SCORPION MASTER A ALES : MAESTRO ET MAESTRIA

Le Maestro est Serge Nuques, qui réussit le tour de force, entre un paquet de Champions du monde et une montagne de Champions de France, à devenir le meilleur pilote moto toutes disciplines confondues, trial, enduro, supermotard et vitesse….

La Maestria est celle du Pole Mécanique d’Alès, dirigé par Laurent Corric,  qui avec le moto club éponyme, fort de ses quarante membres, a réussi pour la deuxième fois à monter le coup moto de l’année!

Malgré un temps peu encourageant, le public a suivi. 18 000 spectateurs l’an dernier, probablement 20 000 cette année, ce Scorpion Masters est décidément un coup de tonnerre!

LA BANANE ET RIEN DE PLUS…

La banane, c’est le sourire qui fend le visage d’une oreille à l’autre. La foule que vous voyez ci-dessus est juste celle qui fait la queue pour les  casse-dalles. Vous imaginez le peuple tout autour du circuit?

C’est ce qui fait venir le public. Le bonheur. Qui plus est, et cela ajoute au bonheur, l’entrée est gratuite, et cela fait de cette épreuve un vrai nouveau concept d’organisation.

Qui rejoint au gotha des motards des histoires aussi belles et originales que le Supercross de Genève, qui reste probablement la plus belle fête de l’année.

Citons aussi dans les incontournables l’Evènement de l’Année au Paul Ricard, concept très original mais totalement différent, où c’est le public qui roule en piste, sans oublier bien sûr le Supercrosse de Bercy.

Le bonheur est aussi ce qui fait venir les pilotes.

Soyons clairs.

Aujourd’hui, aucune organisation classique ne pourrait s’offrir un tel plateau de vedettes mondiales.

Le secret est encore une fois le bonheur.

Les pilotes acceptent de venir gratuitement!

Les meilleurs pilotes Français et maintenant européens de toutes les grandes disciplines de la moto, qui, une fois la saison finie, ont envie de rouler juste pour leurs fans et pour leur plaisir.

Un exemple?

Johann Zarco. Vice-champion du monde en Championnat du monde de vitesse catégorie 125. Il est venu.

Et il a pris un plaisir gigantesque.

Le héros Français de la saison des GP, encore blessé à la main depuis son accident de Valence, et qui doit rouler pour  son nouveau Team JIR la semaine prochaine, est venu courir sur une 125 Aprilia amoureusement et magnifiquement préparée par un groupe d’amis.

La veille du jour J, était prévue une séance d’essais de 14 à 17 heures. Premier en piste, dernier en piste, Johann a roulé pendant trois heures sans discontinuer.

Avec la banane….

DREAM’S DAY….

PHOTO DE FAMILLE... UNE PETITE CENTAINE DE TITRES!

Cinq épreuves au programme, 36 pilotes au départ, on attaque au petit matin par le trial.

Un truc étonnant. la veille, les pilotes sont allés reconnaître les zones du trial et de l’enduro à pieds.

Étonnant de voir des mecs comme Chambon, capable de glissades de folie à plus de 100 km/h, nous dire à quel point l’enduro le gave parce qu’il n’y arrive pas. Il est vrai que les motos aujourd’hui sont hautes comme des girafes et que Boris n’est pas haut comme une girafe…

Louis Rossi, autre héros Français des GP125, qui était il ya quelques jours  à Valence en première ligne, avec trente fous furieux derrière, nous dit « j’ai peur! ».

Voilà, j’aurai vécu ça, un immense champion qui, l’espace d’un instant, redevient un humain.

Il faut aller à Alès pour ça, et nulle part ailleurs!

Le trial fait peur à tout le monde, sauf les trois Champions de France et du Monde qui sont là.

Les pilotes de vitesse n’en menaient pas large, sauf peut-être Julien Da Costa, vainqueur des 24 Hures du Mans et qui pratique la zone pour s’entraîner aux situations délicates…

Voici la Championne du Monde d’Enduro, Ludivine Puy, une fille qui n’a peur de rien, qui est capable de rouler pendant une semaine aux ISDE avec un pied à moitié cassé et qui, en bas de  zone, se sent toute chose…

Bon, elle assure. La preuve ci-dessous…

LUDIVINE PUY

Ce sont les trialistes qui ont ouvert l’épreuve. peut-être pour montrer aux autres ce qu’il faut faire!

Les trois sont bien entendu passés à zéro, il faut donc comprendre ici qu’ils n’ont eu aucune pénalité, et pour les départager, Bernard Estripeau, qui a tracé les zones, a proposé de les faire au chrono.

Fujinami, surnommé Fujigas, a été fidèle à sa légende. Au guidon de sa moto d’usine, une Montesa préparée chez Honda, un bijou technologique à plusieurs centaines de milliers d’euros, il gagne magnifiquement la première course de la journée.

TAKASIHA FUJINAMI ALIAS FUJIGAS!

ENDURO… DUR DUR!

Commentaire de Loris Gubian, Champion de France de trial, après l’enduro… « Rapide, ça roule bien »

Commentaire d’un autre pilote, Champion du Monde d’une discipline très différente, dont nous ne donnerons évidemment pas le nom… « Comment est ce qu’on peut aimer cette connerie?

Tu te fais peur partout, tu te fais souvent mal,  et tu te chies dessus grave! ».

Et pourtant il est venu. parce que ce mauvais moment passé, il prendra un pied monumental tout au long de la journée, comme tous ses brillants camarades!

Le vainqueur de l’enduro, au milieu d’une meute de Champions du Monde de la spécialité, est Pierre Alexandre Renet.

PIERRE ALEXANDRE RENET

Il est  Champion de France d’Enduro et aussi brillant pilote de cross, il a roulé en Motocross des Nations pour l’équipe de France.

Voilà un garçon qui a réussi à garder son sang froid.

On s’aperçoit en fait que tous ces Champions, qui sont bien sûr venus pour le plaisir, sont quand même un peu pétrifiés quand c’est leur discipline qui est à l’honneur. Certains s’en sortent bien, comme en trial, d’autres…moins bien…

Un coup de chapeau ici à Fred Bolley, double Champion du Monde Motocross, qui, alors qu’il peut gagner au général, va perdre toute chance  dans l’épreuve suivante, le Supermotard. Il est alors  en tête de la course va  aller mesurer le gravier à quatre pattes.
Avant cet incident, il a été brillantissime.
Après, il sera d’une suprême élégance, malheureux d’être tombé, mais franchement content d’avoir été de la fête.
Fred, merci d’exister!
FRED BOLLEY

SUPERMOTARD DE SUPERS MOTARDS!

Jamais, où que ce soit sur la surface du globe,  un super motard n’a vu autant de titres mondiaux au départ!

Y compris dans la discipline dont par exemple Adrien Chareyre, vainqueur du Scorpion Master l’an dernier, est quatre fois Champion du monde!

ADRIEN CHAREYRE

Cette épreuve va en fait être celle des pilotes de cross!

Fred Bolley l’a menée pendant plus de la moitié, puis il chute, et  après une lutte au couteau avec Sylvain Bidart, c’est Yves Demaria qui l’emporte.

Yves qui me dira après la course faire encore un supermot’ par an mais pas plus.

Voilà, le talent, intact,  d’un multiple Champion du Monde de cross, en individuel et en équipe puisqu’il faisait partie de l’équipe de France la seule fois où elle a gagné le Motocross des Nations.

YVES DEMARIA

 VITESSE DOUBLE

Nous l’avions repéré aux essais de la veille, formidable de puissance et de précision, auteur de terrifiants freinages.

Julien Da Costa, vainqueur des 24 Heures du Mans, est venu avec un talent gigantesque et une moto superbement efficace et puissante.

JULIEN DA COSTA

Aux essais, Zarco a fait un temps meilleur que le sien mais Johann court sur une 125 hyper affutée qui sera ultra-dépassée au départ!

On assiste alors à deux types de courses totalement différentes.

Johann qui prend un angle démoniaque en courbes, qui passe la ligne droite la tête dans la bulle, mais qui se fait passer par quinze motos au départ!

Ensuite, il remonte bien sûr mais les courses de vitesse ne durent que sept tours. Ce sont plus des sprints que des courses.

Génial d’ailleurs, spectacle démentiel parce que tout du long, les coureurs sont quasiment en paquet!

Il ya deux courses de vitesse au programme, pour que les pilotes de tout-terrain ne soient pas avantagés.

Zarco a fait ce que 20 000 spectateurs sont venus voir. Du Zarco, sublime! pas à dire, ce type est à la fois une crème de pilote et une crème de mec.

Mais le double vainqueur est Da Costa.

Pas une faute. Pas une hésitation. Un vrai Champion. Zarco n’est pas loin derrière; mais Da Costa est clairement vainqueur.

La journée se finit comme elle a commencé, de façon divine. les milliers de spectateurs font un triomphe à tous ceux qui sont venus.

SERGE NUQUES

Au classement général, Serge Nuques est donc vainqueur.

Il a été en bagarre jusqu’au dernier tour de la dernière course de vitesse avec Chareyre mais il tient bon.

Voilà, il reçoit en prime de victoire une magnifique Yamaha FZ8 qu’il met en route sur le podium avec un « burn out » fracassant.

Serge, outre le fait qu’il est un vrai champion, titre Français en enduro, titre Français en Rallyes Routiers, Podium au Bol d’Or,  et cette année vainqueur du Scorpion Master est aussi Chevalier de Groland et doit rester fidèle à son image de déconneur total.

Fin de journée en apothéose!

Et bien entendu, rendez vous l’an prochain au Pole Mécanque d’Alès, devenu aujourd’hui l’un des centres mondiaux de la moto!

Jean Louis BERNARDELLI

Photos : Organisation.

Motocross Sport

About Author

jeanlouis