GT TOUR : ANTHONY BELTOISE-LAURENT PASQUALI, NOUVEAUX CHAMPIONS DE FRANCE 2011

 

 

Leaders du Championnat de France GT et ce depuis le deuxième meeting de la saison, la paire formée cette année par Anthony Beltoise et Laurent Pasquali n’a pas tremblé le week-end dernier, lors de la finale, disputée sur le circuit Paul Ricard dans le Var.

Vainqueurs de la première course  – succès qui leur assurait déjà la certitude d’être titrés le lendemain quel que soit le résultat de la course de leur principaux rivaux, le tandem Hallyday-Ortelli et ce grâce à la fine stratégie de leur équipe, le ProGT by Alméras, le duo, scellait ainsi, l’issue d’une magnifique saison.

Organisée sur le circuit Paul Ricard, cette grande finale du GT Tour a en tout cas tenu toutes ses promesses avec une météo ‘’printanière’’, un public nombreux, de nombreuses animations et quelques invités d’honneur pour cet ultime rendez-vous, comme les deux Seb, les deux ‘’ fréres ennemis ‘’ du Team Citroën en Championnat du monde des Rallyes, Sébastien Loeb et Sébastien Ogier.

Au Paul Ricard, le Championnat de France GT constituait comme toujours, l’épreuve majeure, le clou du spectacle, avec un duel opposant pour le titre 2011, d’un côté la Porsche du duo Beltoise – Pasquali, face à l’Audi R8 d’Ortelli – Hallyday.

Lequel allait être à nouveau, arbitré par les Mercedes SLS, BMW Z4 et autres Ferrari F458.

Samedi, Laurent prenait le volant pour les qualifications. Après avoir signé le meilleur temps de la première séance, il décrochait dans la foulée, le second chrono de la Super Pole.

Placé au côté de David Hallyday sur la grille de départ, le pilote de la Porsche n°34 réussissait parfaitement son envol et il virait en tête devant la Mercedes SLS du Graff de Demoustier, l’Audi d’Hallyday et la seconde Mercedes SLS d’Eric Debard.

Roues dans roues, les quatre leaders s’échappaient en tête.

Sous pression constante, Laurent qui a fait ses gammes dans le turbulent peloton de la Coupe Porsche, effectuait une de ses plus belles prestations de la saison en résistant parfaitement aux attaques du jeune mais très incisif, Grégoire Demoustier et ce pendant les treize premiers tours. La

Le pilote de la Mercedes finissait par trouver l’ouverture et Laurent se retrouvait alors pris en sandwich, entre les deux SLS.

Lorsque la voiture de sécurité entrait en piste après un accrochage entre deux concurrents, Laurent était alors appelé aux stands pour marquer le premier arrêt obligatoire. Plutôt que d’effectuer le changement de pilote, l’équipe décidait de le laisser au volant un tour supplémentaire. Tout en « épongeant » l’obligatoire pénalité de 18’’ consécutive à la victoire d’Albi, cette stratégie inspirée permettait à Laurent de respecter le temps de conduite minimum imposé par le sacro-saint règlement.

Lorqu’Anthony Beltoise qui l’avait relayés, ressortait des stands, la Porsche occupait la 4ème position, mais il gagnait des places au fur et à mesure que ses adversaires passaient à leur tour par les stands.

Antho racontait à l’arrivée :

« Je n’avais plus qu’à finir le travail. Cela n’a pas été mon plus beau relais de la saison, j’étais nerveux car je savais qu’un podium nous assurait du titre »

En franchissant la ligne d’arrivée en vainqueur pour la cinquième fois de la saison, Anthony pouvait enfin laisser éclater sa joie !

« Même si nous pouvions jouer placé pour remporter le titre, j’étais stressé par l’enjeu de ce week-end car cette victoire, nous la devons avant tout à l’équipe qui a très bien joué. Sans cette stratégie, nous n’aurions jamais pu nous imposer à cause de la pénalité de 18 secondes consacutive à notre triomphe à Albi. »

A ses côtés, Laurent Pasquali, enchainait :

« Je ne réalise pas encore. Le début de course a été tendu, mais la pression exercée par mes adversaires m’a forcé à rester concentré. C’est vraiment un résultat fantastique pour tout le monde, mais je crois que je vais devoir attendre quelques jours de plus pour me dire que je suis Champion de France ! »

 

Le lendemain, dimanche, l’équipe ProGT était bien décidée à terminer la saison en beauté. Anthony faisait d’ailleurs honneur et à son rang et au titre conquis la veille, en décrochant la Super Pole.

Au départ, il ne laissait à personne le soin de mener les débats. Plus rapide de 3 à 4/10e au tour, il creusait un écart de cinq secondes avant le changement de pilote.

Ayant écopé d’une pénalité de 12 secondes après la victoire de la veille, la Porsche ressortait des stands en deuxième position. Auteur d’un relais sans faute, Laurent terminait la dernière course de ce Championnat de France à cette position.

La course étant remportée par l’équipage Renaud Derlot-Grégoire Demoustier avec l’une des deux Mercedes SLS du Graff Racing

Sorti du baquet de son bolide, Laurent Pasquali exultait :

« Vainqueurs de la course d’endurance, deuxièmes du sprint, nous avons réalisé notre meilleur week-end de l’année. Nous sommes très fiers d’offrir ce titre à Porsche. Comme on ne change pas une équipe qui gagne, tout cela nous donne très envie de remettre notre titre en jeu, avec le n°1 sur les portières ! »

 

Son équipier, Anthony Beltoise, concluant :

« Avec cinq victoires et aucun abandon, nous avons réalisé une saison exceptionnelle. Ce n’est pas un titre au rabais et nous avons su faire preuve de panache jusqu’au bout   Le Championnat 2011 était d’un très haut niveau et c’est d’autant plus satisfaisant de le remporter. Vivement 2012 ! »

En tout cas, cette finale du Championnat GT Tour, a été de toute beauté. ‘’Une grande finale avec une superbe ambiance’’ comme nous le précisa dimanche soir, Eric Debard, l’ancien Champion de France de la discipline.

Et une Porsche – Pro GT  – succède à une autre Porsche, celle de Larbre Compétition, absente ce week-end.

 Gilles GAIGNAULT

Photos : Raymond Papanti – Jean Marc Dupuy- Flo Elbaz

 

Sport

About Author

gilles