MOTO : LA LEGENDE GIACOMO AGOSTINI CRITIQUE LES PNEUMATIQUES

GIACOMO AGOSTINI AVEC VALENTINO ROSSI

 

Après l’accident mortel survenu dimanche dernier à Sepang lors du Grand Prix de Malaisie, le  » légendaire  » Giacomo Agostini, couronné à … 15 reprises CHAMPION du monde de motocyclisme et victorieux au cours de sa prodigieuse carrière de … 122 Grands Prix, s’est exprimé sur les ondes de la radio italienne RAI.

Selon lui, ce sont les pneumatiques qui aujourd’hui posent problémes.

Explications.

Giacomo Agostini croit que les modifications du comportement des pneus  en MotoGP pourrait aider à éviter des accidents comme celui qui a couté malheureusement la vie de Marco Simoncelli en Malaisie.

Simoncelli est décédé après avoir été heurté par les motos de Colin Edwards et de Valentino Rossi et ce aprés que le malheureux pilote italien ait perdu le contrôle de sa Honda Gresini à l’amorce du deuxième tour à Sepang.

La moto, avec Simoncelli encore assis, venait de glisser jusqu’au beau milieu de la piste sur le côté et filait vers la trajectoire d’Edwards et Rossi.

Agostini considére que la prolifération des aides électroniques  sur les machines de MotoGP moderne n’est pas un facteur responsable, mais qu’on pourrait rapidement devoir se pencher et regarder la nature des pneus de cette catégorie du MotoGP.

« Je pense que l’électronique n’a rien à voir avec l’horrible drame de dimanche » .

Et le Bergamasque ajoute:

«Personnellement, comme beaucoup d’autres coureurs, je n’aime pas beaucoup l’électronique. Je préfère une moto géré par le seul pilote qui anime votre poignet et pas par l’électronique. Les pneus ont été blâmés. Bien sûr, les pneus ne sont pas exempts de reproches, dans le sens que les pneus sont devenus l’un des éléments les plus importantes sur une moto. Aujourd’hui, tous les coureurs demandent des pneus pour durer du premier au dernier tour, avec aucune perte de performance.

Giacomo poursuit:

 » Les constructeurs fabriquent des pneus de plus en plus difficiles à manipuler. Malheureusement, cela signifie que lorsque l’adhérence manque, les pneus glissent et cela a comme première conséquence de vous faire tomber sans aucun avertissement. »

Agostini  émet un avis et une suggestion que la disparition tragique de Marco Simoncelli va inévitablement mettte en avant:

« Peut-être qu’il serait judicieux d’avoir des pneus différents, à partir de la mi-course et dès qu’ils commencent à se dégrader. Les pilotes rouleraient plus prudemment. Ce serait un peu comme dans mon temps, quand à partir de la mi-course dès que le pneu commençait à s’user vous utilisiez plus de la dérive tout en étant plus prudent. « 

Mais dans l’ensemble, Giacomo Agostini estime qu’il ne serait pas correct d’essayer de déterminer avec certitude les fautes de l’accident.

«Malheureusement, avec le crash de Marc à Sepang, nous ne pouvons pas regarder quelqu’un pour lui jeter le blâme sur lui. C’était un accident comme beaucoup qui se produisent pendant les courses et les séances d’essais. Simplement cet accident a malheureusement été fatal. Il a été fatal aussi parce que la moto de Marco n’a pas glisser normalement et que Simoncelli n’est pas franchement  tomber. Marco et sa machine sont tombés ensemble  etils sont allés sur une trajectoire qui n’était pas normal. Au lieu d’aller hors de la piste, ils sont allés vers la droite, et malheureusement, les autres pilotes arrivaient derrière et il n’y avait rien qu’ils pouvaient faire pour les éviter, lancés à haute vitesse. »

L’ancien multiple Champion du onde avec les inoubliables MV Agusta et aussi Yamaha enchaine:

« Il est inutile de parler de sécurité et de protection parce que je pense dans ce cas, il y en avait largement  assez. »

Car il croit que les mesures de sécurité actuelles en MotoGP, sont plus que suffisantes.

 

AGO AVEC 2 GRANDS DISPARUS: ALAIN PRIEUR ET PATRICK PONS


Enfin, Agostini conclut:

 » A mon époque – les années 60-70 –  nous avions pour les courses un petit casque enveloppant, avec une combinaison ultra-légère.  La majorité des circuits  était ceinturé par des murs, des arbres, des barbelés parfois et des glissières de sécurité. Malheureusement c’était comme ça. Il y a eu de trés nombreux accidents et beaucoup de mes collègues pilotes se sont hélas tués en course. Aujourd’hui, je dirais que de grands pas en avant ont été faits. Les circuits sont très sûrs, les combinaisons sont sûrs et les casques intégraux trs sécurisants. Il ya même un sac d’air conçu par Dainese, qui protège le dos, l’épaule et la tête. Beaucoup de travail a donc été fait en matière de sécurité, mais lorsque deux motos de 150 kilos s’écrasent sur vous à 150 kilomètres par heure, malheureusement il n’y a aucune protection pour ça. »

Giacomo Agostini, terminant en lâchant:

 » C »est la fatalité conjugué au destin qui a tué Marco Simoncelli  »

Danilo Constino

Photos :François Beau – Jean Pierre Boulmé- Christophe Peraud– Christian Thomas

 

AGO ET PHIL READ UNE AUTRE LÉGENDE DE LA MOTO A REIMS LORS DU WEEA

Moto - Vitesse

About Author

gilles