DAKAR 2012 : DOUBLE DES HUMMER QUI SURVOLENT L’ATACAMA

 

Avec 154 kilomètres de liaison, la septième journée de ce Dakar 2012 prenait son départ de Copiapó.

Après l’annulation de l’étape de la veille, lors de la traversée des Andes pour parvenir au Chili et en découdre dans ce sublime et merveilleux désert qu’est l’Atacama avec des chaleurs suffocantes, les rescapés devaient parcourir une boucle que les anciens du Dakar, connaissent par cœur

Une boucle difficile avant de revenir au bivouac dans la capitale de la région de l’Atacama.

Avec 12 millimètres de pluviométrie par an, c’est une des zones les plus sèches de la planète, et le désert proche est un terrain de prédilection pour les  équipages qui visent la victoire, a fortiori après l’annulation de la spéciale précédente

Entre le duel des pilotes officiels KTM en moto, Cyril Despres et Marc Coma, la lutte des Argentins en quad, la fratrie Patronelli contre Tomas Maffei, l’incroyable bataille des camions où les Iveco De Rooy dominent, et le peloton des autos dont les écarts peinent à se creuser réellement, la compétition risquait de nous faire vivre des heures d’intense suspense…

Car il y avait pas moins de 419 kilomètres de spéciale, soit la distance la plus longue contre le chrono depuis le départ du rallye.

Ceci, entre terre et sable, avec des franchissements de dunes qui constituaient un des plus gros défi de cette première semaine.

Et il fallait faire extrêmement attention à la Camanchaca, ce brouillard typique de la zone, qui risquait de limiter fortement la visibilité dans certains secteurs.

La boucle se présentait comme le gros défi de cette première semaine, bien que le début de spéciale, parcouru sur pistes au milieu des collines et des cactus, puisse paraitre inoffensif.

Mais ensuite, le poids des kilomètres accumulés depuis Mar del Plata s’est fait ressentir, précisément au moment où s’enchaînaient de gros paquets de dunes.

Le dernier cordon à franchir, si proche et pourtant si loin de l’arrivée, pouvait prendre des allures de bivouac, déporté au beau de milieu du désert !

Heureusement pour les retardataires qui planteront la tente, le règlement autorise les véhicules à se présenter jusqu’à 18 h 00 pendant la journée de repos, prévue ce dimanche !

Ouf…

 

En autos, ce samedi, sensationnel doublé pour les pilotes Hummer !

Le Qatari, Nasser Al-Attiyah, gagne la 7ème étape, disputée en boucle autour de Copiapo dans le désert d’Atacama et longue, on le répète, de 419 km.

Il précède (photo) son patron et propriétaire du Team, l’Américain, Robby Gordon. de 7’30 ».

Nasser qui explique sa stratégie : Attaquer, attaquer chaque jour

‘’Aujourd’hui la voiture a parfaitement fonctionné et nous avons attaqué du début jusqu’à la fin de la spéciale en prenant pas mal de risques pour faire le meilleur temps. Notre objectif est de reprendre entre 7 et 8 minutes tous les jours. Et aujourd’hui, nous l’avons parfaitement rempli. Nous essaierons de faire pareil toutes les autres étapes, à partir de lundi, voir même mieux si possible. De toute façon, nous n’avons plus d’autres choix si nous voulons encore gagner le Dakar!’’

Premier des pilotes du Team Mini- X raid, Stéphane Peterhansel, finit 3ème de cette étape à 7’53 ».

Mais, le pilote Français creuse l’écart au classement général, possédant maintenant 11’22 » d’avance sur son équipier, le Polonais Krzysztof Holowczyk 

 

Et, en moto, nouveau récital des pilotes KTM qui continuent leur outrageante domination !

L’Espagnol Marc Coma, remporte ce samedi cette 7ème étape, cette boucle tracée autour de Copiapo au Chili.

Le pilote KTM boucle les 419 km de la spéciale au menu du jour, en 5h01’35. Il Il l’emporte en précédant son équipier  le Français Cyril Despres, de 2’03 »

La guerre des nerfs aura bien lieu. Elle a débuté aujourd’hui entre Marc Coma et Cyril Despres, qui ont passé leur journée à se surveiller à vitesse grand V, d’abord sur des pistes de sable très rapide pour un premier tronçon de la spéciale, puis en s’attaquant aux cordons de dunes qu’ils ont avalé sans frémir ni se quitter des yeux.

Alors que de n ombreux motards seront certainement condamnés à y passer la nuit ! Quoi qu’il en soit, Cyril Despres a commencé la journée en assurant en tête de course la navigation. En fondant sur lui, Marc Coma a réalisé les meilleurs temps intermédiaires, prenant déjà une option sur l’étape à mi-parcours. Après la neutralisation, c’est le pilote catalan qui est passé devant pour se frayer un chemin entre les dunes.

Despres, qui a joué  la prudence en restant calé sur le rythme de son rival, lui cède 2’03 » sur la ligne d’arrivée mais conserve la tête du classement général, avec 7’48 » d’avance.

Derrière les deux favoris, la poursuite continue entre des prétendants au podium qui pourraient même viser plus haut en cas de grosse défaillance au sommet.

C’est du déjà vu !

Paulo Gonçalves, qui prouve que sa victoire l’année dernière à Iquique ne devait rien au hasard, signe le 2ème temps du jour, à 2’49 » de Coma et seulement 46 » de Despres.

‘’ Une très bonne journée pour moi et je suis très content car je fais un bon chrono, mais surtout j’ai pris beaucoup de plaisir dans les dunes, même si c’était difficile avec du sable très mou. je prends pas mal de temps à mes adversaires, hormis Marc et Cyril bien sur, mais c’est donc une bonne journée pour moi. Maintenant, jevais profiter de la journée de repos pour réattaquer la 2e semaine sur le même rythme et essayer de faire pareil qu’aujourd’hui, tous les jours, jusqu’à Lima…’’

Il se rapproche du même coup de son compatriote Helder Rodrigues (photo), qui a toutefois 49’39 » de retard à combler pour commencer à inquiéter Cyril Despres.

La mauvaise opération du jour est pour Francisco « Chaleco » Lopez : pour la première spéciale chilienne du Dakar 2012, le héros local a commencé par une chute qui l’a diminué tout au long de la journée. Il la termine avec une demi-heure supplémentaire de retard sur Coma, et a même entrevu aujourd’hui la porte de sortie du Top 10.

Marc Coma qui parvenu au bivouac, racontait :

‘’ On sait bien que la journée avant la journée de repos est toujours difficile, et aujourd’hui c’était le cas avec beaucoup de chaleur et du sable assez mou. Mais on a quand même roulé très vite et j’ai pu attaquer. Je reprends deux minutes à Cyril mais ce n’est pas suffisant évidemment! Mais bon, on connait bien la stratégie, et on sait que l’on va sans doute faire un coup deux minutes pour moi, un coup deux minutes pour Cyril, et c’est difficile de changer ça quand il n’y a qu’une seule route. mais enfin, pour KTM, il est premier et je suis deuxième du général à la journée de repos et tout se passe bien, donc pour l’instant c’est un bon rallye pour nous.’’

CYRIL DESPRES ET SON PORTEUR D’EAU RUBEN FARIA

Cyril, ajoutant :

‘’J’ai fait un peu le feignant aujourd’hui car Marc a ouvert depuis le km 200, soit le début de la 2ème spéciale, mais je pense que c’est aussi la course. Donc pour ça, je lui dis merci déjà… Il ya toujours un peu de stratégie car on sait que l’on peut jouer avec les deux minutes. Cela dit, j’arrive ici avec les mains tétanisées. mais c’était vraiment une belle spéciale avec des belles dunes…. Et puis ça fait du bien d’être en tête à la journée de repos. Je suis content.’’

Mais Cyril Despres, conserve toutefois la première place du classement général provisoire, avec 7’48 » d’avance sur Marc Coma.

Cyril qui confie :

‘’ Maintenant nous sommes au bivouac où nous resterons pour la journée de repos de demain. L’idée est de prendre son temps et de recharger les batteries afin d’être prêt pour la deuxième semaine de course. Ce sera également l’occasion pour moi de refaire mes sacs, ranger mes affaires, parlez à mon team… et si tout se passe bien, je pourrais même essayer de faire une petite sieste ‘’

 

SENSATION : CHALECO ABANDONNE !!!

Héros des Dakar ces dernières années et véritable ‘’ vedette ‘’ dans son pays, le Chilien Francisco Lopez, alias Chaleco, a malheureusement annoncé son abandon, tard ce samedi soir au bivouac et ce aprés consultation du service médical

Le pilote chilien souffre en effet d’une déchirure des ligaments croisés antérieurs du genou droit, après avoir été victime d’une lourde chute au cours de l’étape de ce samedi, ou Il avait fini à une demi-heure de Marc Coma.

Rappelons qu’au printemps dernier, Chaleco avait déjà lourdement chuté lors du Rallye de Tunisie.

Laquelle chute, l’avait éloigné des compétitions jusqu’en novembre ou désireux de se remettre en selle pour bien préparer ce Dakar, il avait repris part à une course, s’alignant au départ du Rallye des Pharaons, en Egypte

 

En autos, comme on pouvait le penser, au vu des temps aux différents  CP (contrôle de passage) intermédiaires, le Qatari Nasser Al-Attiyah, signe finalement le temps scratch et ce au terme des 419 kilomètres de cette septième spéciale du Dakar 2012.

Il devance, on l’a dit, de 7’30 » son équipier Robby Gordon.

Une sorte de rédemption pour les pilotes du Team américain qui ont essuyé de nombreuses déconvenues depuis le départ De Mar del Plata, le 1er janvier.

Mais qui se montrent, malgré leurs ennuis épisodiques qu’ils rencontrent au fil des jours, les meilleurs adversaires de l’armada Mini du Team X raid !

 

D’un autre côté ce samedi, l’actuel leader, Stéphane Peterhansel qui vise de remporter l’épreuve pour la … 10ème fois, n’avait pas de nécessité à prendre des risques inutiles, puisqu’il n’est pas en bagarre directe avec les pilotes Hummer.

Il finit troisième à 7’53 » de l’homme du jour et conforte sa place de leader du Dakar.

Derrière ce Top 3 et avec 14’57 » de retard sur Nasser Al-Attiyah, le Polonais Krzysztof Holowczic termine sa journée à la quatrième place devançant son partenaire l’Espagnol Nani Roma, 5ème à 15’19 ».

L’ancien vainqueur, le Sud-africain, Giniel de Villiers se classe lui 6ème à 20’59« , devant Ricardo Leal dos Santos qui perd 28’25 » et une autre Mini, celle du lauréat de la 1ère étape, le Russe Leonid Novitskiy, 8ème à 31’28 ».

Au classement provisoire, ce samedi soir à Copiapo, on retrouve deux Mini aux deux premières places. Peter mène de 11’22 », devant Holowczyc.

Robby Gordon occupe le 3ème rang, à 13’09″3

La 3ème Mini de Juan ‘’ Nani ‘’ Roma suit à 18’05 ».

Ensuite, on pointe, Giniel de Villiers cinquième à 34’07 ».

Al-Attiyah, se retrouve désormais  6ème à 42’54’’

Rien n’est perdu car il reste au lendemain de l’étape de repos de dimanche, une longue semaine de course au Chili puis ensuite au Pérou

Mais malgré tout, reprendre autant de temps à un pilote de la trempe de Peterhansel, semble franchement difficile

Sauf si Stéphane venait à connaitre des pépins mécaniques car il ne faut pas compter et tabler sur une erreur de sa part, car lui ne s’égare jamais, disposant avec le très expérimenté, Jean Paul Cottret, d’un navigateur exceptionnel !

Vu sa gnaque et son envie de récidiver et de renouveler sa victoire du 15 janvier 2011, Nasser peut néanmoins pour le moment encore viser une place sur le podium et même la place de dauphin car l’écart qui le sépare de la seconde place est minime : une petite demi-heure sur Holowczyc.

Il est suivi à mi parcours à la veille de l’étape de repos d’une autre Mini, celle du premier vainqueur de spéciale, le Russe Novitskiy, 7ème à 54’26’’.

Ensuite, on pointe le Great Wall  du Portugais Sousa et engagé par le Team SMG de Philippe Gache, superbe 8ème à 1h12’50’’.

A noter les 10ème et 13ème rangs des Mitsubishi ex usine de Van Loon et Ten Brinke (le dernier vainqueur du Rallye du Maroc) et alignées par le Team Hollandais Riwald et qui accusent respectivement, 1h48’39’’ et 2h38’58’’.

Sans oublier, la magnifique 12ème place du buggy MD de Pascal Thomasse qui se retrouve lui à 2h21’26’’

BOULEVERSEMENT CHEZ LES QUADS !!!

La malchance de Tomas Maffei qui concède 54’28 » et de Marcos Patronelli, ouvre la porte à d’autres, et permet d’obtenir un podium virtuel inédit au terme de cette septième spéciale.

Alejandro Patronelli, devance donc Ignacio Casale de 16’10 » cependant que Sergio La Fuente, l’Uruguayen, le premier leader « Quad » de ce Dakar 2012, est troisième à 33’59 ».

Rodrigo Ramirez, sur son Can-Am est lui cinquième, au milieu d’un fort contingent de Yamaha, à 38’39 ».

Emiliano Fuenzalida, ferme ce Top 5, à 41’31 » .

Au général « Quad » , Alejandro Patronelli (photo avec Marcos) compte à présent près d’une heure d’avance sur ses poursuivants.

Il confie:

‘’ Une étape très belle, très rapide. Il y avait aussi beaucoup de navigation, sur plus de 200 kilomètres. L’étape était très intéressante. J’arrive dans les 30 premiers du classement moto. C’est bien. Mais le classement général, n’est pas le plus important. Il reste beaucoup de course encore. Ce classement dit beaucoup bien sûr mais il ne dit rien, non plus. Regardez ce qui est arrivé à Marcos. Il a perdu plus d’une heure aujourd’hui. Il a la tête dure car je lui avais dit de m’attendre…’’

Marcos qui enfin arrivé, de son côté explique :

‘’ Cette étape était très longue ! Et au km 230, je me suis trompé, j’ai pris un mauvais chemin et j’ai mis beaucoup de temps à m’en rendre compte. J’ai perdu 30 kilomètres sur cette erreur, ce qui fait énormément de temps. Du coup ensuite j’ai roulé sur un rythme tranquille, il n’y avait plus que cela à faire.’’

En camion, le vainqueur de cette journée est le Hollandais Gérard De Rooy, même si son avance sur le Tchèque Ales Loprais confirme la menace du pilote Tatra sur le leader.

Seulement 3’49 » les séparent au terme de ces 419 kilomètres.

Le premier Kamaz, celui d’Andrei Karginov est troisième 16’32 » derrière l’Iveco.

Le Kazakh Artur Ardavichus quatrième à 17’37 » précède le Ginaf du Néerlandais Wuf Van Ginkel, à 17’54 ».

La saga De Rooy continue chez les camions, avec une troisième victoire d’étape consécutive pour le chef de file, qui peut envisager sérieusement la victoire finale à Lima.

Si la concurrence de l’épouvantail équipe Kamaz, laquelle a été abattue par la mise hors-course d’Eduard Nikolaev, et n’est plus  et incroyablement d’actualité, les Iveco devront maintenant prêter attention à Ales Loprais (photo), qui s’avère être le plus régulier de leurs rivaux.

Encore 2ème de l’étape aujourd’hui !

‘’ Nous avons vécu une journée avec des hauts et des bas… Nous avons dépassé pas mal de concurrents, puis nous avons eu une crevaison, et ils nous ont redépassé, et ensuite, nous sommes à nouveau repassé devant. Puis nous sommes arrivés aux dunes et là tout s’est bien passé, nous avons bien roulé et j’espère que nous serons bien placé au général ce soir. Mais il ne faut pas oublier que la course commence seulement, et qu’il y a encore une longue semaine qui nous attend. Le Dakar, c’est le Dakar et les soucis peuvent tous nous frapper, à tour de rôle. Une crevaison pour l’un aujourd’hui, et demain ce sera pour un autre. Du coup, le classement bouge pas mal, mais ça a toujours été comme ça. L’an passé, j’étais second du général, et j’ai dû abandonner ici à cause d’un turbo cassé. La malchance peut frapper n’importe qui, et il faut encore attendre car tout peut encore arriver…’’

Au général, le grand perdant du jour est Miki Biasion, naufragé des dunes, qui n’a pas encore pointé au CP3 à 18h49 locales (22h49’ en France) et perd donc au moins une heure quarante sur le vainqueur du jour.

Gérard De Rooy, leader du général ce samedi soir pour 17’10 »sur Ales Loprais,

Écart qui représente tout simplement…le temps perdu par un camion sur une crevaison !

Et 33’14 » sur Hans Stacey.

Celui-ci expliquait ses pépins du jour :

‘’ J’ai fait très attention avec mes pneus sur la première spéciale, ce qui ne nous a pas empêché de finir premier. Et puis nous avons attaquer la 2e partie, qui était une vraie, belle spéciale du Dakar dans les dunes. Je ne roulais pas trop vite, mais nous avons quand même eu une crevaison à l’arrière et nous avons perdu environ 15 minutes. Puis, nous nous sommes plantés deux ou trois fois et, même sans avoir à sortir de la cabine, nous avons encore laché un peu de temps. Mais bon pour l’instant nous sommes toujours dans la course et nous sommes assez confiant car le camion marche fort et que notre équipe est très bonne… Enfin, tout peut encore arriver, le Dakar reste le Dakar!’’

ANECDOTE !!!

Josep Besoli, Président du collège des officiels auto, a encore la chair de poule lorsqu’il raconte l’histoire qu’il a vécu vendredi soir :

‘’ C’est la toute 1ère fois que je vois cela en.. 36 ans ! ‘’

De quoi, parle-t-il ?

L’abandon d’un concurrent, venu avouer une assistance extérieure. Et non des moindres, le Brésilien Guilherme Spinelli .

« Un quart d’heure après que son team manager soit venu nous demander de replacer son pilote dans les ordres de départ, Spinelli est arrivé avec une lettre déclarant son abandon pour assistance illégale. Victime d’un problème d’alternateur sur la spéciale, il a été dépanné par des locaux. Il était en larmes, mais nous a dit : « je ne pourrai pas accepter de finir le Dakar alors que j’ai triché. L’honnêteté est la priorité et ma motivation première ». C’est l’inverse de toutes les situations que j’ai à traiter chaque jour ! Et franchement, si on peut peut-être l’inviter l’an prochain, ce serait fantastique parce que c’est ça le sport et l’esprit du Dakar. Ca devrait servir d’exemple à tous les concurrents ».

Dans le même domaine, une autre ‘’ belle histoire ‘’

Il est déjà tard quand la Toyota n° 471 sort de l’étape de Fiambala, mais la première préoccupation de ses occupants, le Péruvien Gabriele Peschiera et le Chilien Jorge Mutschler, n’est pas de connaître leur temps, mais de savoir s’ils pourront repartir le lendemain.

« Il y avait beaucoup de spectateurs au début de la spéciale et nous avons préféré ne pas prendre de risque avec eux pour trouver les way points, et donc il nous en manque quatre. Par contre ensuite nous avons tourné des heures, et fait de nombreux demi-tours pour être bien sur de tous les avoir. Maintenant j’espère que le collège des commissaires sera compréhensif et nous laissera repartir… Surtout que nous avons perdu la boite de vitesse à 40 km d’ici et que nous avons mis 3 heures pour réparer ; mais vraiment on veut continuer ! Pour au moins voir le Pérou ! » 

Une attitude exemplaire parfaitement entendue et comprise par les officiels qui ne les ont pas exclus…

Gilles GAIGNAULT

Photos : X raid – Red Bull – ASO – DPPI – De Rooy

Sport

About Author

gilles