DAKAR 2012 : MINI DEBUTE PAR UN TRIPLE… VICTOIRE DE CHALECO EN MOTO

UN NOUVEL OGRE SUR LE DAKAR : LE TEAM X-RAID !!!

ETAPE 1 : Mar del Plata – Santa Rosa de La Pampa (820 km)

L’ogre VW parti, le Team X-raid à la manière de l’armada des Touaregs ces dernières années, n’a pas tardé à démontrer sa force et toute l’étendue de ses ambitions et ce en plaçant immédiatement déjà en ce dimanche 1er janvier, trois de ses bolides aux… trois premières places  de la 1ère épreuve spéciale !

Preuve que l’équipe que dirige Sven Qvandt est bien dans la lignée des grosses écuries que furent VW mais aussi auparavant Mitsubishi, Citroën et encore plus loin, jadis, Peugeot !

Le Team X-raid et ses Mini fait une entrée IMPÉRIALE dans la course et réussi ses débuts dans ce Dakar et ce en s’offrant un trés beau triplé dès la première épreuve spéciale, ce dimanche.

Blessé pendant une bonne partie de l’année, Francisco Lopez a remporté la première étape du Dakar 2012 à moto, dominant un Top 5 provisoire qui rompt avec la tradition.

L’Argentin Javier Pizzolito, 19ème l’an dernier, signe le 3ème temps, mais un autre motard Argentin, Jorge Boero, est décédé après une lourde chute (voir article sèparè).

En autos, un trio de Mini a pris la tête de la course avec Novitskiy, Holowczyc et Peterhansel, mais Nasser Al Attiyah et son Hummer connaissent déjà de sérieux problèmes mécaniques.

En camion, Marcel Van Vliet s’impose comme en 2009 dans la première étape.

 LES MINI… BOYS DÉJÀ A LA FÊTE !!!

 

Le scratch revient au Russe Leonid Novitskiy. Il triomphe avec 5’’ d’avance sur le Polonais Krzysztof Holowczyk, le lauréat du Silk Way en Russie l’été dernier et 9’’ sur le  » grandissime favori » Français Stéphane Peterhansel.

Lequel vise on le sait cette année, une… 10ème victoire!

Suivent dans l’ordre, le Sud-Africain Giniel de Villiers – victorieux de l’épreuve en 2009 avec un Touareg du Team VW– qui lâche 15’’ avec sa Toyota.

 

LE SHOW DE ROBBY GORDON SUR LE PODIUM DE DEPART A MAR DEL PLATA

 

Chez  Hummer, l’Américain Robby Gordon se classe cinquième, à 49’’ cependant que le vainqueur sortant, le Qatari Nasser Al-Attiyah qui a rencontré des problèmes mécaniques (problèmes de pompe à huile), concède déjà 9’50 » !

Il y a donc du nouveau, du neuf dans la catégorie auto.

 

PETERHANSEL PART GRANDISSIME FAVORI AVEC SA MINI

 

Si la probabilité de la victoire d’une Mini était à la portée des pronostiqueurs les moins aguerris, l’identité du vainqueur tombe pourtant franchement comme une agréable petite surprise.

Le kilométrage du jour rend la performance peu représentative, mais Leonid Novitskiy a tout de même sorti son meilleur pilotage pour aller chercher sa première victoire de spéciale sur le Dakar.

Parti en 13ème position, celui qui est tout de même, rappelons-le aux non spécialistes  » LE  »  Champion du monde de rallye raid 2011, est finalement venu coiffer ses deux prestigieux coéquipiers, le Polonai Krzysztof Holowzyc et le Français Stéphane Peterhansel sur la ligne d’arrivée, avec respectivement 5′ et 9′ d’avance.

Stéphane Peterhansel se disait content de ses débuts dans l’épreuve 2012 :

‘’ Déjà, c’était joli, car on a trouvé des belles grandes dunes en bord de mer, et c’était vraiment magnifique, superbe… Sinon, c’était une piste technique, un peu bosselée avec des traces du passage des motos qui ont créé des vagues. Mais c’était un très bon compromis pour se mettre en jambes, avec également de la vitesse sur la fin de la spéciale, donc bien, une très bonne mise en jambes !’’

 

Au bilan de la journée, X-Raid place donc un trio de Mini aux commandes de la course, devant Giniel De Villiers qui étrenne efficacement son Toyota Hilux sur le Dakar.

La situation semble beaucoup plus inquiétante pour Nasser Al Attiyah, qui disputait aujourd’hui sa première course au volant d’un Hummer.

Si le déficit chronométrique de 9’45 » qu’il accuse sur Novitskiy ne présente de prime abord pas de caractère de gravité, c’est plutôt la fiabilité de son véhicule qui pose de sérieux problèmes et qui est déjà fort inquiétant !

A 2 kilomètres de l’arrivée de la spéciale,  le H3 s’est subitement arrêté pour un problème de pression d’huile, et le pilote qatarien a dû finir comme un … poireau « à la ficelle », secouru par son coéquipier Robby Gordon.

Au rayon des surprises et des déceptions, la contre-perf du jour revient pourtant au Sud-africain Alfie Cox, qui a lui terminé son Dakar avant même d’avoir atteint la fin de la 1ère spéciale.

L’ancien motard sud-africain, qui portait un projet ambitieux avec le Team Pewano, a brulé la Volvo XC60 qui faisait ses débuts sur le Dakar.

L’équipage sort indemne  de cet incendie, mais la voiture est totalement détruite par les flammes. Et le Dakar est dèja fini… pour lui.

ANDRE DESSOUDE ET  » LE BOSS  » ÉTIENNE LAVIGNE

 

 

Pour sa part ce dimanche soir à Santa Rosa de la Pampa, le ‘’Vaisseau Dessoude’’ est bien lancé avec pour objectif de rallier le Pacifique depuis l’Atlantique en traversant l’Argentine, le Chili et le Perou.

Pour cette première spéciale longue de 57 kilomètres, Christian Lavieille et Jean Michel Polato pointent en 7ème position !

Après un départ fastueux devant des centaines de milliers de fans argentins tous acquis à la cause du Dakar, dans le Team Dessoude on a préféré mener deux stratégies de front.

En effet si devant Christian, Isabelle et Thierry avaient décidé de rester aux premiers plans, Frédéric Chavigny et Jihong Zhou ont préféré assurer et prendre leurs marques avec leurs nouvelles voitures.

Sur le premier bivouac du Dakar, André est satisfait de cette toujours périlleuse première journée :

‘’ Il nous faut mettre en marche la machine Dessoude, encadrer les pilotes qui sont très sollicités par les médias et le public mais aussi mettre en place l’assistance. Nous n’avons pas de temps pour le moindre rodage et il nous faut être dans le rythme dès les premiers instants. Il y a forcément beaucoup de travail ce soir afin de parfaire les derniers réglages et adapter les voitures aux ressentis des pilotes. Cette fois-ci , nous y sommes : le Dakar est parti et il est parti très vite… En règle générale, on ne peut pas gagner le Dakar sur la première spéciale, 67 kilomètres ce n’est rien par rapport à ce qui nous attend. En revanche, on peut tout y perdre. Il faut rester prudent. Ce soir, deux de nos principaux adversaires en sont directement victimes’’.

 

 

Christian Lavieille, tout en restant parmi les meilleurs, est resté vigilant :

‘’ La spéciale s’est bien passée, même si elle était courte. Il fallait rester concentré. J’avais encore besoin de prendre mes marques car la voiture est bien plus rapide que le précédent prototype Dessoude, surtout dans le cassant. Les premières spéciales sont toujours délicates techniquement car on découvre souvent des problèmes que les essais n’avaient pas révélés. Mais dans mon cas, tout va bien et je n’ai pas encore trouvé les limites de la voiture ‘’.

 

LES  »ROIS »  (HELDER RODRIGUES- CYRIL DESPRES- MARC COMA) DE LA CATÉGORIE MOTOS A MAR DEL PLATA

 

En moto, la victoire sur cette première courte étape de 57 km est allée à l’Aprilia du Chilien ‘’Chaleco’’ alias Lopez.

Lequel l’emporte avec 14’’ d’avance sur la KTM du vainqueur sortant, le Catalan Marc Coma.

La troisième place revenant au pilote Argentin Pizzolito qui concède 27 »

De tous les favoris de la course, Francisco Lopez est celui qui avait le plus tablé sur la discrétion. Et le voilà qui frappe le plus fort de tous au moment de donner un aperçu un peu plus concret de ses ambitions.

 

Au printemps dernier, le pilote Chilien avait lourdement chuté sur le rallye de Tunisie. Avec ses multiples fractures, la perspective du Dakar semblait bien lointaine, et même très  incertaine…

Mais six opérations plus tard, le convalescent avait tout de même pu prendre le départ du rallye des Pharaons, terminé en 36ème position.

Dès lors, pendant les vérifs, « Chaleco » s’est contenté d’exprimer son bonheur simple de prendre le départ du Dakar. Mais aux premiers coups de gaz, sur la courte spéciale de 57 kilomètres au programme, il a tout simplement mis  »une claque » au chrono réalisé un peu plus tôt par Marc Coma.

 

L’Espagnol se rappelait pourtant de bons souvenirs puisqu’il s’était déjà imposé sur la route de Santa Rosa, lors de l’étape d’ouverture du Dakar 2009. Au lieu de cela, Lopez signe sa 6ème étape sur le rallye, et domine un premier classement général plutôt inédit.

Derrière Marc Coma, c’est en effet Javier Pizzolito qui est venu signer le 3ème temps du jour.

Après les 620 kilomètres de liaison qui l’attendent, l’accueil promet d’être chaleureux à Santa Rosa. Il vient tout simplement de réaliser la plus belle performance d’un motard argentin sur le Dakar !

Derrière lui, le « miraculé » Quinn Cody, dont la moto avait fait un tour par Lima avant de rejoindre au dernier moment Mar del Plata, pointe en 4ème position à 30 », tandis que le jeune Jakub Przygonsky complète le Top 5 du jour, avec 49 » de retard sur « Chaleco ».

Cyril Despres perd quant à lui 1’48 ».

 

 

De son côté Cyril Despres sur la seconde KTM Red Bull ‘’ usine’’ a terminé à la 13ème place, on vient de le dire à 1’48 » derrière le vainqueur du jour, en compagnie de son fidèle ‘’ porteur d’eau ‘’ son coéquipier, le  toujours aussi rapide Portugais, Ruben Faria 8ème lui, à 1’18’’ de Chaleco.

Cyril Despres satisfait de sa mise en jambes :

‘’ C’était vraiment très sympa d’être à nouveau sur la moto. C’est ma façon préférée de commencer la nouvelle année ! Ce matin a été particulièrement agréable car les 25 premiers kilomètres de la spéciale longeaient la mer et il y avait beaucoup de spectateurs pour nous encourager.‘’

 

AU GUIDON DE LA KTM DE CYRIL DESPRES

 

Et il enchaine :

‘’ Malgré l’excitation de démarrer un nouveau Dakar, j’ai décidé de rouler cool et de ne pas attaquer. La piste était un peu délicate à certains endroits et quelques minutes ici ou là à ce stade de la course ne vont pas faire beaucoup de différence. Puis, après la spéciale nous avons eu une très longue liaison. La route était vraiment très droite et il y avait un vent de face très fort. Demain matin, nous avons à nouveau une liaison de 400 km suivi de 295 km de spéciale jusqu’à San Rafael. Enfin la course a démarrée! ‘’

 

Et du côté de l’équipe Yamaha, direz-vous !

A ce petit jeu, David Casteu (Yamaha) s’est montré le plus rapide des pilotes Yamaha et ce malgré une piqûre de guêpe…

La première étape du 34e Dakar faisait la part belle aux dunes de sable. En chef de fil de la cohorte Yamaha, David Casteu n’a pas loupé son début de rallye. 9e de la première spéciale après une courte liaison entre Mar Del Plata et Necochea, le pilote Yamaha Racing France emmène avec lui l’Américain Jonah Street (Yamaha) 10ème et son coéquipier Olivier Pain (Yamaha) 12ème qui précède le triple vainqueur de l’épreuve Cyril Despres.

Sans forcer son talent, Hélder Rodrigues (Yamaha), Champion du Monde 2011 avec Yamaha, décroche la 15ème position à 1’51’’

José Leloir, Coordinateur du Team Yamaha Racing France, commente :

‘’ Tout c’est bien passé pour nous. David Casteu a été piqué par une guêpe en plein milieu de la spéciale. Sans cela, il était capable de faire dans les trois premiers aujourd’hui. Olivier Pain a préféré partir avec prudence et Hélder Rodrigues a rencontré des soucis d’alimentation de son Iritrack (module de commande de transmission et de positionnement GPS avec un système de communication) au départ de la spéciale. Il a perdu 20 minutes sur son heure de départ et il était très stressé au moment de prendre enfin la piste. Hélder limite les dégâts avec une 15ème  place ce soir à 1’51’’. Rien de grave ! Thierry Bethys a lui-aussi rencontré des difficultés avec son Iritrack qui s’est décroché en pleine spéciale. Il est 53ème de la spéciale. Enfin, la température ici est complètement folle. On a roulé toute la journée avec un bon 42°C, loin des températures de 2011. C’était très éprouvant pour les pilotes qui ont commencé à puiser dans leur réserve. Le plus long fut les 600 kms de liaison entre la fin de la spéciale et Santa Rosa. D’autant que cette année, la limitation de vitesse en liaison est plus stricte avec 110 km/h maxi sous peine de lourdes sanctions financières et sportives… ‘’

Dans la course quad, Sergio La Fuente avait quitté le Dakar 2011 avec la satisfaction de l’achever à la 14ème et dernière place du classement général.

Il revient sur l’épreuve en signant le meilleur temps de la spéciale, inscrivant pour la première fois le nom d’un Uruguayen  au palmarès.

 

Il goûte aussi la fierté de devancer  de 54 » Marcos Patronelli, vainqueur du Dakar 2009, pendant que Tomas Maffei se trouve en embuscade à 1’07 ».

En camion, il faut certainement remonter très loin dans l’histoire du Dakar pour trouver trace d’une étape dans laquelle … aucun Kamaz ne figure dans les 4 premiers de l’étape !!!

Marcel Van Vliet, qui avait manifestement coché cette étape inaugurale, remporte sa deuxième victoire d’étape sur le Dakar après s’être imposé le premier jour du Dakar 2010… à Santa Rosa.

Cette fois-ci, il devance Gérard De Rooy (photo) de 26 » et Franz Echter de 56 ».

 

Surtout, trois camions Iveco se classent dans le Top 6, avec l’ancien Champion du monde des rallyes, le petit italien Miki Biasion et Hans Stacey qui confirment la forte impression faite par les camions turquoise.

 

LE QATARI NASSER AL ATTIAYH VA BIENTÔT … DÉCHANTER !!!

 

Bref, cette courte mise en jambes si elle a déjà positionné les favoris aux avant-postes, a aussi hélas, démontré que le vainqueur de l’édition 2011, le Qatari Nasser Al Attiayh, n’allait surement pas vivre un Dakar aussi  » facile  »  et douillet, que le furent les précédents, ou sa monture, le Touareg VW, survolait la course

Lui permettant quotidiennement de briller mais aussi d’ètre en permanence à la bagare pour les victoires d’étapes et le succès final

Ce qui, vous en conviendrez est motivant !!!

Là, à peine en route, le voilà déjà à la peine… Et il reste deux terribles semaines !

Ce n’est que très tard que le lauréat du Dakar 2011 parvenait enfin à rejoindre le bivouac ou il expliquait sa mésaventure :

‘’ A 2 km de l’arrivée de la spéciale nous avons soudainement senti une odeur de brulé, car le câble de la pompe à essence avait fondu. Ensuite Robby nous a tirés jusqu’à la fin de la spéciale. Et dans la liaison nous nous sommes arrêtés avec Lucas pour réparer. Nous y avons passé deux heures tous les deux, car nous n’avons pas vu notre camion d’assistance. Ensuite nous avons dû nous arrêter tous les 100 kilomètres pour remettre de l’huile. Maintenant j’espère que les mécaniciens vont bien travailler pour résoudre ce problème, et surtout faire en sorte qu’il n’y ait plus de problèmes. Pour la victoire je ne suis plus trop confiant, mais il faut tout de même continuer d’y croire.’’

Et de lâcher, philosophe, en guise de conclusion :

‘’ Parfois le rallye raid c’est comme ça. ‘’

A l’arrivée au bivouac, David Castera, ‘’ l’homme ‘’ en charge du parcours racontait :

‘’ On découvre de nouveaux visages qui vont s’imposer. Si je regarde le classement de la première étape, particulièrement à moto,  je vois la confirmation que l’élite du rallye raid est à tournant. Durant toute l’année nous avons vu que de jeunes pilotes commencent à rouler très fort. Et je crois que le passage à la 450cc les a aidés à percer. Voir Pizzolito sur le podium d’hier, c’est une demi-surprise, mais nous savions déjà qu’on pouvait compter sur lui. Et ensuite il y a Cody, et Przygonsky. Ce sont de nouveaux visages qui vont s’imposer de plus en plus comme des acteurs du Dakar. Dans un registre un peu différent, Leonid Novitskiy devient quant à lui le premier Ukrainien à remporter une étape, devant Holowczyc, qui devient une valeur sûre. Tout cela montre qu’il y a du mouvement. ‘’

Gilles GAIGNAULT

Photos : KTM -ASO -DPPI- Red Bull -X Raid

Sport

About Author

gilles