DAKAR 2012 : EN ROUTE POUR LA GRANDE AVENTURE…

En route pour la grande aventure…

Cette année et pour la 4ème fois, le Dakar se relance en Amérique du sud

Certes le terrain est à nouveau fort éloigné des parcours mythiques des Dakar d’antan, lorsque l’épreuve qui s‘appelait alors le Paris-Dakar, se déroulait sur le sol d’Afrique, sur les pistes Africaines d’Algérie, du Niger, du Mali, de la Haute Volta, de la Mauritanie et du Sénégal, bien sûr.

Mais si l’Afrique n’est plus d’actualité pour le Paris-Dakar devenu ‘’ Le Dakar ‘’, un label comme ‘’Frigidaire’’ pour le réfrigérateur, il n’empêche, que l’épreuve créée en 1978, par le regretté Thierry Sabine, connait toujours un immense succès populaire et sportif surtout.

Populaire, parce que depuis quatre ans maintenant, le Dakar sauce ‘’ Sud –américaine ‘’ rencontre un incroyable et inimaginable triomphe, auprès des populations Argentines et Chiliennes

Sportif, parce que depuis que la course organisée par ASO, a franchi l’atlantique sud, les concurrents y sont chaque hiver de plus en plus nombreux, à s‘y engager !

Bien sûr, les nostalgiques regrettent encore et toujours l’époque bénie où la compétition sillonnait les pistes d’Afrique.

Mais il faut être de son temps ! Tout change, tout évolue…

En 2012 par exemple, il ne subsistera plus que … Huit Grand Prix de Formule 1, en Europe, et ce, sur les vingt programmés !!!

Et en foot, si tous les plus grands joueurs Français évoluaient dans le Championnat de France à l’époque de la naissance du Dakar en décembre 1978, ils se retrouvent tous aujourd’hui dans les plus grands clubs étrangers !!!

Certains le déplorent mais c’est ainsi et inéluctable…

Ainsi va la vie…

Donc ce Dakar 2012 non seulement revient pour la quatrième année sur le sol Sud-américain mais mieux même, puisqu’après l’Argentine et le Chili, la caravane découvrira cette fois-ci, le lointain et très attrayant Pérou

A trois jours du départ depuis la magnifique station balnéaire de Mar del Plata, laquelle est à juste titre considérée en Argentine comme l’équivalent de Saint-Tropez ou Marbella et après trois départs de Buenos-Aires, la capitale, Étienne Lavigne, le ‘’ grand manitou ‘’ évoque  ce Dakar 2012 :

‘’  Pour cette quatrième édition sud-américaine du Dakar, les sensations sont encore intactes. Cette année nous avions un nouveau challenge à relever, avec le départ de Mar del Plata, qui rompt avec les habitudes prises à Buenos Aires. Le jour de l’ouverture des vérifs  représente toujours un moment décisif, puisque maintenant nous accueillons les concurrents qui nous viennent du monde entier. Il est donc impératif que tout soit prêt. Dans tous les métiers, après des semaines et des mois de travail, nos équipes sont maintenant opérationnelles. On n’attend plus que les artistes. Ce qui m’impressionne également, c’est de voir que la ferveur continue de monter, et que l’excitation des spectateurs argentins pour le Dakar se perpétue au fil des années.’’

 

Quant à David Castera, l’homme qui dessine et choisit le parcours, lui il lâchait :

‘’Lorsque je vois tous les pilotes se présenter sur les vérifications, j’imagine très bien dans quel état ils se trouvent. Ils ont préparé ce rendez-vous pendant toute une année, ou même plus. Maintenant ils sont fin prêts, et n’ont qu’une envie : que la course commence. Quelque part, ce sont des jours interminables. Pour les nouveaux venus, ils vivent aussi une réelle surprise, et sont impressionnés par l’ampleur de l’événement. Cela m’amuse un peu, mais je fais tout pour les mettre en confiance. Il faut surtout les calmer, car une fois en course il est vraiment absurde de saborder l’aventure en deux jours à cause d’une trop grande euphorie. Quel que soit leur niveau, je les incite toujours à se considérer en rodage sur les trois ou quatre premières étapes.’’

Si les Argentins sont excités par ce Dakar qui est devenu en quelques années ‘’ leur ‘’ épreuve, ‘’ leur ‘’ Dakar, il en va de même pour les participants

Lesquels semblent ravis de revenir une fois de plus en Amérique du sud

Deux semaines durant du 1er au 15 janvier, jour de l’arrivée à Lima, les heureux concurrents vont donc successivement  traverser l’Argentine et le Chili et enfin le Pérou.

Trois pays qui proposent des parcours et des paysages fabuleux et qui de retour en Europe, nous laissent à chaque fois des souvenirs inoubliables, tant la beauté reste exceptionnelle

Assurément avec cette année, la traversée du Pérou, nous sommes repartis pour en prendre une fois encore ‘’ Plein les yeux ‘’ !

Gilles GAIGNAULT

Photos : ASO – DPPI- Michel MAINDRU

Sport

About Author

gilles