TOUR DE CORSE HISTORIQUE : UN TRÈS GRAND CRU…

 

Cette 11ème édition du Tour de Corse Historique restera assurément dans les annales comme étant celle d’un Grand cru, d’un très ‘’GRAND CRU’’

Tout le mérite en revient, d’une part au duo  que forme à la tête de Terre de Corse, la paire indissociable José Andréani-Yves Loubet, la ‘’ tête ‘’ et ‘’ les Jambes ‘’ !!!

Et, aussi d’autre part, aux concurrents. TOUS les concurrents.

 

Il est vrai que cette année, le plateau habituel et composé d’excellents compétiteurs, était renforcé par la présence massive d’ex-pilotes illustres et de renom au palmarès tout à fait exceptionnel.

Avec à leur tête le plus capè d’entre eux, Henri Pescarolo débarquant pour la toute 1ère fois de sa vie dans l’Ile de Beauté et par conséquent par ricochet, sur le Tour de Corse Historique

Aux côtés, du grand barbu, présent dans le baquet d’un bolide, tout aussi exceptionnel et rarissime car il n’en existe qu’un, le magnifique petit Coupé 610, Matra Napoléon, on notait bien d’autres pilotes de très grande qualité.

A commencer par ceux qui ont animés une semaine durant la course.

Philippe Gache, le vainqueur mais aussi Erik Comas, l’homme qui au volant de sa superbe Lancia Stratos, a remporté toutes les spéciales que la Porsche du vainqueur, n’a pas gagné.

Sans oublier celui qui, dans chaque village perdu au plus profond de la Corse est aussi connu que les cousins du coin, j’ai nommé l’inoxydable et toujours vert, Jean Claude Andruet. Toujours aussi motivé et enthousiaste à bientôt… 74  printemps.

Un Andruet respecté, admiré et adulé par tout un peuple qui l’adore et le lui fait savoir…Un Andruet qui avait su convaincre sa co-équipière des grandes années ‘’ Andruet ‘’ Biche Petit –Espinos, de reprendre du service

Bien lui en a pris car le petit couple reconstitué après plus de deux décennies fini sur la… 2ème marche du podium

Preuve que le talent, cela ne se perd jamais quand il est inné !

Pour accompagner Gache et Andruet  sur le podium, un autre grand Monsieur de la course et de l’univers du rallye : Alain Oreille.

Le pilote Martiguais, ancien Champion du monde en Groupe N, en 1989

 

A l’issue de la remise des prix, Philippe Gache, nous lâchait :

‘’ Cela fait plusieurs années que je viens et je peux garantir qu’il s’agit cette année d’une très grande cuvée. Il y avait réuni et la quantité et la qualité. On avait vraiment du lourd au départ (Andruet-Pescarolo-Comas-Oreille-Dumas-Manzagol-Padrona-Depons). Je suis vraiment ravi pour ma 3ème participation de triompher. Et je voudrais rendre hommage aux organisateurs  car cette course est devenue année après année une épreuve de très, très haut niveau avec des spéciales tout à fait magiques dans des paysages inimaginables. Des parcours exigeants, dans des cadres incomparables. Sûr que je reviendrai, car je me suis régalé. »

Nous aussi et comme chaque automne ici. Quel bonheur pour le plaisir des yeux de passer chaque année cette semaine inoubliable en Corse.

Croisé ce dimanche matin , José Andréani, nous dresse un 1er bilan:

 » Je retiens avant tout l’engouement de tous nos participants car si je les écoute à la lettre, ce qu’ils disent tous unanimement, c’est l’immense plaisir qu’ils ont tous eu, à disputer notre compétition. J’ajoute que toute l’équipe d’encadrement, des officiels aux commissaires, m’a dit avoir pris également beaucoup de plaisir, tout au long de la semaine. Enfin, c’est probablement la toute 1ère fois, ou on a découvert autant de spectateurs chaque jour, le long des routes et ce, à la fois dans les spéciales comme sur les parcours de liaison. »

Qu’ajouter?

Entre le bonheur du vainqueur et celui de l’un des organisateurs, TOUT  a été dit et bien dit!!!

Gilles Gaignault

Photos : Frédéric Chambert – Frédéric Traversari -Gilles Gaignault


Corse Historique Sport

About Author

gilles