SALON DE LA MOTO: LA REVOLUTION EN MARCHE

Pas de Salon de la Moto à Paris pendant cinq ans et quand on revient, le monde a totalement changé. Dans le bon sens. On a retrouvé une sorte de pays merveilleux où les petits sont devenus puissants et riches.

Et en écrivant cela, je n’ai pas fumé la moquette, pas rejoint les rangs de quelque secte qui vend du bonheur, je ne suis pas non plus devenu angélique.

C’est VRAIMENT comme ça!

L’ILE AUX TRESORS…

Il faut se dépêcher d’y aller, c’est Porte de Versailles à Paris. Vite  parce que ça ne dure que cinq jours.

Et il ya beaucoup de matos a voir.

Forcément, autonewsinfo a privilégié les belles histoires, ses belles histoires et vous vous ferez votre trip à vous quand vous serez là, dans un des quatre halls, 5/1, 5/2, 6 et 8.

Mon trip à moi?

On est  en pleines années de crise, avec des politicards qui vomissent à tour de bras  des français qui doivent payer leur vie au prix fort, qui doivent en conséquence en chier, en baver, ne plus avoir d’espoir, plus de de plaisir, plus de désir.

Bref,   on se fait emmerder nuit et jour par des peine à jouir et nonobstant, on achète les motos les plus belles, les plus originales, les plus haut de gamme, les plus chères, les plus performantes, alors qu’en plus, les subordonnés et les ronds de cuir des peine à jouir sus-cités, (sûrement des grands comiques!), promettent de rouvrir la guillotine, le gibet et le trébuchet pour qui ose dépasser quarante cinq km/h!

Et oui lecteur, je me marre, j’ai passé la journée de presse à me marrer.

Parce qu’ici la vie est belle. Même si (je sais ce que c’est…) on n’a pas le premier centime pour s’acheter ce qui fait rêver, la vie est belle, et ça, ça vaut largement le détour!

Voilà mon trip du salon. la vie est belle, je t’emmène lecteur?

 L’ARC DE TRIUMPH…

Superbe idée de Thierry Hesse, Commissaire général du Salon, qui a regroupé au Hall 8 Triumph, Ducati, Harley, Norton, MV Agusta, et l’expo des motos et scooters stars de toutes les marques…

Eric Pecoraro me reçoit chez Triumph.

Un énorme sourire aux lèvres. 2011 est une année record! Plus 15% par rapport à l’an dernier!

T »as vu ça où toi, lecteur, qui écoutes chaque soir au 20 heures la litanie de notre enterrement collectif…

Quinze pour cent de mieux que l’an dernier!

Et ce sera comme ça sur toute la surface de ce hall.

Ah si, chez Triumph, ils ont senti la crise, en mai, ils étaient à 37 % d’augmentation!

Pourquoi ça marche?

 Un mot: l’émotion.

Bien sûr il ya des nouveautés, mais quand on achète Triumph, on s’offre d’abord de l’émotion.

Une image de marque.

Un objet qui valorise son propriétaire.

Accessoirement, Eric me glisse que ces motos d’émotion ne sont pas beaucoup plus chères que les nippones qui ont fait nos beaux jours des années où les tristes sires ne venaient pas pleurnicher tous les soirs à la TV.

 « Une Bonneville, ça vaut 8400 euros. Je ne vous dis pas que ce n’est pas cher, je sais ce que cela représente aujourd’hui pour des millions de français, je dis que quand on a décidé se s’acheter une moto aussi originale, le choix n’est pas ruineux!  »  

Et puis, dit Eric Pecoraro, Triumph va se battre sur les marchés qui fonctionnent.

Celui des Roadsters 600 est aujourd’hui très porteur, la Speed Triple est donc la meilleure vendeuse de la boîte.

Mais on a vu aussi que la BMW 1200 GS est la moto la plus vendue en Europe,  plus de 25 000 exemplaires écoulés cette année…

Voici donc venir chez Triumph la Tiger 1200 Explorer.

Un énorme trail, superbe, et en effet plein d’émotion.

Qui plus est au prix du marché. 15 000 euros.

OK pas donné.

Ce qui n’empêche pas de rêver.

Tiens à propos de rêve.

 Steve Mc Queen, dans la Grande Evasion.

Qui saute une  haie de barbelés haute et impassable comme la dette de la Grèce… 

En mémoire de ce film culte, Triumph sort une T100 Replica. 10690 euros pour être aussi immortel que Mc Queen.

Bon d’accord il a fini par mourir.

Pour de vrai oui mais… pas au cinoche!

HARLEY DAVIDSON, LIFE IS BEAUTIFUL!

Francis Tarrou est un homme heureux.

Il raconte ces années, pas si lointaines, où Harley était considéré comme vendant des motos de voyous. (Oui enfin pensai-je en mon for intérieur, moto de voyous tunés quand même…). 

Aujourd’hui, à l’image des marques européennes de haut de gamme, Harley est devenu très comme il faut.

Avec des résultats qui feraient pâlir d’envie bien des maisons ayant depuis longtemps pignon sur rue!

Deuxième meilleur vendeur d’europe après BMW, voilà qui donne le sourire. 

7350 motos vendues, on est dans le même trip que Triumph, KTM, BMW.

Une inversion complète de la tendance.

L’analyse de notre interlocuteur:

« Ce qui fait notre succès c’est la puissance, les performances, la rapidité, le côté racing. On a fait de gros efforts sur les produits. l’ABS, la rigidité des cadres, l’injection séquentielle, une fiabilité quie est maintenant reconnue. On ajoute notre réseau, il s’agit d’endroits de vie, où l’accueil est humain, enthousiaste. On organise des évènements, pas uniquement pour les possesseurs de Harley d’ailleurs, les autres sont les bienvenus. On fait par exemple un rassemblement à Grimaud, 20 000 personnes nous rejoignent! En France, nous sommes les troisièmes meilleurs vendeurs derrière Kawa et BMW. On fait du 18% d’amélioration sur l’an dernier ».  

Voilà donc que la révolution continue.

On se souvient encore avec Francis que dans le fond des concessions Harley, fleurissaient les affiches insultant les motos japonaises.

J’avais d’ailleurs constaté la même chose sur des évènements  comme la plage de Daytona.

 Fini, on est entre gens respectables, et les motos sont toujours…infernalement belles!

DUCATI OU « ITALIA FELICE »

Encore une image politiquement correcte et qui se révèle être du foutage de gueule si l’on se prend deux secondes à réfléchir et à s’informer.

 L’Italie, qui doit rembourser des milliards de dettes, est foutue…

C’est marrant ça, il ya aussi des millions de français (et probablement de ritals) qui ont dans leur vie acheté un appartement… qui se sont collés à ce moment là plusieurs années d’équivalence de leurs revenus en crédit à rembourser… et qui ont réussi à rembourser!

Et un état comme la France ou l’Italie ne pourrait pas faire ce que font ses habitants? Bon, je m’éloigne.

Retour au Salon et aux vraies valeurs.

Je rencontre Thierry Mouterde, Directeur Général de Ducati Ouest Europe.

« Nous aurons cette année une progression de 11%. Environ 4000 motos. Notre argument? Nos motos sont belles, elles sont réfléchies, étudiées, elles ont passé beaucoup de temps en Recherche et Développement (R&D). J’ajoute qu’alors que le segment des hypersportives ne marche pas bien en ce moment, nous, mais c’est l’ADN de la marque, nous sommes persuadés que là est notre avenir. La Panigale 1199 par exemple (photo ci-dessus) qui sera produite en petite quantité à l’usine, nous savons qu’en France nous pourrons en vendre au moins 600! En fait, nos clients, qui ont en moyenne 35 ans et plus,  achètent par passion des motos de caractère et des bicylindres ».

La moto la plus vendue chez Ducati est la Monster. mais on constate aussi que la Diavel et la Multistrada sont de vraies réussites commerciales.

 Et notre directeur nous confirme que les mauvaise résultats de Rossi en Grand Prix de Vitesse ne sont absolument pas négatifs, au contraire, grâce à Rossi, on n’a jamais autant parlé de Ducati!

Et en bien!

Voilà ce que j’ai appelé en titre « Italia Felice ».

 L’Italie heureuse.

Du bonheur en Angleterre, aux USA, en Italie, je vais finir par croire que c’est contagieux…

Confirmation.

C’est contagieux!

APRILIA: ITALIA FELICE (BIS)

 On m’avait dit que chez Aprilia ce n’était pas la joie.

Tiens donc! Les adeptes de la sinistrose auraient parfois raison? raté…

Ici nous sommes dans un très gros groupe, Aprilia, Guzzi, Piaggio, Vespa, Gilera…

Aprilia bien sûr, est très satisfait du succès de son modèle hypersportif RSV4, un bijou qui coûte quand même de 15 000 à 20 000 euros, dans sa version la plus sportive, véritable réplica de celle utilisée par Biaggi en Superbike.

Aprilia et Guzzi sont les cinquièmes vendeurs français, derrière Harley.

On me dit que la marque et ses modèles haut de gamme bénéficient du vieillissement de la population des motards, qui, pour certains, ont donc aujourd’hui un pouvoir d’achat qu’ils n’avaient pas il ya dix ou quinze ans.

Elle (la clientèle) fait aussi preuve de goût, et n’hésite pas à aller rouler sur circuit.

La moto dispose de règlages spécifiques pour cela.

Alors qu’entends-je?

Que les vieux (motards) font marcher le commerce!

Qu’ils font du circuit?

Je me demande quand même si à la télé, les politicards qui hurlent que les vieux ne servent plus à rien  ne nous prennent pas un peu pour des cons…

BMW, LA REVOLUTION PERMANENTE…

Nous sommes à l’entrée du hall 6, tout près du 8.

Ce qui veut dire que la belle histoire, elle est partout!

 Un scooter chez BMW? la marque des « tarmos » purs et durs, des routards compulsifs, des rétifs aux bizarreries… je vais voir Stéphane, un très jeune du « marketing » de la boîte.

« Nous avons déjà fait un scooter, le C1. Original il est vrai. Pour celui-ci, notre mot d’ordre est toujours le dynamisme. On veut garder nos clients traditionnels et il existe dans notre gamme des motos absolument faites pour ces clients là, et nous voulons nous ouvrir à une nouvelle clientèle avec de nouveaux modèles. »

Et le scooter dans tout cela, s’il est une révolution dans la gamme, est aussi une attaque directe contre le fameux T Max de Yamaha, véritable emblême commercial de la marque japonaise, comme on le verra. 

Et là, le savoir faire légendaire de la marque Bavaroise (BMW signifie Bayerische Motoren Werke) va mettre ce scooter à un niveau technique très élevé.

Cet engin, qui sera disponible an mars, bénéficiera d’un moteur (suspendu) très puissant.

Sous la selle, ou pourra loger deux casques, sa conduite sera extrêmement stable, chez BMW on parle de conduite « protégée.    

Et Stéphane de conclure sur la philosophie qui fait la fortune de la boîte.

  » On entend dire ça et là que  l’on est dans une période difficile. Alors viennent  nos atouts habituels, la marque est une valeur sûre, une valeur refuge, qui tient bien la cote à l’occasion, une marque légitimement historique, ce  sont de bons arguments de vente. Je vais vous dire. une BMW, ça rassure….  »

En somme, vive la crise!

Et ça se vend comme des petits pains! Retour au hall 8.

LES PLUS BELLES MOTOS DU MONDE…

Claudio Rizzotto me parle. (Attention lecteur, en italien, on prononce les lettres doubles. le nom de ce monsieur, très chic au demeurant, se prononce donc « ri-t-zotto » et non rizotto… « 

« Quand la famille Castiglioni a racheté la marque il ya douze ans, elle a promis aux descendants du Comte Agusta de faire les plus belles motos du monde. Et je pense que c’est le cas… » 

Il s’agit évidemment des MV  Agusta, descendantes de la formidable lignée qui a vu Agostini dominer le monde entier en courses de vitesse. 

 « Notre progression est simple. C’est plus de 50%! ce qui veut dire qu’en France, nous vendrons 1000 motos. « 

La « Brutale », qui fait la moitié des ventes de la marque, est assez reconnaissable à ses échappements façon tubes de missiles groupés. (Photo ci-dessus). C’est beau comme le grand orgue de Notre Dame!

Notre interlocuteur nous rappelle que le beau n’est pas ruineux, cette Brutale 675 coûte 9000 euros.

Bon, c’est pas donné non plus, mais la « più bella moto del mondo », ça a quand même un prix!

Quant à la F4 RR, qui coûte 23 000 euros, elle représente l’autre moitié des ventes de la marque. La voici.

Je demande évidemment si la beauté peut être aussi fatale… pour un budget, fût-il passionné…

Réponse magnifique.

« Avec la beauté, notre symbole, c’est … la potenza! « 

 La puissance.

Alors oui évidemment, la plus belle du monde et la plus puissante, là, du coup, c’est donné…

LES NIPPONS S’AGITENT…

Le hall 5 est celui des japonais.

Bien évidemment, pas question de les enterrer!

Mais là encore, les codes ont changé.

La moto la plus vendue en France est une japonaise, mais c’est une Kawasaki! La marque tellement associée à la compétition, à l’attaque. Depuis l’apparition de la fameuse H2, que l’on voit avec les motos légendaires du Hall 8, jusqu’aux motos des années 80 qui roulaient au Bol d’Or, en GP!

Kawa était un géant qui produisait des porte avions et qui faisait aussi des belles moto.

Toujours loin des chiffres de vente des autres japonaises!

Mais bon, globalement, les ventes des motos japonaises baissent.

Je vais à la rencontre d’Eric de Seynes, PDG de Yamaha France.

« D’abord des chiffres. Nous avons 18,4% de part de marché en France. Nous sommes leaders partout sauf sur les motos de plus de 125 où effectivement Kawasaki nous bat. Et nos ventes sont effectivement en recul de 10%. Cela dit, parler de motos japonaises en ce qui nous concerne est un peu réducteur. Nous sommes aussi, avec MBK, les premiers producteurs historiques de deux roues français! 

Bon. les bons chiffres cela existe aussi. Le T Max par exemple, (photo ci-dessus) notre scooter amiral de la flotte, se vend à 3800 exemplaires!  Je sais que d’autres marques essaient de nous copier, de nous dépasser, mais côté technique, on se débrouille aussi. l’ABS, par exemple, est monté sur ce scooter. On  installe aussi le tracker, qui permet dans 85% des cas de vol de retrouver l’engin immédiatement. Enfin, je sais que les marques européennes jouent à fond la carte du « classic » et de l’excellence. Alors, sur certains modèles, nous avons créé la gamme premium, avec des ajouts technologiques importants. (Les pots Akrapovic par exemple). Et existe aussi en concession le concept « Yamaha Classic » qui permet de faire restaurer à neuf tout modèle ancien de la marque.

En somme, Éric m’explique que dans certains domaines, Yamaya « italianise » ses motos.

Quand je vous ai dit en début de reportage que nous étions en pleine révolution!

Bon,  si l’on parle de révolution, il faut aller en Chine. C’est parti!

SOLEX ROUGE…

 

Voilà, il ffallait bien s’y attendre, aujourd’hui, Solex est chinois. enfin, fabriqué en Chine.

Ce qui n’a pas empêché un groupe de mes copains d’aller établir u record sur le grand lac salé de Bonneville, ouvrant une catégorie « deux roues-production », record de 32 km/h.

Deux pilotes, il s’agit de deux filles, Marie Pierre Campistron et Christiane Lacour!

Ce E Solex (E pour electrique) a un moteur de 400 w logé dans le moyeu arrière.

Le « range » , le rayon d’action, est de 40 km.

La batterie, démontable, se recharge en huit heures.

Le prix, lui, n’est pas chinois. 1695 euros.

Et la version Solexity, ultra élégante il est vrai, est à 2000 euros.

Le faux moteur à l’avant est devenu un petit coffre. C’est tout mignon.

C’est même à croquer, ce doit être pour cela que ça coûte bonbon!

FRANCE: PEUGEOT EST PARMI NOUS!

Ce n’est pas pour tout de suite, sortie prévue dans un an.

Le concept: Peugeot a des clients qui roulent en auto, qui peuvent en avoir assez des encombrements mais qui veulent garder le confort de l’auto et se rassurent de rouler sur trois roues.

Voici le Metropolis, futur concurrent du M3 Piaggio…

Train avant à double triangulation, ce qui fait gagner un paquet de kilos, pare brise réglable (pour les grands gabarits et les moins grands), clé électronique, frein de parking électrique, alerte électronique de sous-gonflage, compartiment pour deux casques.

C’est sûr, le concept est bien pensé.

Il le faut, car la concurrence, c’est le moins que l’on puisse dire, est déjà très bien installée!

 Le Vivacity en revanche, le scooter électrique de Peugeot, sera  en vente en janvier 2012.

60 km d’autonomie, c’est sûr que la marque a commencé de fabriquer du deux roues électrique en 1996 et que donc, on commence à y avoir une certaine expérience.

Pour se recharger sur les bornes, à Paris par exemple, on pourra le faire sur celles d’Autolib, ce qui fait quelques centaines de points de recharge.

 Le fait d’utiliser des batteries lithium-ion permet de gagner la moitié du poids des batteries, soit 16 kg!

Il dispose d’un coffre avant, enfin on retrouve le vrai esprit scooter!

Il coûte 3990 euros avec un chargeur, 4100 avec deux chargeurs.

Pourquoi deux chargeurs?

Parce que tu recharges deux fois plus vite.

Voilà, autonewsinfo a toujours réponse à tout parce que lecteur, nous sommes aussi curieux que toi!

Jean Louis Bernardelli

Photos : Philippe Hortail  et Gilles Gaignault

Moto - Divers Salons Sport

About Author

gilles