AFRICA RACE : POKER BLEU

 

L’étape au belge Loomans, le général, pour la quatrième fois, au buggy bleu Sonangol de Schlesser et Esquirol.

Voilà le résultat de cette dernière vraie spéciale de l’Africa Eco Race 2012.

Longtemps indécis, joué jusqu’à la fin, le parcours de cette dernière journée en Mauritanie a été sublime.

Et Schlesser gagne pour la quatrième fois cette épreuve qui roule de façon légendaire sur les traces de Thierry Sabine.

LES 24 HEURES DE LOOMANS…

LOOMANS: C'EST SON JOUR!

Ce titre me fait marrer, une journée de Rallye Raid c’est 24 heures et c’est le Belge Loomans qui gagne. Voilà pour le fun.

Pour de vrai, grosse journée…

Au menu, 280 km de sable avant de rouler en liaison vers le Sénégal.

Les motos sont parties les premières, tradition (et sécurité!) oblige, puis la catégorie auto-camions a été ouverte par le Man de Jacinto, qui a gagné la spéciale avant hier.

Première partie et… première plantée!

C’est une journée de sable qui attend les concurrents et José Maria Servia, ex pilote du Dakar, qui est sur cet Africa Race, l’ouvreur officiel, celui qui prend toutes les pistes 24 heures avant le Rallye, a averti que c’est mou.

Du coup, au tiers de la course,  on trouve seulement deux véhicules au milieu des motos, elles sont en effet plus agiles que les autos et surtout, on les déplante fastoche…

Les deux véhicules?

Le buggy de Florin Cotel et … le camion Tatra de Tomecek!

Décidément, beau challenge entre l’extrême légèreté du buggy et la formidable cavalerie du moteur Tatra.

FLORIN-COTEL, EN TÊTE AVEC TOMECEK EN DEBUT DE SPECIALE.

A un moment, la course s’infléchit vers l’ouest, c’est une sorte de boucle en fait, et l’on n’est plus dans le sens des dunes.

Elles sont orientées Nord Est.

C’est un peu comme comme quand  tu attaques une viande filandreuse comme la bavette ou la hampe, si tu coupes dans le sens des fibres ça va tout seul, si tu coupes en travers, c’est Verdun!

Les motos de tête font merveille, un ou deux plantages ici et là mais on avance bien.

C’est Xavier Moreau qui mène la danse du sable, dix kilomètres devant Polli et Dubois, Thiery et  Palacios.

Derrière viennent quelques autos, les voitures du clan des  belges, Loomans et de Imshoot, puis c’est , tout près, à quelques centaines de mètres, un autre duo, le buggy de Schlesser et le Toyota de  Kamoun.

TOMECEK A ENCORE FAIT FORT

Drame chez Jacinto, Tomecek est maintenant à 50 km devant et elle n’est toujours pas sortie de son plantage.

Toujours le même problème, pas assez de chevaux donc elle doit dégonfler et ça déjante.

Devant, très loin devant, on a la sensation que Florin et Tomecek volent sur les dunes.

Rien ne les arrête. Étonnant duo!

Un peu comme une libellule et un éléphant qui sauteraient délicatement de paquerette en paquerette!

Jacinto, est enfin repartie.

Je sais bien qu’une épreuve n’est terminée qu’au drapeau à damiers, mais ça sent quand même pas, la victoire en chantant…

Et pourtant, la rage au ventre, elle roule à plus de 100 km/h.

Devant, tout devant, Moreau sort de la trace et en plus, se plante. A part la malheureuse Jacinto, qui s’est engluée dès le départ, tout le monde a eu une moitié de spéciale sans gros pépin. Mais… ça commence…

Tomecek s’est planté aussi mais la puissance lui permet de se désensabler  comme la Vénus de Botticelli sort de sa coquille !

Avec élégance.

Dans certains secteurs, il roule à 140 km/h. Effrayant!

On rappelle quand même qu’il est second au classement général autos- camions confondu!

Alors qu’il a en vue les panaches de poussière de Tomecek et Florin, Schlesser s’arrête.

Petit plantage, et au loin Tomecek est maintenant seul en tête, Florin s’est arrêté.

Les camions auront décidément été les grands héros improbables de ce formidable Rallye.

Quand à Loomans, troisième au général, à quelques minutes devant Jacinto, il se bat comme un beau diable, ayant d’ailleurs trouvé un beau lièvre, Schlesser lui-même.

Il sait qu’en ne lâchant pas le buggy bleu, il fera une excellente spéciale.

Il ne sait probablement pas que Jacinto est à des milliards de km derrière, il l’a vue plantée, mais ne sait pas qu’elle a mis une éternité à en sortir.

Bon, Schlesser roule à certains endroits à 170 km/h, mais on le suit au panache!

Et puis un moment, plus de lièvre, Loomans devra faire son rythme de pilotage tout seul. Et il le fait très bien!

Devant, tout devant, le motard Dubois envoie du lourd alors que Polli est planté. L’Italien est en tête au général avec une heure d’avance.

DUBOIS VICTOIRE D'ETAPE

Victoire d’étape en vue.

Dubois a carrément plus de trente km d’avance sur Polli mais au bout cela ne compensera pas  l’heure de retard qu’il a au général.

Et en effet, Dubois coupe la ligne d’arrivée très en avance sur Polli. Puis, il attend. Il a repris 41 minutes et Polli gagne donc l’Africa Race 2012, avec 26 minutes d’avance.

Devant Schlesser a non seulement passé les autos, le camion de Tomecek, il a en plus collé un bon 10 km à la concurrence. Il roule, comme souvent, avec Polli.

Allez, au tour de Schlesser de rester collé.

Et de Polli.

Et de voir repasser le camion de Tomecek! Et Loomans!

Entre le mastodonte et le papillon, cela va être un sprint démentiel.

On roule à pas loin de 100 km/h, à trente bornes de l’arrivée! Schlesser est à deux kilomètres derrière le Tatra.

Bon c’est réglé, Schlesser s’arrête. Il vient de percuter le Prodrive de Loomans, planté derrière une dune.

Accident pouvant être gravissime, mais ici les deux véhicules repartent.

Et c’est Loomans qui prend le ponpon en bout de spéciale!

Et donc un 4X4  gagne cette spéciale de Rallye Raid. On aura vu un peu de tout chez les gagnants, du deux roues motrices, du 4X4 et même un camion!

Jean Louis qui lâche :

« Je suis très heureux d’être arrivé ! Aujourd’hui, ce fut très compliqué en navigation mais aussi car le sable était très mou. Nous nous sommes plantés deux fois au km 17 et avons dû sortir les plaques ! Un peu plus loin, nous avons percuté, sans conséquence, Jackie Loomans qui était planté en bas d’une dune. Une nouvelle fois, Cyril a fait du bon boulot… il a de l’avenir ! J’ai beaucoup apprécié cette collaboration. Cette année le rallye était très dur et chaque jour, il s’est beaucoup investi pour donner le meilleur de lui-même. Demain, ce sera le Lac Rose, symbole d’une arrivée à Dakar mais aussi le temps de fêter cela avec toute l’équipe. »

Sourire aux lèvres, Cyril Esquirol n’est pas mécontent d’avoir bouclé cette nouvelle spéciale.

« Pas facile aujourd’hui encore mais quelle expérience avec un pilote comme Jean-Louis ! Ce fut extrêmement enrichissant et je ne regrette vraiment pas d’avoir vécu tout cela. Demain, ce sera la récompense sur le mythique Lac Rose… »

Alors, pour pouvoir guider nos amis pistards, sur le thème « Quelle est  l’arme absolue sur du  sable à la con? »

La réponse va donc du buggy au 10 tonnes, en passant par la moto autrichienne.

Et donc, il n’y a pas d’arme absolue.

C’est ce qui fait la richesse de cette épreuve, avec bien sûr les paysages Marocains et Mauritaniens, qui sont les plus beaux au monde.

Kamoun arrive peu après Schlesser. Au classement du jour il est cinq, il est également cinq au général.

Beau résultat pour cet équipage Tunisien avec un Toyota modifié militaire, (sans la mitrailleuse à l’arrière), une voiture assez basique donc.

On l’a dit, une auto increvable et un équipage qui en veut, ça fait du résultat.

Un gros clin d’œil à l’équipage 360.

BRAVE SSV!

Morin- Vermeloux.

A bord d’un minuscule SSV, ils finissent cette spéciale en milieu de peloton. Conditions de confort proches de zéro…

Mais on l’a dit, engin amusant à piloter.

Peut-être un nouveau concept en vue…

Cela dit, si les camions gagnent des scratches, un SSV victorieux d’une étape ce n’est pas pour tout de suite!

Demain, c’est le Lac Rose, Dakar.

Et un grand morceau de légende dans le souvenir de ceux qui y seront.

Jean Louis BERNARDELLI

Photos : Alain ROSSIGNOL et Jorge CUNHA

 

Ce dimanche 8 janvier, une ultime étape de 183 km avec une courte spéciale de 24 km le long de l’Océan Atlantique, conduira les rescapés du Sonangol Africa Eco Race au Lac Rose où se déroulera la cérémonie du podium pour récompenser les lauréats des différentes catégories motos, autos, SSV et camions.

Les résultats de ce samedi sont donc ceux du Rallye.

CLASSEMENT AUTOS A KEBEMER (SENEGAL)

1. Schlesser-Esquirol. 2. Tomecek-Moravek (tatra, le premier camion) à 2H 58 ‘. 3. Loomans -Driesmans à  4H 02. 4. Jacinto-Marques-Cochinho (deuxième camion) à 5 H. 5. Kamoun-Driss à 8h 43. 6. Radet-Coste, à 9H59. 7. Florin-Cotel à 10H 23. 8. Kirpilev-Shmaylov, à 10H 40′. 9. Savenko-Maltsev à 12H 38′. 10. Ushakov-Shevelev à 15H17.

CLASSEMENT MOTOS A KEBEMER (SENEGAL):

1; Oscar Polli. 2. Norbert Dubois à 26’36. 3. Xavier Moreau à 2H30. 4. Herve Thierry à 6H36′. 5. Christophe Conreau à 13H 58′. 6. Joseph Palacios à 14H 15′. 7. Thomas Shatat à 25H 05′. 8. André Lenoble à 25H 08‘. 9. Gilles Vanderweyen (BMW) à 25H 53′.

Moto Motocross Sport

About Author

jeanlouis