F1 : 3ème VICTOIRE POUR LEWIS HAMILTON QUI S’IMPOSE A ABOU DHABI

 

Lewis Hamilton et sa McLaren-Mercedes ont enfin retrouvé le chemin de la victoire de dimanche sur le circuit de Yas Marina, à l’occasion du Grand Pri d’Abou Dhabi

La Ferrari de Fernando Alonso et la seconde McLaren-Mercedes de son partenaire et ami Jenson Button complètent cet inattendu podium !

Inattendu car il est bien rare de ne pas y trouver l’un des deux pilotes de l’ogre  Red Bull-Renault

En effet, Sebastian Vettel, tout récemment sacré Champion du monde pour la seconde année consécutive et auteur de la pôle la veille, sa 14ème cette saison, a incroyablement abandonné au bout de quelques centaines de mètres dès le virage n°2 et sur un problème mécanique, une rupture de capsule de frein sur la roue arrière droite.

Vettel hors course, la piste était donc dégagée pour Lewis Hamilton. Lequel déçu de ne pas avoir obtenu la pôle en Q3 alors qu’il avait réalisé le meilleur temps en Q2, meilleur chrono absolu d’ailleurs, avait annoncé samedi vouloir tout faire pour sortir en tête du 1er virage..

Eh bien, il s’est bien retrouvé au commandement mais un virage plus loin après l’abandon surprise de l’ogre Vettel

Ne commettant absolument aucune faute, l’ancien Champion du monde 2088, n’a jamais été inquiété et Lewis Hamilton a donc remporté ce dimanche ce Grand Prix d’Abou Dhabi, 18ème  et avant-dernière épreuve de la saison 2011, en précédant Fernando Alonso et Jenson Button.

Il s’agit de la 17ème victoire de sa carrière pour le champion Britannique  de McLaren.

A l’arrivée, le vainqueur du jour explique :

 »  Le résultat est simplement fantastique. Je suis généralement mon premier critique, je suis toujours dur avec moi-même lorsque je fais des erreurs, mais je pense avoir tout optimisé durant cette course. Être capable de tenir ce rythme sous une pression constante et ne pas faire d’erreur est très satisfaisant. C’était l’une des plus meilleures courses de ma carrière. Pendant la majorité de la course, j’ai surveillé mes pneus et tâché de maîtriser l’écart avec Fernando. C’est un pilote si fort. Il ne vous laisse jamais un centimètre. Avoir Jenson à mes côtés sur le podium est formidable, pour moi, pour lui et toute l’équipe. L’écurie a réalisé un excellent travail tout le week-end. »

Après avoir égalé samedi le nombre de poles (14) record que detenait le Britannique Nigel Mansell depuis la saison 1992 qui l’avait vu deveir Champion du monde au volant de la Williams-Renault, Vettel n’a pas égalé  ce dimanche le record du nombre de succès en une saison (13) détenu lui par son compatriote Michael Schumacher, depuis 2004.

Parti comme il en a l’habitude comme une fusée au volant de sa très fiabble Red Bull-Renault,  Sebastian Vettel, seul pilote parmi les cadors à ne pas avoir abandonné cette saison, était le grandissime favori à sa propre succession sur le circuit de Yas Marina, surtout après la superbe pôle position décrochée la veille au bout, on l’a dit, d’une séance de qualification extrêmement serrée.

Mais si le Champion du monde 2011 semblait en mesure de l’emporter, Lewis Hamilton demeurait un adversaire  sérieux candidat à la plus haute marche du podium !

Précédé on le répète de 0’’141 pour la pôle, Hamilton s’élançait pour la gagne…

Vettel out, le natif de Stevenage s’est fort logiquement comporté en leader, s’envolant vers sa troisième victoire de la saison après avoir triomphé à Shanghai au GP de Chine puis au GP d’Allemagne.

 

Et si la Ferrari de Fernando Alonso ,  la McLaren-Mercedes de son pote Jenson Button et l’autre Red Bull-Renault de Mark Webber, ont bien tour à tour, occupé la tête, ces trois monoplaces et leurs pilotes le doivent uniquement au premier arrêt aux stands du Champion du monde 2008.

Comme lors des essais libres puis de la séance des qualifications, les pneumatiques « tendre » ont été les meilleurs alliés des pilotes sur la piste de Yas Marina, surtout en début de course, lorsque le soleil et la chaleur étaient bien présents.

Lorsque la nuit faisait on apparition, les pneumatiques « medium » étaient chaussés.

Chez McLaren, la stratégie choisi était d’effectuer deux arrêts. Mais Lewis Hamilton a attendu son deuxième pit stop, au 41e tour des 55 tours pour les monter.

Des lors avec des gommes neuves, le GP ne pouvait plus lui échapper. Et Lewis franchisait en beau vainqueur le drapeau à damiers

Derrière le pilote McLaren, la bataille pour le podium a fait rage entre Alonso, Button, Webber et même Massa.

Si l’Espagnol s’est rapidement mis hors de porte de ses rivaux se positionnant  en dauphin d’Hamilton, la lutte pour l’accompagner sur le podium, a été très  chaude et fort disputée.

Button et Webber se sont d’ailleurs offert une formidable passe d’armes dont l’ancien Champion du monde en 2009, est finalement sorti vainqueur.

Gêné par un problème avec son KERS, il a dû défendre âprement sa place de dauphin et jusqu’aux derniers tours face à  un Mark Webber, mal parti mais incisif en fin de GP.

L’Australien a d’abord dû batailler avec la Ferrari de Massa, avant de lutter avec Button pour se positionner à cette troisième place, signant trois meilleurs tours de piste consécutifs.

Mais une plus que curieuse stratégie à trois arrêts l’a au final privé de cette 3ème place sur le podium, amplement mérité.

Rejoignant son stand dans le dernier tour, il changeait ses pneumatiques et de ce fait l’Australien ne pouvait empêcher Button de lui subtiliser cette place sur le podium

De ce GP, on retiendra outre la victoire d’Hamilton, que pour la la première fois depuis… 19 Grands Prix, aucune monoplace Red Bull, ne figure parmi les trois premières et que par conséquent aucun de ses deux pilotes n’est grimpé sur le podium.

Vettel  raconte sa mésaventure :

« A la sortie du premier virage, tout semblait bon, et en tournant dans le deuxième, j’ai senti quelque chose d’étrange dans l’arrière droit de la voiture. J’ai dû la rattraper in extremis, mais la deuxième fois, je n’ai pas pu, car j’avais perdu trop d’air dans le pneu arrière droit. J’ai subi une crevaison et déjanté. Quand je suis revenu au stand, les dégâts sur la suspension nous ont empêchés de reprendre la course. Nous n’aurions rien pu faire de mieux ce week-end, nous devons juste trouver ce qui a causé la crevaison. J’ai pris un bon départ et j’étais très content de la voiture jusque là. Perde la course si tôt, ici, ça fait mal. Nous n’aurions pas pu faire plus, donc après ça, j’ai saisi l’opportunité d’apprendre en suivant la course sur le muret des stands. »

Quant à Christian Horner, le boss de l’équipe Red Bull-Renault, il précise :

« Après une formidable qualification, nous avons vécu une course frustrante. Sebastian a pris un départ parfait et avait une avance évidente dans la première courbe, et une chute de pression instantanée dans le pneu arrière droit l’a transformé en pur et simple passager. Les dégâts causés sur la suspension ne nous ont laissé d’autre choix que de retirer la voiture de la course. Pour Mark, c’était un combat serré avec Jenson. Lors du 1er arrêt au stand, nous avons eu un problème d’écrou sur la roue, ce qui la fait perdre une place au profit de Felipe Massa. Nous avons alors opté pour une stratégie à trois arrêts. C’était notre seule opportunité pour reprendre Massa et le battre, et avoir l’occasion de dépasser Jenson. Malheureusement, il ne restait plus suffisamment de tours pour creuser un écart suffisant, mais ça valait le coup d’essayer, puisque Mark pilotait très bien. Au final, la 4ème  place était la meilleure que nous pouvions accrocher. Sur un circuit qui nous a parfaitement réussi les deux dernières années, c’est frustrant de subir notre 1er  abandon de la saison à cause d’un problème de pneu. »

Le prochain et ultime Grand Prix 2011, celui du Brésil, se déroulera dans deux semaines à Sao Paulo sur le circuit d’Interlagos

Christian COLINET

Photos : Teams – Pirelli et Red Bull

F1 Sport

About Author

gilles