DAKAR 2012 : LES NOUVEAUX DEFIS DU TEAM D’ANDRE DESSOUDE

 

Le Team Dessoude ?

Une sacrée belle équipe.

Un Team qui a de la gueule…

On s’en est encore aperçu ce mercredi matin, lors de la présentation du Team que manage avec talent André Dessoude, l’infatigable préparateur de Saint-Lô, dans la Manche.

Lequel va s’embarquer dans quelques semaines pour son … 30ème Dakar !!!

C’est dire si la bande à ‘’ Dédé ‘’ fait partie des meubles de la prestigieuse épreuve, comme le reconnaissait et fort justement, Xavier Gavory, le coordinateur chargé des relations avec les concurrents, chez ASO et présent à cette présentation.

C’est au cœur du domaine de Galicet et situé à Freneuse dans les Yvelines, chez les frères Wambergue, illustres champions en sports mécaniques et notamment, lors des Dakar Africains, que l’équipe Dessoude 2012, nous a été présentée. Avec ses nouvelles voitures ‘’ Made in Saint-Lô ‘’

En 2012, le Team Dessoude fêtera donc, répétons-le, ses 30 années de participation au Dakar.

Une date anniversaire qui coïncide donc avec un réel renouveau au sein de l’équipe Saint-Loise qui alignera sur l’épreuve de référence, pas moins de trois nouveaux véhicules ‘’ Made in Dessoude’’.

Les Protos, ‘’ N011’’ et ‘’Atacama’’ ainsi que le nouveau buggy Oryx Diesel, participeront pour la première fois, à ce grand rendez-vous.

Pour André Dessoude, plus jeune que jamais et toujours aussi enthousiaste et passionné, ces nouveaux challenges sont extrêmement motivants.

‘’Notre équipe montera en puissance cette année avec, certes, de nouveaux véhicules mais avec des produits de grande qualité.’’

 

Et, il enchaîne :

‘’C’est à Christian Lavieille que nous avons choisi de confier le dernier né… le Proto N°11. Une voiture de pointe, conforme à la réglementation 2012 et qui dispose d’un moteur de série Nissan 3.7l. Bien équilibrée, elle dispose d’un rapport performance/poids tout à fait intéressant. Une belle auto et un bon équipage qui tentera de déstabiliser l’armada BMW et il y aura fort à faire compte tenu du contingent aligné par l’équipe allemande. L’implantation moteur posait les plus grosses questions mais après les essais effectués, nous n’avons pas à avoir de complexes. Comme à notre habitude, nous ferons une course « sage » en gérant au fur et à mesure car le Dakar n’est jamais une affaire bien simple… Je suis malgré tout très confiant car en 2011 cette stratégie avait payé et Christian avait terminé 8ème sur un véhicule moins performant.’’

André poursuit :

‘’ Deuxième nouveauté, le Proto Atacama qui sera piloté par Frédéric Chavigny. J’ai été très agréablement surpris par les premiers tests. Le châssis est vraiment super et la voiture «facile» à piloter. L’objectif pour cette première sortie en course est, avant tout, de terminer. Pour Frédéric, cette édition du Dakar marque son entrée dans la « cour des grands » avec le passage de la catégorie T2 au T1 !’’

Et, il poursuit :

‘’ Le buggy Oryx Diesel deux roues motrices, fera aussi son premier Dakar. Après la récente participation au Silk Way en juillet dernier où nous avons travaillé sur la fiabilisation et les réglages, notamment des suspensions, je suis confiant car ce buggy est performant. L’ensemble est très homogène et un bon résultat est envisageable. D’autant plus que nous avons fait appel à Thierry Magnaldi pour le piloter. Thierry dispose d’une grosse expérience en deux roues motrices et sait s’adapter pour gérer au mieux sa course.’’

Avant de conclure :

‘’ Isabelle Patissier sera des nôtres pour la troisième année consécutive. Sur le buggy Oryx, version essence, elle tentera de faire au moins aussi bien qu’en 2011. Isabelle connaît sa voiture sur le bout des doigts. Toujours navigué par Thierry Delli Zotti, cet équipage est solide et expérimenté. Là aussi, un très bon résultat n’est pas utopique et je sais que ces deux-là se battront jusqu’au bout.‘’

Enfin,  André évoque ‘’ l’exotisme ‘’ du Team avec le cinquième membre, un Chinois :

‘’ Zhou Jihong sera au volant du Proto N05 et navigué par un co-équipier chinois. Même si nous connaissons la voiture par cœur, nous devrons nous adapter. Il faudra leur apprendre à gérer la mécanique et nous nous appliquerons à gérer les hommes sur un rallye aussi exigeant.‘’

 

André évoque aussi l’assistance.

‘’ En marge des cinq voitures de course, nous aurons cinq camions d’assistance présents sur le terrain, quatre T5 et un camion T4 engagé en course, piloté par un homme d’expérience. Ces nouveaux véhicules représentent beaucoup d’investissement autant financier qu’humain. Je pars cette année sans pression car quoiqu’il se passe, la course reste la course et il impossible d’en maîtriser tous les paramètres. Mais les voitures me plaisent beaucoup et le moral est bon ! »

La voiture leader portera le N° 306, celle du duo Christian Lavieille – Jean-Michel Polato, avec le tout nouveau Proto Dessoude

Le tandem Christian Lavieille – Jean Michel Polato abordera cette nouvelle édition du Dakar avec une voiture de niveau ‘’ usine’’.

Un tout nouveau bolide sorti des ateliers Saint-Lois et qui plait déjà beaucoup au pilote varois.

‘’ Je suis conscient de la chance que j’ai de pouvoir rouler dans une telle auto et je tiens à remercier très sincèrement André Dessoude de me faire une nouvelle fois confiance. C’est une voiture formidable, très équilibrée que j’ai découvert il y a tout juste une petite semaine lors du déverminage sur la piste du Creusot. A son volant, tout devient facile et tout va très vite … La motorisation est excellente et le comportement est tout simplement bluffant dans le cassant. Son niveau d’efficacité est très surprenant. Je me suis senti à l’aise tout de suite et j’ai pris beaucoup de plaisir à découvrir ce nouvel engin. Mais je reste lucide car ce qui nous attend dans quelques semaines ne sera pas une promenade. Sur le papier, nous disposons d’une voiture plus performante qu’en 2011 mais le Dakar reste le Dakar et la prudence est de mise. Il faudra rouler intelligemment et sagement car je pense que de très nombreux pièges nous seront tendus, y compris sur les dernières étapes. Nous n’avons pas encore de recul en compétition et il est pour le moment difficile de se situer par rapport à la concurrence. Nous disposons de beaucoup d’atouts, à nous de les exploiter pour faire un bon résultat…’’

L’autre nouvelle voiture dénommée Proto Atacama arborera le N° 329 et sera confiée à la paire Frédéric Chavigny – Jean Brucy

Spécialiste du T2, Frédéric Chavigny se lancera sur le Dakar 2012, un nouveau défi en passant à la catégorie T1 sur le nouveau Proto Atacama.

Vainqueur de la catégorie T2 essence sur les trois dernières éditions, Frédéric, toujours navigué par l’ancien motard, Jean Brucy, devra s’adapter à ce nouveau bolide pour atteindre son objectif, découvrir Lima…

« Le nouveau bébé a l’air bien né ! Le Proto Atacama est très agréable à piloter et son comportement est très sain. La prise en mains tout dernièrement sur les pistes de Château Lastours près de Narbonne, s’est remarquablement bien passée et n’a posé aucun problème, je me suis senti très rapidement à l’aise. Ce superbe Proto devrait donner de beaux résultats sur un parcours qui s’annonce pourtant difficile et, notamment, les quatre dernières étapes. Je ne serais pas surpris que 65 à 70 % des équipages engagés en course ne passent pas la Cordillère des Andes. Fini le T2 et plus de podium à espérer…mais j’aborderai cette course de façon différente. Si un bon résultat au classement général est au bout du chemin, je ne serai pas mécontent. Les surprises, bonnes ou mauvaises, sont toujours possibles. En attendant, je suis très content de ce nouveau challenge. »

La ‘’ féminine’’ de la bande, Isabelle Patissier, toujours naviguée par Thierry Delli Zotti sur le Buggy Oryx est tout aussi enthousiaste :

Deuxième du classement deux roues motrices en 2011, Isabelle Patissier affûte ses armes à quelques semaines du départ. Thierry Delli Zotti, son navigateur et fin spécialiste en mécanique, peaufine les détails.

« Notre avantage cette année… connaître le véhicule à la perfection. Nous savons parfaitement ce qu’il faut faire ou pas et connaissons bien les réactions de l’Oryx. Ce point me rend déjà plus confiante. Côté parcours, le sable, sous toutes ses formes, semble être au programme. Avec un buggy, le sable, si tout se passe bien, c’est formidable ! Par contre, si nous commençons à nous ensabler, cela peut durer des heures… C’est un peu la loi du tout ou rien. Il faudra donc rester très vigilant sur ces étapes, sans doute très piégeuses, et surtout être dans le bon wagon. Sur le début, tout sera question de dosage. D’un côté, il faudra être patient, ne pas se précipiter et de l’autre, ne pas être trop loin. Ce qui est certain, c’est que nous ne lâcherons rien car la concurrence est féroce et ça risque de pousser très fort derrière. Le plus du Dakar cette année…la découverte d’un nouveau pays, le Pérou. J’ai hâte d’être en Argentine pour le début de la course bien sûr, mais aussi pour l’ambiance et l’accueil qui nous sont réservés à chaque fois. »

Nouveau venu chez les ‘’ rouges ‘’ Thierry Magnaldi navigué par François Borsotto, avec l’autre Buggy Oryx.

Pour piloter ce nouveau buggy Oryx Diesel, André Dessoude a en effet effectivement fait appel à une vieille connaissance du monde du rallye raid, Thierry Magnaldi.

Après une belle carrière sur deux roues, Thierry s’est forgé une solide réputation dans la catégorie deux roues motrices. Une « spécialité » qu’il aura à cœur d’exploiter sur ce nouveau buggy.

« Je suis tout simplement super heureux ! Je n’avais jamais roulé pour André Dessoude et quand il m’a contacté pour me parler du projet Dakar avec l’Oryx, j’ai été très touché qu’il pense à moi. J’ai pu voir évoluer l’Oryx sur le Silk Way et la voiture semble très performante bien qu’elle soit récente. Elle dispose de plus de couple et de puissance que la version essence. Je pense que nous pouvons travailler efficacement sur ce produit pour le faire encore évoluer. En tous cas, c’est ce que je m’efforcerai de faire en mettant à profit mon expérience des deux roues motrices pour avancer dans le bon sens. Je suis très motivé et l’expérience commune avec François Borsotto, nous permettra sans doute de gagner en efficacité. J’ai roulé sur le Dakar version sud-américaine en 2009, mais je m’aperçois que le parcours a bien évolué depuis. Le Pérou, c’est sans doute le piège… J’y ai roulé en moto à la fin des années 80 (Incas Rally) et cela m’avait profondément marqué et j’en garde un excellent souvenir. Mais sur un Dakar, l’appréciation peut être bien différente ! Mon objectif : aller au bout et ne pas décevoir la confiance qu’André Dessoude m’accorde. »

Enfin, le Team Dessoude, alignera l’équipage Zhou Jihong – Liao Min, avec le Proto Dessoude 05

Après le Silk Way Rally, Zhou Jihong devra à présent affronter les difficultés du Dakar.

Au volant du Proto 05, le pilote Chinois devra se montrer patient pour espérer atteindre Lima. Une voiture pointue qui bien menée peut faire un excellent résultat. L’expérience manquera peut-être un peu à cet équipage venu de l’empire du milieu mais en écoutant les conseils avisés du « patron », le chemin pourrait peu à peu s’ouvrir vers le pays des Incas…

Comme on le constate, en l’absence de l’armada VW, victorieuse des trois dernières éditions, face au Team BMW X Raid qui fait désormais figure de grandissime favori avec sa meute des protos BMW et Mini, le Team Dessoude, espère bien tirer son épingle du jeu.

Et bien améliorer, la très belle 8ème place prise le 15 janvier 2011 à Buenos-Aires par Christian Lavieille !

Gilles GAIGNAULT

Photos : Alain ROSSIGNOL- Johan SAGNE- DPPI

Dakar

About Author

gilles