GT TOUR : UNE VICTOIRE, SYNONYME DE TITRE POUR BELTOISE-PASQUALI AU PAUL RICARD

 

 

Au volant de la Porsche du Team Pro-GT by Almeras, Anthony Beltoise et Laurent Pasquali ont décroché leur cinquième victoire, la première à l’issue de la course Endurance. Avec ce succès, les deux hommes décrochent des ce samedi et sans attendre le vedict de l’ultime manche ce dimanche, le titre de Championnat de France FFSA GT.

A l’issue d’une épreuve stratégique, Grégory Guilvert et Nicolas Tardif avec l’Audi du Team Saintéloc d’un côté, Ludovic Badey et Jean-Luc Beaubelique au volant de la Ferrari du Team Sofrev-ASP de l’autre, complètent le podium. Mais on apprendra dans la soirée le déclassement  de ces derniers, leur bolide accusant… 500 grammes de moins que l’exige le sacro-saint règlement !!!

En Gentlemen Trophy, Fabien Barthez et Gilles Duqueine s’imposent avec l’autre Ferrari Sofrev-ASP.

Le film de la course.

Auteur d’une « super » pole devant Laurent Pasquali, David Hallyday, sur l’Audi du Team Audi France se fait pourtant dépasser par son adversaire au premier virage.

Grégoire Demoustier sur l’une des Mercedes du Graff Racing, trouve également l’ouverture. Eric Debard, son partenaire chez Graff avec la Mercedes qu’il partage avec Olivier Panis, suit de près, Marc Sourd pointant au 5ème rang après un excellent départ depuis la 10ème place !

Les premières minutes sont particulièrement disputées car le quatuor de tête est regroupé en moins de deux secondes !

Derrière, Ludovic Badey (Ferrari/Sofrev-ASP) emmène désormais la meute, tandis que la bataille fait rage dans le peloton. Après la fin du premier quart d’heure, le Team Audi France anticipe son premier pit-stop, Stéphane Ortelli relayant David Hallyday.

Dans la foulée (13ème tour), Grégoire Demoustier attaque avec succès Laurent Pasquali dans le double droite du Beausset. Le jeune pilote cravache ensuite pour creuser l’écart. Les positions se stabilisent jusqu’à la demi- heure de course ou le safety car entre en piste, la Ferrari/Sport Garage de Christian Beroujon et la Lamborghini de JSB Compétition de Florent Priez étant sérieusement accidentées.

La majorité des concurrents profite de la neutralisation pour effectuer les arrêts au stand obligatoires.

Le drapeau vert est à nouveau déployé à la 48ème minute, avec le Team Audi France en tête, suivi des deux Mercedes du Graff Racing, de la Porsche Pro-GT by Almeras n°34 – qui a effectué ses deux pit-stop réglementaires– et l’Aston Martin de LMP Motorsport, la n°7.

A l’heure de course, Stéphane Ortelli emprunte une dernière fois la pit-lane : il repart 11e et est imité dix minutes plus tard par les deux Mercedes du Graff Racing de Renaud Derlot et Olivier Panis, auteurs d’une très belle prestation.

Anthony Beltoise et Laurent Pasquali héritent des commandes, devant l’Audi de chez Saintéloc de Grégory

Guilvert et Nicolas Tardif, et la Ferrari Sofrev-ASP de Ludovic Badey et Jean-Luc Beaubelique. La hiérarchie n’évoluera plus, l’Aston Martin LMP Motorsport de Paul Lamic et Frédéric Gabillon terminant à une convaincante 4ème place.

WRT, avec l’Audi de Fred Makowiecki et Roland Berville complètant le Top 5.

 

Quant à Sébastien Loeb secondé par Bruno Hernandez, ce dernier remplaçant au pied levé, un autre lyonnais Gilles Vannelet ( voir explicationsen bas de l’article) leur Ferrari F458 de la Scuderia Italienne AF Corse, finit dixième.

L’autre rallyman, l’autre Seb, Sébastien Ogier terminant lui seizième, à la suite d’une timide incursion hors de la piste rapidement corrigé par le talentueux négociant en virages tourmentés dans les épreuves du Championnat du monde des rallyes.

Avec son équipier d’un jour, Lionel Comolle, ils terminent néanmoins la course au seizième rang

 

En Gentlemen Trophy, après la domination de la Viper du Pouchelon Racing de Erwin et Pierre-Alain France en début de course, la Ferrari Sofrev-ASP de Fabien Barthez et Gilles Duqueine s’est emparée du leadership pour ne plus le lâcher.

Le duo se relance ainsi sérieusement dans la course au titre.

Patrick Lauber et Didier Van Straaten (Ruffier Racing) montent sur la deuxième marche du podium devant Franck Labescat et Christian Philippon (Viper Pouchelon).

Grâce à ce résultat (provisoire dans l’attente des vérifications techniques) on apprendra en effet on l’a dit plus haut le déclassement de la Ferrari de Badey-Beaudelique  et ce pour poids insuffisant (500 gr) , Laurent Pasquali et Anthony Beltoise décrochent donc le titre à bord de la Porsche de Pro-GT by Almeras.

 

Redescendu du podium, Laurent Pasquali, 1er, expliquait à propos de la bonne ambiance au sein du Team :

« L’association avec Anthony était nouvelle en début de saison, même si nous nous connaissions déjà depuis l’époque ou nous roulions dans la Porsche Carrera Cup. J’ai beaucoup appris à ses côtés, j’ai été sérieux. Je peux paraître détendu, mais ce n’est pas forcément le cas (rire) ! »

Anthony Beltoise, son compère s’empressant d’ajouter :

« La bonne entente, c’est la base et la confiance s’est installée. Nous avons fait une saison exemplaire pour notre première année avec l’équipe. Il faut également se rappeler que Laurent effectue sa première véritable saison complète en GT. Aujourd’hui, nous devons notre victoire à la stratégie du team. Je savais que le titre était au bout donc les derniers tours ont été difficiles… »

 

Nicolas Tardif, ravi de sa seconde place, lâchait alors :

« Les efforts finissent par payer après un début de saison mitigé. Le travail de l’équipe a été génial et je prends un grand plaisir à partager l’auto avec Grégory. Ma qualification a été difficile, mais nous nous sommes battus et le résultat est là. »

Grégory Guilvert, précisant :

« Après la qualification ratée, j’ai dit à Nicolas de passer à autre chose. Il était prévu qu’il fasse l’ensemble de son temps de roulage avant le premier pit- stop. Nous avons eu la chance que les safety car sorte à ce moment précis. Nous avons ainsi effectué nos deux arrêts pendant la neutralisation. »

 

Quant à Fabien Barthez, 1er du Gentlemen Trophy avec la Ferrari Sofrev, lui il racontait très cool :

« Chaque week-end est une belle leçon de vie. La victoire, cela passe au second plan. Notre premier objectif est de prendre du plaisir et de vivre un bon week-end. »

Son compère, Gilles Duqueine enchainait :

« Fabien a fait un très bon relais. Excepté la Viper, il avait une quinzaine de secondes sur le reste de nos adversaires. Nos concurrents pour le titre étaient sous pression. Quand j’ai pris le volant, j’ai vu qu’ils avaient malheureusement eu un accident. Par la suite, j’ai assuré. Fabien a vraiment fait le gros du travail. C’est un plaisir de rouler avec lui : Fabien est un très bon pilote et un vrai passionné. »

Place maintenant ce dimanche à la der, l’ultime épreuve de ce tout 1er Championnat de France GT Tour, sachant que quel que soit le résultat ce dimanche, le titte 2011 est d’ores et déjà attribué a l’équipage Beltoise-Pasquali.

Sur que David Hallyday et Stéphane Ortelli leur dauphin, chercheront à conclure en beauté cette belle saison.

Gilles Gaignault

Photos : Jean Marc Dupuy – Philippe Saint Chamaran -Gilles Gaignault – Raymond Papanti

GT Tour

About Author

gilles