GT TOUR FFSA. FINALE AU PAUL RICARD : LE CHAMPION DE FRANCE 2010 PATRICK BORNHAUSER N’EN SERA PAS !!!

 

 

Patrick Bornhauser ne disputera pas la dernière course de la saison prévue fin octobre sur le circuit Paul Ricard !!!

L’Orlèanais, Champion de France en titre, avec Laurent Groppi, avec la Porsche de Larbre Compétition, nous explique pourquoi.

Alors que  nous appelons Patrick Bornhauser  pour le féliciter  pour  son  nouveau  titre de champion  en Intercontinental Le Mans Cup (ILMC), avant  même la dernière course en Chine à la mi-novembre, nous l’interrogeons  à propos de sa  décision  de  ne pas  poursuivre  sa  participation au GT Tour alors  que l’on avait pu  penser raisonnablement , que là aussi , il  obtiendrait un nouveau titre.

Non seulement il  confirme cette décision ferme et définitive,  mais il accepte de  nous détailler largement ce qui justifie  sa démarche.

 

Écoutons-le plutôt !

« Dans le GT Tour  je  suis un des pilotes  qui  participe depuis le début  en 1995 au championnat, avec   différentes  voitures  et des aléas divers. La gestion sportive notamment  par  le collège des  commissaires, était déjà  en dessous de  tout l’an dernier, notamment, et  laissait  vraiment à désirer, avec  une gestion à la  bonne  franquette du genre  –  mon  p’tit gars  ce  que tu as fait c’est  pas  bien, là je  te tape sur les doigts, surtout ne  recommence pas car   la  prochaine fois  on te  sanctionne -. Bref,  le championnat  avait terriblement dérivé notamment l’année dernière, avec  des  voies de fait, des accidents, des trucs inacceptables  et  avec  toujours les mêmes pilotes à l’origine de cela et qui, n‘étaient jamais sanctionnés. En fin de l’année dernière j’ai dit : je  ne retourne pas faire ce  championnat, c’est terminé, je vais  donc  faire le championnat international…. Puis en début d’année, Porsche apprenant ça, apprenant l’arrivée de Mercedes, m’appelle  et me demande de participer au GT Tour  et tenter de reconquérir un nouveau titre avec la Porsche. Partant de là, lors de la présentation du championnat   (en février au Pavillon d’Ermenonville à Paris), je vois Hugues de Chaunac, le nouveau promoteur du GT Tour et  tout de suite après j’entreprends le Président (de la FFSA) que je connais bien. On discute ensemble durant  au moins vingt minutes. Je  lui  dis : je ne retourne pas dans un championnat  managé par des bénévoles  qui  n’ont pas  la compétence, ni les reins assez solides  pour tenir  un championnat  qui a le  niveau qu’il a  mais aussi  avec les individualités que l’on connait. »

Et, Patrick poursuit :

« Le Président alors me rassure en  me disant : «  Patrick, je suis en connaissance de cause là-dessus, tout le monde m’a alerté, j’ai changé les choses. J’ai  pris un nouveau directeur de course qui vient de la Coupe Porsche où tout allait  très  bien. Pour le Président du collège des  commissaires, j’ai mis une  dame qui  connait  bien son truc , tout devrait  bien se passer,  il y aura  une  certaine fermeté  dans le championnat… »

Patrick Bornhauser nous explique donc, que forts de ces assurances fédérales et du promoteur, le Team Larbre compétition et son co-équipier, Laurent GROPPI, décident de donc repartir  dans le GT Tour 2011.

 

Il poursuit ainsi le récit de la cascade d’événements ayant entrainé  leur retrait  avant la fin de la saison :

« Alors  on y va, sauf que dès la première course de la première épreuve du championnat, c’est déjà un  bordel sans nom. J’ai un pace- car qui vient se mettre devant ma voiture alors que je n’étais pas … leader de la course mais… troisième. Le pace car se trompe en me faisant repartir en tête. En raison de la situation perturbée  un  classement modificatif  tenant compte  de la situation de course  à un moment donné  où tout le monde  était à sa place est annoncé. C’est alors au moment du podium que Olivier Panis devant des pilotes et quatre officiels, me bousculant, vient m’interpeller en disant ‘toi et votre équipe vous êtes toujours en train de discuter les décisions, vous voulez  faire la pluie et le beau temps, c’est du grand n’importe quoi…’ et repart.’’

Le Champion de France 2010, enchaine :

« Tout de suite avec mon team, Larbre compétition, on interpelle  Hugues de Chaunac et on lui envoie un mail pour lui dire qu’il est difficile d’accepter de telles situations…Cela mis à part, on se dit, bon c’était la première épreuve …. Alors  on arrive  à Nogaro seconde épreuve du calendrier. Dans la première course avec notre stratégie décalée (le pilote amateur Bornhauser qui prend le départ donne le volant rapidement au pilote pro, Laurent Groppi) mon coéquipier revient rapidement sur Éric Debard (pilote de l’écurie Graff Racing avec Panis) se fait fermer toutes les portes et Debard l’emmène plusieurs fois dans l’herbe. Finalement Laurent Groppi arrive à passer. Quand il termine son relais, il enlève son casque et part vers le muret où les membres du Graff Racing, ont été rejoints par Monsieur Debard qui vient d’être relayé par Panis. ‘’

 

Groppi, un gamin  pas très épais et incapable de faire du mal à une mouche, se dirige vers les membres du Graff Racing, tape sur l’épaule de Debard qui se retourne et lui balance un coup de tête et lui casse le nez.’’

On en connait (Arno Santamato) qui tout dernièrement en 2010 ont été suspendus de licence FFSA pour s’être bousculés et bagarrés lors d’une course.

Y AURAIT- T’IL DEUX POIDS, DEUX MESURES au sein de la FFSA ?

Patrick Bornhauser reprend :

« Je te passe les attestations fournies par Jean Philippe Grand (Patron du Graff Racing) pour tenter de démontrer une  agression de Groppi sur Debard. Il y a eu les sanctions fédérales pour cette affaire-là mais tout cela  a continué de dégénérer, avec par exemple 2 à 3 pilotes qui accrochent tout le monde, tout le temps. Il ya eu aucune sanction pour de tels agissements, au cours de l’année. Les officiels ne sont absolument pas au niveau  de ce qui avait  été prévu en début de saison. Ce sont des bénévoles, on ne peut pas leur en vouloir mais on ne manage pas un championnat de ce niveau avec de tels enjeux, en disant ce que tu fais là, ça n’est pas bien mon p’tit gars, il ne faut pas recommencer. »

 

 

Comme  nous demandons à Patrick Bornhauser ce qui a motivé  son retrait  du championnat, il nous conte les épisodes violents en course à Albi, où Debard après des passes d’armes fort peu sportives, envoie par un coup dans l’arrière, la voiture  de Groppi dans le mur, de face.

Il poursuit sur un ton courroucé

« Par un acte délibéré de ces gens-là, notre  voiture est morte. Jean Philippe Grand, qui  me connait, qui a mon numéro de téléphone a, quant à lui, au contraire attisé le feu. Tout cela sans doute, parce que l’année dernière, nous lui avons piqué la victoire au championnat dans la dernière épreuve, parce que Monsieur a fait des erreurs, a mal géré son écurie et il nous  a en a voulu. On n’est pas patron d’une écurie comme cela en faisant des coups par derrière. »

 

Un peu apaisé, Patrick poursuit :

« A Albi le championnat 2011 était potentiellement gagné pour nous. Compte tenu de tout cela, je ne veux pas retourner dans le cirque pour aller faire deux ou trois au championnat ! Moi, je cours  pour gagner  et aussi que ça se passe dans une  bonne ambiance. Il est  hors de question de poursuivre dans  de telles conditions. »

Quoiqu’il en soit, ce qui est grave pour le Championnat 2012, c’est de savoir qu’outre Bornhauser, Champion 2010, Olivier Panis très remonté lui aussi et qui l’a fait savoir par une lettre ouverte publiée dernièrement ici par autonewsinfo, n’en sera plus, lui aussi !!!

Et Patrick d’ajouter :

« Hugues de Chaunac s’est quant à lui excusé auprès de moi. Il m’a assuré avoir pris la dimension du malaise et si cela  devait continuer ainsi, il ne recommencerait pas à promouvoir le championnat l’année prochaine. »

Pour conclure et se projeter  un  peu, à la question de savoir  comment  ces carences  de gestion sportive peuvent être surmontées, Patrick répond clairement :

« Tu sais, il  faut y  mettre  les moyens. Aujourd’hui il faut des directeurs de course et des Présidents du collège des commissaires qui soient incorruptibles et qui aient la poigne suffisante pour gérer. Les directeurs de course qui sont actuellement dévolus sur ce championnat doivent aller sur  les courses de niveau local ou régional, mais en aucun cas sur des courses de cette importance là, comme le GT Tour avec de tels enjeux. »

 

On l’aura compris ce pilote amateur  d’un excellent niveau et au comportement très professionnel, ne supporte plus de telles défaillances  dans la gestion d’un championnat qu’il  voyait gagné. La déception est grande, mais la décision de marquer un coup d’arrêt à ces dérives inacceptables est tout aussi courageuse.

Gageons que cette voix forte sera entendue et que la FFSA, saura enfin prendre les mesures inhérentes pour sauver un championnat qui pourtant avait belle allure.

Et qui depuis deux ans, n’est que l’objet de critiques car déjà en 2010 et sous l’ère SRO et Laurent Gaudin aux commandes, les critiques ne l’oublions pas,  s’étaient déjà fortement élevées !!!

Avec Oreca et Chaunac à la manœuvre, visiblement, rien n’a changé, bien au contraire, les problèmes s’ils ont perduré, semblent visiblement même… s’être amplifiés !!!

Résultat des courses !

Absence donc à la dernière épreuve au Circuit Paul Ricard du Team Larbre avec comme corollaire l’impossibilité de viser un nouveau titre donc cette année en GT Tour pour Patrick Bornhauser.

 

Consolation, Patrick vient de gagner avec Larbre compétition, le Championnat du monde ILMC dans la catégorie GT-AM, au volant de la Corvette où il a pris beaucoup de plaisir et terminera sa saison le 13 novembre, à Zhuhai, en Chine.

En conclusion, on ne peut que regretter que ce Championnat ne cesse d’être l’objet d’autant de problèmes car il s’agit du SEUL dernier vrai CHAMPIONNAT National de qualité.

N’oublions pas qu’au fil des ans, ceux de monoplaces (Formule Renault-Formule 3) ont hélas disparu…

Vu le nombre élevé de concurrents mécontents que nous avons recensés, il ne faudrait pas qu’à son tour celui-ci vienne à disparaitre !!!

Car, ils sont désormais nombreux à lorgner sur le Championnat Européen de la spécialité, avouant vouloir tout simplement délaissser le GT Tour, en 2012 !

Lequel pourrait au final après toutes ces histoires, n’être que…peau de chagrin !!!

En tout cas, il ya le feu ….

Propos recueillis  par Alain Monnot

Photos : Team Larbre compétition. Michel Picard. Patrick Martinoli

Sport

About Author

gilles