WRC. OLIVIER QUESNEL SE LIVRE…

 

 

Porté aux nues par les uns, critiqué par les autres, Olivier Quesnel se livre à l’issue du Rallye d’Alsace, qui a vu encore un peu plus se compliquer la situation entre ses deux Seb.

Les deux pouvant dorénavant légitiment entrevoir de viser le titre mondial , le dimanche 13 novembre prochain à l’issue de la 13ème et ultime manche du Championnat du monde des Rallyes WRC, millésime 2011, le trés réputé Rallye de Grande Bretagne !

Olivier Quesnel, n’est pas homme à baisser pavillon.

Avant de diriger conjointement les deux équipes sportives du Groupe PSA, d’un côté l’écurie Peugeot Sport en endurance, ou il est également bien évidemment largement critiqué.

Et, notamment sur sa gestion des dernières 24 Heures du Mans, ou d’aucuns lui reprochent de ne pas avoir envoyé l’une des trois 908, en lièvre la nuit et ce pour titiller l’unique Audi, pourtant finalement victorieuse de …13 infimes secondes !!!

Et, de l’autre l’équipe Citroën Racing ou il doit diriger deux ‘’ cadors ‘’ avides de gloire. Les deux Seb

L’ancien, Sébastien Loeb  véritable ‘’ icône ‘’ au palmarès impressionnant et tout à fait unique, avec 66 victoires en mondial, assorties de … sept couronnes mondiales.

Un résultat réellement exceptionnel, qui en a fait au fil des ans et des titres mondiaux qui s’accumulent année aprés année depuis 2004, ‘’ l’Ambassdeur ‘’ à vie, de la firme Citroen.

Dont il a dépoussiéré l’image vieillotte de voiture de  » papy » , de nombreux jeunes roulant désormais dans des Citroen

De l’autre, Quesnel doit driver et coacher son successeur son digne successeur l’autre Seb, Ogier, une pépite d’or bourrée de talent et qui piaffe d’impatience de briller

Pas facile dans ces conditions de gérer deux loustics chacun d’entre eux voulant être le meilleur, le Numéro 1 mondial.

Mais le danger pour l’équipe Citroen se nomme désormais…Hirvonen, le pilote Ford, se retrouvant incroyablement en tête du classement provisoire ex-æquo, avec Loeb avec 196 points !!!

Alors, comment Olivier Quesnel, entrevoit t-il la suite et cette fin de saison ?

Entre l’abandon prématuré de Sébastien Loeb et la victoire de Sébastien Ogier, Olivier Quesnel, le patron de Citroën Racing, reconnait avoir passé un bien drôle de week-end, en Alsace.

Mais, Olivier Quesnel le répète, c’est encore et toujours Loeb le N°1 de l’écurie Citroën Racing.

Explications

Olivier Quesnel, quel est la conclusion de ce rallye de France en Alsace ?

L’abandon de Sébastien Loeb est arrivé au plus mauvais moment, sur la voiture sur laquelle un tel pépin n’aurait jamais dû arriver, alors que cela fait près de dix ans qu’on n’a pas cassé un moteur (2004 en Catalogne). Le rallye demeure un sport mécanique, avec ses aléas, et malheureusement cette panne s’est produite. C’était le rallye de France, très important pour Citroën, et nous n’avions pas d’autre choix que de demander à Ogier de le terminer et de figurer  à l’arrivée, sur la plus haute marche du podium, parce qu’on avait besoin de faire le plein de points au classement du championnat constructeurs. On lui a imposé des consignes qu’il a respectées à la lettre, en montrant qu’il est un futur très grand. C’est indéniable. Néanmoins, je l’ai déjà dit et redit à plusieurs reprises, Citroen a un team leader qui se nomme Sébastien Loeb.»

Que pensez-vous des reproches et autres critiques récurrentes concernant votre gestion des deux Sébastien et de leur indéniable rivalité ?

A la fin de l’année dernière,  Seb Loeb pensait s’arrêter  à la fin de cette saison 2011, donc on se devait chez Citroen de préparer sa succession et dès 2012. On avait un pilote en formation, qui répondait à nos attentes et qui s’appelle Sébastien Ogier. Le laisser partir et filer chez nos concurrents comme Ford, c’était franchement risquer de se retrouver déshabillés pour 2012. En cours de route, les règles ont évolué puisque Loeb, à partir de la Sardaigne, a décidé de poursuivre sa carrière en rallye. A partir de là, tout est soudainement devenu beaucoup plus compliqué, mais on se doutait bien qu’il fallait en passer par là pour préparer l’avenir.  A ce moment-là de la saison, Sébastien Loeb était franchement très agacé par la règle du balayage, qui n’existera plus à partir de 2012. Il a démontré tout au long de cette saison qu’il était encore le plus rapide, en gagnant un certain nombre de rallyes et en ouvrant la route. Qu’il veuille continuer, c’est tout à fait compréhensible.»

Comment pensez-vous pouvoir gérer la fin de saison, avec trois points seulement d’écart entre les deux Seb, Loeb et Ogier ?

Je pense que ce qui  a été dit est très largement amplifié par rapport à la réalité de ce que l’on a vécu au sein de l’équipe. Il nous reste 17 points à marquer pour le titre constructeurs et je suis très content du résultat obtenu en Alsace. Pour l’instant, je l’ai dit et redit, on dispose un leader qui est Sébastien Loeb, nous sommes une équipe de course et on avisera en fonction des circonstances.»


Rappelons aussi que dès dimanche soir, Frédéric Banzet (Directeur général d’Automobiles Citroën) avait pour sa part indiqué :

 » Sébastien Loeb n’a pas eu de chance, c’est très bien que Sébastien Ogier prenne le relais en s’imposant. La fin de saison va être très tendue, mais notre objectif est toujours de remporter les deux titres. Paradoxalement, nous avons fait un pas de plus vers le titre Constructeurs, puisque notre adversaire ne réduit l’écart que de deux points. »

 

Comme on le voit, la situation est loin, très loin d’être simple.

On n’ose espérer qu’une chose :

Que les deux pilotes Citroen, ne perdront pas le titre pilote au profit de leur véritable rival Mikko Hirvonen, le pilote de la maison d’en face, l’équipe Ford, ni celui des constructeurs d’ailleurs par la même occasion !!!

Hirvonen et son complice devenu par la force des choses, son lieutenant, Jari-Matti Latvala qui a obéi deux fois déjà lui,  aux ordres et consignes d’équipe, en Australie puis en Alsace, pouvant aussi conquérir cette couronne

Gilles GAIGNAULT

Photos : Jo Lillini

WRC

About Author

gilles