DAKAR 2012 : LA CORDILLERE A BIEN ETE FRANCHIE …

 

Le ciel est avec eux

Bien que l’étape du jour ait dû être annulée, les concurrents du Dakar 2012 ont finalement pu franchir la Cordillère des Andes en convoi.

Les pilotes qui ouvraient la route ont tout de même enjambé le Paso San Francisco par -8° !

Bienvenue en été austral.

A Mar del Plata, les nouveaux venus en Argentine découvraient peut-être que dans l’hémisphère sud, janvier rime avec été (plus de 40°).

Quelques jours plus tard, ils apprennent aussi qu’en plein cœur de la saison des canicules, on peut subir une tempête de neige, et se heurter à la fermeture d’un col routier.

A deux jours de l’ascension vers le Paso San Francisco, les premières informations sur des conditions climatiques difficiles sont parvenues aux organisateurs du Dakar.

Les heures passant, la situation s’est dégradée dans cette région du massif andin, rendant de moins en moins possible la tenue d’une spéciale sur le parcours prévu, trop détérioré par la pluie et la neige.

Surtout, les autorités Chiliennes ont alerté pendant la journée du 5 janvier, les organisateurs du Dakar de la fermeture du poste frontière, situé après le Paso San Francisco.

La route qui monte à plus 4700 mètres (et qui descend surtout en lacets du côté chilien) devenant trop risquée pour les pilotes et équipages du rallye, la décision d’annuler l’étape a été prise en fin d’après-midi, puis annoncée aux concurrents lors du briefing général, jeudi soir à 21h00 (heure locale).

Un rendez-vous leur a été fixé ce vendredi matin à 8h00 pour le départ d’un convoi… en espérant que le ciel soit avec eux.

LE PARCOURS INITIAL…

Les données météo étant encourageantes au petit matin, le petit train de Fiambala a pu partir à l’heure.

Plusieurs camions assurant la logistique du rallye ont joué aux éclaireurs, tandis que les motos étaient convoquées les premières pour partir à l’assaut de la Cordillère.

Toutes les demi-heures, des véhicules de l’organisation et des ambulances se sont intégrées au convoi pour faciliter sa fluidité et sa sécurité.

C’est ensuite vers 10h00 que les premiers ont atteint le Paso, où le thermomètre remontait très doucement : -8°.

Voilà les grandes lignes de « l’opération Guillaumet », ainsi baptisée par Étienne Lavigne, le patron du Dakar et ce en hommage au pilote de l’Aéropostale qui avait survécu à un accident d’avion dans la Cordillère.

A la bascule, un itinéraire de contournement de la zone détériorée par les intempéries, a été dessiné.

Cap sur Diego de Almagro, bien plus au nord, avant de rejoindre Copiapo.

Au total, les véhicules ont roulé environ 200 kilomètres de plus que les 641 km prévus initialement pour atteindre le bivouac.

Si le chrono s’est momentanément arrêté, le sport reprend ses droits dès ce samedi… avec une boucle de 573 km

« Laquelle pourrait elle aussi faire date dans l’histoire du rallye. »

Si l’on en croit et écoute David Castera, l’homme qui annuellement trace et déniche le parcours, chez ASO !!!

 

Gilles GAIGNAULT

Photos : ASO -DPPI

 

Sport

About Author

gilles