beau travail. Ils sont nerveux parce que je les ai tous dépassés, mais ce n’est pas mon problème. Moi je sais que tout marche bien, et nous verrons bien jusqu’où nous pourrons aller.’’

LES PATRONELLI EN PATRONS !!!

Sur la majorité de son parcours, la course quad a vu elle, un cavalier seul.

Celui d’Alejandro Patronelli qui a mené la spéciale lors des trois premiers CP, avant de céder, sur les derniers kilomètres, le leadership à son frère Marcos, finalement vainqueur du jour pour 38 ».

Marcos qui confiait :

‘’ L’étape n’a pas été si difficile que ça. Je suis resté derrière les voitures un certain temps jusqu’à ce que je puisse être seul et prendre un bon rythme. J’ai crevé à 40 kilomètres mais sans conséquence. Je suis content de la journée. Le quad va bien. L’équipe et l’assistance fonctionnent bien aussi.’’

Cette nouvelle démonstration des deux Argentins n’a trouvé qu’un lointain contradicteur en la personne de l’inévitable Tomas Maffei qui échoue à 9’50 », mais conserve sa deuxième place au général, mais voit revenir Marcos Patronelli à 12’52.

 

PREMIÈRE POUR ALES LOPRAIS EN CAMION

Enfin, chez les camions, après avoir terminé 2ème lors des deux dernières spéciales, le Tchèque Alès Loprais a au volant de son Tatra, enfin signé son 1er scratch du rallye, son 4ème  sur un Dakar, 1’31 devant l’Iveco du leader du général, Gérard De Rooy.

Ales confiant dans son bahut

‘’ ll y avait beaucoup de fesh fesh aujourd’hui, les pneus ont chauffé. C’est difficile, mais nous sommes là et c’est bon d’être encore là pour la deuxième semaine du rallye. Cela ne change rien de batailler avec De Rooy ou avec quelqu’un d’autre. Sur le Dakar il faut avant tout batailler avec soi-même. Et cela consiste à rester calme, piloter avec régularité. Je sais que mon camion est capable de rivaliser cette année. Nous l’appelons Princesse, et je dois dire qu’on est plutôt content d’elle jusqu’ici.’’

Le Hollandais reste cependant solide leader, 15’39 devant Loprais, et 48’06 devant son coéquipier néerlandais Hans Stacey.

Mais, De Rooy qui reconnaissait que Lima et encore loin …

’’ Plutôt dur aujourd’hui. Sur la première partie, il y avait beaucoup de bosses. Nous avons eu une bonne bataille avec Loprais. Il m’a dépassé dans une partie un peu mauvaise, et je l’ai repris ensuite une cinquantaine de kilomètres plus loin. C’est bon pour le moral. Nous avons perdu quelques minutes sur lui, mais la route est encore longue. Je vais essayer de rester régulier, ne pas subir de crevaison.’’

Gilles GAIGNAULT

Photo :  X raid – Red Bull- ASO – DPPI

Sport

About Author

gilles