F1. GRAND PRIX DE COREE : POUR SES GRANDS DEBUTS JEAN ERIC VERGNE ASSURE… SOUS LA PLUIE !!!

A Yeongan en Corée et dans des conditions climatiques pas franchement idéales avec une piste détrempe par la pluie et donc particulièrement difficiles, Jean-Éric Vergne, a effectué ce vendredi, à l’occasion de la 1ère des deux séances libres, ses grands débuts en Grand Prix au volant de l’une des deux Toro Rosso, celle de l’Espagnol Jaime Alguersuari

Y signant un plus qu’honorable 13ème  temps de cette toute première séance des essais libres sur dix -huit monoplaces en piste.

O le sait, à chaque fois qu’un ‘’ P’tit nouveau ‘’ débarque dans l’univers impitoyable de la F1, les consignes restent, au fil des ans,  toujours les mêmes :

La seul et unique consigne étant

« Ramènes ta voiture sans dommages au stand ! »

Ce leitmotiv est immuable… au fil des ans

Malgré des conditions épouvantables, JEV, franchement pas verni par le temps, a parfaitement ten son rang et au erme de cette séance découverte, le jeune espoir tricolore a bien ramené une monoplace ‘’ entière ‘’ au stand de la Scuderia Toro Rosso

Mission accomplie, donc, pour Jean-Éric Vergne.

Invité  par Helmuth Marko, le ‘’ grand Prêtre ‘’ de la maison Red Bull, en charge de la Filière à piloter ce vendredi matin la Toro Rosso habituellement conduite par l’Espagnol Jaime Alguersuari, le Français s’est parfaitement acquitté de sa tâche sur cette piste  de Yeogan détrempée qui ne ressemblait en rien à celle qu’il a eu l’occasion à maintes reprises d’apprendre ‘’virtuellement ‘’ sur le simulateur de Red Bull, à l’usine de Milton Keynes au nord de Silverstone.

Au cours de ses neuf premiers tours en configuration réelle un week-end de GP,  Jean-Eric a signé son meilleur chrono, en 2’07’’541

Chrono qui représentait la 13ème temps des 18 monoplaces en piste

Comme tous les pilotes en piste ce vendredi matin, JEV a d’abord pris ses marques, effectuant au tout début de cette séance, un tour de reconnaissance afin de tout vérifier et de checker tous les systèmes, découvrant par la même occasion, les conditions  plus que délicate d’adhérence.

Puis il est ensuite resté patiemment arrêté à son stand, toujours sanglé dans sa Toro Rosso, dans l’attente des ordres pour la suite !

Andrea Landi, l’ingénieur chargé de le guider, lui indique alors par radio :

« Dans 5 minutes, lorsque les conditions seront stables, nous checkerons l’équilibre de la voiture»

Avant de reprendre la piste, le Vice-champion des WSR Formula 3.5, a reçu les bons conseils de son partenaire, le Suisse Sébastien Buemi.

Ce dernier lui donne de précieux conseils, lesquels sont relayés par Andréa Landi

« Fais vraiment très attention quand tu commenceras à attaquer. Les pneumatiques vont avoir besoin d’au moins trois bons tours pour monter à température »  

Une fois en piste, JEV débute prudemment.

Alors que c’est justement Buemi qui occupe la première place ayant signé le meilleur temps en en 2’03’’182, lui le ‘’ Rookie ‘’ tourne ne 2’13’’807. Mais il va vite abaissé, tournant en 2’08’’081. Chrono qui le positionne alors au 6ème rang. Tour suivant, il est pointé au 8ème rang avec 2’07’’856.

Finalement lorsque Jean-Eric regagne le box Toro Rosso, il occupe la 13ème place avec un chrono de 2’07’’541.

Qu’importe, l’essentiel sous la pluie, est accompli, JEV n’est pas sorti et ramène à bon port, la monoplace que va ensuite piloter Jaime Alguersuari, lors de la seconde séance de ce vendredi

Interrogé par les media curieux de ses 1ères impressions Jean-Éric explique :

 « C’était la première fois que je pilotais cette voiture. J’avais conduit pour la dernière fois une Toro Rosso l’année dernière lors des tests réservés aux jeunes pilotes, à Abou Dhabi. J’admets que je n’ai pas été heureux de voir la pluie en tirant les rideaux ce matin. J’ai trouvé cette séance difficile car la piste était vraiment détrempée, même si je suis content de ce que j’ai fait, car je ne me suis pas crashé et que j’ai pris du plaisir. C’est difficile de juger ce que j’ai fait car dans une séance comme celle-là, normalement, on fait deux run chronométrés et on regarde les data pour savoir où améliorer. Mais la météo a rendu cela impossible. Je n’ai aucun point de repère ni de quoi comparer ma performance avec un autre pilote. Il s’agissait de gagner en expérience et apprendre comment l’équipe opère. Quelles que soient les conditions de piste, je suis ravi d’avoir eu cette opportunité, même si je n’ai pas tellement tourné (9 tours). Cela signifie que je serai mieux prépare pour ma prochaine tentative, la  1ère séance Libre au GP d’Abou Dhabi. »

Pour JEV, le plus dur Est fait, débuter sous la pluie sans casser sa belle monture !

Contrat rempli

Gilles GAIGNAULT

Photos : Red Bull

F1 Sport

About Author

gilles