GT TOUR : LA SAISON FINIE, LA PAROLE EST A DOMINIQUE ROGER

 

 

Dominique Roger n’est pas un élu de la FFSA (Fédération Française du Sport Automobile).

Son métier ?

Homme de management, de technique et de communication.

Effectivement, il y a plus de 30 ans, depuis 1979, que Dominique traîne ses guêtres sur les circuits et les rallyes automobiles. Par conséquent, il a une bonne connaissance de la course et une vision éclairée.

C’est la raison pour laquelle il fut désigné, à la naissance du GT Tour : Comme Coordinateur général par la FFSA .

Cette année, Dominique Roger avait trois casquettes. Celle de Président de la commission du Championnat de France des circuits. Celle aussi de coordinateur Général du GT Tour. Celle enfin sur les courses de coordinateur de meeting

A la suite des multiples polémiques ayant entaché cette première saison du GT Tour et dont autonewsinfo, s’est largement fait échos en donnant la parole successivement à Olivier Panis, Patrick Bornhauser, Éric Debard, Jean-Philippe Grand et au Team Larbre, autonewsinfo, au soir de l’ultime course sur le circuit Paul Ricard, a donc souhaité rencontré Dominique Roger pour dresser le bilan de ce 1er GT Tour FFSA.

Ce dernier ayant pris au fil des semaines connaissance des différents commentaires des pilotes et concurrents mécontents du GT Tour et publiés on le répète par autonewsinfo

Dominique fait immédiatement un petit retour en arrière

‘’ En fait, les soucis ont commencé en 2010 à cause du règlement GT3 . Avec d’un côté, le GT3 FIA Europe et de l’autre le Championnat de France GT qui en devenait l’émanation. Sur les circuits de l’hexagone, c’était la première fois que le Championnat GT allait se dérouler sur une seule catégorie, le GT3. Car auparavant il mêlait GT1, GT2 et GT3. On se souvient que déjà en 2010, bien des incompréhensions avaient vu le jour, suite aux équivalences de performances, le décalage des calendriers FIA, FFSA ne nous a pas permis d’utiliser a 100% les fameux BOP (Balance of performances ) de la FIA. De plus pour eux c’était également une première, 51 décisions dans l’année ont été effectuées par le Bureau Permanent GT FIA !! contre 21 pour le même Bureau en FFSA.

Pour 2011 nous avons décidé avec Oreca d’utiliser 100% des décisions FIA (2 décisions ont été effectuées par la FIA en 2011 )

Dominique poursuit :

‘’  Oreca le nouveau promoteur a souhaite modifier le schéma des courses , tout en conservant les deux heures de courses de 2010. 1ere course de 1H15 et 2eme course de 45 minutes. Création également des « Super Pôles « Le but étant de promouvoir le spectacle « Ravitaillement essence « etc ‘’ ….

Mais cela a engendré l’usure des pneus sur certaines voitures !!

Et, Dominique explique :

‘’ La FIA avait, elle, déterminé les BOP en fonction de son règlement (schéma des courses) et des performances des voitures, vu avec les constructeurs et les manufacturiers (Dunlop-Michelin). Cela avait donné un type de pneu, le S8 H ou G.’’

Arrive la première course, Lédenon.

Et les premiers remous !

Dominique reprend :

‘’ Il s’avère que les Porsche (Pro GT – Larbre – Gache) sont victimes d’une usure excessive des gommes, du coup ils font observer leurs pneumatiques par Michelin. Lequel recommande alors à la FFSA pour la suite de la saison d’augmenter le nombre de pneus « joker » passant de 2 à 4 par demi-saison. Chaque Team ayant droit à 3 trains (essais libres – chrono – courses)’’

Évidemment, on assiste au tollé des autres concurrents, certains considérant qu’on changeait la donne en cours de saison.

Mais la FFSA et Michelin leur répliquent que c’est ‘’par un souci de sécurité’’ et d’équité sportive

Arrive Dijon, où de tout temps les pneumatiques ont posé problème. Là, les techniciens de Michelin annoncent qu’il sont sceptiques sur la tenue des pneus.

La FFSA et son promoteur, prennent la décision sur les conseils de Bibendum de rajouter 2 pneus supplémentaires aux 12 pneus réglementaires pour Dijon, et seulement pour Dijon

Et ces pneus supplémentaires sont offerts à tout le monde, à toutes les équipes. Par la FFSA et Oreca

Rebelote, c’est de nouveau la grogne !

On entend

‘’ Vous nous faussez nos stratégies, on avait économisé nos pneus’’ !!!.

Dominique nous raconte :

‘’Nous avons réplique ‘la sécurité prévaut sur toute stratégie de courses’.

Venons-en maintenant au problème de Safety car.

A Ledenon, la Safety Car ne s’est pas placé devant la bonne voiture.

Dominique enchaine :

‘’C’est vrai, mais il y a une explication. Cela est dû à une panne informatique temporaire, et la direction de course, n’a pas pris effectivement les mesures nécessaires.’’

Restent les officiels.

Dominique Roger lâche à ce sujet :

‘’Il faut quand même rappeler que l’ensemble des officiels présents sur le GT Tour sont ceux qui officient en Super Série FFSA depuis 5 ans ! Seraient-ils subitement devenus très mauvais en 2011 ?’

Et il poursuit :

 

‘’Présent au Paul Ricard, Daniel Poissenot, Directeur de ce dernier meeting et habituellement directeur des LMS (Le Mans Séries) et aussi des très prestigieuses 24 heures du Mans m’a dit à la sortie du Briefing :

’’Je suis très étonné de l’agressivité générale des concurrents et des Team Managers’. Cela démontre que le climat général n’est pas bon.’’

En conclusion, après avoir fait l’état des lieux, il faut pour 2012 redonner confiance aux Teams et aux Pilotes, comme aux Officiels.

Il y a une cassure, c’est évident.

Alors comment y remédier ?

Dominique Roger conclut :

‘’ Nicolas Deschaux, Président de la FFSA, m’avait recruté pour une mission. Coordinateur général du GT Tour. Désormais, au cours de l’intersaison, ma mission va consister à convaincre l’ensemble des acteurs de cohabiter intelligemment, de modifier les règlements pour satisfaire un plus grand nombre et présenter un calendrier attractif .Je vais prendre mon bâton de pèlerin, tout l’hiver, ayant pris conscience des lacunes après en avoir discuté avec tous les protagonistes. Nous avons un grand promoteur, des supers autos, de belles équipes et d’excellents pilotes. Il n’y a pas de raison que ce GT Tour ne soit pas un succès. D’ailleurs pour la der au Paul Ricard, le GT Tour a rencontré un énorme succès populaire. Certes, la présence des 2 Rallymen, les deux Seb, Loeb et Ogier, y est sûrement pour quelque chose, mais pas seulement. Tous les circuits ont cette année été très bien fréquentés.’’

Conclusion ?

Avec un petit effort de chacun, on doit pouvoir repartir sur de bonnes bases en 2012.

Et la seconde édition du GT Tour sera une grande réussite.

Propos recueillis par Gilles GAIGNAULT

Photos : GT Tour – Raymond Papanti – Christian Thomas – Jean Marc Dupuy

 

GT Tour Sport

About Author

gilles