DAKAR MOTO : COMA-DESPRES ‘’ A TOI, A MOI ‘’ ? VAS SAVOIR CHARLES !!! !!

 

Victorieux à tour de rôle ces six dernières années de la catégorie des motos, le Français Cyril Despres et l’Espagnol Marc Coma se présentent à nouveau en grandissime favori de ce Dakar 2012

Tenant du titre, Marc Coma espère pourtant néanmoins rompre cette alternance qui les désigne chacun leur tour comme lauréat de l’épreuve et ce depuis l’édition 2006

Marc triomphant en 2006, 2009 et 2011, cependant que Cyril l’emportait lui en 2005,2007 et 2010.

Pour mémoire, nous rappelons que l’édition 2008 fut annulée, suite aux problèmes politiques dans les pays Africains que le rallye devait traverser et les menaces  terroristes qui planaient sur le Dakar à caus de son immense notoriètè médiatique !

Le champion Espagnol est donc bien là pour gagner cette année face à son éternel adversaire tricolore, avec qui il fait à nouveau équipe au sein du Team Autrichien KTM.

Et à bien les observer, il semble bien que l’ambiance soit beaucoup plus sereine et bien plus cool que par le passé ou leur rivalité, les avait éloigné l’un de l’autre et ce bien qu’ils appartiennent à la même équipe !

Souriant et détendu comme à son habitude, l’immense champion catalan raconte :

‘’ Quand tout va bien, il ne faut surtout rien changer. La structure est donc exactement la même sur ce Dakar que l’an passé. Depuis j’ai remporté le Rallye des Pharaons et j’estime que la date de cette course et son type de parcours reste un signe intéressant sur ce qui peut se passer au Dakar. C’est une preuve de bonne forme, au bon moment. Mon but est donc de rompre  enfin la logique qui fait de nous deux, un vainqueur par alternance. Je suis donc ici pour tenter d’enchaîner une nouvelle victoire et consécutive. Le contexte est maintenant apaisé depuis que nous avons discuté avec Cyril. Nous avons reconnu que notre rivalité sportive n’avait pas besoin de se vivre avec autant de tensions.’’

 

De son côté, Cyril, dauphin de Marc le 15 janvier dernier à Buenos-Aires, de l’édition 2011, aimerait bien lui gagner à Lima dans deux semaines et poursuivre cette incroyable alternance qui sévit depuis maintenant six ans

Il  s‘en explique :

‘’ Cette année j’ai totalement modifié ma façon d’aborder et de préparer le Dakar. Je me suis éloigné des courses traditionnelles de rallye raid, pour rouler sur des terrains un peu différents. Cela m’a permis de casser la routine, et de m’adapter à d’autres environnements. J’ai ainsi vécu une semaine vraiment intense au rallye Sertoes du Brésil, où nous étions au coude à coude avec Felipe Zanol jusqu’au dernier jour. C’était une confrontation franchement  enrichissante. Ensuite, je suis parti au rallye d’Australie.’’

Désigné comme Coma au titre de grandissime favori pour la victoire finale à Lima, Cyril avoue et reconnait plutôt apprécier le changement de la règlementation concernant les moteurs.

En effet, rappelons que cette année, quine minutes de pénalité seront infligés en cas d’un premier changement du moteur, quarante-cinq minutes pour un possible second changement du moteur et deux heures enfin pour chacun des éventuels suivants.

Cyril précisant :

‘’ Pour ce Dakar, nous nous sommes rapprochés avec marc et avons mis de l’eau dans notre vin puisque  nous allons courir sous les mêmes couleurs. J’espère donc  que la victoire se jouera sur la piste et pas avec de possibles pénalités. Je n’ai pas beaucoup roulé avec les autres pilotes du Dakar cette saison, et je ne sais pas où ils en sont. Pour ce qui est de la nouvelle règle sur les pénalités en cas de changement de moteur, je la trouve intéressante. J’ai toujours pris soin de la mécanique, et l’été dernier lors du rallye Dos Sertoes au Brésil, j’ai roulé pendant dix  jours avec le même moteur. Alors je crois sincèrement qu’il peut tenir tout un Dakar.’’

Avis que partagent plusieurs candidats déclarés à la victoire, tel que le toujours très rapide Norvégien ,Pal Anders Ullevalseter. second il y a deux ans

Reste une inconnue et de taille ?

Quelle sera l’attitude des outsiders ?

Quels rythmes vont adopter dès le départ dimanche, les Chaleco, Villadoms, Casteu et autres Hernandez ?

De leurs chevauchées peut parfaitement dépendre l’identité du vainqueur final le dimanche 15 janvier à Lima !

Gilles GAIGNAULT

Photos : ASO -DPPI- Alain Rossignol


Sport

About Author

gilles