MOTO : LA FORAY BROTHER’S RACE KART, POUR LE PLAISIR !!!

 

 

 

La ressemblance entre les deux frères Foray est frappante.

Normal, car ils sont jumeaux, nos frangins de pilotes! Kenny revendique la pôle à Freddy depuis le  » Grand Prix de la maternité de  Sèvres  » du 2 Août 1984, car il est né, un quart d’heure avant !

Un détail croustillant livré par leur père, Jean qui a bien inoculé le virus de la vitesse moto à ses rejetons en les baptisant des prénoms des célèbres Champions du Monde 500cc. Kenny Roberts (1978,1979, 1980) et Freddy Spencer (1983 et 1985) .

Tout le monde connaît les jumeaux depuis toujours car dès leurs premiers pas, ils se sont tiré la bourre aux guidons de leurs mini-bikes dans tous les paddocks de France, d’Europe et de Grands Prix !

Le clan des Foray était reconnaissable de loin, grâce à l’autobus qui servait de camion atelier mais aussi de camping-car et de cantine : point de passage obligatoire pour le ravitaillement de nos petits diables. Sur la piste, le papa était aussi repérable entre cent et facilitait le travail de chronométrage d’Evelyne, la Maman, mais aussi des photographes.

Jean a toujours préféré la couleur jaune pour peindre ses Yamaha, son bus, son casque ou pour commander ses cuirs et choisir ses baskets, sa montre…

Ce rayon de soleil illumina la classe 250 cc en Championnat du Monde de vitesse entre 1985 et 1991 avec notamment la 6ème place du GP.d’Allemagne en 1988. Un grave accident au Tourist – Trophy, le redoutable TT de l’Ile de Man, lui fait manquer le titre de Champion d’Europe en 1983 mais durant dix ans, il continuera de se battre au top avec un nouveau trophée de Vice – champion en 1993.

A 38 ans, Jean Foray s’offre en 1994, comme son ami le regretté Bruno Bonhuil avec qui il débuta, une saison en 500 :  La catégorie Reine en GP .

Au guidon d’une ROC Yamaha , il rentre dans les points à Assen (15e), à Brnö (14e.) et prend une belle 11ème place au Mans lors du GP de France. Le circuit Bugatti, il le connaît bien, Jean,  pour y avoir remporter la 3ème place aux 24 heures 1985 avec les deux Thierry, Espié et Rapicault, autres grands noms de la vitesse moto.

Aujourd’hui, Jean Foray continue à disputer pour le plaisir le Championnat de France Superbike, toujours fidèle à Yamaha et à sa couleur fétiche.  2010 aura été sa dernière participation aux 24 Heures du Mans (24ème) bien conscient que les machines actuelles sont, selon ses mots, de vrais…missiles qu’ils faut laisser aux jeunes !

Ses enfants, Kenny et Freddy, ont ainsi brillamment pris le relais et mis sérieusement le pied à l’étrier dès 2002, bien conseillés par …Papa Jean qui avait ouvert, entre-temps en 1999,  un atelier de carrosserie à la Celle St. Cloud en Région Parisienne, prés de Versailles.

Freddy intègre en 2006, le Junior Team Suzuki LMS, basé au Mans et managé par Damien Saulnier. Il remporte  d’emblée la victoire au Bol d’Or dans la catégorie Superstock. Kenny triomphe lui, dans le Championnat de France Supersport 2007 sur une …Triumph alors que Freddy gagne encore en Superstock les 24 Heures du Mans !

Nous retrouvons en 2008, nos deux frangins sur les Suzuki du Junior Team, préparées toujours par les élèves du Lycée du Mans sud, tant en Championnat de France Superbike qu’en Endurance. Cette  association fraternelle glanent deux nouveaux succès dans la catégorie des machines de série au Bol d’Or et aux 24 heures , ce qu’il leur vaudra la reconnaissance en 2009 des écuries officielles du SERT, pour Freddy et de celle de Kawasasaki Motor France pour Kenny.

Devenus adversaires, ils monopolisent le podium du Bol: Freddy gagne sur la Suzuki de Dominique Méliand devant Kenny et sous les yeux embuées de Jean et Evelyne qui peuvent être fiers de leur progéniture.

Depuis, Freddy reste fidèle au SERT et devient Champion du Monde d’endurance en 2010 remportant, encore cette année son second Bol.

Kenny qui a intégré Yamaha Motor France GMT en 2010, devra attendre une année supplémentaire pour acquérir sa première victoire en Mondial, pour le compte du Team GMT 94 de Christophe Guyot. C’était voici tout juste un mois, à Doha au Qatar.

Si Freddy vit à Sénas avec sa femme Marine et si Kenny est devenu voisin de Guillaume Dietrich,  à Olivet, près d’Orléans, c’est aux portes de la piste de karting du BKR de Trappes, que nous retrouvons géminés, en ce début d’hiver, nos deux joyeux drilles. Ils tentent de piéger leurs amis venus disputer la quatrième  »Foray Brother’s Race Kart » .

En échangeant leurs blousons Suzuki et casquettes Yamaha, ils éclatent de rire et attendent les victimes dont nous tairons les noms…

 »Bonjour Freddy !  Comment tu vas ?  Ah non, moi c’est kenny  ! »

 

La supercherie marche du tonnerre car je vous l’avait dit, en préambule, ils se ressemblent comme deux vraies gouttes d’eau.

Une pluie fine s’invite d’ailleurs aussi à l’heure du déjeuner mais ce sera la première fois en quatre éditions que la piste restera sèche. Pire, il neigeait l’an passé ! Le ton de la journée est donné car la mélancolie n’a pas sa place chez les jumeaux Foray. Pourtant, le moment venu, Freddy sait redevenir sérieux et nous accorde sans détour un moment de confidences

Comment est née l’idée de cette réunion de fin de saison ?

 » Nous avons beaucoup de partenaires qui nous ont amené de l’argent pour nous aider à courir et avec mon frère, nous nous sommes dit : il faut faire quelque – chose pour les remercier. Nous nous sommes très bien entendus avec le BRK car le gérant est mon beau – père maintenant. Nous avons même ajouter dix Karts pour que des amis passionnés de moto puissent venir s’amuser avec nous. Le plan de cette rencontre est le suivant : nous organisons une tombola durant le repas avec des lots sympas : nos cuirs et casques de l’année,mais aussi des accessoires neufs comme des bottes, des gants , casquettes…mais à 14 heures tout le monde à rendez – vous pour le briefing avec des conseils précis de sécurité et de pilotage. Le directeur de course donne le ton et insiste sur l’usage des drapeaux par les commissaires de piste et sur les pénalités en cas de non respect. L’exclusion est même prévue car si nos karts K1 à moteur 2 temps de 125 cc.sont (heureusement) équipés comme l’impose la réglementation, de protections latérales anti – encastrement, il ne s’agit pas de faire n’importe quoi.Une séance d’essais libres de 30 mn.permet aux 26 équipages composés de trois pilotes de prendre en mains le matériel et de découvrir la piste. Nous nous sommes limiter à ne pas avoir trop de monde en course car nous aurions pu avoir 35 engagements. Ensuite, nous avons trois courses  de 6 tours pour chacun des pilotes et l’équipage désigne celui qui qualifie le kart lors de la séance chronos  qui détermine la grille de départ de la course relais d’endurance de 1 heure 30 par équipe de trois pilotes. L’arrivée est jugée de nuit car les jours sont courts en hiver mais le tracé est très bien éclairé. »

 

 Avec qui fais- tu équipe ?

« Au début, avec Kenny, nous n’étions jamais ensembles mais afin de savoir qui était le plus rapide nous avons roulé avec le même engin . Le problème est venu l’an dernier du fait que le Père est tombé au tirage au sort sur un kart qui était plus rapide que le nôtre et il est arrivé par nous battre…Cette année, plus d’histoire : tout le monde réuni au sein du Foray Racing Team N°1! « 

Freddy, faisons un retour sur cette saison 2011 avec cet accident lors de la manche de Superbike de  Magny- Cours où tu te fait percuter avec un trauma crânien qui va te pourrir la seconde partie de saison. Bilan, tu dois déclarer forfait pour Suzuka, le Bol et le Qatar. Où en es-tu ?

 » Je me sens beaucoup mieux même si je ne roule pas en condition de course. Tous les matins je n’ai plus mal à la tête, plus de vertige, donc ça c’est important. Ce qui est positif , c’est que j’ai déjà effectué ma préparation physique pour 2012 afin d’être plus affuté encore. J’aimerais bien sûr continué avec Suzuki mais le programme n’est pas encore établi. J’ai un petit secret qui chamboulera un peu tout, mais ça je te le dirais un peu plus tard. »

Es-tu satisfait de la formule du Superbike Français , auquel tu participes depuis quatre ans au sein du Junior Team Suzuki ?

 » C’est une super formule. La Fédération Française de Moto a pris ses responsabilités. Je dirais que c’est à nous , pilotes Français de prendre les nôtres, car nous avons eu des problèmes sur la manche du Mans  où certains n’ont pas été responsables. « 

 

Autonewsinfo présent au Mans, s’en était ému d’ailleurs car le directeur de course avait déclaré la course humide et certains pilotes ont pris le risque de garder, lors du tour de chauffe, des pneus pas adaptés. Constatant leurs mauvais choix, ils se sont opposés au départ en imposant un diktat aux officiels et obtinrent le droit de changer leurs montures pneumatiques !!!

 » C’est encore une formule où nous trouvons une bagarre de manufacturiers . Cette saison , nous avons énormément travaillé au sein du Junior Team avec Dunlop mais nous avions une GSX-R dépassée techniquement. En 2012, face aux BMW et Kawasaki officielles, être bon ne suffira plus . Il faudra que le nouveau modèle soit extrêmement bon. De mon côté je n’ai pas eu de chance mais ça c’est la course. J’ai entendu dire que nous allons avoir une nouvelle manche à Dijon et cela conforte mon opinion favorable vis à vis de ce championnat très disputé. »

Côté endurance, il est question aussi d’une course au Castellet. As- tu déjà couru sur ce circuit mythique ?

 » En fait j’ai commencé en 2002, l’année où le circuit est passé entre les mains d’Ecclestone qui ne voulait plus de la moto. Le problème pour les Suzuki sera les longues lignes droites car nous n’avons pas l’avantage moteur ! (rires) Non , sérieusement, ce serait vraiment super et j’espère que cela va aboutir car cela ramènera du public là – bas. J’ ai  donné des cours de pilotage sur le petit circuit et je m’y suis plutôt ennuyé. Alors OK , mais sur le grand tracé . Là ce serait formidable ! « 

L’inter-saison est vraiment une période mêlée  d’espoirs secrets, de vide et surtout d’angoisse pour tous les pilotes qui n’ont pas encore de certitudes de retrouver un bon guidon malgré les victoires et les titres acquis au prix de risques énormes mais aux rétributions financières nulles. Ainsi va la vie de ces funambules des pistes sur deux roues dont parfois les casques s’envolent vers les étoiles.

Laissons la conclusion à Kenny Foray qui se dirige vers le podium de la Brother’s Race Kart .

 » Nous sommes très fiers avec Freddy et mes Parents d’avoir accueilli de très nombreuses personnes parmi nos partenaires, amis ou encore journalistes pour cette journée marquée du sceau de la rigolade, même si le pilotage a eu sa part de gâteau. « 

 

Vous l’avez compris, cette rencontre de karting n’est qu’un prétexte à se retrouver pour partager la passion d’une famille en Or qui ne lâche rien sur la piste et qui laisse dans nos cœurs que du bonheur. Plusieurs fois la direction de course distribua, néanmoins , des pénalités lorsque certains dépassèrent sous le drapeau jaune , couleur chérie de Jean Foray !

Le chronométrage officiel l’attestera : le kart n°1 du Foray Racing Team composé du père Jean et de ses jumeaux de fils, remportera l’épreuve avec un tour d’avance sur celui des journalistes de Moto – Journal. La médaille de bronze revenait aux mécanos du GMT précédant le n°12 des Champions du Monde d’endurance 2011: Vincent Philippe et Anthony Delhalle, équipiers de Freddy au SERT et qui étaient associés au manager du Junior Team LMS: Damien Saulnier.

Beaux joueurs, les Foray père et fils, estimèrent que la connaissance du tracé les avaient vraiment avantagés et se rayèrent du classement sous les applaudissements de la foule. Tous les participants remontèrent d’une place avant de se regrouper pour la photo générale sous une pluie de champagne.

Nous reconnaissions David Checa (photo), Ornella Ongaro, Christophe Guyot, Thierry Espié (Dunlop), Philippe Mussati (Michelin), Steven Casaer (BMW) et beaucoup de mécanos et bénévoles du SERT ou du GMT .

Tout ce monde fourbu mais heureux se congratula et jura de revenir l’année prochaine pour battre vraiment cette fois, la Foray Family.  Jean en rirait jaune !

 

Texte et photos :  Michel Picard

 

Moto - Divers Sport

About Author

gilles