AFRICA RACE: LA CHEVAUCHEE FANTASTIQUE

TRIO DE DUOS

 

Bien que la direction de course ait différé le départ d’une heure pour cette 5ème étape du Sonangol Africa Eco Race, la nuit de la Saint Sylvestre a été plutôt calme du côté du bivouac d’Assa.

Du coup, les concurrents étaient tous en forme en s’élançant ce matin, à l’image d’André Lenoble en moto, de Jean Louis Schlesser en auto et d’Elisabete Jacinto en camion, qui ont particulièrement bien entamé cette nouvelle année en remportant cette 4ème spéciale.

290 km de spéciale plutôt roulante de Assa à As Sakn, René Metge a fait un beau cadeau de Nouvelle Année aux concurrents.

Les leaders vont rouler par paires, se contrôlant totalement. Le vraie guerre recommencera lundi!

ON NE SE QUITTE PAS...POUR EVITER CE GENRE DE SITUATION!

On arrive à As Sakn, dans cette région dite du Sahara Occidental envahie par une meute de marocains, de façon pacifique mais disons très organisée, le roi en tête,  lors de la Marche Verte de 1975.

On est à mi distance de Tarfaya (Le Cap Juby de l’Aéropostale de Saint Exupéry!)  et  Layoun (El Aaiün) et donc pas loin de l’océan.

Un truc marrant, à mi course, les quatre leaders, deux motos et deux autos, roulent en groupe.

Schlesser et Delahaye ne se lâchent pas.

Quant à  Dubois et Polli, les leaders en moto,  qui se sont perdus, ils ont laissé les jeunes aller foncer comme de beaux diables devant, Moreau, alors en tête, est troisième au général mais avec plus d’une heure de retard, ce n’est pas grave.

 

Un peu plus loin, encore un duel, Jacinto mène, un petit kilomètre devant Tomecek mais on se souvient que le Tchèque est bien barré, hier, il a collé une pâtée à la jeune Portugaise, qui a crevé dès les premiers km.

Et changer un pneu sur un camion de course, c’est entre 45 minutes et une heure? quand tout se passe bien.

Pourquoi a telle crevé?

Simple. Ayant moins de puissance que ses gros Tchèques ennemis, elle doit dégonfler pour garder un peu d’adhérence dans le sable.

Et ça déjante…

C’est d’ailleurs dans le sable que se font les derniers kilomètres de cette spéciale. De très peu, ce sont les autos qui arrivent les premières.

A peine dix minutes avant les deux premières motos.

AUTOS: CAVALIER BLEU

LE CHEF ET SON PANACHE...

Aucun doute sur la photo ci-dessus, sur un deux roues motrices, dans la sable un peu souple, faut envoyer!

Bien décidé à commencer de la meilleure façon qui soit l’année 2012, le Team Sonangol Schlesser a signé avec brio un nouveau succès sur le Sonangol Africa Eco Race.

Le leader du classement général remporte sa troisième victoire en spéciale entre Assa et As Sakn. De plus en plus à l’aise, Cyril Esquirol n’a pas déçu le « Renard du Désert » !

Le buggy Sonangol bleu de Schlesser a roulé toute la spéciale en bagarre avec le buggy jaune de Delahaye.

Il ya eu rarement plus de deux minutes entre les deux voitures.

Encore une fois, cela facilite la tâche du second, qui suit le panache de fumée du premier, ce qui lui permet de régler sa vitesse et d’anticiper sa navigation. En revanche, si l’on se rapproche trop, on est dans un brouillard total et à 140 km/h dans les caillasses, c’est une ambiance très spéciale…

La plus courte spéciale du rallye (290 km) n’a pas échappé à Jean-Louis Schlesser et Cyril Esquirol. En partant en troisième position d’Assa, le pilote du Buggy Sonangol Schlesser souhaitait bien commencer cette nouvelle année. Pari tenu !

Seule ombre au tableau de cette parfaite stratégie, ne pas avoir pu doubler le Buggy de Régis Delahaye en raison de la poussière, malgré un retour fulgurant à 80 km de l’arrivée.

« Ce fut une très très belle spéciale mais nous avons du rouler dans la poussière pendant 150 km. Nous avons rattrapé les deux voitures parties devant nous assez rapidement mais nous avons préféré assurer et ne pas faire de bêtise. Notre hantise était de crever… les nouveau pneus Cooper se sont révélés très efficaces, pas une crevaison à signaler. Cyril a fait une bonne navigation ce qui nous permet aussi de l’emporter. »

 

DELAHAYE PANACHE BIEN AUSSI!

Et Schlesser a envoyé…

Mais peu de possibilités de larguer l’adversaire ce dimanche. A l’arrivée, le team Schlesser-Esquirol a moins de quatre minutes d’avance sur Delahaye.

Au général, Schlesser a un tout petit matelas d’avance de neuf minutes trente sur son poursuivant.

SAVENKO TALONNE lOOMANS AU GENERAL;

Apparaissent alors au scratch de la journée deux « outsiders », le buggy de Savenko-Maltsev, et celui de Turron Barrère et Haquette.

Au général, ils sont encore largement derrière le Prodrive de Loomans, pratiquement trois heures, mais ils n’ont pas laissé passer cette journée où les leaders du classement, ont pu un tantinet lever le pied, quand il n’y a pas de menace sérieuse à l’horizon…

JACINTO MEILLEUR CAMION

Chez les camionneurs(neuses), beau duel encore, où cette fois Jacinto a réussi à taper le Tatra de Tomecek, elle lui reprend 6 minutes mais au général, elle est toujours à 35 minutes derrière les Tchèques.

Qu’importe, une victoire d’étape est toujours un grand bonheur…

MOTOS: CAVALIER VERT..

LENOBLE VAINQUEUR DU JOUR

Ce devrait être encore un cavalier bleu, la couleur officielle de Yamaha en compétition, mais Lenoble n’est pas pilote officiel.

Il décore donc sa moto selon ses envies et ses sponsors et elle est verte…

Il gagne cette spéciale, trois minutes devant la KTM de Moreau, dix neuf minutes devant la KTM de Palacios. Dubois est sept, Polli neuf.

Pas de changements au général donc, mais belle victoire au sprint d’une Yamaha. Elle fonctionne au bioéthanol, une vraie moto … verte!

En plus, au milieu d’une meute de KTM, c’est assez finement joué.

Explications:

Norbert Dubois ne décolérait pas en franchissant la ligne d’arrivée de la spéciale de 290 km tracée entre Assa et Oued Aarraid. Le « Grand », comme l’appelle affectueusement les motards, s’en voulait d’une erreur de navigation qui lui a fait perdre plus de 40 minutes.

Heureusement, une erreur sans conséquence au classement général provisoire puisque Oscar Polli, son grand rival sur ce Sonangol Africa Eco Race, l’a suivi sur la mauvaise trace!

Du coup, l’erreur des deux animateurs de la course a permis à des pilotes, peut-être moins en vue, d’occuper le devant de la scène.

Tout d’abord André Lenoble, le vainqueur de la spéciale qui a pu expliquer aux journalistes présents à l’arrivée que sa Yamaha WRF 450 fonctionne au Bio Ethanol et qu’elle est équipée de cellules photovoltaïques.

Un procédé écologique puisque, ayant moins d’électricité à produire, la moto consomme moins, limitant ainsi les rejets de CO2 dans l’atmosphère. Une moto écologique sur la plus haute marche du podium du jour devant la KTM 450 de Xavier Moreau qui a encore un peu jardiné, ajoutant une vingtaine de kilomètres à son parcours.

Après une journée difficile hier, le Nîmois Joseph Palacios a terminé 3ème à 19’27’’ du leader. Quant à Polli et Dubois, ils conservent tout de même les deux premières places du général.

POLLI TOUJOURS LEADER;

 

Spéciale vraiment très spéciale.

Polli et Dubois ont tellement d’avance au général qu’ils peuvent laisser partir la course devant eux.

Et le petit jeu (un peu à la con, mais c’est comme ça depuis le début du Rallye Raid…) continue, ces deux là se couvrent et restent ensemble. Ils se sont perdus tous les deux d’ailleurs…

Dubois arrive finalement deux minutes devant Polli mais reste second au général.

Pourquoi se sont ils couverts?

A l’époque où Cyril Neveu et Hubert Auriol se battaient comme des chiens dur le Paris-Dakar, est sorti un bouquin expliquant les tactiques « à vue »…

En fait, si deux concurrents sont très proches, ils ne veulent porter le coup fatal que s’ils sont sûrs d’eux. Ou à l’approche de l’arrivée, où il n’y a plus qu’à ouvrir les gaz…

DUBOIS NE LÂCHE PAS POLLI D'UNE SEMELLE.

Donc le second reste derrière parce que cela lui permet le cas échéant de voir les gros freinages (énorme nuage de poussière) du gars qui est devant.

Il contrôle, et en fin de parcours, il met un peu de gaz pour reprendre un peu de son retard au général.

Quant au premier, il vérifie sans cesse si le second est bien là.

Parce que s’il se trompe, il le verra tout de suite.

Et d’une façon générale, si les deux se trompent en même temps, au général, ils restent groupés… ce qui est arrivé aujourd’hui.

En Coupe America de voile, cela s’appelle le « Match-Racing », c’est exactement ce que jouent ces deux là.

Il y a sept minutes entre les deux, autrement dit rien. C’est comme en autos, et c’est très bien ainsi.

Avant d’aborder la partie Mauritanienne du rallye  demain lundi , le Sonangol Africa Eco Race continue sa marche vers le sud en direction de Dakhla (ex Villa-Cisneros de Saint Ex, Mermoz et Guillaumet). Une étape de 777 km qui sera la plus longue de l’épreuve avec une spéciale sublime de 376 km, pleine de navigation.

Journée fatigante car en plus, il ya aura 350 km de liaison à se farcir. Dans les cinquante dernières bornes en revanche, ce sera une course de pilotage pur, dans la caillasse et parfois du très roulant.

Un gros morceau avec énormément de navigation avant la journée de repos qui se déroulera à proximité de l’Océan Atlantique.

Et aprés le désert, l’on verra la mer !

Jean Louis BERNARDELLI

Photos : ALAIN ROSSIGNOL-DESERT RUNNER

CLASSEMENT AUTO/CAMIONS  A AS SAKN.

1. Schlesser-Esquirol (Buggy Sonangol Schlesser). 2. Delahaye-Ziltstov (Buggy MD Rallye) à 9’37. 3. Loomans-Driesmans (Prodrive) à 40’04. 5. Tomecek-Moravek (Tatra) Premier camion à 2H 18′. 6. Jacinto-Marquez-Cochino (Man) à 2H 53′. 7. Turon Barrère-Haquette (Buggy) à 3H 23′. 8. Imshoot-Zoetaert (Toyota) à 4H 29′. 9. Florin-Cotel (Cotel) à 5H 08. 10. Kirpilev-Schmaylov (Toyota) à 5H 17′.

CLASSEMENT MOTO A AS SAKN:

1. Oscar Polli (KTM). 2. Norbert Dubois (KTM) à 7’28. 3. Xavier Moreau (KTM) à 1H 03′. 4. Hervé Thierry (Yamaha) à 2H 54′. 5. Joseph Palacios (KTM) à 3H. 6. André Lenoble (Yamaha) à 3H 45′. 7. Thomas Shattat (Yamaha) à 4H 01′. 8. Christophe Conreau (Honda) à 4H 02′. 9. Gilles Vanderweyen (BMW) à 4H 18′. 10. Bertrand Besse (Suzuki) à 9H 16′.

Motocross Rallye-Raid Sport

About Author

jeanlouis